Massacres à Beni : «Joseph Kabila était obligé de venir»

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Massacres à Beni : «Joseph Kabila était obligé de venir»

Message  Rose lilas le Jeu 30 Oct - 1:42

En République démocratique du Congo, le président Joseph Kabila est arrivé mercredi 29 octobre à Beni dans le grand nord du Nord-Kivu. Un territoire qui a été frappé par plusieurs attaques ces dernières semaines qui ont fait des dizaines de morts. Des massacres imputés aux rebelles ougandais des ADF. Pour Caroline Hellyer, journaliste et analyste politique, spécialiste du Grand Nord du Nord-Kivu, le chef de l'Etat congolais devait faire ce déplacement, notamment pour remettre de l'ordre dans son armée.

RFI - Le gouvernement, la société civile et même la Monusco ont immédiatement accusé les rebelles ADF d'être derrière ces attaques. Pensez-vous qu'ils soient responsables de toutes ces exactions ?

Caroline Hellyer - Je ne pense que ça soit très clair jusqu'à présent. C'est une possibilité. La première question à se poser, c'est pourquoi les ADF ont été accusés aussi vite et sans preuve. Il faut aussi se poser la question de pourquoi ils attaqueraient maintenant. C'est possible que ça soit les ADF, mais ça peut être aussi des miliciens maï-maï qui ont des liens avec les ADF
Depuis le début de l'année, il y a eu une vaste opération de l'armée congolaise contre les ADF. On disait que leurs bases
avaient été détruites, que les forces étaient dispersées dans la forêt. Comment expliquer qu'ils aient pu attaquer à Beni même et dans d'autres villes.
Il y a plusieurs facteurs. D'abord, vous avez raison, il y a eu cette importante opération militaire et ça a poussé les ADF à se replier dans la forêt, leurs principales bases ont été détruites. Ils se sont répartis en petits groupes, il y en a même un dans la Province orientale. Et c'est l'une des raisons qui peuvent nous faire douter que les ADF soient derrière ces attaques. Mais il faut aussi vous souvenir que les ADF vivent là depuis plus de 25 ans. Ils ont des connexions locales très fortes et voir ce groupe comme d'autres dans ce secteur comme un groupe dont les contours sont fixes, c'est un problème. En fait, c'est un réseau. C'est l'autre raison qui me fait douter que ce soient les ADF. Avec les groupes maï-maï, ils travaillent ensemble, quand ils ont des intérêts communs, peuvent se redissocier. Et ces derniers temps, on a vu beaucoup d'ex-miliciens congolais retournés en brousse, se réarmer. Les ADF, ce sont comme des poupées russes. Il y a une poupée centrale, le noyau dur, qui est impossible à atteindre, mais plus on s'éloigne de ce centre, ça devient difficile à dissocier de ces groupes maï-maï. Et tout ce réseau s'est fait beaucoup d'argent ces dernières années en travaillant comme des supplétifs

Des supplétifs travaillant pour qui ?

Pour des politiciens locaux, pour des groupes d'intérêts économiques. Je ne parle pas de Kinshasa, ce sont vraiment des hommes forts locaux. Tout ce qui se passe dans le territoire de Beni, ce sont toujours les soubresauts des guerres du Congo. Rien n'a été résolu. Et ça arrange tout le monde de tout labelliser ADF. C'est le meilleur moyen de nuire à Joseph Kabila, à l'armée congolaise et à la Monusco. Je ne dis pas que les ADF ne sont pas une menace, ce sont des experts dans l'art de la guérilla. Mais c'est une erreur de les séparer de cet environnement. Ce serait une lecture dangereuse de la situation. Vous avez ces réseaux criminels qui ont la main sur certaines parties du commerce, de la société civile, de l'armée... Ce sont des réseaux transfrontaliers qui sont extrêmement forts. Les ADF en font partie, c'est ce qui leur a permis de rester aussi longtemps. C'est pourquoi une solution militaire ne réglera rien, il faut développer cette région, créer de l'emploi et trouver des solutions politiques locales.



L'ancien ministre Mbusa Nyamwisi, originaire de la région, c'est son fief politique, accuse certains hauts gradés d'être complices des ADF. Lui-même a été accusé en son temps d'en être proche. A-t-il raison de porter ces accusations?
Deux choses. D'abord Mbusa accusant l'armée de complicité, c'est l'hôpital qui se moque de la charité. Sa famille - et ça remonte à son père - a effectivement une longue histoire de liens non seulement avec les ADF, mais d'autres groupes armés dans la région. Mais ceci étant dit, il y a des éléments dans l'armée qui sont hautement corrompus. A Beni, dans l'armée, il y a de bons soldats, des éléments loyaux qui n'ont pas toujours suffisamment de soutiens de Kinshasa, qui n'ont pas été payés pendant des mois, qui travaillent dans des conditions extrêmement difficiles. Ces soldats étaient au front contre les ADF et ils ont beaucoup souffert. Mais il y aussi des officiers qui travaillent avec les groupes armés, ont des relations purement commerciales. Ca va de Kisangani, en passant par Butembo et de l'autre côté de la frontière en Ouganda. On parle de racket des services de protection, de corruption et puis de véritables relations d'affaires.
Le Grand Nord, c'est la frontière avec l'Ouganda. Cette frontière est très importante. Les commerçants de Butembo notamment ont toujours eu historiquement des relations commerciales un peu partout. Pendant la guerre, on a toujours pu trouver des produits d'importation à Butembo qu'on ne trouvait pas ailleurs. Il y a toute sorte de trafics et ça ne se voit pas forcément de l'extérieur, ce sont des réseaux informels, secrets... Mais des dizaines de millions de dollars qui sont brassés. C'est par exemple une région de mines d'or et le trafic va de l'Ouganda jusqu'à Burundi. Et tout ça depuis le Grand Nord. Et l'insécurité sert comme un outil politique, ça empêche les choses de changer. Là-bas, ils appellent « la politique », quand ils en parlent, cela n'a rien à voir avec ce qui se passe à Kinshasa, c'est tout ce qui se joue dans le Grand Nord.
Mais quel serait l'intérêt politique de commettre de tels massacres ?
Cela permet d'envoyer toutes sortes de messages, le premier, c'est de démontrer que le président Kabila ne contrôle pas le territoire. Que la Monusco, les Nations unies sont incapables de protéger les civils. Et le problème, c'est que ceux qui viennent de l'extérieur ne comprennent pas ces messages, ils ne comprennent pas ce qui se passe. Un exemple, c'est la manifestation à Oicha contre la Monusco. Les Tanzaniens étaient très bien vus localement après leur soutien aux opérations de l'armée contre les ADF. Mais maintenant, on sait bien qu'il y a un mouvement pour tenter de casser leur image et de les faire partir. Il y a ces folles rumeurs qui embrasent Beni, que la Monusco donne des armes aux ADF... La désinformation comme outil politique. Mais ce que les observateurs n'ont pas vu, c'est que les taxis et moto-taxis étaient souvent à l'origine de ces manifestations. Or ils ont été employés par le passé par les ADF
Mais pourquoi les ADF commettraient ces massacres en sachant que cela risque de relancer des opérations militaires contre eux ?
Je vous le redis, on n'est pas sûr que les ADF soient derrière ces attaques. Mais il faut noter que les ADF sont connus pour répondre de manière particulièrement vicieuse aux menaces par le passé, il y a des exemples au Congo, mais aussi en Ouganda. Et puis il y a ceux qui pensent aussi que ca peut être une démonstration de force.

La visite du président Kabila à Beni, est-ce que vous pensez que c'est parce qu'il a entendu ces messages et qu'il veut montrer qu'il contrôle la situation ?
Kinshasa, ça parait très loin pour tout le monde dans le Grand Nord. Et Kinshasa est vraiment coupé des réalités de Beni. Avant même ces massacres, la population était frustrée du peu d'intérêt que Kinshasa leur portait, les hommes politique et les militaires aussi. Kabila était obligé de venir. Il aurait même dû y aller avant. Il doit envoyer un message. Que ça soit ouvertement débattu ou non, il sait ce qui se passe dans sa propre armée. Il doit rassurer ceux parmi les officiers qui se sont montrés loyaux et se sont battus. Leur autorité aussi est sapée par ceux qui sont corrompus. Il doit rassurer aussi la population qui se sent ignoré. Bref, il y a beaucoup d'attente. On verra ce qu'il en ressort.

A l'approche des élections, est-ce que vous craignez une recrudescence des violences ?

Absolument, ces forces aux motivations politiques et économiques très sombres tirent les ficelles dans le Grand Nord. Ce qu'on a vu lors des dernières élections, avant, pendant et après, c'est le retour massif d'ex-combattants en brousse qui se réarmaient. Et d'après mes sources, c'est ce qui est à nouveau en train de se passer à nouveau aujourd'hui. Il y a des mouvements de milices maï-maï allant du territoire de Lubero vers Beni. Et je crois que toute cette agitation, cette violence a toutes les chances d'augmenter au fur et à mesure que l'on approche des élections.

Comment expliquer que la Monusco et l'armée n'ont pas réussi à éviter ces massacres ?

Encore une fois, c'est un ensemble de facteurs. Si on prend la Monusco, il y a deux groupes. Les casques bleus népalais et jordanais qui sont là depuis longtemps et qui beaucoup d'attente. On verra ce qu'il en ressort.

A l'approche des élections, est-ce que vous craignez une recrudescence des violences ?

Absolument, ces forces aux motivations politiques et économiques très sombres tirent les ficelles dans le Grand Nord. Ce qu'on a vu lors des dernières élections, avant, pendant et après, c'est le retour massif d'ex-combattants en brousse qui se réarmaient. Et d'après mes sources, c'est ce qui est à nouveau en train de se passer à nouveau aujourd'hui. Il y a des mouvements de milices maï-maï allant du territoire de Lubero vers Beni. Et je crois que toute cette agitation, cette violence a toutes les chances d'augmenter au fur et à mesure que l'on approche des élections.

Comment expliquer que la Monusco et l'armée n'ont pas réussi à éviter ces massacres ?

Encore une fois, c'est un ensemble de facteurs. Si on prend la Monusco, il y a deux groupes. Les casques bleus népalais et jordanais qui sont là depuis longtemps et qui ont toujours été complètement déconnectés de la population. Vous ne les voyez jamais patrouiller. Et il y a les Tanzaniens de la Brigade d'intervention. Ces casques bleus là, contrairement à ce qui se dit, patrouillent, compris la nuit. Mais ce qu'ils peuvent faire est limité quand on voit l'étendue de cette région. Et puis, il y a cette mauvaise lecture de la situation, de considérer les ADF comme un groupe dont les contours sont clairement définis. Les ADF sont mélangés avec la population. Ils peuvent être votre voisin de palier. Certains ne sont actifs qu'une partie du temps.
Article par RFI Afrique











Rose lilas
Modérateurs

Messages : 327
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Massacres à Beni : «Joseph Kabila était obligé de venir»

Message  Pipina le Jeu 30 Oct - 3:04

SCANDAL: LA COUSINE DE JOSEPH KABILA FAIT LA HONTE lol! lol! lol! lol!


Pipina
Modérateurs

Messages : 217
Date d'inscription : 28/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Massacres à Beni : «Joseph Kabila était obligé de venir»

Message  Paquebot le Jeu 30 Oct - 12:21

lol! lol! c est l Afrique

Paquebot
Modérateurs

Messages : 240
Date d'inscription : 21/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Massacres à Beni : «Joseph Kabila était obligé de venir»

Message  Mathilde le Jeu 30 Oct - 15:41

ADF-Nalu: un ancien ministre congolais met en cause un haut gradé



En RDC, l'ancien ministre Mbusa Nyamwisi, originaire du territoire de Beni, met en cause la version officielle des massacres survenus dans ce territoire et attribués par les autorités aux rebelles ougandais des ADF-Nalu. Pour lui, l'armée congolaise n'a pas fait preuve que d'incompétence. L'ancien patron de la rébellion RCD-KML accuse le général Mundos, le commandant de l'opération Sokola censée lutter contre les ADF-Nalu, d'être le complice des rebelles. Mbusa Nyamwisi exige une enquête indépendante.
Des ADF-Nalu massacrent plus de 80 citoyens dans un périmètre de 50km² où il y a des milliers de soldats congolais, et bien entendu la Monusco [la force onusienne en RDC], sans que l'armée ne soit en mesure de capturer un seul de ces assaillants. Au-delà de l'incompétence, c'est plutôt de la complicité.

_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Massacres à Beni : «Joseph Kabila était obligé de venir»

Message  Mathilde le Jeu 30 Oct - 15:42

Sad  Sad  Sad



Joseph Kabila vient d'arriver, ce mercredi, à Béni dans le nord-est de la RDC. Un déplacement dix jours après une série de massacres qui ont fait plus de 80 morts dans la région. C'est une visite rare puisque le dernier voyage de Joseph Kabila remonte à l'année dernière. Une visite attendue alors que la situation sécuritaire s'est fortement dégradée.

La sécurité, c'est clairement la principale préoccupation des centaines de personnes qui sont rassemblées à Béni sur un grand rond-point du centre-ville, sous un soleil cuisant. Elles ont attendu plusieurs heures l'arrivée du chef de l'Etat, armées de parapluies et de banderoles.

La foule réunie à Béni espère entendre des mots du chef de l'Etat, alors que la sécurité s'est terriblement dégradée ces derniers jours. Il y a eu un massacre de 82 personnes il y a une dizaine de jours, mais aussi des attaques régulières comme encore la nuit dernière. Un nouvel assaut attribué à la rébellion ougandaise des ADF et qui a coûté la vie à un militaire.

Kabila devra répondre aux nombreuses critiques

« Nous voulons la paix, la sécurité et que Kabila prenne enfin des mesures pour améliorer la situation. » Voilà ce que tout le monde répète. Des attentes donc, mais aussi beaucoup de critiques. « Nous sommes fatigués, disait un instituteur, fatigués de voir que ce président au pouvoir depuis 2001 échoue à assurer la sécurité de ses citoyens. Cela fait des années, trop longtemps, que tous les jours des civils sont tués. »
Le programme de Joseph Kabila à Béni n'a pas encore été rendu public. Son cortège est passé en trombe, signe que le chef de l'Etat devrait bientôt venir à la rencontre des habitants de Béni.

RFI

_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Massacres à Beni : «Joseph Kabila était obligé de venir»

Message  Jules andré le Lun 3 Nov - 15:31

Sana honte ni vergogne cet imposteur va rendre visite aux victimes dont il est responsable.

Jules andré
Modérateurs

Messages : 401
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Massacres à Beni : «Joseph Kabila était obligé de venir»

Message  Mathilde le Mar 11 Nov - 8:20



http://www.change.org/p/au-conseil-de-s%C3%A9curit%C3%A9-de-l-onu-lancer-une-enqu%C3%AAte-internationale-et-saisir-la-cpi-au-sujet-des-massacres-plus-de-300-victimes-selon-la-fidh-du-30-d%C3%A9cembre-2013-%C3%A0-lubumbashi-kinshasa-et-dans-d-autres-villes-de-la-rdc?utm_campaign=new_signature&utm_medium=email&utm_source=signature_receipt#share
Lancer une enquête internationale et saisir la CPI au sujet des massacres (plus de 300 victimes selon la FIDH) du 30 décembre 2013 à Lubumbashi, Kinshasa et dans d'autres villes de la RDC
Petitioning Au Conseil de sécurité de l'ONU
Lancer une enquête internationale et saisir la CPI au sujet des massacres (plus de 300 victimes selon la FIDH) du 30 décembre 2013 à Lubumbashi, Kinshasa et dans d'autres villes de la RDC

_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Massacres à Beni : «Joseph Kabila était obligé de venir»

Message  Mathilde le Mar 18 Nov - 21:12

POUR UNE TRÉS LARGE DIFFUSION !!!
RAPPORT D’EVALUATION HUMANITAIRE ET DES MASSACRES EN VILLE ET TERRITOIRE DE BENI .
Octobre, 2014

1. Introduction
Née de la fusion de groupes armés opposés au Président Ougandais YOWERI KAGUTA MUSEVENI au pouvoir depuis 1986, le groupe armé de l’Allied Democratic Forces/National Army of Libération of Uganda (ADF/NALU) doit sa triste renommée à des combattants qui se sont, au fil des années radicalisés. A l’origine, composé essentiellement des militants du Tabliq ( mouvement missionnaire Musulman), aujourd’hui, ce groupe armé étranger dirigé depuis 2007 par Jamil MUKULU (chrétien converti à l’Islam) serait composé d’islamistes, en majorité.
Positionné dans le maquis sur les pentes et au pied du Mont Rwenzori en R.D.Congo depuis 1997, l’ADF/Nalu a été, pour la première fois, la cible de la traque de la MONUC (devenue MONUSCO) et les FARDC en 2005. Comme cette traque n’avait pas été concluante, le gouvernement avait lancé les opérations «Rwenzori» le 25 juin 2010 en vue d’en finir avec l’ADF/Nalu présent sur le sol congolais depuis bientôt 3 décennies. Les conséquences humanitaires ont été énormes (déplacements massifs des populations et pertes des biens et des récoltes, détérioration avancée de l’économie locale,… 219 personnes tuées et 350 personnes portées disparues). Malheureusement, ces opérations avaient connu un arrêt brusque laissant le temps aux rebelles de se réorganiser et de commettre d’innombrables exactions infra humaines illustrées par l’enlèvement des centaines des personnes.

La traque de ce groupe armé dite opération «SOKOLA» lancée depuis 2013 se trouve aujourd’hui ponctuée par une situation inouïe d’enlèvements et des massacres par les présumés ADF en grande échelle des paisibles citoyens de la ville et du territoire de Beni. En effet, dans l’espace de 47 jours soit du 1er Septembre au 16 Octobre 2014 un carnage inouï a été vécu en territoire et en ville de Beni à la base non seulement de la psychose au sein de la population mais aussi du deuil (massacre de près de 80 personnes) et des déplacements massifs de la population.
2. «Holocauste» du 02 septembre au 09 octobre 2014

Les enlèvements et les assassinats des paisibles citoyens par les présumés ADF/Nalu au courant de la période du 02 septembre au 09 octobre 2014 sur l’axe Oicha Eringeti ont été à la base de la situation humanitaire critique sur l’axe OICHA-ERINGETI. En effet, dans la nuit du 02 au 03 octobre 2014 près de 50 éléments des présumés ADF/Nalu ont fait incursion dans la localité de MUKOKO où ils ont enlevé, tué des personnes, pillé de l’argent, des chèvres et de la volaille. Ainsi les localités de Mukoko et de Kokola situées sur la nationale N° 4 s’étaient complètement vidées de leurs habitants laissant derrière eux la plupart de leurs biens pour trouver refuge à Oicha, ville de Beni, Eringeti,... Comme si cela ne suffisait pas, le dimanche 05 octobre 2014 vers 19 h00 un autre groupe assimilé aux éléments ADF a réussi aussi à faire incursion dans le village LINZOSISENE à plus ou mois 25 km au Nord de la cité de OICHA où ils ont enlevé une dizaine des gens dont le Chef du village. Bilan: déplacement massif de la population, 5 personnes tuées, 8 disparues et 4 blessées.
3. «Holocauste» de la ville de Beni/au quartier NGADI

Des sources locales (les membres des ménages rescapés) nous ont rapporté que les faits se sont passés autour de 19 heures, le 15/10/2014. Les malfrats déguisés en pagnes et en robe blanche «tenue musulmane» étaient visibles dans le quartier autour de 18 heures en train de siroter un verre. Ayant constaté qu’ils étaient déjà dans le collimateur du Commandant FARDC de la place qui a tenté d’alerter ses militaires par un coup des balles en l’air, les malfrats ont tiré à bout portant sur lui et démarré ainsi leur salle besogne. Tuant ainsi au quartier Ngadi, Kadoghu et Bamale une trentaine de personnes dont 2 militaires FARDC, le chef du village de Kadoghu du nom de BAMBITI, un homme de BAMALE égorgé, un bébé de 2 ans dont les assaillants ont embuté la main après avoir assassiné tous les membres de famille parmi lesquels sa mère.

4. «Holocauste» de la localité de ERENGETI


Dans la nuit du 17 au 18 octobre 2014 les présumés ADF/Nalu se sont encore illustrés dans une nième massacre, d’une rare cruauté, de 24 personnes dont 10 enfants, 9 femmes et 5 hommes. La plupart des victimes ont été sommairement exécutées à l’arme blanche. Parmi les victimes de ERENGETI était aussi le lieutenant KABEA tué par balles. La plupart de la population a pu se déplacer surtout vers Luna.
5. Besoins exprimés par la population
Depuis les opérations Rwenzori (2010), voici bientôt 4 ans l’axe OICHA-ERINGETI en général et l’Est de cette axe en particulier n’a pas eu une sécurité durable devant permettre aux populations de reprendre paisiblement les activités champêtres (activité principale de la population) si bien que l’économie de la contrée se trouve dans une sorte de «coma» à la base d’une pauvreté criante. Le spectre de l’insécurité alimentaire plane sur les localités de cette zone où la population a du mal à accéder aux champs qui, malheureusement, se trouvent soit en zone opérationnelle ou soit occupés par les présumés ADF/Nalu. L’espoir de reprendre les activités économiques que la population avait déjà suite à la bonne évolution de l’opération SOKOLA s’estompe suite aux massacres à grande échelle. Le calvaire vécu en territoire de Beni et en ville de Beni édifie la population que la partie où se trouvent leurs champs reste pour eux un SANCTUAIRE DE LA MORT où il est prudent de ne pas s’engager. Pour que la population de cet axe vive encore dignement, de l’échange avec eux et de l’analyse du contexte dans lequel ils ont vécue pendant bientôt 4 ans il ressort que les priorités sont les suivantes:
l’assistance alimentaire
L’assistance médicale dans la mesure où la capacité de réponse aux besoins de santé des structures sanitaires de cette axe est de loin inférieure. C’est une nécessité que les structures sanitaires soient renforcées en médicaments, en motivation du personnel soignant en vue d’une meilleure prise en charge des cas des maladies (dont le nombre augmentera certainement), assurer la vaccination des enfants et des femmes enceintes (suite aux déplacements massifs).
Initiation des actions de protection en faveur des populations de l’axe BENI-ERINGETI (Monitoring protection, accompagnement psychosocial en faveur des membres de la communauté dont la plupart sont en proie à la dépression, réinsertion et/ou prise en charge des orphelins, des veuves, éducation à la paix…)

6. Témoignage poignant d’un enfant orphelin victime de «l’holocauste» de Ngadi

«Je venais d’aller au lit. Les assaillants sont arrivés et ont abattu les miens (papa, maman, mes frères et sœurs). Ce sont les coups des balles qui m’ont arraché de mon lit. Je suis le seul premier témoin de la mort de tous les miens. Le seul parent qui me reste c’est mon oncle paternel qui était à Eringeti pour des activités de champs. Je ne sais pas comment je vais continuer avec les études. Nous avons besoin de la paix (amani) » ERIC, près de 10 ans, est retourné néanmoins à l’école.
7. Conclusion ( note de Youyou Muntu-Mosi ).
Après lecture de ce rapport donné avec force et détails , je tenais particulièrement à remercier toutes les personnes ayant contribué à son élaboration au péril de leur vie et qui pour des raisons de sécurité évidentes ont vu leurs noms ôté de ce résumé .
Ceci est la réalité brute, terrifiante de ce que nos frères , sœurs, compatriotes vivent actuellement au Nord-Kivu.
Ce drame humanitaire , cette violence inouïe , cette barbarie sans nom trouve ses racines dans le silence complice de la communauté dite " internationale", mais aussi au sein d'une grande partie du peuple congolais qui se dissocie , se désolidarise des leurs et laisse l'indicible se produire !
Ce rapport macabre n'est qu'une goutte d'eau dans l'océan de sang qui recouvre désormais notre pays la RDC , d'autres récits existent plus dantesques les uns que les autres.
Maintenant que vous avez touché du doigt la vérité , vu la barbarie en face...svp ne restez ni muet, ni sourd , encore moins aveugle et diffusez ceci un maximum pour que le monde sache ce qu'on fait à notre peuple !
Que ce pseudo gouvernement soit mis face à ses responsabilités et à son incompétence...incapable qu'il est à protéger les nôtres.
Ceci est fait au nom du DEVOIR DE MÉMOIRE...pour la paix et la justice , pour un état de droit en RDC !
QUE LES ÂMES DES INNOCENTS DISPARUS REPOSENT EN PAIX .
Patriotiquement .
Youyou Muntu-Mosi .
Source et crédit photo : Caritas Butembo-Beni










Sad Sad Sad Sad

_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Massacres à Beni : «Joseph Kabila était obligé de venir»

Message  Laurabelle le Jeu 20 Nov - 19:59

Pourquoi tant de massacres ? si c est simplement pour se maintenir au pouvoir et ne rien faire alors nous Congolais avons du pain sur la planche, Compaoré qui n a pas fait autant de massacre et parti quand son peuple s est levé comme un seul homme pour faire le ménage.
L humanité entière a les yeux braqués sur le Congo pour voir si les Congolais peuvent se prendre en charge alors chers compatriotes on a plus droit a l erreur cette fois ou jamais,

Laurabelle
Modérateurs

Messages : 224
Date d'inscription : 07/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Massacres à Beni : «Joseph Kabila était obligé de venir»

Message  Mathilde le Mar 25 Nov - 8:42

Le conflit en RDC expliqué : genèse, enjeux, crimes, responsabilités......


_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Massacres à Beni : «Joseph Kabila était obligé de venir»

Message  Mathilde le Mar 25 Nov - 8:43

NOUVEAU MASSACRE A BENI, PLUS DE 50 MORTS Sad Sad Sad


_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Massacres à Beni : «Joseph Kabila était obligé de venir»

Message  Mathilde le Mer 26 Nov - 18:22

Dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), dans la région de Béni, la confusion règne autour des massacres des dernières semaines qui ont fait plus de 200 morts et qui n'ont pas été revendiqués. Parallèlement, un rapport de douze députés du parti au pouvoir et de l'opposition qui se sont rendus sur place fin octobre - et dont RFI a obtenu une copie - jette une lumière nouvelle sur les événements des dernières semaines et notamment sur les défaillances au sein de l'armée congolaise sur place.

Pendant cinq jours, les douze députés se sont entretenus avec les autorités et les habitants de Béni. Ils ont aussi rencontré des survivants et des témoins des attaques à Eringeti, Ngadi et Oicha, trois localités où des tueries ont eu lieu courant octobre.

Première remarque, selon ces députés, le système d'alerte a été un échec. A plusieurs reprises, la population et les services de renseignement ont signalé l'imminence d'une attaque aux forces de l'ordre - après avoir reçu des tracts, par exemple - mais à chaque fois, aucune disposition n'a été prise.

A chaque fois également, la police ou l'armée sont intervenues tardivement. Plus grave, le rapport cite plusieurs cas où des personnes, censées coordonner la protection de la population, n'ont pas fait leur travail.

Ce fut, par exemple, le cas dans la localité de Ngadi, à 7 km du centre de Béni. Un major, prévenu qu'une tuerie était en cours, aurait menacé « de fusiller tout élément de son unité qui oserait intervenir ». Des menaces également proférées contre un colonel qui voulait se rendre sur les lieux de l'incident le lendemain. Cette nuit-là, trente personnes seront tuées.

Un autre exemple, à Béni, fait état d'un commandant de la police qui aurait fermé les deux numéros verts mis en place par la mission de l'ONU (Monusco) pour que la population puisse alerter la police en cas d'attaques. Enfin, à Eringeti, l'arrivée des secours pour stopper le massacre en cours, la nuit du 17 octobre, a été largement retardée par une dispute entre deux unités de l'armée présentes sur place.

Les députés réclament une commission d'enquête parlementaire

Pourquoi ces défaillances ? N'y aurait-il pas une implication de certains éléments de l'armée ou de la police dans ces tueries ? Le rapport des députés ne répond pas à cette question mais réclame une commission d'enquête parlementaire.

Il relaye aussi la demande de la société civile de Béni, à savoir la mutation des fonctionnaires ou militaires en place depuis longtemps dans cette zone. Le président Joseph Kabila l'avait promis en décembre 2013 et l'a répété fin octobre lors de sa visite.

A ce jour, aucune mutation ou changement dans l'armée n'a été annoncé. Le rapport a été débattu à l'Assemblée nationale la semaine dernière. Les recommandations des députés doivent maintenant être adoptées en plénière pour être soumises au gouvernement.

L'armée congolaise a par ailleurs annoncé avoir arrêté 34 hommes armés et dix civils soupçonnés d'être impliqués dans le dernier massacre, le 20 novembre, dans trois localités situées à une dizaine de kilomètres de l'aéroport de Béni et qui a fait une centaine de morts. Vingt-quatre armes auraient également été saisies.

Ces éléments sont cruciaux au moment où aucune de ces attaques n'a été revendiquée et au moment où les enquêtes pour identifier ces assaillants sont toujours en cours.



_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Massacres à Beni : «Joseph Kabila était obligé de venir»

Message  Mathilde le Mer 26 Nov - 19:05

DES MILITAIRES UKRAINIENS DE LA MONUSCO PRIS EN FLAGRANT DÉLIT DE TRAFIC D'UNIFORMES DES FARDC ( FORCES ARMÉES DE LA RDC ) !

Effervescence cet après midi à l’aéroport de Goma, les services de sécurité militaire ont surpris avec la police des frontières, des pilotes de la MONUSCO avec des tenues de la garde républicaine.

Plus de dix militaires ukrainiens reconnus comme des pilotes ont été arrêtés avec un congolais qui facilitait ce trafic et ont été conduit par les FARDC à la 34ème région militaire.

Selon plusieurs sources , ce trafic était soupçonné depuis longtemps et c’est ce mercredi 26 Novembre 2014 que le réseau vient d’être démantelé. Le commandant de la 34 ème région militaire a commencé à entendre les 10 prévenus ukrainiens et leur complice congolais.

Voice of Congo




_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Massacres à Beni : «Joseph Kabila était obligé de venir»

Message  Pierre Remy le Mer 26 Nov - 20:09

Et que dit la bouche autorisé de Kanambe le sieur Mende ?
A t-il de se mêler a cette histoire parce qu´en cas de déboire il aura encore a encaisser une bonne paire de gifle de la part de Kanambe ou de sa soi disant sœur Janette.

Pierre Remy
Modérateurs

Messages : 266
Date d'inscription : 24/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Massacres à Beni : «Joseph Kabila était obligé de venir»

Message  Mathilde le Ven 28 Nov - 11:47




Mbusa Nyamwisi, ancien patron de la rébellion RCD-KML, accuse le général Mundos [ami du président « Joseph KABILA », Hyppolite KANAMBE de son vrai nom], le commandant de l'opération Sokola censée lutter contre les ADF-Nalu, d'être le complice des rebelles ougandais : " Des ADF-Nalu massacrent plus de 80 citoyens dans un périmètre de 50km² où il y a des milliers de soldats congolais, et bien entendu la Monusco [la force onusienne en RDC], sans que l'armée ne soit en mesure de capturer un seul de ces assaillants. Au-delà de l'incompétence, c'est plutôt de la complicité. " Il exige une enquête indépendante.

Les massacres des populations et un Etat vide
Une série de massacres ont été perpétrés en territoire de Beni dans le Nord-Kivu. En l'espace de deux semaines, 80 personnes ont été tuées de manière extrêmement barbare, les assaillants s'étant servi de moyens rudimentaires, mais infiniment cruels (machettes, haches, douilles de houe). Les autorités ont rapidement attribué ces tueries aux rebelles ougandais, les ADF. Une version que de nombreuses sources locales ont toutefois mise en doute, mais ce n'est pas ce qu'il y a de plus important. Ce qui inquiète véritablement est que le pays en est à son quatrième massacre d'aussi grande ampleur depuis dix mois seulement, tandis qu'une peur, tout à fait justifiée, traverse les couches populaires. Du coup, des voix s'élèvent pour appeler à la création des groupes d'auto-défense, ce qui plongerait la région dans une situation comparable à celle qui a prévalu il y a de cela deux décennies, avec des dérives qu'on n'a pas fini de déplorer.

_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Massacres à Beni : «Joseph Kabila était obligé de venir»

Message  Sankara le Sam 29 Nov - 18:22

Pourquoi ce dit un ancien rebelle serait-il plus véridique que la version officielle ?

Sankara
Modérateurs

Messages : 321
Date d'inscription : 31/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Massacres à Beni : «Joseph Kabila était obligé de venir»

Message  Rose lilas le Lun 1 Déc - 13:21

On connait ta position sur l imposteur va directement au but défend ton imposteur de président au lieu de tourner autour du pot.
Si tu manques d arguments ce que tu ne connais pas le sujet ou alors revoit tous les vidéos ci haut et tu te feras un idée sur la personne que tu défends sans vraiment le connaitre.

Rose lilas
Modérateurs

Messages : 327
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Massacres à Beni : «Joseph Kabila était obligé de venir»

Message  Mathilde le Jeu 4 Déc - 8:24

Tokomi Wapi : Affaire tuerie à Beni, Ndeko Elieser épluche le dossier avec Mfumu Ntoto.



_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Massacres à Beni : «Joseph Kabila était obligé de venir»

Message  mapata le Sam 6 Déc - 17:21

L opportunisme c est le mal des politiciens Congolais

mapata
Modérateurs

Messages : 660
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Massacres à Beni : «Joseph Kabila était obligé de venir»

Message  Mathilde le Lun 15 Déc - 16:04

Dans le Journal Afrique de TV5MONDE ,
Les terribles témoignages des survivants des derniers massacres dans le Nord-Kivu, en République démocratique du Congo


https://www.facebook.com/video.php?v=808610285867555&set=vb.581329788595607&type=2&theater Sad Sad

_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Massacres à Beni : «Joseph Kabila était obligé de venir»

Message  Mathilde le Mer 4 Fév - 16:37

QUI DIRIGE LA RDC ?
Kobler à Aru ( Ituri ) avec les rescapés des massacres du Samedi 31 Janvier...Kanambe en Guinée avec les léopards ! Cherchez l'erreur..
.
Evil or Very Mad Twisted Evil

Martin Kobler visite les rescapés d’Aru



Le représentant spécial du secrétaire général de l’Onu en RDC, Martin Kobler, séjourne depuis ce mardi 3 février à Aru-centre, dans le district de l’Ituri (Province Orientale), où 15 personnes avaient été tuées, samedi dernier, par un commando armé. Après avoir visité le lieu du crime, Martin Kobler s’est rendu à l’hôpital général d’Aru, où une vingtaine de blessées, rescapés de ce drame, sont soignés.
Ces personnes étaient en train de célébrer le succès des Léopards de la RDC sur les Diables rouges du Congo Brazzaville, en quarts de finale de la Can 2015.
Martin Kobler, accompagné du vice-gouverneur de la Province Orientale, Pascal Mombi, a reçu de l’administrateur du territoire d’Aru, des explications sur cette tuerie survenue samedi dernier.
La Monusco a souhaité que ces patients soient transférés à Bunia, chef-lieu de l’Ituri, où ils pourront bénéficier des soins appropriés.
Lire aussi: Ituri: les activités tournent au ralenti après le meurtre de 15 personnes à Aru
Sur le lieu du crime, on pouvait encore apercevoir des balles, des traces de sang de victimes ainsi que le gâteau d’anniversaire de la tenancière de Dancing club tuée dans cette attaque, affirment des témoins.
L’auditorat près la Cour militaire de Kisangani a déjà interpellé certaines personnes sur cette affaire dont le numéro un de la police à Aru et certains agents de l’Agence nationale de renseignements (ANR).
Lundi, les activités ont tourné au ralenti à Aru-centre, où des boutiques et magasins étaient restés fermés. Certains commerçants déclaraient être encore gagnés par la peur pour leur sécurité surtout qu’aucun assassin n’est encore appréhendé.
Lire aussi sur radiookapi.net:

_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Massacres à Beni : «Joseph Kabila était obligé de venir»

Message  Mathilde le Mer 4 Fév - 16:39

RDC SILENCE ON TUE : 21 PERSONNES TUÉES À L'ARME BLANCHE LA NUIT DERNIÈRE À BÉNI... Sad  Sad
Et ça continue , Samedi dernier 14 morts, cette nuit 21 Personnes...et tout le monde s'en moque , " notre sang quotidien"! Shameeee...pitié pour la RDC !
yymm



Dans la région de Beni, dans le nord-est de la République démocratique du Congo, un nouveau massacre a eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi. Une vingtaine de personnes ont été tuées à l'arme blanche. Des faits rappelant de précédentes attaques qui avaient fait plusieurs morts à la fin de l’année 2014.

Pour le moment, peu d'informations circulent sur ce qui s'est produit la nuit dernière. Au moins 21 personnes ont été tuées dans un village situé à une dizaine de kilomètres de Beni. Ce mercredi matin, la police était sur place pour effectuer des fouilles.

Selon des sources citées par l'AFP, ces personnes ont été tuées à coups de machettes, mais on ignore encore ce qui s'est passé. Qui sont les auteurs de ces violences ? Pour quelles raisons ces affrontements ont-ils eu lieu ? Difficile d'en savoir plus puisqu’Internet a été coupé, et les réseaux téléphoniques ne fonctionnent pas bien.

C'est en tout cas une région qui a connu des troubles importants : d'octobre à décembre dernier, le territoire de Beni a été le théâtre de massacres, qui ont alors été imputés à des rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées, les ADF-Nalu. Des attaques qui avaient coûté la vie à plus de 260 personnes et qui avaient été perpétrées, là aussi, à l'arme blanche.


http://m.rfi.fr/afrique/20150204-rdc-nouveau-massacre-signale-beni/

_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Massacres à Beni : «Joseph Kabila était obligé de venir»

Message  Mathilde le Mer 4 Fév - 17:29

15 personnes tuées à Aru : J. Kabila à Bata auprès des Léopards, M. Kobler à Aru auprès des rescapés




Le représentant spécial du secrétaire général de l’Onu en RDC, Martin Kobler, séjourne depuis ce mardi 3 février à Aru-centre, dans le district de l’Ituri (Province Orientale), où 15 personnes avaient été tuées, samedi dernier, par un commando armé. Après avoir visité le lieu du crime, Martin Kobler s’est rendu à l’hôpital général d’Aru, où une vingtaine de blessées, rescapés de ce drame, sont soignés.


http://www.teletshangu.com/15-personnes-tuees-a-Aru-J-Kabila-a-Bata-aupres-des-Leopards-M-Kobler-a-Aru-aupres-des-rescapes_a1306.html

_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Massacres à Beni : «Joseph Kabila était obligé de venir»

Message  Sankara le Mer 4 Fév - 17:39

Le président de la république qui qu'il soit ne peut pas être partout, mais il est représenté partout au Congo donc pour votre information avant le passage de Kobler les services de l état Congolais avaient déjà fait leur travail et rendu compte donc ça ne sert a rien de cherche a semer la zizanie partout.
C est votre droit d être contre mais ayez l honnêteté intellectuelle de ne pas diffusé des sornettes.

Sankara
Modérateurs

Messages : 321
Date d'inscription : 31/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Massacres à Beni : «Joseph Kabila était obligé de venir»

Message  Jules andré le Mer 4 Fév - 18:21

Le problème est qu'une fois au courant que ce que le gouvernement a fait ?????

Jules andré
Modérateurs

Messages : 401
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Massacres à Beni : «Joseph Kabila était obligé de venir»

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 8:40


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum