Dans les secrets du palais, Kabilie : le torchon brûle entre Boshab et Pierre Lumbi pour un appel de Ban Ki-moon 1 137 Vues 0 par admin Dans les secrets du palais, Kabilie : le torchon brûle entre Boshab et Pierre Lumbi pour un appel de Ban Ki-moon Le to

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dans les secrets du palais, Kabilie : le torchon brûle entre Boshab et Pierre Lumbi pour un appel de Ban Ki-moon 1 137 Vues 0 par admin Dans les secrets du palais, Kabilie : le torchon brûle entre Boshab et Pierre Lumbi pour un appel de Ban Ki-moon Le to

Message  mapata le Ven 6 Fév - 18:36

Le torchon brûle entre Evariste Boshab, vice-premier ministre en charge de l’Intérieur et sécurité, et Pierre Lumbi Okongo, conseiller spécial du chef de l’Etat en ma- tière de sécurité. Selon nos sources, tout serait parti après un entretien téléphonique, en début de semaine, entre le Conseiller spécial de Kabila et Ban Ki-Moon
le secrétaire général de l’Onu. Le SG de l’Onu qui avait tenté en vain d’avoir le président de la République, sûrement à cause d’un agenda chargé, s’est rabattu sur son Conseiller Spécial. Au menu de leurs entretiens, évidemment la sempiternelle question de la publication d’un calendrier électoral global et consensuel dans la
perspective des élections générales de septembre 2016 (présidentielle et législatives). La communauté internationale voit dans les tergiversations de la Ceni un risque poli- tique majeur pouvant déboucher sur une énième crise grave en RD-Congo. Sur ces entrefaites, P. Lumbi appela aussitôt Boshab pour lui demander de voir avec l’abbé Malu Malu comment mettre en route un calendrier global et consensuel dans un délai raisonnable. Le VPM chargé de l’Intérieur lui rétorqua qu’il n’a pas
d’instructions à recevoir de la communauté internationale. En fait selon Boshab, la suppression de l’alinéa 3 de l’article 8 de la nouvelle loi électorale
n’écarte pas totalement le préalable du recensement car d’autres articles de la même loi conditionnent de manière tacite le recensement avant les élections générales de l’an prochain.

D’ailleurs c’est la raison pour laquelle certains députés de la Majorité présidentielle, notamment Franck Diongo, avait suggéré que cette loi soit entièrement retirée. D’autres moins radicaux, appellent à la vigilance. Cette dans cette brèche que Evariste Boshab, loin de s’être avoué vaincu, aimerait s’engouffrer selon certains stratèges de la MP. Hypothèse que le conseiller spécial trouverait suicidaire d’après les mêmes sources. Pour Lumbi pondre un calen- drier ne serait pas une injonction de la communauté internationale comme le distille Boshab, mais rentre dans le processus de démocratisation tel qu’il est promu notamment par l’accordcadre d’Addis-Abeba. La confrontation entre les deux mastodontes de la Majorité présidentielle (MP) était prévisible car naturellement tout les oppose. Boshab est con- sidéré comme un faucon tandis que Lumbi est vu comme une colombe dans leur famille politi- que. Le patron du MSR (mouvement social pour le renouveau) a renforcé son image de quelqu’un de pondéré lors de l’examen de la loi Boshab (nouvelle loi électorale) à l’Assemblée nationale. Les députés de son parti s’étaient tous abstenus lors du vote. Cela n’avait pas du tout plu à Boshab, ancien patron du PPRD (parti pour la reconstruc- tion et le développement). Lumbi est antirévision, Boshab est un fa- rouche partisan de la ré- vision lui qui a même un écrit un livre sur le su- jet : « entre la révision constitutionnelle ou l’ina- nition de la nation ». C’est tout dire. L’un est proche des paysans et des petites en général (Lumbi), l’autre est un bourgeois qui dégouline l’arrogance (c’est l’image qu’il donne de lui). Œuvrant dans le même secteur, les deux personnalités sont obligées de collaborer avec les risques de régulières frictions. A Kabila de prendre la décision idoine après les avis de ses deux proches collaborateurs en sachant que dans toutes les cours du monde, il y a deux sortes de con- seillers : les courtisans arc-boutés sur les privi- lèges et les autres désins téressés et soucieux d’une stabilité plus à long terme.

PAUL MULAND
http://7sur7.cd/new/dans-les-secrets-du-palais-kabilie-le-torchon-brule-entre-boshab-et-pierre-lumbi-pour-un-appel-de-ban-ki-moon/







mapata
Modérateurs

Messages : 660
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les secrets du palais, Kabilie : le torchon brûle entre Boshab et Pierre Lumbi pour un appel de Ban Ki-moon 1 137 Vues 0 par admin Dans les secrets du palais, Kabilie : le torchon brûle entre Boshab et Pierre Lumbi pour un appel de Ban Ki-moon Le to

Message  Jules andré le Ven 6 Fév - 18:57

Ce qui me pousse a exhorté les Congolais a rester très vigilant car les politiciens du ventre ne sont pas prêts de laisse la marmites RDC a nourrir le peuple d abord et voici la nouvelle stratégie qu'ils sont en train de mettre en rail.



Elections, enfin le gouvernement a un alibi de taille : les finances

Il s’est recroquevillé sur lui-même et est resté loin de débats et soubresauts sociopolitiques de janvier dernier alors même que la responsabilité de son cabinet a été entraînée lors du vote parles deux chambres du Parlement de la loi électorale amendée. Matata n’aura,en fait, déploré que quelques dommages subis par ses »Transco et Esprit de vie ». Lui qui, alors ministre des Finances, redoutait déjà «qu’une crise interne « de nature politique »,précisait-il, « n’amplifie le risque d’une baisse de l’activité économique suite à la dégradation des perspectives mondiales».
C’est connu le ministre des Finances,YavMuland, doit s’employer à des réductions drastiques des dépenses publiques au motif de prémunir l’Etat d’une impétueuse saison des vaches maigres. Les recettes internes qui titillent en moyenne les USD 4,5 milliards l’an devraient être divisées par 2, voire par 4 si jamais la tendance baissière du cours du pétrole et du cuivre se poursuivait en s’étendant à d’ autres matières premières essentiellement exportées par la RDC. La tonne métrique du cuivre se négocie autour de 5.485,00 USD enregistrant derechef une baisse de 4,46% en l’espace de quelques jours. Le prix du cobalt est passé de 31.818,15, son niveau de la semaine précédente, à 31.752 USD. L’or se vend à moins de 1300 USD l’once quant l’or noir se maintient en dessous de 50 USD le baril. Quant aux réserves internationales, au 29 janvier 2015, elles étaient à 1.733,97 millions USD, équivalent à 7,19 semaines d’importations. En clair, ça ne va pas mal, mais pas très bien. Le Gouv de la BCC, Déo Mutombo, l’a dit déjà, il va falloir diviser par 2 sinon 4 les USD 38 millions que le Trésor public étaient censés percevoir chaque mois des pétroliers producteurs. En outre la crise de « l’Internet et GSM » artificiellement créée par l’Etat ne sera pas conséquence sur les revenus de l’Etat. Le PT&NTIC est à ce jour le second gros contributeur des recettes parafiscales de l’Etat. Point d’amende honorable, le porte-parole du gouvernement Lambert Mende estime, bien au contraire, que la coupure de l’internet et de GSM ait entraîné un manque à gagner de USD 9 millions, peu importe, l’Etat se doit de garantir la sécurité de la population.

Mende a toutefois démenti qu’il a soutenu que «même si les élections se tenaient en 2017, le ciel ne nous tomberait pas sur la tête». Cependant le gouvernement doit opérer des coupes budgétaires afin de sauver la stabilité du cadre macroéconomique et ses réserves en devises, et Yav Muland s’applique à limiter des sorties de fond. Ainsi nombre d’observateurs redoutent-ils à présent que le gouvernement se retranche derrière la baisse au niveau international des prix des matières premières exportées par la RDC par conséquent des revenus nationaux pour ne pas financer les élections « de petite échelle » les locales, communales, etc., en 2015. Naturellement toutes les échéances électorales y compris la présidentielle seront renvoyées à la saint glin-glin. La CENI n’y va pas avec la langue de bois, c’est faute de financement par le gouvernement que l’élection du gouverneur ne se tient pas à l’Equateur. Des signaux pas du tout rassurants pour l’avenir. Il y a encore quelques jours, 7sur7.cd l’a écrit, le diplomate étasunien en poste à Kinshasa a demandé au ministre du Budget, Michel Bongongo, combien la RDC a-telle déjà prévu pour la tenue des élections. Son interlocuteur n’aurait pas donné des réponses précises…chiffrées. L’opinion se souviendra que c’est pour des raisons financières d’après le gouvernement, l’élection présidentielle est passé, en 2011, de deux à un seul tour. Naturellement on est passé par les deux Chambres parlementaires pour donner de la crédibilité au scénario monté en derrière minute pour désarçonner l’opposition. La BCC a, par la suite, fait état de l’effondrement de ses réserves en devises consécutives à des sorties des fonds au bénéfice de la CENI. Près d’un demi-milliard de dollars, USD 360 millions selon certaines sources, avaient été décaissés en 2011 pour financer juste les élections présidentielle (à un seul tour) et législatives. Des sommes que pour des raisons financières…justifiables, Yav Mulang ne saurait donner son accord pour un décaissement. Et Mende pourrait toujours rebondir, en rappelant dans une conf’presse qu’il improviserait, un apophtegme de Lumumba « Le peuple a besoin du pain et non d’un bulletin de vote ». Le porte-parole du gouvernement a récemment soutenu que la RDC ne connaîtrait jamais des bouleversements politiques à la Burkina puisque les R-dCongolais ont déjà vengé Lumumba en chassant Mobutu du pouvoir alors que les Burkinabé s’activent à venger Thomas Sankara. Comprenne qui peut. Et les princes de l’Eglise cathos de se demander quel stratagème veut encore monter le gouvernement pour ne pas organiser les élections dans le délai constitutionnel. Les finances ?

http://7sur7.cd/new/elections-enfin-le-gouvernement-a-un-alibi-de-taille-les-finances/


Jules andré
Modérateurs

Messages : 401
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les secrets du palais, Kabilie : le torchon brûle entre Boshab et Pierre Lumbi pour un appel de Ban Ki-moon 1 137 Vues 0 par admin Dans les secrets du palais, Kabilie : le torchon brûle entre Boshab et Pierre Lumbi pour un appel de Ban Ki-moon Le to

Message  Ousmane le Ven 6 Fév - 19:26

Avant d'opter pour cette solution qui ne marchera pas comme tous ce qu'ils ont tenté ce dernier temps, il devrait reconnaître publiquement qu'il ont failli a leurs mission : gouverner c est prévoir et nous sommes en démocratie donc ils savent ce dit la constitution et s'ils n'ont pas pu réserver un pactole pour les élections ce qu'ils ne sont pas digne de dirige la RDC et le peuple devrait considérer ce manquement comme un aveu d’incompétence.

Ousmane
Modérateurs

Messages : 449
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Elections : les bailleurs de fonds prêts à financer

Message  Plameverdi le Ven 6 Fév - 22:37

Unique condition : le calendrier électoral global.

La communauté internationale semble avoir Capté cinq sur cinq le message de la rue venu de la République Démocratique du Congo, au terme de « Trois glorieuses » (lundi 19, mardi 20 et mercredi
21 janvier2015), journées marquées par de violentes manifestations populaires tant à Kinshasa qu’en provinces contre l’alinéa 3 de l’article 8 de la Loi Electorale. Cette disposition, finalement élaguée par les deux chambres du Parlement (Sénat et Assemblée Nationale), conditionnait la tenue des élections au recensement et à l’identification de la population.

Déjà présent au sein de la délégation des diplomates (Envoyés spéciaux de l’Union Européenne, de l’Union Africaine, des Etats Unis d’Amérique, de Grande-Bretagne dans les Grands Lacs) ayant rencontré plusieurs autorités congolaises au milieu de l’année 2014, après la publication par la CENI d’un calendrier partiel des élections, Martin Kôbler vient de se signaler, il y a 48 heures, par un discours entendu il y a presqu’une année. Sans mâcher les mots, le Représentant Spécial du Secrétaire général des Nations Unies en territoire congolais rappelle à la CENI que la communauté internationale attend impatiemment un calendrier global des élections pour lever des options financières de soutien.

Se voulant précis, il a souligné que ce chronogramme devrait comprendre l’ensemble du processus électoral, à savoir les élections locales, municipales, urbaines, sénatoriales, législatives provinciales, législatives nationales mais surtout présidentielle. L’on pense qu’après le retrait de la disposition conflictuelle et la promulgation de la Loi électorale par le Chef de l’Etat, Martin Kôbler ne voit plus d’obstacle à l’organisation, par la Commission Electorale Nationale Indépendante, de tous les scrutins prévus entre 2015 et 2016.

A en croire le numéro un de la Monusco (Mission des Nations Unies pour la Stabilisation du Congo), c’est l’unique condition posée par les partenaires de la RDC pour participer au financement de son nouveau processus électoral.

Les bailleurs n’attendent plus que d’être fixés sur les dates exactes de tous les scrutins avant de mettre la main à la poche.

L’argent est là

Contrairement à ce que pourraient croire ou faire croire certains, les «amis» de la RDC sont prêts à participer aux frais d’organisation des élections, à la seule condition qu’elles concernent toute la chaîne, des locales à la présidentielle. Si la volonté politique d’amener réellement le peuple congolais aux urnes dans les délais constitutionnels est là, la CENI devrait avoir l’élégance d’aller dans le sens du vœu du souverain primaire exprimé bruyamment dans la rue et ayant contraint le Parlement à libérer » le processus électoral de toutes les zones d’ombre de nature à provoquer un glissement du calendrier électoral et partant des mandats des animateurs actuels des institutions de la République.

On se souvient qu’en janvier 2014, lors de la présentation de sa « feuille de route » à l’Assemblée Nationale, en pleine session extraordinaire, la CENI avait évoqué des contraintes financières et juridiques pour justifier son option pour un calendrier partiel. Le souverain primaire ayant lui- même fait le ménage pour le calendrier électoral, il ne se pose plus de problème de soubassement juridique pour la tenue des élections. S’agissant du risque de « panne financière » qui pourrait survenir suite à la précarité d Budget national, la communauté internationale vient de réitérer, par la voix de Martin Kôbler, sa disponibilité à participer à la dépense.

Oui à la souveraineté nationale … oui à l’aide extérieure

L’on entend de plus en plus des autorités congolaises évoquer la thèse de la souveraineté nationale pour émettre des réserves sur l’aide financière internationale au chapitre des élections. Pourtant, à chaque processus électoral, la participation financière et logistique extérieure a toujours été décisive. En 2006 par exemple, le gros du financement était supporté par l’étranger, dans la foulée du Dialogue intercongolais. En 2011, l’aide, financière et logistique extérieure a également pesé de tout son poids dans le, travail de la CENI.

On n’est pas près d’oublier par exemple le transport des kits électoraux et des bulletins de vote par des aéronefs battant pavillon « Monusco » d l’extérieur vers Kinshasa et de Kinshasa vers les villes, territoires, secteurs et villages de l’arrière- pays.

Au sujet de la même souveraineté nationale, elle est tout le temps mise entre parenthèses dès qu’il s’agit de rétablir avec le concours des Nations Unies et d’autres Etats étrangers, la paix troublée dans une partie de la République. A cet effet, on peut constater que les casques bleus de l’Onu sont en campagne permanente sur le territoire nationale depuis presque 16 ans (1999) sans que des avocats de la souveraineté du peuple congolais ne lèvent le petit doigt. Les mandats de la Monusco sont renouvelés mécaniquement, au grand soulagement des compatriotes soucieux de voir s’éloigner définitivement de l’environnement national le spectre de l’insécurité.

Même si l’effort financier du gouvernement congolais s’est considérablement accru, l’apport financier extérieur aux processus électoraux congolais n’a jamais empêché le pays de continuer de fonctionner comme un Etat souverain et le peuple congolais, de s’assumer comme tel. Il serait curieux qu’en 2015 et 2016, l’on se cache derrière la souveraineté nationale pour décliner l’assistance extérieure, au risque de faire imploser le calendrier électoral et provoquer des prolongations des mandats que l’on sait pourtant de tous les dangers.

Kimp
http://7sur7.cd/new/elections-les-bailleurs-de-fonds-prets-a-financer/






Plameverdi
Modérateurs

Messages : 294
Date d'inscription : 27/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les secrets du palais, Kabilie : le torchon brûle entre Boshab et Pierre Lumbi pour un appel de Ban Ki-moon 1 137 Vues 0 par admin Dans les secrets du palais, Kabilie : le torchon brûle entre Boshab et Pierre Lumbi pour un appel de Ban Ki-moon Le to

Message  Esther Ko le Sam 7 Fév - 17:24

Mende avait dit qu'ils n acceptaient (le gouvernement usurpateur ) pas des injonctions de la part des tiers mais ils acceptent leurs aident financière alors que même un gamin sait qu'en acceptant de l aide venu de l extérieur et surtout de l aide du a votre incapacité de gérer la chose publique on s expose aux injonctions parce celui qui donne a le droit de savoir comment est géré son argent.

Esther Ko
Modérateurs

Messages : 283
Date d'inscription : 16/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les secrets du palais, Kabilie : le torchon brûle entre Boshab et Pierre Lumbi pour un appel de Ban Ki-moon 1 137 Vues 0 par admin Dans les secrets du palais, Kabilie : le torchon brûle entre Boshab et Pierre Lumbi pour un appel de Ban Ki-moon Le to

Message  akim le Sam 7 Fév - 17:42

Les Kinois disent : " film ebandi " ils vont s entre-tuer pour gagner la confiance de leur Rwandais de chef .

akim
Modérateurs

Messages : 566
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les secrets du palais, Kabilie : le torchon brûle entre Boshab et Pierre Lumbi pour un appel de Ban Ki-moon 1 137 Vues 0 par admin Dans les secrets du palais, Kabilie : le torchon brûle entre Boshab et Pierre Lumbi pour un appel de Ban Ki-moon Le to

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 4:44


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum