RDC : Paul KAGAME soutient le départ de «Joseph KABILA» ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

RDC : Paul KAGAME soutient le départ de «Joseph KABILA» ?

Message  Pierre Remy le Jeu 12 Fév - 23:26

En RD-Congo, la rue, la presse et l’élite congolaise dans son ensemble, du moins celle qui se groupe, et jusque-là, sous le label de ce qui est appelée sur place « opposition à » ou « de » « Joseph Kabila », tout le monde presque se met à la mode de l’heure. Soit, de celle de « Joseph Kabila dégage» ! Soit, que « l’homme est en train de partir » parce que « fin mandat ». Et je dis bien tout le monde, et j’y insiste, car même le Rwanda de Paul Kagamé, dont « Joseph Kabila » est le cheval de Troie en RD-Congo, soutient, cela via ses représentants dans les institutions du pays, et des représentants que tout le monde connait et voit mais s’en accommode, plus par complaisance et par peur, la fin du règne de l’un de ses lieutenants le plus en vue et qui est placé en première ligne à la tête de l’État. Je sais que cela peut paraître anodin pour certains, mais le silence du Rwanda voisin, dont le « président » s’est toujours montré bavard et empressé sur les questions de la RD-Congo, semble attirer l’attention d’aucun public congolais intéressé ou pas. Aucune intelligence congolaise ne s’en émeut depuis le désormais la rue congolaise et qui, paraît-il par un réveil subite de conscience, se serait de lui-même, et j’en doute fort, rentrerait en ébullition. « Joseph Kabila » est le sommet de l’iceberg d’une infiltration d’une élite rwandaise, qui est à la solde du Rwanda, acquise à sa cause, et qui travaille en RD-Congo, comme « mercenaires » politiques et militaires.

Comment se l’expliquer le fait que cette élite rwandaise susmentionnée, dont certains de ses membres gouvernent la RD-Congo, en y ayant arraché et acquis le statut de leadership national à la fois au sein de l’armée nationale congolaise, où le rapport de force aujourd’hui se montre en défaveur de la FARDC au profit des éléments de l’APR ( entendez l’Armée Rwandaise), et également dans les institutions politiques, puisse adhérer et revendiquer, et tous unis comme les doigts d’une seule main, c’est-à-dire sans aucune note de discordance et fissure en son sein, le changement, contrôlé bien sûr , qui uniquement ne frapperait que l’élément trompeur, à savoir « Joseph Kabila » placé à la tête, de la RD-Congo.

C’est un peu comme dans les années 90 avec le vent de la « Perestroïka » et démocratisation. Des Congolais ont voulu des partis politiques. Mais ils en ont été et bien servi, suffisamment en nombre et en taille. Ils ont voulu la liberté d’expression au détriment de la liberté de pensée, mais combien de journaux on en compte dans ce pays, de radios et autres télévisions. Et aujourd’hui, les Congolais veulent le départ de Joseph Kabila. Alors, Ils l’auront. Ils en seront servis, et même merveilleusement, et ce comme de hamburger à la commande. « Nous » en leur donnerons, semblent s’exprimer les Anglo-saxons, le Rwanda et Paul Kagamé, sinon ce dernier, selon ses habitudes, il se serait déjà signalé avec ses milices devant les portes de Goma, de Bukavu où ses forces s’y trouvent toujours, et ce malgré tout ce qui s’y raconte depuis sur la question.

Mais en quoi le départ de « Joseph Kabila », qui leur a bien servi de couverture puisse également les intéresser jusqu’à jouer à jeu égal avec les Congolais sur cette même question? Relèverait-il de l’ordre du hasard ou il y aurait un détail, un calcul qui comme toujours échappe a un peuple congolais en mal d’impatience et de surveillance. N’est-ce pas que le départ de « Joseph Kabila » pourrait aussi signifier la fin de règne de l’ordre du cheval de Troie en RD-Congo ? Mais qu’obtiendraient-ils à le vouloir et à l’exiger même ? Il y a lieu de se le demander. Quelles seraient les assurances et les garanties qui militeraient en faveur du soutien apporté au départ de « Joseph Kabila ». Et auprès de qui Paul Kagamé et les siens en auraient-ils obtenues ? Devraient-ils y grader leur statut et autres privilèges à la fois au sein de l’armée et sur le plan politique face à un peuple qui semble s’interroger de ce qu’il est en train de devenir ?

« Joseph Kabila » peut partir. Mais non la structure qui sert de fondation à la domination rwandaise en RD-Congo. J’en rêve ou pas. Alors, faut-il en parler ? Comment en parler sans que des citoyens congolais de la RD-Congo ne sentent menacés par le courroux anglo-saxon qui, comme en Ukraine, en Lybie et ailleurs, s’adonnent, ce avec allégresse, et même sans se soucier de représailles (et de qui ?), au jeu de l’instrumentalisation d’un peuple et de toute son élite qui pour la plupart entend du changement le sens de « ôtes-toi-là que je m’y mette ». De grâce, que personne ne nous accuse de radicalisme, bien que l’on connaisse la chanson, du terrorisme, alors que Bill Clinton ne se gêne de dire de Barack Obama qu’ « À une époque, il nous aurait servi notre café », c’est dans le dernier livre d’Edward Klein, La Guerre des Clans, et que l’Occident passe le quart de tout son temps à stigmatiser l’Islam et des Étrangers en l’accusant de tous les péchés du monde? Mais qui veut condamner au silence un peuple qui souffre, parce qu’au nom d’une certaine morale, mais laquelle, non de Dieu et qui la définirait, il lui serait interdit de se poser à lui-même et autres des questions qui fâchent qui relèvent de son identité et de sa seule souveraineté ?

Il y va de notre survie comme nation, comme avenir et comme peuples. Certes que nous voulons la paix parmi nous, mais qui ne la voudrait pas, et également avec nos voisins, mais nous en avons assez pour nos enfants et pour des générations futures de cette humiliation, de cette honte et domination par nos voisins directs.

Une révolution qui est conçue, exécutée et financée par nous comme peuple, est seule libératrice et non restrictive.

Je souris lorsqu’un ami m’appelle et me raconte de tout ce qui se passe, dans le microcosme politique congolais, notamment du dernier numéro du Potentiel qui reprend le désormais slogan-dialogue entonné et soutenu par les Yankee, de la rue qui subitement rentre en transe, et des conversations issues de ses attroupements. Et comme frappé par un puissant orage, mais resté stoïque, je lui prête, ce quand même et sans broncher , mes oreilles surtout quand il se montre tout réjouissant à l’idée que le peuple aurait « vaincu », et que finalement « Joseph Kabila » quittera le pouvoir après que les uns ont eu à faire échec à sa distraction autour de ce qui est malgré tout nommé là-bas et sur place de « révision constitutionnelle ».

Alors, je me demande s’il s’agissait bien de la formule « dégage Joseph Kabila », comme il m’est fréquent de l’entendre, ou c’est plutôt de « fin mandat » de « Joseph Kabila ».

Entre les deux, il y a lieu à s’interroger pour mieux appréhender les ou la raisons d’être d’un dialogue entre « sujets et personnels-dominés » congolais. Mais un dialogue soutenu par les maîtres. Et surtout qu’il se fasse sous perfusion et recommandation des accords d’Addis-Abeba que notre ainé et ami, le professeur Georges Nzongola, qualifie, ce avec raison, de trahison de la patrie. Il serait à ce stade presque le seul à s’être clairement prononcer sur les accords d’Addis-Abeba contre le reste de ses partisans dont les noms participent à la confusion théâtrale qu’est devenue la RD-Congo.

Dans les deux cas susmentionnés, la tenue d’un dialogue ne se justifierait dès lors que dans « dégage Joseph Kabila », les forces qui l’incarneraient, lui imposeraient à la fin son ordre du fait du déséquilibrage du rapport de forces. Ces forces prendront le dessus et dans ce cas n’auront pas besoin d’un quelconque dialogue. Avec qui et pourquoi faire ? C’est également le cas avec la « fin du mandat » de « Joseph Kabila ». Parce que le gars s’en va, et comme il s’en va, et qu’il est enfin arrivé à la « fin mandat », je me demande pourquoi et avec qui dialoguer, si c’est pour affermir la « démocratie », l’asseoir par une passation, non forcée, mais « démocratique et en paix », ainsi que s’amuse à le souligner ce fameux communiqué de presse des Etats –Unis, que reprend presque en boucle, et surtout en chœur, une élite congolaise tout heureuse d’avoir enfin rempli sa mission. Les institutions du pays suffiraient, sauf si on serait malveillant, à assurer la passation du pouvoir en toute tranquillité? Pourquoi chercherait-on à organiser le dialogue ? Comment dialoguer avec « Joseph Kabila » qui n’est pas et n’a jamais été le centre du pouvoir en RD-Congo. Parce que lui-même devrait faire rapport à qui de droit ou s’en référer. Alors pourquoi dialoguer avec lui au lieu de dialoguer directement, et j’affirme, avec les Maîtres de Joseph Kabila » qui sont bien connus. Mais c’est amusant et en révoltant quand ses maîtres renvoient des Congolais à « Joseph Kabila ». Ce jeu de ping-pong a assez duré. Et faut arriver à savoir dire non à cette mascarade, à cette hypocrisie consensuelle, à ôter les masques.

On ne dialogue jamais avec ceux qui ne vous témoignent aucun égard, aucune considération. Et pour qui vous existiez à peine comme une unité de valeur. Vous n’avez jamais acquis sous leurs yeux le statut digne d’interlocuteurs, sauf uniquement d’objets. Et on le voit avec tous ces Congolais qui courent de gauche et à droite et en se mettent scènes. YouTube est plein d’images dans ce sens où des Congolais, ce quand ils arrivent à Washington, s’y précipitent pour se s’y photographier. Et souvent à côté des gens qu’ils présentent, tout en admiratif, comme les décideurs du monde. N’est-ce que pas que ça fait un peu trop. Comment voulez-vous que l’on vous prenne au sérieux, et par qui de sérieux, que l’on vous accordât le statut d’interlocuteur lorsque lors de ces rencontres que vous-même vous cherchez et que vous montrasses petit, ce pour ne pas dire à genoux. Le statut d’interlocuteur ne se donnera jamais ni sur un plateau d’argent, ni par pitié, ni comme au MC Donald, mais il s’arrachera au même titre que la dignité et la souveraineté. Nul ne peut dialoguer quand il se laisse et se contente de se faire recruter comme un simple agent ou comme un simple « nègre de service ». L’Afrique n’en veut plus de ce type d’être ou de spécimen. La RD-Congo non plus. Et c’est plus précisément au niveau de l’acquisition du statut d’interlocuteur que les Romains s’empoignèrent. Car sans entrer dans une situation de rapport de force avec l’adversaire on ne peut se déclarer ou se prétendre égal à lui.

Nous autres avons décidé d’incarner une autre voie. Nous en appelons à tout ce qui vont s’y reconnaitre de se joindre à cette école, car il s’agit d’abord et avant tout d’une école, qui définit en la matière un être type de congolais, identifié comme tel, qui se met à l’école de son identification et a librement décidé d’apprendre à formuler sa marche, ses pas. Nous avons pris le temps à regarder à gauche et à droite, à attendre, sans nous précipiter que ceux qui ont préféré courir avant nous, fassent des propositions à tout le monde. Mais rien ne vient dans ce sens, celui de réapprendre la marche, même en se supportant avec des béquilles. Et ce le chemin est plus craint parce qu’exigeant, notamment de la passion de la souffrance, de l’endurance, de l’apprentissage à jouer et à compter sur le temps. Nous allons nous créer une opportunité ou nous saisirons elle qui se présentera.

Likambo ya mabele, likambo ya makila

[Mufoncol Tshiyoyo]
Published By www.KongoTimes.info - © KongoTimes! - All Rights Reserved.

Pierre Remy
Modérateurs

Messages : 266
Date d'inscription : 24/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : Paul KAGAME soutient le départ de «Joseph KABILA» ?

Message  mapata le Ven 13 Fév - 15:36

Cette publication est un acquis mais restons vigilant car le malin peut nous endormir et nous surprendre en dernier minute mais si tel est le cas il doit nous trouver sur son chemin et surtout il devra marché sur nos corps pour mettre en œuvre son plan machiavélique.

mapata
Modérateurs

Messages : 660
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum