Obama : des ongs américaines le somment de presser Joseph Kabila

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Obama : des ongs américaines le somment de presser Joseph Kabila

Message  akim le Mar 31 Mar - 16:27

Obama : des ongs américaines le somment de presser Joseph Kabila

Des ONGs américaines ont adressé une correspondance à Barack Obama via John Kerry, Secrétaire d’Etat américain pour que Barack Obama s’implique personnellement dans le cadre du processus électoral en Rd-congo,
notamment le respect de la constitution. Ces ONGs posent des préalables au gouvernement américain avant tout financement aux prochaines échéances qui profilent à l’horizon. (Lire ci-dessous la lettre des ONGs
américaines adressée à Obama via John Kerry).Monsieur le Secrétaire Kerry,Comme vous le savez, au
cours des dernières semaines, le terrain politique en République démocratique du Congo a radicalement changé.
Malgré le rejet généralisé de propositions qui pourraient permettre au président Joseph Kabila de contourner
sa limite de deux mandats inscrite dans la Constitution – notamment l’opposition des membres de sa propre
coalition politique – le gou-vernement Kabila a tenté de légiférer un recensement national qui pourrait retard-
er l’élection présidentielle prévue par la Constitution pour l’automne 2016. Mais, en écho au récent soulève-
ment populaire qui a renversé le dictateur de longue date du Burkina Faso, les groupes d’opposition, des étudiants et d’autres éléments de la société civile, ont organisé le mois dernier des manifestations au niveau national, forçant le gouvernement à reculer. Depuis ces événements dramatiques, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a finalement publié son calendrier électoral global qui comprend, pour la première fois, un calendrier pour les élections présidentielles et législatives nationales en 2016.

Ces événements ont ouvert un chemin vers l’accomplissement de l’aspiration politique la plus fondamentale de ses citoyens: de choisir un nouveau gouvernement national qui s’appuiera sur sa légitimité démocratique pour fournir une plus grande sécurité, une meilleure gouvernance et une justice économique accrue. Sous votre direction et celle de l’Envoyé Spécial Russell Feingold, le gouvernement américain s’est judicieusement alignée sur cette aspiration et a entrainé des membres clés de la communauté internationale à bord. Toutefois, si ceci est un moment de nouvelle promesse démocratique, il est aussi l’un des nouveaux dangers. Il y a eu de la violence et du pillage de la part de certains manifestants; une plus grande violence encore a caractérisé la répression du gouvernement de l’expression pacifique. Selon les rapports des groupes de presse et de défense
des droits de l’homme, des centaines de Congolais, y compris des dirigeants de l’opposition et de la société
civile en vue, ont été emprisonnés. Un grand nombre n’ont pas été inculpés ou ont été soumis à des accusations criminelles non crédibles. Cette atmosphère d’intimidation politique sape les perspectives d’un processus électoral libre et équitable. Les enjeux seront encore plus élevés dans l’année et demie menant à l’élection présidentielle critique. Divers dérangeurs et provocateurs pourraient bien chercher à déstabiliser le processus politique.

Tout aussi problématique est le calendrier électoral global lui-même. Comme vous le savez, il y a un cepticisme
généralisé parmi les groupes congolais de l’opposition, la société civile, les experts électoraux , les spécialistes internationaux et les bail-leurs de fonds doutant que le calendrier comprimé pour les élections locales, provinciales et nationales dans les 13 mois est réaliste et réalisable. Avec le coût annoncé du Calendrier – $ 1,145 milliards – c’est la promotion du cynisme quant à savoir si le calendrier va devenir
un nouvel instrument de reporter la cruciale élection présidentielle. Aujourd’hui la question brûlante à la fois pour la RDC, les Etats-Unis et la communauté internationale qui ont tant investi dans le progrès de ce pays est la suivante: Comment pouvons-nous soutenir concrètement « un processus électoral crédible, opportun, inclusif et pacifique [en vertu de la Constitution] » par  » le dialogue entre toutes les parties prenantes »et«
l’espace politique ouvert « pour » l’expression pacifique d’une opinion « ? (Citations de l’équipe d’envoyés spéciaux, Déclaration du 22 Janvier, 2015). Sur la base de notre longue expérience sur la RDC et de larges contacts avec les dirigeants politiques congolais et la société civile, nous sommes convaincus qu’il est temps
pour encore plus de spécificité de la politique américaine. Nous vous exhortons donc à:
(1) Rendre explicite que les Etats-Unis ne vont participer au financement des élections que sur la base des
résultats de la surveillance régulière de la performance de la CENI à conduire un processus électoral crédible,
constitutionnellement opportun et inclusif, y compris sa volonté de s’engager dans un dialogue constructif
sur les questions électorales avec l’opposition et la société civile.

(2) Agir rapidement et avec créativité diplomatique pour promouvoir la facilitation internationale d’un
tel dialogue, une clé pour les élections présidentielles et nationales pacifiques, crédibles et démocratiques.
L’expérience a montré qu’un rôle international est essentiel pour parvenir à un consensus sur des questions électorales urgentes et importantes comme le calendrier, le fichier électoral, les mécanismes d’observation
électorale et l’éducation civique des électeurs.

(3) Incorporer dans la politique américaine actuelle de défense des droits humains une forte identification publique des cas spécifiques où les individus ont été illégalement détenus par le gouvernement ou accusés
d’infractions non crédibles.

(4) Fournir un niveau signifi-catif de l’aide – comparable à celle fournie à d’autres pays importants – pour le développement urgent des partis politiques. Le programme actuel de $ 3.000.000 étalé sur trois ans est tout à fait insuffisant. Sans partis plus efficaces et responsables, la transition démocratique dont les États-Unis font la promotion sera à risque.

(5) Faire pression sur d’autres acteurs diplomatiques clés en RDC pour soutenir l’approche décrite ci-dessus. Une attention particulière devrait être accordée aux représentants de l’Union africaine et les Nations Unies. Monsieur le Secrétaire, vous avez aidé à transformer la politique américaine et internationale en reconnaissant que le développement démocratique est fondamental non seulement pour le peuple congolais mais aussi pour
les intérêts américains et internationaux dans une région énorme et turbulente. Nous vous exhortons à prendre ces cinq mesures importantes pour aider à assurer le succès de cette nouvelle politique.

Cordialement,Eastern Congo Initiative Enough ProjectHumanity United Open Society Policy Center Mvemba Phezo Dizolele – Hoover Institution, Université de Stanford Anthony W. Gambino – Ancien Directeur de la mission
de l’USAID en RDC Mark L. Schneider – Vice-président, International Crisis Group Jason K. Stearns- Directeur,
Congo Research Group, Université de New York Herbert Weiss – Professeur émérite de sciences politiques, Université de la Ville de New York Stephen R. Weissman- ancien Directeur du Staff de la sous-Commission de la
Chambre des représentants sur l’Afrique.

Le Communiqué de Presse des ONGs américaines adressé au Département d’Etat américain

Cette semaine, le Conseil de sécurité des Nations Unies devrait prolonger à nouveau sa Mission de
Stabilisation en République Démocratique du Congo (RDC) – la plus grande opération de maintien de
la paix dans le monde. De mauvais augure pour cet effort cependant, le pays a connu une hausse
spectaculaire des tensions politiques et la violence.
Au cours du mois de Janvier il y a eu des manifestations au niveau national contre les propositions
gouvernementales qui auraient permis au Président Joseph Kabila de contourner sa limite de deux
mandats inscrite dans la Constitution. Les Répliques énergiques de la part du gouvernement ont causé des
dizaines de morts et des centaines d’emprisonnés, et il y a une atmosphère de plus en plus d’intimidation
politique. Lors du dernier incident, le 15 mars, des participants à une conférence de presse parrainée
par l’ Ambassade des États-Unis sur l’engagement des jeunes dans les élections ont été détenus sans
inculpation par le gouvernement et accusés de « subversion. » Tout cela est de mauvais augure pour les
élections libres et équitables qui sont censés se tenir en 2016.
Reconnaissant que la légitimité démocratique est une clé pour « une plus grande sécurité, une meilleure
gouvernance et la justice économique » en RDC, une coalition d’organisations non gouvernementales et
des experts du Congo ont écrit au Secrétaire d’État John Kerry le 18 Mars préconisant « une plus grande
spécificité » dans la politique pro- démocratie de l’Amérique. (Voir lettre ci-jointe). La coalition a exhorté
le gouvernement américain à prendre cinq nouvelles mesures:
(1) Rendre explicite qu’il ne participera au financement des élections que si une surveillance régulière
démontre que la Commission Electorale Nationale Indépendante conduit effectivement un processus
électoral crédible, opportun et inclusif
(2) Agir rapidement pour promouvoir la facilitation internationale d’un dialogue constructif entre le
gouvernement, l’opposition et la société civile sur des questions électorales urgentes telles que: le
calendrier électoral (largement condamné comme irréaliste), la composition de la liste électorale, et les
mécanismes d’observation électorale et l’éducation civique
(3) Développer la politique américaine actuelle de défense des droits humains en incluant l’identification
publique des cas spécifiques où des personnes ont été détenues illégalement par le gouvernement ou
accusées d’infractions non crédibles
(4) Fournir une aide significative – comparable à celle octroyée à d’autres pays importants – pour le
développement des partis politiques plus responsables et efficaces; et
(5) Faire pression sur d’autres acteurs diplomatiques clés, y compris la MONUSCO et l’Union africaine,
pour appuyer l’approche décrite ci-dessus.
Tout en louant le Secrétaire d’Etat Kerry et l’ancien Envoyé Spécial Russell Feingold pour « avoir reconnu
que le développement démocratique est fondamental non seulement pour le peuple congolais mais
aussi pour les intérêts américains et internationaux dans une région turbulente, » la coalition a mis en
garde que ce qui est en jeu dans le processus électoral est tout ce que « la communauté internationale
et les États-Unis … ont investi dans ce pays ‘ » au cours des 15 dernières années.
http://7sur7.cd/new/obama-des-ongs-americaines-le-somment-de-presser-joseph-kabila/

akim
Modérateurs

Messages : 566
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Obama : des ongs américaines le somment de presser Joseph Kabila

Message  akim le Mar 31 Mar - 16:30

Il est venu en botte de pluie et il n aura pas le temps de fuir a moins qu'il le fasse maintenant, sinon on va s en  charger et ainsi le  réduire a son plus simple dénominateur.

akim
Modérateurs

Messages : 566
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum