Débat : l'incursion des militaires rwandais au Nord-Kivu, l'Afrique aux Africains

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Débat : l'incursion des militaires rwandais au Nord-Kivu, l'Afrique aux Africains

Message  Esther Ko le Dim 26 Avr - 19:11

Le titre que celui a poste cette vidéo a donné a cette dernière ne caractérise pas l ensemble du débat que je trouve pour ma part très intéressant, en prenant le premier sujet de ce débat on comprend que le plateau est composé de tête bien faite qui savent ou ne le savent pas qu'ils sont manipuler par le fourbe Jean Marie Kassamba qui toujours dans son costume de défenseur de gouvernement actuel et surtout de sa main dans la mangeoire.
Et pouvez le constater ne pouvant pas être la fois au four et au moulin monsieur JM: Kassamba s entoure de ces imminents journalistes Congolais et souvent les mêmes avec qui il partage le plateau en partant du fait  "Il est impossible à deux personnes de vivre d'accord en ne se cédant jamais rien." je me suis dit le comportement de ses journalistes sont intéressants a nos analyses, ils disent que les médias Congolais sont pauvres alors qu'ils sont en face d un manipulateur qui est toujours dans les bagages du président , ils proposent que le pouvoir en place écoute les opposants et aillent vers le peuple mais sans toute fois comprendre que fait gober le fait que les Congolais je prendrais un seul exemple n ont pas confiance avec leurs institutions.
Monsieur Jean Marie descend dans la rue est tu comprendras que tu vis dans tes rêves de faire perpétuer ton long bras dans la mâchoire mais sache une chose tout a une fin et pause toi la question quel sera ton avenir.

Esther Ko
Modérateurs

Messages : 283
Date d'inscription : 16/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débat : l'incursion des militaires rwandais au Nord-Kivu, l'Afrique aux Africains

Message  mapata le Dim 26 Avr - 19:19



Embarras ? Complicité ? Voilà des questions qui se posent face au silence du « raïs » et de son gouvernement après l’incursion des forces armées rwandaises sur le sol congolais. L’intégrité du territoire national est violée. "Joseph Kabila" avait fait le serment de la "défendre". Où est-il passé? La montée en première ligne du gouverneur du Nord Kivu Julien Paluku dans ce dossier qui touche à la défense nationale surprend. Le bilan – provisoire ? – est là : un soldat de l’armée congolaise (FARDC) grièvement blessé. Jusqu’à quand les Congolais vont-ils se complaire dans le rôle de victime?

Une semaine après la nouvelle incursion de l’armée rwandaise au Nord Kivu, "Joseph Kabila" se tait. On se demande bien quel événement pourrait le sortir de sa torpeur. Premier ministre de pacotille, Augustin Matata Ponyo est également aphone. Ministre de la Communication et des médias, Lambert Mende Omalanga - qui n’est que "la voix de son maître" -, est apparemment démuni d’arguments pour faire son «One man show » hebdomadaire. Prompts à traquer les contradicteurs du régime et les activistes pro-démocratie non-armés, les services de renseignements civils et militaires restent invisibles.

"Domaine réservé"

La réalité est cruelle : les relations entre le Rwanda de Paul Kagame et le Congo dit « libéré » de « Joseph Kabila » sont considérées comme un « domaine réservé ». Un domaine relèvant de la « compétence exclusive » de « Joseph Kabila » et de quelques membres du premier cercle du pouvoir. Des individus cooptés du fait de leur proximité avec les dirigeants rwandais en général et de l’actuel ministre rwandais de la Défense James Kabarebe, en particulier. "James" serait l’homme qui a initié l’actuel locataire du palais de la nation au métier des armes.

Au Congo démocratique, le Premier ministre et le ministre de la Défense nationale sont réduits au rôle de figurants en matières sécuritaire et de défense. Il en est de même du chef d’état-major général de l’armée congolaise, Didier Etumba. Un comble!

Depuis une semaine, le gouverneur du Nord Kivu Julien Paluku est en première ligne. On se demande bien en vertu de quel principe d’autant plus que la défense nationale est du ressort exclusif du pouvoir central. «Je confirme l’infiltration des éléments de l’armée rwandaise sur le sol congolais, à l’intérieur du territoire national, à presque un kilomètre sur la colline appelée Musongoti», a-t-il déclaré. « Nous avons été informés de l’infiltration d’une centaine de militaires rwandais du côté de Kibumba, en territoire de Nyiragongo, à une trentaine de kilomètres au nord de Goma ».

Sans rire, Paluku a exhorté la population à « être vigilante » et de signaler aux autorités « tout mouvement de militaires étrangers ». Questions : où sont passés les services de renseignements civils et militaires dont la mission première consiste à « surveiller » tout ce qui pourrait constituer une menace tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays ? Où sont passés tous ces pseudos «James Bond » qui passent le clair de leur temps à traquer les contempteurs du pouvoir kabiliste?

«Kabila» a peur d’affronter Kagame

La réponse parait aisée : « Joseph Kabila » a tout simplement peur. Il a peur d’affronter le Rwanda de Paul Kagame. Et pour cause, l’actuel chef de l’Etat congolais tient une partie essentielle de sa « légitimité » des actuels dirigeants rwandais et ougandais.

C’est connu, Paul Kagame et Yoweri Kaguta Museveni ont été les véritables promoteurs de l’AFDL (Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre) qui avait porté Laurent-Désiré Kabila au pouvoir un certain 17 mai 1997. « Joseph Kabila » n’est, en fait, qu’un « sous-produit » de ce que LD Kabila appelait un « conglomérat d’aventuriers ».

«Conglomérat d’aventuriers» ou pas, l’homme qui trône à la tête du Congo-Kinshasa n’est qu’une marionnette. Il est tenu en laisse par ses parrains ougandais et rwandais. Cette situation explique la frilosité ambiante dans la capitale.

Selon le général de brigade Léon-Richard Kasonga, porte-parole des FARDC au Nord Kivu, les soldats rwandais étaient « partis après ce contact à 900 mètres de la frontière ». Une information démentie jeudi 23 avril par un officier congolais contacté par l’AFP.

Selon des observateurs, « Joseph Kabila » et les « durs » de son régime seraient en quête d’un « alibi » pour faire retarder l’organisation des élections en général et la présidentielle en particulier. D’aucuns voient en cette incursion rwandaise, le « premier acte » d’une opération destinée à donner au « raïs » des arguments pour décréter l’état d’urgence. On le sait, des militaires ougandais ont été signalés dans le territoire de Beni.

A Kinshasa, le silence des gouvernants prend le relief d’une félonie au sommet de l’Etat. Dénuée de toute capacité d’indignation, la population regarde et laisse faire. Jusqu’à quand?

Baudouin Amba Wetshi
© Congoindépendant 2003-2015
http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=9873

mapata
Modérateurs

Messages : 660
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum