LU POUR VOUS !

Page 6 sur 15 Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 10 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: LU POUR VOUS !

Message  Mathilde le Sam 25 Mai - 16:02

NGOYI KASANJI GOUVERNEUR DU KASAÏ ORIENTAL A DEPENSE 1 MILLION DE DOLLARS POUR SES 50 ANS!


Il a fêté du jeudi 28 février au dimanche 3 mars 2013 son cinquantième anniversaire à Mbuji-Mayi, chef-lieu de la province dont il est le gouverneur. Les coûts des festivités sont estimés à un million de dollars américains dans une ville dont les routes sont impraticables et dont les enfants et les femmes occupent les trottoirs de l'aéroport jusqu'en ville pour mendier 200 francs congolais (environs 15 cents) afin se nourrir. Cette information nous a été livrée par une personne digne de foi. Il s'agit en fait d'un ami de la diaspora qui avait passé ses vacances à Mbuji-Mayi, dans la riche province du Kasai Oriental.

Monsieur le gouverneur du Kasai Oriental, Ngoyi Kasanji, surnommé Jack Bauer, du nom de l'acteur du feuilleton télévisé américain 24 heures chrono, aurait fait appel à quatre groupes musicaux pour agrémenter les dites festivités. Il s'agit des groupes Zaiko Langa-Langa, de Koffi Olomide, de Tshiala Muana et de Mike kalambayi. Chacun de groupes aurait empoché une coquette somme de cent mille dollars. Le dernier jour, soit dimanche 3 mars, monsieur Ngoyi Kasanji, dit Jack bauer, aurait convié les jeunes de Mbuji.Mayi à un dîner dans un grand restaurant de la place.

Qu'est-ce qu'on ne ferait pas avec un million de dollars lorsqu'on sait que les étudiants de l'université de Mbuji-Mayi suivent les cours dans des hangars et que l'université manque des laboratoires et une bibliothèque fiables. Selon la même source, monsieur "Jack Bauer" se comporterait en petit dictateur passant son temps à terroriser tout le monde dans son entourage, du huissier aux députés provinciaux, puisqu'étant sûr du parapluie qui le protège au plus haut sommet de l'Etat. Monsieur Ngoyi Kasanji cumule, du reste, les fonctions du député national et de gouverneur, chef de l'exécutif de la province du Kasai Oriental.

Source: Grand Kasaï canal blog.

_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: LU POUR VOUS !

Message  Mongo Elombe le Lun 27 Mai - 10:07

http://radiookapi.net/actualite/2013/05/26/katanga-des-militaires-controlent-des-depots-des-mines-mulungwishi/

Ce commentaire d'un compatriote dit tout

La loi est claire à ce sujet, la garde républicaine est un outil que l'état met à la disposition du président de la république pour sa sécurité et celle de ses dépendants. Je ne comprends pas où la sécurité du président est menacée dans des dépôts miniers. A moins que celui-ci fasse du commerce, ce que la loi lui interdit formellement. Quand apprendra t-on à respecter les lois de la république au sommet de l'état ?

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LU POUR VOUS !

Message  Mongo Elombe le Lun 27 Mai - 10:18

Beni: la société civile decrète 3 jours "ville morte" contre l'insécurité



La société civile de Beni, un territoire de l'Est de la République démocratique du Congo, a décrété trois jours de "ville morte" pour protester contre l'insécurité "très préoccupante" et l'"impuissance" des autorités, indique-t-elle dans un communiqué.

"Après (un) aperçu général, la situation est caractérisée par des tueries, viols, vols en main armés, des enlèvements sous l'oeil impuissant des autorités tant politico-admnistratives que militaires", estime Teddy Kataliko, président de la société civile de Beni, cité dans le document.

"Suite à la situation sécuritaire très préoccupante (...), il s'est tenu une réunion extraordinaire à Oicha avec toutes les couches et composantes de la société civile" de Beni, situé dans la province riche et instable du Nord-Kivu, selon les termes du communiqué.

En conséquence, selon le communiqué, la société civile de Beni "décide de décréter trois jours de journées ville morte à partir de ce samedi 25 mai".

D'autre part, la société civile de Beni prévoit à partir de lundi la "suspension du paiement des taxes et impôts de caractère local, provincial et national jusqu'au rétablissement de la paix".


Beni, 25/05/2013 (AFP / MCN, via mediacongo.net)







Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LU POUR VOUS !

Message  Mongo Elombe le Lun 27 Mai - 13:52

C'était d'une importance CAPITALE tchurrrrr.

http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=8026

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LU POUR VOUS !

Message  Mongo Elombe le Lun 27 Mai - 14:34

http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2732p034.xml0/cpi-sanction-rwanda-corruptionpaul-kagame-le-rwanda-n-a-pas-ete-fait-pour-moi.html

KAGAME dit certaines vérités.


Pourquoi a-t-on décidé de ne pas nous croire, alors que tout le monde s'accorde à reconnaître que les problèmes du Congo sont des problèmes fondamentalement congolais ? Qu'ils touchent à la gouvernance, à la citoyenneté, à l'identité de ce pays ? Pourquoi aussi peu de gens nous croient, alors que chacun se rend compte que la mission des Nations unies, qui était censée aider à rebâtir un État, ne sert manifestement à rien ?

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LU POUR VOUS !

Message  Muana Milano le Lun 27 Mai - 15:04

Mongo Elombe a écrit:http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2732p034.xml0/cpi-sanction-rwanda-corruptionpaul-kagame-le-rwanda-n-a-pas-ete-fait-pour-moi.html

KAGAME dit certaines vérités.


Pourquoi a-t-on décidé de ne pas nous croire, alors que tout le monde s'accorde à reconnaître que les problèmes du Congo sont des problèmes fondamentalement congolais ? Qu'ils touchent à la gouvernance, à la citoyenneté, à l'identité de ce pays ? Pourquoi aussi peu de gens nous croient, alors que chacun se rend compte que la mission des Nations unies, qui était censée aider à rebâtir un État, ne sert manifestement à rien ?

Sauf que le Congo est destabilisé à partir du Rwanda.Cela tout le monde le sait depuis longtemps.

Muana Milano
Modérateurs

Messages : 1321
Date d'inscription : 19/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: LU POUR VOUS !

Message  Mongo Elombe le Lun 27 Mai - 16:00

Muana Milano nga tomata tokita, je n'en veux pas au Mr parceque soki azosakana na CONGO eza bakonzi na biso pour moi ils sont responsables et lui ne fait que profiter de l'occasion.

Alobi pourquoi se focaliser sur le M23 ors qu'il y a plusieurs groupuscules, pourquoi kabila pour mater le peuple bangu et au Kivu on attends le messie.

Toza mpe kobosana nos propres militaires participent à ce carnage, c'est comme dire les occidentaux sont responsables????

Bakutanaka mais j'amais officiellement KABILA n'a condamné KAGAME pourquoi et pourquoi bakutanaka?


Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LU POUR VOUS !

Message  Muana Milano le Lun 27 Mai - 16:24

Mongo Elombe a écrit:Muana Milano nga tomata tokita, je n'en veux pas au Mr parceque soki azosakana na CONGO eza bakonzi na biso pour moi ils sont responsables et lui ne fait que profiter de l'occasion.

Alobi pourquoi se focaliser sur le M23 ors qu'il y a plusieurs groupuscules, pourquoi kabila pour mater le peuple bangu et au Kivu on attends le messie.

Toza mpe kobosana nos propres militaires participent à ce carnage, c'est comme dire les occidentaux sont responsables????

Bakutanaka mais j'amais officiellement KABILA n'a condamné KAGAME pourquoi et pourquoi bakutanaka?


mongo,

ceux dont tu nommes comme nos propres militaires,sont en fait des Rwandais que l'on avait incorporés dans l'armée.Lorsque l'on parle des FARDC dans l'Est,ces sont en réalité des militaires Rwandais de l'époque du RCD Goma.Donc,tu vois bien que tout est planifié la bas.

Muana Milano
Modérateurs

Messages : 1321
Date d'inscription : 19/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: LU POUR VOUS !

Message  Mongo Elombe le Lun 27 Mai - 18:35

Mathilde a écrit:NGOYI KASANJI GOUVERNEUR DU KASAÏ ORIENTAL A DEPENSE 1 MILLION DE DOLLARS POUR SES 50 ANS!


Il a fêté du jeudi 28 février au dimanche 3 mars 2013 son cinquantième anniversaire à Mbuji-Mayi, chef-lieu de la province dont il est le gouverneur. Les coûts des festivités sont estimés à un million de dollars américains dans une ville dont les routes sont impraticables et dont les enfants et les femmes occupent les trottoirs de l'aéroport jusqu'en ville pour mendier 200 francs congolais (environs 15 cents) afin se nourrir. Cette information nous a été livrée par une personne digne de foi. Il s'agit en fait d'un ami de la diaspora qui avait passé ses vacances à Mbuji-Mayi, dans la riche province du Kasai Oriental.

Monsieur le gouverneur du Kasai Oriental, Ngoyi Kasanji, surnommé Jack Bauer, du nom de l'acteur du feuilleton télévisé américain 24 heures chrono, aurait fait appel à quatre groupes musicaux pour agrémenter les dites festivités. Il s'agit des groupes Zaiko Langa-Langa, de Koffi Olomide, de Tshiala Muana et de Mike kalambayi. Chacun de groupes aurait empoché une coquette somme de cent mille dollars. Le dernier jour, soit dimanche 3 mars, monsieur Ngoyi Kasanji, dit Jack bauer, aurait convié les jeunes de Mbuji.Mayi à un dîner dans un grand restaurant de la place.

Qu'est-ce qu'on ne ferait pas avec un million de dollars lorsqu'on sait que les étudiants de l'université de Mbuji-Mayi suivent les cours dans des hangars et que l'université manque des laboratoires et une bibliothèque fiables. Selon la même source, monsieur "Jack Bauer" se comporterait en petit dictateur passant son temps à terroriser tout le monde dans son entourage, du huissier aux députés provinciaux, puisqu'étant sûr du parapluie qui le protège au plus haut sommet de l'Etat. Monsieur Ngoyi Kasanji cumule, du reste, les fonctions du député national et de gouverneur, chef de l'exécutif de la province du Kasai Oriental.

Source: Grand Kasaï canal blog.

Avec un million il peut faire beaucoup de chose mais Mr se fait plaisir.............Mawa plein.

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LU POUR VOUS !

Message  Mongo Elombe le Ven 31 Mai - 11:49

http://www.ingeta.com/la-diplomatie-congolaise-les-esclaves-heureux-et-la-guerre-ideologique/

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LU POUR VOUS !

Message  Mongo Elombe le Ven 31 Mai - 15:47

RDC : Traqué de toute part, «Joseph KABILA» vit dans la clandestinité !

29/05/2013 07:56:00KongoTimes!






Jamais Chef d’Etat n’a vécu en clandestinité dans "son" pays comme « Joseph Kabila » en RDC. Jamais leader politique n’a autant eu peur du peuple qui est sensé l’avoir élu comme l’est le fils d’Adrien Kanambe vis-à-vis du peuple congolais. Mobutu qu’on disait dictateur sanguinaire organisait chaque année au moins un «rassemblement populaire» devant une foule de centaines de milliers de congolais, suivi d’un bain de foule. Vous voulez connaître la différence ? L’un était un leader congolais parmi les siens, tandis que l’autre est un imposteur étranger dans un pays occupé. Il a beau avoir des collabos congolais et des griots qui chantent dans les médias pour le magnifier, Kanambe reste un dictateur rwandais sous la peau d’un président congolais ! Et comme l’habit ne fait pas le moine, Hyppolite Kanambe ne se sent pas à l’aise dans l’abbaye où il est cloitré.

La pression du peuple congolais qui se réveille de partout n’arrange pas son sort. Bien qu’il ait éloigné presque tous les militaires autochtones congolais du cercle de sa protection rapprochée, l’homme sent la mort planer à tout moment sur sa tête. Il conduit son véhicule lui-même car il n’a pas confiance aux chauffeurs militaires congolais. Les mercenaires rwandais et tanzaniens autour de lui ne maîtrisent pas encore bien les rues cabossées de Kin-la-poubelle et surtout pas, sans lumière pendant la nuit. Chaque soir, il change de lieu plusieurs fois avant de s’échapper seul avec deux « anges » gardiens rwandais dans son véhicule pour une destination inconnue de tous. Un vrai calvaire.

Depuis qu’il a à nouveau échappé à quelques boulets au début du mois de mai, Kanambe a redoublé de vagabondage pour tenter de semer ses poursuivants réels et imaginaires. Car l’homme est tombé dans la paranoïa. Et depuis une semaine, l’imposteur a déserté toutes ses cachettes pour venir loger dans les enceintes… du Palais du Peuple, siège officiel du Parlement congolais ! Il occupe les bureaux réservés au Chef d’Etat qu’il a transformés en logement de circonstance. L’environnement du Palais du Peuple semble lui procurer un certain répit. Pour combien de temps ?

La tension au sein de l’armée monte irréversiblement. La majorité des officiers et des militaires congolais ne décolère plus depuis qu’elle découvre chaque jour le jeu hypocrite de son « commandant suprême » qui compose avec l’ennemi au front à l’Est de la RDC et sacrifie chaque jour les fils et filles du pays sur l’autel des occupants ougandais et rwandais. Kanambe qui rechigne à payer comme il se doit les soldats congolais, qu’il préfère voir réduits à l’état de semi-clochards, n’hésite pas par contre à faire bénéficier de ses largesses les mercenaires étrangers à sa solde en leur versant des rémunérations à faire pâlir de jalousie même les plus hauts gradés congolais. Du côté de l’ANR et de la DEMIAP, les agents congolais constatent que le dictateur rwandais ne leur fait plus confiance. Il a constitué un service parallèle composé essentiellement d’étrangers auxquels il consacre désormais le budget réservé aux services officiels de l’Etat congolais. Conséquence : les services de l’ANR et de la DEMIAP sont privés de leurs frais de fonctionnement !

Au lieu de geindre comme des chiots privés de nourriture maternelle, les agents des services spéciaux devraient lire les signes des temps et comprendre que ces faits arrivent pour faire tomber les écailles de leurs yeux afin de voir et comprendre que le moment est venu pour eux de réaliser qu’ils ne survivront pas à l’occupation de notre pays ! Ils seront les premières victimes à être éliminées parce qu’ils constitueront un danger certain pour les occupants. Leur statut de collabo qui les rend encore utiles aujourd’hui deviendra plutôt un motif pour leur neutralisation. Un homme averti en vaut deux!

Paris, le 29 Mai 2013

Candide OKEKE

L’ŒIL DU PATRIOTE




Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LU POUR VOUS !

Message  Mongo Elombe le Sam 1 Juin - 20:44

Les policiers escrocs lâches ont fuit kieee

http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=194051&Actualiteit=selected

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LU POUR VOUS !

Message  Mongo Elombe le Mar 4 Juin - 18:54

http://www.planetenonviolence.org/Les-Pays-Occidentaux-Sont-Des-Putschistes-En-Syrie-Aussi_a3109.html

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LU POUR VOUS !

Message  Plameverdi le Mar 4 Juin - 19:41

Mongo Elombe a écrit:Les policiers escrocs lâches ont fuit kieee

http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=194051&Actualiteit=selected

Ceci démontre que la sécurité totale n´existe pas si on étudie bien n´importe quel système de sécurité on finit par trouver une faille ceci devrait faire réfléchir ceux qui se moque chaque jours des Congolais.

Plameverdi
Modérateurs

Messages : 294
Date d'inscription : 27/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: LU POUR VOUS !

Message  Muana Milano le Mar 11 Juin - 13:16


Bachar El Assad est entrain de gagner la guerre contre les terroristes venus de plusieurs pays Arabes,avec le soutien des Occidentaux,mais on ne veut pas en parler,puisque ça sera aussi leur defaite à eux,qui se croient maitre du monde.
Dès que cette affaire sera reglé,le dossier du plateau de Golan reviendra sur la table.Cette fois,la restitution se fera de gré ou de force.
Voilà le genre de president qu'il faut pour un pays comme la RDC.Bien qu'il soit aussi un dictateur,mais c'est un homme à poigne,qui defend les interets de son pays au peril de sa vie.

Muana Milano
Modérateurs

Messages : 1321
Date d'inscription : 19/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: LU POUR VOUS !

Message  mapata le Mar 11 Juin - 15:17

Pas si vite frère il a gagné une bataille, mais il reste fragile, je viens d´apprendre a l´instant que les rebelles ont pu contourné toute les système de sécurité mise par Bachar et ont frappé au cœur de la Capitale.
Je ne comprend pas votre lecture de la situation Bachar se bat contre son propre peuple ceux qui sont venus sont venus après, au début c´était les Syriens entre eux.
Il. ne sortira pas vainqueur de cette guerre, les occidentaux vont bientôt céder quelque chose aux Russes et les Russes vont se désintéresser bientôt de Bachar et ça sera sa fin.
Concernant le plateau du Golan il faut oublier parce que la les Américains et leurs alliés entreront ouvertement en guerre et même les Russes ne pourront rien faire.

mapata
Modérateurs

Messages : 660
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: LU POUR VOUS !

Message  Mongo Elombe le Mer 12 Juin - 17:04

Charly Esalo:"Le fameux dialogue inter-congolais est un poker-menteur exécrable, un gigantesque attrape-nigaud de Joseph Kabila"
Par Freddy Mulongo, mercredi 12 juin 2013 à 11:41 :: radio:: #3695:: rss

Charly Esalo: "Le fameux dialogue inter-congolais est un poker-menteur exécrable, un gigantesque attrape-nigaud de Joseph Kabila"
La République démocratique du Congo n'a pas une armée digne de nom, une armée républicaine qui protège les citoyens et nos frontières. L'armée de Joseph Kabila est une armée d'infiltrés. Au lieu des Etats généraux des Forces Armées de la République démocratique du Congo (Fardc), Joseph kabila, Léonbitch Kengo wa Dongo, Edouard Mokolo, Evariste Boshab, François Mwamba, Koyagalio...veulent d'un dialogue inter-congolais ! Pour une majorité présidentielle qui a soit disant gagnée les élections du 28 novembre 2011, n'est pas ahurissant ? Le feu Général Mahele disait que "Armée ezali ekunde té", c'est-à-dire l'Armée n'est pas une poubelle ! L'Armée de Joseph Kabila ressemble beaucoup plus à une déchetterie qu'à autre chose: une armée des seigneurs de guerre, pillards, violeurs, massacreurs...et qui n'arrive même pas à récupérer un seul territoire des mains de miliciens tutsi rwandais. Le peuple congolais est abandonné à son propre sort ! Dialogue inter-congolais, pour quoi faire ? Les congolais sont-ils en conflit entre eux ? Non ! Un dialogue Inter-congolais pour le partage des pouvoirs ? Non ! Actuellement le peuple Congolais n’est ni disposé ni préparé à cautionner une diversion supplémentaire à échelle nationale pour l’humilier d’avantage et le faire perdre sa démocratie. Les Congolais : n’ont pas des problèmes entre eux pour assister à un dialogue inter-congolais, ils jouissent déjà d’une cohésion nationale qui les unie et les protègent contre toute agression extérieure voulant les séparer ou les diviser. Joseph Kabila et sa bande ont le plein pouvoir: toutes les institutions républicaines sont prises en otage pour servir les intérêts d'un individu. Pour Charly Esalo, le dialogue inter-congolais est un poker-menteur, un gigantesque attrape-nigaud pour des congolais amnésiques. Comment voulez-comprendre qu'au premier hold-up électoral lors des élections Louis Michel 2006, les congolais de l'Etranger ont été exclus, pour le second hold-up électoral de novembre 2011, les Congolais ont été de nouveau exclus. Chose étonnante, c'est à Liège , en Belgique fief de Louis Michel, que la Constitution de la République démocratique du Congo a été rédigée sans congolais-sauf deux naturalisés Belges: Evariste Boshab et Bob Kazadi kabamba, deux aphones qui ont meublé la salle. D'ailleurs cette Constitution porte bien son nom: La Constitution de Liège. C'est dans cette ville belge, après avoir organisé le premier hold-up électoral au profit de Joseph kabila, candidat de Louis Michel et de la communauté internationale, que l'abbé Malu Malu a été fait Docteur honoris causa, sans doute Docteur es fraude et tricherie électorale. C'est à Liège qu'enseigne Bob Kazadi Kabamba, individu ombrageux et obscurantiste qui doit tout à "Big Loulou", c'est ce dernier qui a payé ses études. C'est encore à Liège que quelques congolais sans légitimité dans notre Communauté congolaise vont se réunir du 28 au 30 juin 2013 afin d'aller participer on ne sait pas au nom de qui au fameux dialogue inter-congolais de Joseph Kabila. Les congolais doivent se réveiller et comprendre ce qui se passe. Si Joseph Kabila veut son dialogue inter-congolais, c'est parce qu'il a un problème de légitimité. Lui, son gouvernement fantoche, ses parlementaires godillots, ses juges achetés, ses policiers anti-peuple dirigent par défi. Limpide comme l'eau de source, l’illégitimité de Joseph Kabila à la tête de la RDC est connue de tous. La crise actuelle en République Démocratique du Congo n’est ni tribale, ni ethnique, ni fatalité ni prédestination, mais une réalité, celle de « l’illégitimité de Joseph Kabila » qui s’est installé à l’aide des multinationaux à la tête de la RDC par la force des armes, par les fraudes massives et les tricheries. Le tout dans l’ignorance des Institutions de l’Etat, de l’absence du respect des droits de l’homme et de la dignité humaine.

Les congolais de l'étranger qui iront à Kinshasa pour le dialogue inter-congolais de Joseph Kabila sont illégitimes dans notre lutte.
Trackbacks
Aucun trackback.
Les trackbacks pour ce billet sont fermés.
Commentaires
1. Le mercredi 12 juin 2013 à 12:23, par jhon
Ils tous voleurs

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LU POUR VOUS !

Message  Mongo Elombe le Mer 12 Juin - 22:41

Afrique, Rébellion mode d’emploi
    




[url=javascript:void(0);]inShare[/url]1





I – Ceux qui pensent que les rebellions vont cesser dans les jours prochains, se trompent lourdement d’époque. En ces temps de bruits et de fureurs, les rebellions vont se multiplier sur le continent africain comme des champignons après la pluie. Les années à venir comportent des risques graves de déstabilisation pour tous. La rébellion, c’est le moyen le plus simple pour le politicien sans avenir ou pour celui qui n’a pas terminé ses études ou encore pour celui qui ne sait ni lire et écrire de se réaliser et de donner un sens à sa propre vie.
Les africains affrontent sans le savoir une période semblable aux temps sanglants des mouvements de guérillas en Amérique latine. Quand les guérilleros barbus s’emparaient du pouvoir à la Havane le 1er janvier 1959, personne ne voyait venir l’effet boule de neige et surtout l’ampleur des mécontentements qui allaient pousser les uns et les autres à faire le choix tragique de la lutte armée comme voie de solution pour arriver au pouvoir.
Observez bien les zapatistes au Mexique, les sandinistes au Nicaragua, les FARC en Colombie, le Sentier Lumineux au Pérou, le front Farabundo Marti de libération nationale au Salvador, l’unité révolutionnaire nationale du Guatemala, les Montereros de l’armée révolutionnaire du peuple d’Argentine sans parler du mouvement de libération nationale Tupamaros d’Uruguay. Bref beaucoup de ces mouvements ont été désarmés et d’autres sont aujourd’hui encore très actifs.
Le bilan de leurs actions est devant nous, ils ont plongé de nombreux pays dans l’instabilité, retardé des nations, détruit de nombreuses infrastructures et par-dessus tout ont provoqué la mort de nombreuses personnes pour la plupart des innocentes victimes de conflits qui, ironiquement étaient censés leur apporter la paix la sécurité et le bonheur.
En Afrique avec des complicités étrangères et celles du voisinage, des rébellions sont arrivées au pouvoir sans apporter la paix, la sécurité et le bonheur pour tous. Le Congo des Kabila et fils est sous nos yeux. Les rebelles une fois au pouvoir sont sur le qui-vive et voient dans l’expression de la moindre différence une forme d’opposition inacceptable.
Les braquages, les coupeurs de routes et les cambriolages se multiplient. Les prisons sont bondées des adversaires politiques. Des tueurs qu’on n’identifiera jamais écument villes et campagnes au nez et à la barbe de gouvernements plus préoccupés à placer les membres de leur groupe ethnique ainsi que leurs neveux, cousins, frères et nièces dans les institutions de l’état. Nous faisons le pari que bientôt les tantes, les oncles et les grands-mères, seront sollicités pour occuper des postes de responsabilités dans nos malheureux pays africains.
Les partisans du groupe ethnique rebelle sont tranquilles et assistent dans une sorte de jouissance sans fin à la maltraitance des autres composantes de la nation humiliée, qui a désormais la terreur comme compagnon de route. Les prières n’y changeront rien, c’est celui qui a les armes qui détient le pouvoir. Les vaincus ont le choix entre l’exil, prison ou mourir égorgés après avoir assisté au viole de sa fille, de sa femme, au pillage de sa maison et la perte de son travail.
II – Des exemples concrets
Une rébellion dans le cas qui nous intéresse est un soulèvement armé pour changer par la force des armes l’ordre politique et institutionnel d’un pays. C’est l’armée de résistance nationale Ougandaise, avec à sa tête un certain Yoweri Museveni, qui chassa le général Tito Okello du pouvoir à Kampala le 27 janvier 1986, depuis l’Ouganda est un pays militarisé, où l’opposition est sûre et certaine de perdre toutes les élections qu’organisera le régime au pouvoir à Kampala.
La découverte du pétrole au Tchad et son éventuel exploitation vers le début des années 1980, avait complètement déstabilisé ce pays à travers des rébellions et des interminables mouvements d’insurrections. De Goukouni Ouaddaï, à Hissen Habré pour arriver à l’actuel président Tchadien Idriss Deby ITNO.
L’armée populaire de libération du soudan de John Garang, est aujourd’hui au pouvoir à Djuba, la capital du Soudan du sud, après une sécession dans la douleur avec le Soudan.
Le front patriotique rwandais qui est aujourd’hui au pouvoir à Kigali, était d’abord et avant tout un mouvement armé des opposants au régime génocidaire Hutu du général d’opérette Juvénal Habyarimana.
Au Libéria, la rébellion de Charles Taylor initiée en décembre 1989 dans la région du Nimba, a certes chassé Samuel Doé du pouvoir, mais en ruinant complètement ce pays qui a du mal à se relever aujourd’hui au plan économique et social.
Dans la Sierra Leone voisine, la rébellion déclenchée par le front révolutionnaire uni, opposé au régime du président joseph Momo. Ce pays est sorti complètement exsangue d’une guerre civile atroce entre 1991 et 2002. C’est également une rébellion politique et militaire dirigée par Laurent Désiré Kabila qui chassa Mobutu du pouvoir en mai 1997.
En ce qui concerne la Côte d’ivoire, c’est le pays malade qui se croit guéri alors que les métastases de son état cancéreux, progressent rapidement des poumons vers le cerveau. La rébellion de septembre 2002 et la crise électorale n’ont pas servi de leçons aux dirigeants politiques de ce pays, qui n’est rien d’autre qu’un malade en rémission.
Le cas du Mali est devant nous, avec la proclamation de la république fantasmagorique de l’AZAWAD, par la rébellion du MNLA. Un coup d’Etat militaire, une désorganisation totale du pays, un président provisoire et une intervention étrangère, celle de la France pour libérer un pays à bout de souffle. Voilà le Mali totalement exsangue lui aussi dans une Afrique de l’Ouest en pleine recomposition.
III – Mode opératoire des rébellions en Afrique
A – Il faut avoir la presse et l’opinion internationale à ses cotés quand on déclenche une rébellion. Les islamistes du nord du Mali avaient perdu la guerre le jour où ils se sont mis à appliquer la sharia en plein désert. Les images des mutilations, avaient profondément choqué le monde et desservies leurs causes.
Tandis que Les images de la famine et des enfants malades à l’intérieur du réduit biafrais en 1968, avaient fait le tour du monde et suscité de nombreuses sympathies à la cause du Biafra, alors qu’en réalité c’étaient des sécessionnistes qui voulaient faire voler en éclat l’ensemble fédéral nigérian.
Dans le même registre, notre frère, Patrice Lumumba, le président du mouvement national congolais et premier ministre du Congo fut présenté en 1960, comme un communiste notoire agent de Moscou, opposé aux intérêts occidentaux. Tandis que Moïse Thsombé un falot et une marionnette insignifiante, qui deviendra premier ministre du Congo, fut présenté comme un sage et un visionnaire ami de l’occident. Celui qui écrit ces lignes fut témoin de son arrivée à Abidjan en mai 1965 pour participer au sommet des pays membres de l’OCAM. Une de ces organisations africaines à la remorque de la France qui n’existent plus aujourd’hui. Comment avons-nous pu aller aussi loin dans irresponsabilité ?
C’est dans ce même but que, Charles Taylor, fut présenté au début de sa rébellion, comme le sauveur qui venait délivrer le Liberia de la dictature criminelle de Samuel Doe. Tandis que le FPR, qui venait mettre fin au Génocide des Tutsis du Rwanda était présenté comme des criminels antis hutus soutenus par le voisin anglophone Ougandais. C’est cette vision manichéenne qui avait poussé la France dans le camp des génocidaires Hutus rwandais.
C’est à ne rien comprendre de la cohérence et de la morale en politique. Ne parlons même pas de Gbagbo Laurent qui fut présenté comme un dictateur sanguinaire. Alors qu’on passait sous silence les exactions de la rébellion ivoirienne. On peut aujourd’hui acheter la presse et l’avoir avec soit, c’est un atout précieux pour faire triompher la cause d’une rébellion, Laurent désiré Kabila avait cet avantage avant d’affronter sur le terrain les FAZ, l’armée zaïroise de Joseph Désiré Mobutu. Il s’agit ici de comprendre l’histoire humaine avec les lunettes de la cohérence que la raison exige de nous.
B – Une rébellion stock d’abord une importante quantité d’armes, des munitions, des vivres et des médicaments sur sa base arrière. En second lieu, la rébellion s’appuie toujours sur un pays voisin qui lui sert de base de replie et d’approvisionnement logistique. Il ne faut jamais déclencher une guérilla ou une rébellion sans base arrière.
L’Armée de résistance nationale qui porta Museveni au pouvoir en 1986 avait le soudan comme base arrière. Pour le FPR au Rwanda ce fut l’Ouganda. La rébellion de Charles Taylor est partie de la région Ouest de la Côte d’Ivoire. La rébellion casamançaise qui dure depuis plus de vingt ans et qui a plusieurs fois endeuillé le Sénégal est adossée à la Guinée Bissau.
Le front révolutionnaire uni de Sierra Leone, est parti du Liberia. C’est le Rwanda qui fut la base arrière de l’AFDLC, l’alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo. La rébellion politique et militaire qui chassa Mobutu du pouvoir le 16 mai 1997. Ce n’est un secret pour personne que le MPCI de Soro Guillaume qui endeuilla la Côte d’ivoire par une rébellion sans fin fut constitué, entrainé et préparé au Burkina Faso.
La rébellion touareg actuelle au Mali, fut constituée en Lybie au lendemain de la chute du colonel Kadhafi. La rébellion touareg du Niger dans les Massifs de l’Aïr que dirigeait Mano Dayak bénéficiait du soutien de la Lybie. La rébellion armée du M23 qui est en lutte contre le gouvernement congolais de Joseph Kabila, a le Rwanda comme base arrière. Les rebelles du Séléka qui sont au pouvoir aujourd’hui à Bangui au Centrafrique, sont venus du Tchad voisin. Nous pouvons multiplier les exemples à l’infini pour démontrer que sans base arrière il est difficile de mener avec succès une rébellion.
La sécession katangaise de Moïse Thsombé prend fin le 17 janvier 1963, par une intervention massive des forces de l’Onu, mais aussi parce que les forces sécessionnistes n’avaient pas de base arrière. La rébellion des bamilékés du Cameroun fut écrasée de 1960 à 1970, car elle n’avait pas de base arrière.
Les irrédentistes de la région du Guébié en janvier 1970 en Côte d’Ivoire furent écrasés parce qu’ils étaient dans une localité précise et sans base arrière. La rébellion biafraise au Nigeria, de 1967 à 1970 fut écrasée par le blocus, par la puissance des forces fédérales mais aussi parce qu’elle n’avait pas de base arrière. L’histoire est sous nos yeux.
III – Négociation avec une rébellion
Dès le déclanchement d’une rébellion qui arrive toujours par effet de surprise et des prises de villes et une avancée face aux forces loyalistes toujours en retard d’un combat. Pourquoi la plupart des armées nationales volent toujours en éclat face à une rébellion de 200 à 300 combattants au départ ?
C’est parce qu’elles sont des armées ethniques corrompues et tribales rassemblant des gens qui n’ont que leur groupe clanique et tribal comme projet de société. Elles sont souvent utilisées pour mater dans le sang les autres groupes ethniques, elles servent plus à protéger un pouvoir qu’à défendre un État. Les officiers compétents sont relégués à des fonctions administratives pour les éloigner des hommes de troupe. Les grades y sont distribués non pour des faits d’armes mais pour la proximité qu’on entretien avec le pouvoir en place.
Une telle armée de gens corrompus et inconscients, vole en éclat lorsqu’elle est en face d’un groupe aguerrit au combat, bien discipliné, motivé et qui se bat avec une puissance de feu qui ne laisse pas de place à l’improvisation. En plus, la plupart du temps les rebellions arrivent dans le but de chasser un régime ignoble, détestable et criminel, celui de Mobutu par exemple.
La victoire du FPR et son entrée à Kigali, la victoire des forces de Laurent Désiré Kabila face à l’armée Ngbandi de Mobutu. L’entrée triomphale de Yoweri Museveni à Kampala après la fuite de général Tito Okéllo, la victoire militaire des forces d’Idriss Deby Itno et la fuite d’Hissen Habré ou la ferveur populaire qui avait accompagné l’entrée des sandinistes nicaraguayens à Managua le 19 juillet 1979 après la fuite d’Anastasio Somoza, ou plus près de nous la fuite de François Bozizé et la prise de Bangui par le Séléka au Centrafrique.
Ce sont des images à mettre sur le compte de l’aveuglement qui conduit toujours les pouvoirs politiques dans le tiers monde à ne regarder que leur petit nombril et rien d’autre. C’est dans cette situation que les rebelles la plupart du temps arrivent en force à la table de négociations organisées par les pays voisins, ils multiplient les exigences face au tergiversations des pouvoirs en place pris à la gorge par des gens dont la plupart ne savent ni lire et écrire.

Publicité
- Ils demandent parfois la démission pure et simple du président de la république même s’il a été élu par le peuple.
- Ils demandent la formation d’une armée nationale incluant les forces de la rébellion.
- Le cessez-le-feu sans désarmement de la rébellion.
- La libération des prisonniers rebelles.
- L’amnistie pour les atrocités commises par les forces rebelles.
- La formation d’un gouvernement d’union nationale de transition avec des ministères à part égale avec la mouvance rebelle. Comment des gens qui n’ont jamais géré un village ni une commune peuvent-ils gérer un pays du jour au lendemain?
- Au besoin ils imposent le chef de la rébellion à la primature du pays.
- L’organisation de nouvelles élections dans le cadre d’une transition de deux à trois
Ans.
- La mise en place d’une commission électorale indépendante présidée par un proche de la rébellion
- Le déploiement des forces de l’ONU, de la CEDEAO ou de la CEEAC
Bref on a retrouvé de tels types d’accords un peu partout en Afrique, c’est la force qui prime sur le droit. Entre temps le désarmement, l’encasernement des rebelles et surtout l’administration des villes aux mains des rebelles et le sort des populations civiles qui s’en occupe ?
- Mieux encore l’exploitation des ressources nationales en zone occupées par la rébellion est à la charge de qui ? Au profit de qui ? Et qui doit payer les fonctionnaires de l’état en partie occupé par la rébellion? On laisse ainsi le régime en place patauger dans la boue et s’affaiblir dans des problèmes insurmontables.
Revisitez les accords de Marcoussis dans la crise ivoirienne, les accords de Libreville dans la crise centrafricaine, les accords de Kampala dans la crise congolaise, les accords d’Arusha pour le Rwanda et pour le Burundi, sans nous attarder sur les multiples accords, d’Accra, de Pretoria et de Ouagadougou qui ont conduit la Côte d’ivoire au bord du précipice.
Les rebelles quant-ils sont en position de force multiplient les manœuvres dilatoires ou formulent des exigences farfelues pour faire capoter les négociations et faire de la surenchère par exemple exiger le ministère de la défense et celui de l’intérieur dans le gouvernement de transition. L’histoire est notre témoin et nous indique que des jours sombres sont encore devant les peuples africains.
Un conseil national de transition qui n’a aucune légitimité, mais reconnu par une tiers puissance peut demain se lever à l’extérieur de nos pays et demander l’aide de pays qui convoitent nos richesses pour mener un conflit armé et faire chuter un président démocratiquement élu dans un pays africain. Ce scenario qui ressemble à une fiction est une amère réalité de notre temps.
IV – Exactions, pillages, razzias et crimes de la rébellion
C’est bizarre mais nous n’avons pas encore vu une rébellion avec un projet de société clair et précis capable de fédérer les forces vives de nos pays en ayant pour but l’unité, la réconciliation nationale, la sécurité et la dignité de tous. Que celui qui en trouve un seul exemple nous fasse signe car cela nous intéresserait au plus haut point.
Observez les touaregs de l’Azawad, Bilal Ag Acherif. Charles Taylor au Liberia. Laurent Nkunda, au Congo, Fodé Sankho, en Sierra Leone. Le très musulman Michel Djotodia, aujourd’hui au Centrafrique et tous les oiseaux du même plumage un peu partout en Afrique. Pensez vous sincèrement qu’ils sont intéressés comme des philanthropes par les souffrances de nos populations africaines ? De rebellions en contre rébellions cela risque d’être durablement notre destin.
Lorsqu’une rébellion et sa coalition de politicards complices, s’emparent du pouvoir, les libertés publiques et surtout la liberté d’expression deviennent immédiatement une chimère. Les partis d’opposition et leurs meetings sont interdits à part ceux qui collaborent à plat ventre en position de soumission totale face au nouveau pouvoir dans l’attente de quelques miettes et autres strapontins ministériels.
La population se divise alors en trois camps, parfois opposés. Ceux qui soutiennent la rébellion et qui veulent régler des comptes personnels avec le groupe ethnique et les apparatchiks du pouvoir renversé. Ceux qui potentiellement veulent s’opposer au nouveau pouvoir et ceux qui veulent vaquer à leurs occupations quelque soit le régime en place.
Entre temps le pillage et le meurtre gratuit, les emprisonnements arbitraires, les exécutions sommaires et autres expropriations deviennent le cœur battant du nouvel l’ordre nationale des vainqueurs. La rébellion victorieuse affiche son arrogance, sa suffisance et son mépris pour les droits humains et son pire ennemi, la liberté d’expression. Il n’y a qu’à les observer ces rebelles pour se rendre compte qu’ils croient tous avoir atteint la puissance et le but final de leur vie sur terre : maltraiter les autres.
Le pillage apparaît alors comme une sorte de << redistribution >> forcée. Il existe depuis que les hommes accumulent des biens privés, construisent des maisons, des villes, soit depuis l’homme des cavernes. La razzia était pratiquée dès avant l’antiquité et des cités comme Jérusalem, Babylone, Rome, Alexandrie, Constantinople, Troie, Carthage, Ninive, Samarkand, Ispahan, Bassora, Alep et chez nous en Afrique de l’Ouest : Koumbi Saleh, Sikasso, Tombouctou, Hamdallaye, Gao, Djenné, Kong etc. en ont durement fait les frais.
Quelques fois elles ont disparus ou ne se sont pas remise durablement de leur mise à sac. Car dans la plupart des cas, les pillards étaient des << hordes barbares >> des étrangers au lieu pillé. Mais en Côte d’ivoire, on a vu dans certaines villes comme Bouaké ou Odienné, que des ivoiriens eux-mêmes ratissent puis démolissent carrément leur propre ville. Des usines, le matériel administratif, tables chaises, ordinateurs. Les équipements des hôpitaux et lycées professionnels furent démontés et emportés dans les pays voisins qui ont soutenu la rébellion. Telle est aussi l’une des caractéristiques du pillage et de la razzia de la Côte d’ivoire durant cette interminable crise ivoirienne.
Des villes comme Kisangani, Goma, Bukavu au Congo. Monrovia au Liberia, Bouaké et Man en Côte d’Ivoire et aujourd’hui Bangui au Centrafrique auront du mal à se remettre de la razzia dont elles furent victimes. Elles ressemblent à des femmes violées, violentées et éventrées par les forces obscures du crime et de la méchanceté gratuite. Les pillards mettent le feu aux maisons après avoir emporté le toit, les portes, les fenêtres, le carrelage, ainsi que les installations électriques et sanitaires.
Les établissements publics, les magasins, boutiques. Les banques, les essenceries et autres résidences de luxes deviennent méconnaissables. Les véhicules administratifs et privés, le matériel électroménager, frigidaires, télévisions, cuisinière, vélo et mobylettes sont chargés par camion entier en direction des pays voisins qui ont soutenus la rebellions pour une mise en vente à des prix défiants toutes concurrences. Pendant que les rebelles et leurs alliés les politicards complices, jouissent abondamment de plaisir et de bonheur. Ils ont atteint le paradis en dénudant le pays qu’ils prétendent vouloir gouverner.
V – La guerre, le médiateur et la rébellion
Dans un conflit armé le médiateur est choisi d’un accord tacite entre les belligérants. C’est souvent le pays voisin qui a soutenu la rébellion qui est désigné en raison de son influence en tant que sponsor des rebelles. La Côte d’Ivoire pour la crise libérienne, L’Ouganda pour la crise Congolaise, le Tchad pour la crise centrafricaine et Ouagadougou et le Burkina Faso pour les protagonistes de la crise ivoirienne.
Dans la réalité, le médiateur cherche à régler le conflit à son profit. Le Tchad en soutenant le Séléka, veut mettre un centrafricain favorable au régime de Ndjamena à la tête d’un pays voisin. Le Rwanda, et l’Ouganda en favorisant la chute de Mobutu voulaient se débarrasser d’un régime hostile. Tandis que le Burkina Faso voulait favoriser l’émergence d’un de ses anciens ressortissants à la tête de la Côte d’Ivoire pour intégrer définitivement des millions de burkinabés à la société ivoirienne.
Avec des droits qui vassalisent de fait l’état ivoirien vis-à-vis du Burkina Faso. Ce qui fait qu’aujourd’hui les ivoiriens ne sont ni plus ni moins que des simples vaisseaux de la république voisine du Burkina-Faso. Dans les conflits interafricains, le médiateur agit souvent comme celui qui vient pour tirer les marrons du feu.
Les richesses du Congo pillées par ses voisins qui n’avaient que des belles paroles à lui offrir. Le Rwanda se relève ainsi de sa propre guerre avec le pillage et la ruine de son riche voisin congolais. Le Burkina désertique était devenu exportateur de bois précieux, de cacao et de café qui ne poussent pas sur son territoire sans parler des comptoirs de diamants qui avaient pions sur rue à Ouagadougou. Tout le monde veut la guerre mais à condition qu’elle se déroule chez les autres.
Les voisins se réjouissent toujours d’un conflit à l’intérieur d’un pays africain limitrophe, car les relations entre les chefs d’Etats voisins sont pour la plupart exécrables sinon de simple courtoisie. C’est ce qui explique inexistence d’une coopération sous régionale et régionale digne de ce nom depuis les indépendances jusqu’à nos jours. Regardez la CEDEAO, la CEEAC ou même Air Afrique.
Les problèmes d’egos et la mesquinerie habituelle ont paralysé toutes ces institutions communautaires qui sur le papier auraient du nous aider à faire des pas de géants et nous rendre incontournables. Aujourd’hui nous sommes les derniers des derniers, obligés à quémander pour vivre comme des mendiants.
Plus de cinquante ans après les indépendances, nous ne sommes même pas capables de débarrasser nos rues des ordures ménagères ni d’offrir de l’eau potable à nos populations. Telle est la triste réalité qui a poussé beaucoup d’entre nous à choisir le pain amer de l’exil à l’étranger ne serait ce que pour respirer. Car sur place il n’y avait que la prison ou l’égorgement comme fin de vie au coin d’une rue et parfois même en plein jour.
VI – Postulat de conclusion générale
Il y a des pays stables en Afrique, le Gabon, le Cameroun, le Sénégal, le Malawi, le Kenya ou la Tanzanie. Nous voulons que leurs ressortissants identifient avec nous les causes et les effets du cancer pernicieux qui a plongé des pays comme le Rwanda, le Liberia, la Sierra Leone ou le Congo dans une sorte de libanisation sans fin ou l’Etat moribond est devenu une sorte de fiction dans laquelle il n’y a que les hyènes en chaleur et les charognards qui trouvent leurs comptes.
Nous avons évoqué dans ces lignes une fine partie de la violence aveugle qui s’est abattue sur le Rwanda, le Liberia, la Sierra Leone, le Congo, la Côte d’Ivoire ou le Mali et le Centrafrique. Nous avons esquissé le profil des démolisseurs, de l’échec patent de l’indépendance, des choix contradictoires avec l’indépendance fictive et sa manifestation au quotidien, ainsi que le long chapelet de misères que ces différents peuples ont connues.
C’est une société africaine qui à travers l’exercice du pouvoir, n’accordait une existence digne de ce nom qu’à une minorité de profiteurs et d’exploiteurs sans vergogne, tandis que la grande masse croupissait dans le besoin, le dénuement, la crasse, la maladie, le chômage, la pauvreté, l’angoisse et l’incertitude du lendemain.
Dans la Côte d’Ivoire, le Congo, le Centrafrique, le Liberia ou la Sierra Leone d’aujourd’hui trouver un travail, se soigner, trouver un logement, mettre son enfant à l’école, passer un concours et manger simplement à sa faim sont des problèmes insolubles pour la plupart des citoyens.
Dans ces conditions le luxe tapageur, les belles voitures, les villas paradisiaques avec piscine et jardins fleuris, les frigos de viande et les caves de champagnes contrastent avec les souffrances quotidiennes de la majorité de nos populations. Tout Cela était de la violence gratuite qui a servi de marchepieds aux aventuriers et à tous ceux qui n’avaient plus rien à perdre dans des pays qui les ignoraient.
Nous avons voulu que cette histoire réelle ressorte des tréfonds de notre âme afin de s’inscrire durablement dans la vie politique de l’Etat nation en reconstruction un peu partout en Afrique. Ainsi le Liberia, le Congo, le Rwanda, le Burundi, le Mali, la Sierra Leone, la Côte d’Ivoire, se sont étouffés en s’inscrivant dans le cercle infernal des oasis en plein désert, ce n’étaient que des mirages pour leurs habitants et pour leurs visiteurs.
Le grand penseur grec de l’école athénienne, Platon, dans Apologie de Socrate, résume ici mieux notre propos à l’endroit des partis politiques et des rébellions militaro-fascistes africaines :
<< Si vous croyez qu’en tuant les gens vous empêcherez qu’on vous reproche de vivre mal, vous êtes dans l’erreur. Cette façon de se débarrasser des censeurs n’est ni très efficace, ni honorable. La plus belle et la plus facile, c’est au lieu de fermer la bouche aux autres, de travailler à se rendre aussi parfait que possible. >>
Tous ceux qui n’ont pas compris que les égoïsmes, la forfaiture et les violences inutiles conduisent les sociétés humaines à la barbarie, doivent quitter le champ politique. Car celui-ci doit être un service au profit du citoyen et non le contraire.
Merci de votre aimable attention
Dr SERGE-NICOLAS N’ZI
Chercheur en Communication
Lugano (SUISSE)
Tel. 004179.246.53.53
E-mail : nicolasnzi@bluewin.ch

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LU POUR VOUS !

Message  Mongo Elombe le Lun 17 Juin - 11:26

Syrie : Une Guerre Pour Sortir L'UE/La France De La Crise Economique
Récemment s'est tenu au Liban un séminaire sur la reconstruction de la Syrie. Poussant à encore plus de destruction des pays comme la France, l'Italie, l'Espagne y ont participé pour positionner leurs entreprises dans cette future reconstruction chiffrée entre 65 et 100 milliards de Dollars si la guerre se termine en 2015. Les vautours de l'Elysée et du Quai d'Orsay - Fabius le millionnaire et sa "diplomatie économique "- se frottent les mains : la politique du "chaos constructif" américano sioniste =guerre de destruction massive, est trés lucrative.








Alors que les US discutent cette semaine de la levée de l'embargo sur la livraison d'armes aux mercenaires ASL/Al Nusra/Al Qaeda &C°, que la France et la Grande Bretagne ont rendu caduque l'embargo européen réfléchissant à des livraisons avant Août- date annoncée- les vautours consacrent déjà une partie de leur temps à planifier la reconstruction de la Syrie au profit de leurs entreprises.

Le Basil Fuleihan Institute of finances (IoF) a organisé à Beyrouth au Liban la premiere semaine de Juin un séminaire intitulé "Prospects and Opportunities for Pozstwar Growth in Lebanon and Syria" (Perpectives et Opportunités de Croissance Post Guerre au Liban et en Syrie). Ce séminaire fait partie du Forum 2013 d'Etudes Approfondies Pour Le Développement Economique en Méditérranée (CHEDE-MED).

Les ambassadeurs de France, Italie, Espagne ont participé à cet évènement représentant 3 pays membres de l'UE ouverts sur la Méditerranée et disposant d'un poids important sur la scène internationale.

Patrice Paoli l'ambassadeur de France au Liban a dit que même si le Liban souffre actuellement de la crise en Syrie il aura un rôle dans la reconstruction de la Syrie. Paoli a recommandé aux investisseurs de se préparer à cette dernière " comme faisant partie d'une vision régionale raisonnable"

Pour Paoli la question ce n'est pas simplement le rôle central que peut jouer le Liban aprés la fin de la guerre mais aussi comment l'économie française peut bénéficier de la destruction en Syrie. Paoli a dit que les entreprises françaises "continueront à assurer une forte présence au Liban se préparant à la prochaine phase se basant sur les future opportunités" a condition bien sûr que la stabilité du Liban soit préservée.

Selon les chiffres présentés par Salma Sabra de la Banque Libano Française en Syrie le coût de la reconstruction s'établira si la guerre se termine en 2015 entre 65 et 100 milliards de Dollars. Abdullah Dardari, ancien vice premier ministre des affaires économiques en Syrie qui a fait défection a estimé quant à lui que ces deux dernières années on peut estimer les pertes de l'économie syrienne à environ 60 milliards de $.

Un banquier qui a participé à ce séminaire a fait remarquer que : "Sans aucun doute les pays européens sont trés enclin à trouver des marchés pour leurs entreprises de construction compte tenue de la récession en Europe" il a ajouté : "Néanmoins je crois que nous sommes loin de voir une véritable stabilité se réinstaller en Syrie"

Tous les indicateurs économiques pour 2013 en Europe sont dans le rouge et les 17 pays membres de la zone euro vont voir leur croissance réduite à 0.3% alors même que dans les meilleurs cas de figure celle-ci devrait remonter à 1.1% en 2014. La politique d'austérité imposée par la dictature MerkUE pour sauver l'Euro est catastrophique et facteur de récession et d'accroissement de la pauvreté.

Une nouvelle guerre coloniale cette fois en Syrie - aprés celle de Libye de Sarkozy - pour tenter d'endiguer cette récession c'est le programme semble-t-il de l'Elysée et du Quai d'Orsay.

Patrice Paoli l'ambassadeur de France au Liban interrogé sur la vision post guerre en Syrie de la France a répondu que :["bien sûr nous nous préparons à la phase de reconstruction mais personnellement je n'ai pas de plan prêt dans ma poche"]i Il a ajouté :

"Il ne fait aucun doute que les entreprises européennes observent et se préparent aux opportunités qui se présenteront"

L'ambassadrice d'Espagne au Liban, Milagros Hernando, a dit que c'était important que d'autres pays puissent bénéficier de "l'expertise libanaise dans la phase post conflit de voir comment le Liban avait réussi à faire face aux effets du conflit en Syrie ces deux dernières années"

Les entreprises libanaises et surtout les banques sont elles aussi de même que leurs consoeurs européennes à l'affut des bonnes affaires à faire après la guerre en Syrie. Selon les estimations présentées par des experts lors de ce séminaire, les banques libanaises continuent d'être actives en Syrie même si leurs activités ont été considérablement réduites mais cela leur aurait coûter encore plus cher de quitter le marché syrien pour s'y réinstaller ensuite.

il n'y a pas que les pays membres de l'UE qui planent comme des vautours au dessus de la Syrie.

Selon des sources jordaniennes le président Bashar al Assad a été contacté par la Banque Mondiale qui lui a fait une "offre généreuse" un prêt de 21 milliards de Dollars pour des projets de reconstruction en Syrie. Assad a refusé et déclaré que l'exploitation du pétrole au large des côtes syriennes se ferait en partenariat avec des entreprises russes. La Syrie a d'importantes réserves de pétrole et de gaz encore inexploitées. La guerre contre la Syrie est d'abord et avant tout une guerre pour le pétrole et le gaz tout comme l'ont été les guerres d'Irak et de Libye.

Fabius diplomatie du "chaos constructif" "diplomatie économique" vis à vis de la Syrie

Les récents succés de l'armée Nationale Syrienne à Qusayr Homs et Alep ont déclenché une véritable crise d'hystérie chez Laurent Fabius passé du "Mr sang contaminé " à "Mr contamination aux armes chimiques" sur les plateaux TV et autres médias de propagande intensive de guerre contre la Syrie. Fabius en matière de contamination est devenu expert.

Laurent Fabius, a sommé la « communauté internationale » d'arrêter la progression dans Alep des troupes syriennes sur le point de libérer cette ville du Nord des hordes de mercenaires ASL al Nusra al Qaeda.

Fabius a déclaré sur France 2 :

"Il faut un rééquilibrage (entre les troupes syriennes et les rebelles arabo-étrangers) parce qu'au cours des dernières semaines, les troupes de Bachar al-Assad (président syrien) et surtout le Hezbollah et les Iraniens, avec les armes russes, ont repris un terrain considérable...

"Derrière la question syrienne, il y a la question iranienne"


Fabius a au moins le mérite de dire publiquement - ce que quiconque suivant de prés ce qui se passe au Moyen Orient sait depuis longtemps déjà - que la Syrie n'est qu'une étape et qu'à travers elle c'est l'Iran qui est ciblé.

Fabius s'acharne - pour le compte d'Israël - à vouloir entraîner la France dans une guerre au Moyen Orient (Syrie puis Iran) dont elle sortira affaiblie politiquement économiquement militairement.

L'expertise de Fabius s'étend aussi au domaine économique - il n'est pas millionnaire pour rien- et l'économie est devenue le fer de lance de toute action diplomatique depuis son arrivée au Quai d'Orsay deuxième priorité aprés celle des guerres coloniales.

Lors de la Conférence des ambassadeurs l'été dernier Laurent Fabius avait fait de la «diplomatie économique» la pierre angulaire de l'action qu'il voulait mener. Il avait ainsi déclaré que la première composante de la “puissance d'influence" de la France c'est son poids économique. Lors d'une conférence peu auparavant à la Sorbonne Fabius avait déclaré que s'il n'avait pas été lui-même à l'initiative de ce type de diplomatie il avait quant à lui décidé de "la systématiser».

Depuis son arrivée au Quai D'Orsay une direction des entreprises et de l'économie internationale a été créée. Désormais, les ambassadeurs - que Fabius a reconverti en «chefs de l'équipe France de l'export dans leur pays de résidence» " - ont des objectifs économiques précis, voire chiffrés. Patrice Paoli l'ambassadeur de France au Liban remplit parfaitement la fonction que lui a assigné Fabius à en croire ses déclarations leur du séminaire à Beyrouth..

Fabius lors de son discours devant les ambassadeurs avait également déclaré :

«Notre but à tous, c'est d'aider les entreprises dans leur expansion internationale, dans leur conquête des marchés ; et ce pour réduire notre déficit commercial et favoriser la création d'emplois, y compris en France»

Sur France 2 il n'a pas hésité à dire :

"Les Américains auraient voulu se tenir à l'écart mais le conflit n'est plus local, c'est un conflit régional et même international"

Rien de tel qu'une TROISIEME GUERRE MONDIALE pour relancer l'économie !









Mercredi 12 Juin 2013
Mireille Delamarre
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Ils n'y a que leurs intérêts qui les intéressent les morts inutiles, des rebelles à qui ont donnent des armes, des pays détruits envie de vomir....

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LU POUR VOUS !

Message  Mongo Elombe le Lun 17 Juin - 19:48

RDC : Réponse biaisée de BONGELI sur la gestion calamiteuse de la RVA
17/06/2013 06:18:00kongoTimes!

Emile Bongeli Yeikelo Ya Ato

Le professeur Bongeli a donc rejeté la thèse selon laquelle la situation est chaotique au sein de son entreprise. « La situation de la Régie des voies aériennes (RVA) est certes préoccupante mais pas chaotique comme l’a dépeint le président de la commission d’enquête du Senat », a-t-il souligné.
C’est devant la presse que le président du Conseil d’administration de la Régie des voies aériennes (RVA), le professeur Emile Bongeli, a choisi de répondre aux graves révélations contenues dans le rapport rendu public la semaine dernière par la commission d’enquête mandatée par le Sénat. Un exercice qui n’a pas profité au président du Conseil d’administration de la RVA qui n’est parvenu, au regard des arguments brandis devant la presse, à démentir les indices de megestion et de gabegie financière contenus dans le rapport sénatorial.
Le professeur Bongeli a donc rejeté la thèse selon laquelle la situation est chaotique au sein de son entreprise, rapporte radio Okapi sur son site Internet. « La situation de la Régie des voies aériennes (RVA) est certes préoccupante mais pas chaotique comme l’a dépeint le président de la commission d’enquête du Senat », a-t-il souligné au cours d’un point de presse, tenu samedi 15 juin à Kinshasa.
Au sujet de la signature des contrats qui ne respectent pas les procédures de passation de marché, Emile Bongeli a expliqué qu’il y a des contrats signés non par son comité mais par l’Etat, principal actionnaire de la RVA.
Le président du conseil d’administration de la RVA a promis de s’impliquer pour que les recettes de la taxe IDEF (Fonds de développement des infrastructures aéroportuaires) soient utilisées de manière rationnelle.

« Nulle part dans le rapport du Sénat, on a mentionné le détournement de 2 500 000 USD, recettes de l’IDEF logées dans une banque sud-africaine», a ajouté Emile Bongeli.
Il a par contre indiqué que grâce à la taxe IDEF, la RVA effectue des travaux de réhabilitation des infrastructures aéroportuaires :
« Les pistes d’atterrissage de Kinshasa et de Lubumbashi sont aujourd’hui en pleine réhabilitation. A Kinshasa, on construit un nouvelle tour de contrôle avec cabine technique, centrale électrique plus caserne anti-incendiaire ».

Il a souligné que l’effectif pléthorique de la RVA, estimé à 4 567 travailleurs, est une situation héritée du précédent conseil d’administration.

Pour rappel, en début juin, la commission parlementaire Nyarugabo avait accusé la RVA d’avoir signé sans pour autant respecter les règles de passation de marchés. «Il y a des sommes d’argents que la RVA perd parce que le contrat a été mal conçu, mal signé voire mal résiliée», avait alors dénoncé le sénateur RCD Moïse Nyarugabo.
Published By www.KongoTimes.info - © KongoTimes! - All Rights Reserved.
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
La RDC n'a pas de banque pourquoi toute cette argent s'il existe se trouve dans une banque ne afrique du sud kokamwa et puis selon cet escroc mba travaux esalami kokamwa puisque ceux qui viennent du pays n'ont rien vue de spécial moyibi na moyibi mpe bakota boloko te mais les DIOMI et consort.....



























Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LU POUR VOUS !

Message  Mongo Elombe le Mer 19 Juin - 14:18

Loin des aspirations de leur base
Les Députés africains se tapent de gros salaires !
Kinshasa, le 19/06/2013


Sur les ondes de la radio mondiale, RFI, au cours de l’émission ‘‘Appel sur l’Actualité’’ du lundi 17 juin 2013, plus d’un congolais s’est senti scandaliser d’attendre les salaires faramineux que s’octroient les Députés des Parlements de quelques pays africains. Loin des aspirations de leurs électeurs, lesquels demeurent dans un état famélique, les Députés nationaux, une fois élus, oublient très vite qu’ils ont promis monts et merveilles à leurs bases respectives.

Dans ces pays auxquels les économies sont fragiles et chancelantes, et pendant qu’ils sont reconnus comme étant les représentants du peuple, ils ne devraient pas se comporter de la sorte, en crachant sur ce même peuple.


Quelle n’a pas été la déception des intervenants à l’émission lorsqu’ils s’en aperçoivent que les députés de la RDC, pays fragile, exposé à diverses guerres fratricides, voudront avoir le salaire le plus élevé par rapport à tous les députés africains.
Tenez, notre source indique que les députés de Congo Kinshasa sont plus gloutons par rapport à leurs collègues d’autres pays comme la Côte d’Ivoire ou le Congo Brazzaville. Pour preuve, les statistiques de salaires livrées par l’animateur de l’émission, notre confrère Gomez, indique que la RDC paie à ce jour, ses députés nationaux entre 7 et 8.000 USD et ce, sans compter d’autres avantages liés aux missions et enquêtes parlementaires, aux primes d’indemnités kilométriques et aux allocations voitures.

 Dans un passé récent, l’opinion peut se souvenir du tapage vécu à l’hémicycle du Palais du peule autour duquel, les députés réclamaient l’augmentation de leur salaire qui devrait passer de 8.000 à 13.000 USD. Fort heureusement, précise RFI, le Premier ministre Augustin Matata Ponyo a freiné l’élan de cette revendication dénouée de tout fondement. En République du Congo par contre, un député gagne 5 millions de Francs CFA, soit plus ou moins 3.000 € et Ils sont tous préoccupés aux doléances de la population et au bien-être social.

Au Kenya par exemple, les députés ont tenté de revendiquer l’augmentation de leur salaire qui devrait passer de 4.800 € à 7.000€. Mais, la colère manifestée par la population qui était descendue en masse au Parlement a fait que les députés puissent renoncer à leur revendication. A ce jour, ils sont revenus à la case du départ, soit un montant de 4.800€.

Par ailleurs, la Côte d’Ivoire paie à chacun de ses députés, la somme de 3.500€. La République Sud-Africaine, puissance économique en Afrique paie 8.000 € à chacun. Le député le moins payé au monde est Burkinabé, révèle notre source avec un montant de 1.100€.
A chacun de faire son propre commentaire.


Eugène Khonde

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

100 commentaires.








Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LU POUR VOUS !

Message  Mathilde le Mer 19 Juin - 19:37

Qu'est ce que je me sens bien en lisant ceci !!

Russie : Poutine, l’heure de la revanche a sonné



Ce n’est pas un G8, c’est un G7 plus 1". Le diplomate qui lâche cette phrase en marge de la réunion des chefs d’Etat en Irlande du nord a tellement raison. Mais plus encore que cela. "G7 plus 1", c’était aussi le nom donné au G7 où pour la première fois la Russie avait été invitée. G7 plus un strapontin pour la Russie. Boris Eltsine était en bout de table, "accepté" par les grandes puissances qui lui expliquaient qu’un jour, s’il suivait bien les conseils du FMI et des libéraux, il pourrait un jour être membre de plein droit. Aujourd’hui, le rapport de force est inversé. Poutine est seul, mais il tord le bras aux autres, impuissants devant son refus de céder sur la Syrie. Il est dans le rôle, dans le camp des méchants mais qu’importe ! Il a enfin ce qu’il cherche depuis des années : il tient la dragée haute aux Américains et aux Européens. C’est l’heure de sa revanche.

Pendant 20 ans, le monde a tourné sans se préoccuper vraiment des Russes, bien soulagé d’avoir tourné la page de la guerre froide. L’URSS s’était écroulée. À Moscou, on n’avait qu’une préoccupation. Ne pas sombrer corps et biens dans les limbes de l’histoire, préserver son territoire, son économie et basculer dans ce monde inconnu qu’était le libéralisme. Les Américains avaient la main haute sur l’ONU. Il suffisait que Washington prenne le temps de discuter avec la vieille Europe, de lui montrer son respect, d’écouter ses conseils et c’était plié. On était passé d’un monde bipolaire (USA/URSS) à un monde sous leadership américain. Le charisme de Bill Clinton suffisait à faire passer la pilule. Pour intervenir au Kosovo, l’ONU a été laissée de côté et c’est sans mandat international que l’OTAN a mené avec l’accord de l’Europe l’opération militaire. Avec G. Bush, les choses ont commencé à se compliquer. Sa brutalité à succédé au charme de Clinton. Les russes n’avaient pas les moyens de s’opposer.

                             Les Russes ont le sentiment de s’être fait rouler dans la farine


Aujourd’hui, les Russes ont parfaitement intégré les règles du libéralisme. Trop bien même au goût de certains ! Sur la scène internationale, la Russie a progressivement poussé ses pions. Elle devenait de plus en plus raide, mais on pouvait encore discuter avec elle. La ligne rouge a été franchie avec la Libye. La Russie ne voulait pas renverser Kadhafi. Dans l’esprit des Russes, l’intervention de l’ONU pour protéger les populations civiles était censée être un avertissement. Rien de plus. Moscou a donc laissé faire et s’est abstenu, permettant à l’ONU le vote de la résolution. On connait la suite. Changement de régime à Tripoli, et des Russes qui ont eu le sentiment de s’être fait rouler dans la farine par les Américains et les Français. 

Poutine prend donc sa revanche. Il ne lâchera pas le régime syrien. Par intérêt, un peu. Par peur de voir toute la région tomber aux mains des islamistes comme en Egypte aussi. Mais surtout pour dire haut et fort aux puissances du G7 "nous sommes de retour et il va falloir compter avec nous". Ce G8 marquera sans doute la fin d’une parenthèse au final assez confortable pour les Américains et les Européens. Le monde redevient multipolaire et l’émergence de la Chine, de l’Inde ou du Brésil va encore accentuer le mouvement. Et un monde multipolaire comme il y a deux siècles, c’est bigrement plus compliqué...


http://fr.news.yahoo.com/blogs/ravanello/russie-poutine-heure-de-la-revanche-a-sonne-g8-171232556.html

_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: LU POUR VOUS !

Message  Sankara le Mer 19 Juin - 20:05

Ce ne sont que des paroles la Russie n´est pas capable actuellement de soutenir de subvenir a une guerre contre l´OTAN, les alliés reconnaisse en la Russie un partenaire de grande importance et sont pret a céder a ces caprices en Syrie ce n´est Bachar que les Russes soutiennent mais ils veulent avoir le contrôle du pays et ceci même si n importe qui le dirige et ça comme le disent les Latins " C´est la ou les Romains s´empoignèrent"
Mais rassurer vous comme d´habitude les lions ne se mangent jamais entre et terminent toujours a trouver une solution.
Et comment souvent ce sont les autres qui vont subir.

Sankara
Modérateurs

Messages : 321
Date d'inscription : 31/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: LU POUR VOUS !

Message  Mongo Elombe le Jeu 20 Juin - 9:44

Les rebelles qui tirent à balles réelles ne tuent pas, ne détruisent pas le pays, les morts sont pas des vrais morts sauf ceux des militaires syriens.

Qui vends ses armes des 2 côtés? Et puis de quoi se mêle t'ils ingérance pour ingérance que chacun balaye devant sa porte.

On dit que ce sont des opposants hein??? Opposant armés omona wapi??

POUTINE leurs tient tête bakosa ye na Lybie, il a compris balinga balinga te s'il ne dit pas oui , ils ne peuvent rien TOLEKA.

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LU POUR VOUS !

Message  Mongo Elombe le Jeu 20 Juin - 14:11

BENSOUDA et LOUISE MUSHIKIWABO match eza woooo.





New York Forum Africa 2013: Louise Mushikiwabo, ministre rwandaise des Affaires étrangères, désavoue Fatou Bensouda « Il n’est pas honnête de dire que la CPI ne s’acharne pas contre l’Afrique »





Par IvoireBusiness - Louise Mushikiwabo, ministre rwandaise des Affaires étrangères, contredit publiquement Fatou Bensouda, au New York Forum Africa 2013.

PHOTO : La procureur général de la CPI, Fatou Bensouda (2e en partant de la gauche) et Louise Mushikiwabo, ministre rwandaise des Affaires étrangères (3e en partant de la gauche) débattent sur le rôle de la CPI au New York Forum Africa 2013 | Ph : Fouâd Harit pour Afrik.com ©
Selon notre confrère en ligne Afrik.com, à l’occasion d’un débat consacré à « l’indépendance » en Afrique, lors de la deuxième édition du New York Forum Africa 2013 à Libreville, au Gabon, le rôle joué par la Cour Pénale Internationale (CPI) a été remis en question par la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo. Présente au débat, la procureur général de l’institution judiciaire, Fatou Bensouda, a tenté tant bien que mal de défendre l’institution judiciaire qu’elle dirige.
« La Cour Pénale Internationale a été créée par la communauté internationale qui n’est pas sous la houlette des grandes puissances ». Cette déclaration est celle de Fatou Bensouda, la procureur général de la CPI, lors du débat placé sous le thème de « La route vers une nouvelle indépendance », au New York Forum Africa 2013, à Libreville, au Gabon. L’évènement, fondé et dirigé par Richard Attias, a rassemblé pour cette deuxième session pas moins de 1500 personnes selon les organisateurs.
Présente au débat, la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a accusé les dirigeants de la CPI d’être une organisation judiciaire créée spécialement pour traduire en justice les dirigeants et figures politiques africains. « Il n’est pas honnête de dire que la CPI ne s’acharne pas contre l’Afrique. Je ne suis pas d’accord avec ma sœur Fatou Bensouda, lance le chef de la diplomatie rwandaise. Un grand nombre d’Africains croient fortement à cette CPI mais il y a un vrai problème aujourd’hui. »
Un problème qui selon elle vient directement d’Europe. Elle accuse les Européens d’utiliser « cette CPI » pour manipuler la politique africaine. Elle regrette que la CPI « limite » son champ d’action en Afrique et affirme qu’en dehors des pays africains qui auraient fait appel à la CPI, seuls deux pays du continent sont visés directement par la CPI dont le Soudan.
DES CONCLUSIONS HÂTIVES ?
Fatou Bensouda reprend la parole après les applaudissements de la salle suite au discours de Mushikiwabo : « C’est malheureux qu’un grand nombre de conclusions aient été réduites à la manipulation politique. »
Selon la procureur général, des dirigeants africains, au Mali, en Côte d’Ivoire ou encore en République démocratique du Congo, auraient fait appel à la CPI pour intervenir dans leur pays. « Avec tout le respect que je dois à mon interlocutrice précédente (Louise Mushikiwabo, ndlr), nous savons que l’Afrique a poussé à la création de la CPI ! », a-t-elle lancé avant de rappeler que « le premier pays à avoir ratifié le traité de Rome est un pays africain et il s’agit du Sénégal ».
Pas question de baisser la garde. Après de telles affirmations, Mushikiwabo rebondit : « Ne dites pas que les Africains viennent vous voir (la CPI) pour être jugés. C’est faux car l’Afrique ne veut pas de colonialisme judiciaire ! », a-t-elle rétorqué sur un ton énervé. Suite à cette conclusion, Bensouda a démenti l’exercice d’un colonialisme judiciaire de la part de la CPI en Afrique.
Des personnalités de la société civile et politique en Afrique accusent l’Occident d’avoir créé la CPI dans l’unique but de traquer les bêtes noires de l’Afrique. Fatou Bensouda a au contraire assuré que la CPI a ouvert des dossiers dans d’autres pays hors du continent africain. Oui mais combien comparé aux nombreux dossiers judiciaires ouverts en Afrique par la CPI ?
Source : Afrik.com (Fouâd Harit)
http://www.afrik.com/new-york-forum-africa-2013-la-cpi-une-colonisation-judiciaire-en-afriquE;

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LU POUR VOUS !

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 9:37


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 15 Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 10 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum