EXCLUSIF: Le Ministre Blé GOUDÉ aux mains du Régime Néocolonial de OUATTARA

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: EXCLUSIF: Le Ministre Blé GOUDÉ aux mains du Régime Néocolonial de OUATTARA

Message  Mathilde le Sam 30 Mar - 20:54

UN COMMANDO ARMÉ AURAIT FAIT ÉVADER BLÉ GOUDÉ, DÉGUISÉ EN FEMME, SELON « LE TEMPS »
Le 30/03/2013


BLÉ GOUDÉ SE SERAIT FAIT LA BELLE.

SELON LE QUOTIDIEN « LE TEMPS », BLÉ GOUDÉ SE SERAIT ÉVADÉ AVEC L’AIDE D’HOMMES PUISSAMMENT ARMES ET CAGOULES, QUI L’AURAIENT ENLEVE DANS LA NUIT DE MERCREDI A JEUDI A ATTOBAN ENTRE 2H ET 3H DU MATIN, POUR UNE DESTINATION POUR L'HEURE INCONNUE. INFORMATION NON ENCORE CONFIRMÉE DE SOURCE OFFICIELLE.

Au niveau du gouvernement, c'est motus bouche cousue. Mais le départ précipité d'Alassane Dramane Ouattara pour la France hier, n'est pas passé inaperçu. Surtout que ce voyage privé n'était pas prévu dans l'agenda du chef de l'Etat.

Les deux évènements sont-ils liés? Quelque chose se tramerait-il? Rien n'est moins sûr.

Ces hommes cagoulés, une dizaine et lourdement armés selon « Le Temps », auraient maîtrisés les gardes en faction devant la résidence protégée de Blé Goudé située quelque part à ATTOBAN. Ils auraient déguisé Blé Goudé en femmes avant de l’emmener vers une destination inconnue.

Le gouvernement n’a à ce stade pas confirmée l’information de Le Temps.

Qui sont ces hommes encagoulés qui auraient enlevés Blé Goudé pour une destination inconnue ? Pour qui travaillent-ils? Est-ce un poisson d’avril de la part de notre confrère ?
Nous y reviendrons.


Patrice Lecomte
Ivoirebusiness

http://congovox.blogspot.co.uk/2013/03/un-commando-arme-aurait-fait-evader-ble.html?spref=fb

Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: EXCLUSIF: Le Ministre Blé GOUDÉ aux mains du Régime Néocolonial de OUATTARA

Message  Mongo Elombe le Sam 30 Mar - 21:55

Sista info où intox??? où bakimisi ye où bakei koboma ye

http://eburnienews.net/index.php/2013/03/wikileaks-revele-comment-la-guerre-avait-ete-prevue-et-les-atrocites-cachees-en-cote-divoire/#comment-1217.

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: EXCLUSIF: Le Ministre Blé GOUDÉ aux mains du Régime Néocolonial de OUATTARA

Message  Mathilde le Sam 30 Mar - 22:21

Sis,
Je suis entrain de chercher des infos donc pour le moment tozela ba infos mosusu soki ya solo. Wink j'ai mis le lien.


Mongo Elombe a écrit:Sista info où intox??? où bakimisi ye où bakei koboma ye

http://eburnienews.net/index.php/2013/03/wikileaks-revele-comment-la-guerre-avait-ete-prevue-et-les-atrocites-cachees-en-cote-divoire/#comment-1217.

Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: EXCLUSIF: Le Ministre Blé GOUDÉ aux mains du Régime Néocolonial de OUATTARA

Message  Mathilde le Mer 10 Avr - 18:44

Côte d’Ivoire - Mediapart remet le couvert : C’est Gbagbo le vainqueur de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire


Des câbles issus des services de renseignements et de la diplomatie française ont été publiés exclusivement aujourd’hui par Inner City Press sur son site Internet (www.innercitypress.com/frun1cote040811.html). Ces documents mettent à nu les manigances ombrageuses de la France, dans la crise ivoirienne de sa naissance à nos jours.
Cela passe par la manipulation de L’ONU et la communauté internationale à travers des rapports éhontés sur le dispositif militaire ivoirien, l’organisation de la rébellion et la stigmatisation des leaders jeunes déterminés à s’affranchir désormais de la colonisation.

Dans le premier document, le général de division Elrick IRASTORZA de la Force Licorne écrit au Représentant spécial du Secrétaire général de l’Onu en charge de l’ONUCI pour attirer son attention sur le suivi des armes et munitions de l’armée régulière ivoirienne, en laissant transparaitre que cette armée détient des munitions à forte capacité destructrices du fait d’un manque de contrôle à l’aéroport d’Abidjan. Curieusement, il ressort plus récemment, que c’est la France est accusée de violer l’embargo sur les armes en fournissant des armes aux forces rebelles d’Alassane Ouattara.

http://www.ivoirebusiness.net/?q=articles%2Fc%C3%B4te-d%E2%80%99ivoire-mediapart-remet-le-couvert-c%E2%80%99est-gbagbo-le-vainqueur-de-l%E2%80%99%C3%A9lection

_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: EXCLUSIF: Le Ministre Blé GOUDÉ aux mains du Régime Néocolonial de OUATTARA

Message  Laurabelle le Mer 10 Avr - 20:30

Pourquoi Mediapark ne dévoile rien sur les elections de la RDC.

Laurabelle
Modérateurs

Messages : 224
Date d'inscription : 07/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: EXCLUSIF: Le Ministre Blé GOUDÉ aux mains du Régime Néocolonial de OUATTARA

Message  Muana Milano le Jeu 11 Avr - 11:24


Selon Afrique Redaction,Ouattara serait souffrant Exclamation Il aurait été évacué precipitament en France,à l'hopital du Val de Grace,où on soigne les autorités politiques et militaires. A suivre.

Muana Milano
Modérateurs

Messages : 1321
Date d'inscription : 19/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: EXCLUSIF: Le Ministre Blé GOUDÉ aux mains du Régime Néocolonial de OUATTARA

Message  Mongo Elombe le Jeu 11 Avr - 11:59

Ce qui m'énerve les médiamenteurs français savent bien ce qui se passe mais quand ça se passe leurs lignes éditoriales est dicté dans le cas de la rci par le gouvernement une fois la personne installée babandi koloba vérité pourtant banto bakufi et on aurait pù éviter tout ça.

Nos soi dirigeants africains lâches et corrompus ne disent rien et se font complices mawa mingi.

OUATTARRA presque tout les mois aza awa baloba kala que aza kobela donc SORO futur président ya rci kiee chance eloko pamba.

J' écoutai son premier ministre ce matin concerant l'arrestation des pro OUATTARRA qui ont commis des meurtres alobi LA JUSTICE FAIT SON TRAVAIL mais mba oyo ya GBAGBO na mwasi na mwana baza na bokoko allez y comprendre.


Laurabelle, la RDC le monde entier sait que KABILA n'a pas gagner les éléctions mais au lieu d'attendre la cominter qui n'en a rien à foutre de nous à part leurs intérêts nous congolais devons nous libérer nous même.

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: EXCLUSIF: Le Ministre Blé GOUDÉ aux mains du Régime Néocolonial de OUATTARA

Message  Muana Milano le Jeu 11 Avr - 12:06

Laurabelle a écrit:Pourquoi Mediapark ne dévoile rien sur les elections de la RDC.

Si Mediapart ne parle pas des élections en RDC,il y a plusieurs raisons.Pour des questions de credibilité,il faut etre sur de ce que l'on publi,au risque d'etre trainer devant les tribunaux.
Pour mener une enquete sur et independante,il faut avoir ses entrées dans les milieux autorisés.Or,pour ce qui est de la RDC,je ne crois pas que Mediapart,a des contacts en haut lieu.
Enfin,il y a aussi le problème de son lectorat Exclamation Le lecteur Français s'interesse plus à ce qui se passe dans les anciennes colonies Françaises qu'à d'autres pays d'Afrique.D'où le peu d'interet,pour Mediapart d'aller enqueté en RDC.

Muana Milano
Modérateurs

Messages : 1321
Date d'inscription : 19/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: EXCLUSIF: Le Ministre Blé GOUDÉ aux mains du Régime Néocolonial de OUATTARA

Message  Muana Milano le Jeu 11 Avr - 15:31

Il est malin,le petit Guillaume Soro Exclamation Sachant que son accolythe Ouattara est mal en point,il a preferé abandonné la primature au profit de la presidence de l'assemblée nationale.
Si jamais l'autre là,passait de l'autre coté de la barrière,la constitution prevoit que c'est le president de l'assemblée nationale,qui prend la succesion jusqu'à la fin du mandat.Et le tour sera joué pour ce sanguinaire,qui accedera à la magistrature supreme,bien qu'il est attendu à la CPI.
D'ailleurs,cela rappel l'épisode rocambolesque lors de la mort d'Houphoueth Boigny.Ouattara qui était premier ministre voulait qu'il soit proclamé president,en ignorant l'article de la constitution qui dit que la charge revient au president de l'assemblée nationale.

Muana Milano
Modérateurs

Messages : 1321
Date d'inscription : 19/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: EXCLUSIF: Le Ministre Blé GOUDÉ aux mains du Régime Néocolonial de OUATTARA

Message  Pierre Remy le Jeu 11 Avr - 16:07

Muana Milano a écrit:
Laurabelle a écrit:Pourquoi Mediapark ne dévoile rien sur les elections de la RDC.

Si Mediapart ne parle pas des élections en RDC,il y a plusieurs raisons.Pour des questions de credibilité,il faut etre sur de ce que l'on publi,au risque d'etre trainer devant les tribunaux.
Pour mener une enquete sur et independante,il faut avoir ses entrées dans les milieux autorisés.Or,pour ce qui est de la RDC,je ne crois pas que Mediapart,a des contacts en haut lieu.
Enfin,il y a aussi le problème de son lectorat Exclamation Le lecteur Français s'interesse plus à ce qui se passe dans les anciennes colonies Françaises qu'à d'autres pays d'Afrique.D'où le peu d'interet,pour Mediapart d'aller enqueté en RDC.

Vous avez raison dans le principe mais Mediapark a aussi des sources (Informateurs) qui lui vendent des infos que Madiapart enquête avant de publier.
Je crois qu´en RDC il y a suffisamment des gens qui savent et on de preuves sur les exactions de tricheries s´il veulent gagner d´argent ils peuvent contacter Mediapart mais ils doivent avoir des infos sur et crédibles.

Pierre Remy
Modérateurs

Messages : 266
Date d'inscription : 24/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: EXCLUSIF: Le Ministre Blé GOUDÉ aux mains du Régime Néocolonial de OUATTARA

Message  Mongo Elombe le Ven 12 Avr - 14:45

http://actualite.ivorian.net/page/?p=7724

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: EXCLUSIF: Le Ministre Blé GOUDÉ aux mains du Régime Néocolonial de OUATTARA

Message  Mathilde le Dim 14 Avr - 21:19




L’ACTUALITE EN COTE D’IVOIRE Publié le 13 Avril 2013
INTERVIEW EXCLUSIF - IL ÉTAIT AUX CÔTÉS DE GBAGBO DANS SA RÉSIDENCE: LE TÉMOIGNAGE ÉMOUVANT DE DIABATÉ BÊH

Sous les bombes, dans la mélancolie des cris et des pleurs des enfants désemparés, l’horreur, l’angoisse mais aussi le courage de Laurent Gbagbo.

Diabaté Bêh, ex-conseiller économique et social, membre de la direction du Front populaire ivoirien (Fpi), témoigne sur les bombardements de la résidence du chef de l’Etat en avril 2011. Un récit qui nous replonge dans l’enfer complot de l’armée française et de l’Onuci.

Notre Voie : Quels souvenirs la date du 11 avril vous rappelle-t-elle ?

Diabaté Bêh : Avant de vous répondre, permettez-moi, ici, de dire merci au président Gbagbo et à son épouse Simone qui m’ont accueilli chez eux pendant ces moments difficiles, et grâce à qui je suis encore en vie. Je remercie également la direction du Front populaire ivoirien pour toutes les marques d’attention à mon égard. Aujourd’hui, j’ai une pensé pieuse pour toutes les personnes avec qui j’ai vécu ces moments particuliers à la résidence du chef de l’Etat, à Cocody. Je parle des personnalités comme Sangaré Abou Drahamane, Simone Gbagbo, Bro Grébé et bien d’autres qui sont aujourd’hui en détention à La Haye et en Côte d’Ivoire. La lutte continue. Je ne peux pas oublier la résidence. Désormais, ça fait partie de ma vie. J’ai été profondément marqué par tout ce que j’ai vécu. Ça a été terrible. Ça a été dur. Je vous assure que ça a été tellement fort que je n’ai pas la lucidité suffisante pour raconter les faits avec précision. J’ai été frappé par l’humilité et le calme du président Gbagbo dans ces moments difficiles. Bien qu’attaqué, à aucun moment, il n’a eu une posture de va-t-en guerre.

N.V.: Pouvez-vous être beaucoup plus explicite?

D.B.: Dix jours sous les bombes. Vous êtes coupé de tout. Vous ne savez rien de ce qui se passe. Vous côtoyez à chaque instant la mort. Vous vivez le désespoir et vous vous sentez impuissant.

N.V.: Ça vous fait quoi de voir que, deux ans après, les autres camarades sont toujours en prison ?

D.B.: Je me sens toujours en prison tant que les autres camarades y sont. Mais, je dois le dire, tout le temps que nous sommes restés ensemble, je n’ai vu aucun d’entre eux tenir une arme. C’est pour ça que je suis peiné de voir qu’ils sont toujours en prison.

N.V.: Deux ans après le renversement de Gbagbo du pouvoir, comment voyez-vous l’avenir du pays?

D.B.: Je suis inquiet. Jusque-là, je ne vois pas de signaux positifs. Je suis d’autant plus inquiet que je suis fils du nord. Ce n’est pas le fait du tribalisme, mais c’est le constat amer que je fais qui m’amène à dire cela. On expose le nord et on met la cohésion sociale à rude épreuve. Il y a trop d’injustices et, malheureusement, je ne vois rien de positif poindre à l’horizon.

N.V.: Alors que le pays est déjà plongé dans la crise, dans quelles circonstances vous vous retrouvez à la résidence du chef de l’Etat, le 11 avril 2011 ?

D.B.: Je suis militant du Front populaire ivoirien, membre de la direction du parti. Le régime est attaqué. Tout de suite, je me dis qu’il faut être à côté du chef pour le soutenir. Le soutenir moralement, le soutenir physiquement parce que ce qui se passe est quelque chose d’inédit. En tout cas, dans ces moments de braise, je pense que ma place est à côté du chef. J’arrive donc à la résidence le 2 avril.

N.V.: Comment ?

D.B.: J’habitais Angré. Je quitte la maison le 1er avril pour rallier la résidence du chef de l’Etat. Je suis déguisé pour éviter qu’on me reconnaisse. Souvenez-vous, les attaques des commissariats de police et des brigades de gendarmerie, suivies de la prise de certains quartiers d’Abidjan par les rebelles ont créé un climat d’insécurité dans la capitale. Je prends donc les dispositions qui s’imposent. Je suis revêtu d’un boubou avec un bonnet (rires). A chaque barrage, je lève les bras et me soumets aux instructions. C’est dangereux parce qu’on ne sait plus qui est loyaliste et qui ne l’est pas. D’Angré à Cocody centre, je traverse plusieurs barrages. Dans le périmètre de la Rti, je passe une nuit chez un ami, en raison des combats. Finalement, c’est aux environs de 10h du matin, le lendemain, que j’arrive à la résidence du chef de l’Etat.

N.V.: Qui voyez-vous tout de suite ?

D.B.: Mon ami Michel Gbagbo, des personnalités parmi lesquelles des collaborateurs du président Gbagbo. Il faut dire aussi qu’une bonne partie du personnel est sur place. Pris dans le feu des tirs, ces travailleurs n’ont pu rejoindre leurs maisons. Puis, naturellement, le président Gbagbo. C’est un homme serein, calme. Mais c’est surtout le chef de famille en compagnie de ses enfants et petits-enfants. Dans toutes les conversations, il demande aux gens de rester sereins. Le président Gbagbo est malheureux devant cette escalade de la violence, car, pour lui, le recomptage des voix aurait permis d’éviter ce bain de sang. Il ne cesse pas de se plaindre.

N.V.: A ce moment, quelle est l’atmosphère qui règne ?

D.B.: On est inquiets. Parce que le pays s’embrase. On se demande comment tout cela va finir. Donc on cause, on regarde la télé, mais on est très collés à ce qui se passe. Les nouvelles fusent de partout. Tantôt certains reçoivent des coups de fils annonçant la prise de telle ou telle ville, tantôt on annonce la mort de tel ou tel nombre d’individus. Les moments de rires n’excédent pas une ou deux minutes. Nous vivons dans cette angoisse jusqu’au 3 avril. Le matin, je me rends au marché d’Anono avec Michel Gbagbo pour acheter un chargeur. Les conditions dans lesquelles je suis arrivé ne m’ont pas permis de prendre le chargeur de mon portable. 4 avril, même ambiance avec le cirque des mauvaises nouvelles. Et soudain, les événements s’enchaînent.

N.V.: Qu’est-ce qui se passe ?

D.B.: Aux environs de 17 h, alors qu’il tombe des gouttes, un grand bruit retentit en direction de l’est du district d’Abidjan. A ce moment précis, nous sommes dans la cour de la résidence. Nous nous demandons si c’est le tonnerre. A peine finissons-nous de nous interroger qu’un second bruit retentit. Dans les minutes qui suivent, des amis reçoivent des coups de fil de la ville qui disent que l’armée française est en train de bombarder le camp militaire d’Akouédo.

N.V.: Et comment réagissez-vous?

D.B.: Tout le monde est étonné, y compris le président Gbagbo. Le ministre de l’Intérieur, paix à son âme, Désiré Tagro, appelle pour comprendre ce qui se passe. Je suis dépassé, parce que c’est très fort. Trente minutes après, la nouvelle du bombardement de la base navale de Locodjro tombe. C’est le comble. Nous étions loin d’imaginer que la résidence allait subir le même sort. Et, à 19 h, les bombes tonnent sur la résidence du chef de l’Etat. Je suis en compagnie de Michel Gbagbo. Croyez-moi, ce n’est pas une partie de plaisir. Le colonel Babri Gohourou est retrouvé mort dans ce bombardement. La nuit est mouvementée jusqu’au 5 avril matin.

N.V.: Le 5 avril, est-ce qu’il y a eu des mouvements militaires ?

D.B.: Non ! La résidence n’est pas un camp militaire! Le président rencontre certains de ses collaborateurs pour discuter de la nouvelle donne.

N.V.: Est-ce que vous n’avez pas eu le sentiment que des dispositions ont été prises pour préparer la contre-attaque ?

D.B.: A aucun moment, je n’ai le sentiment que le président prépare une attaque. Il est plutôt préoccupé par les pertes en vies humaines. Il n’est pas dans une logique de guerre puisqu’il a, à ses côtés, des enfants et des personnes âgées.

N.V.: Des dégâts matériels ?

D.B.: Oui. Des chars sont détruits, le bâtiment de la Garde républicaine (Gr) aussi.

N.V.: Et la résidence ?

D.B.: La résidence en elle-même n’est pas touchée. Mais un obus est tombé à côté. Le ministre Tagro communique là-dessus pour dire que la résidence ne peut pas être bombardée, d’autant qu’elle n’abrite pas de chars.

N.V.: 5 avril, une nouvelle de cessez-le-feu tombe…

D.B. : Le président Gbagbo est lui-même surpris par la nouvelle. Quand on lui pose la question, il dit lui-même qu’il n’y comprend rien. Ce même jour, si ma mémoire est bonne, il accorde une interview à Lc2. La journaliste lui demande s’il compte rester à la résidence jusqu’à la mort. Le président s’en étonne. Il explique qu’il revendique la victoire au même titre que son adversaire. Il demande le recomptage des voix pour que le contentieux soit tranché.

N.V.: A présent, le 6 avril. Qu’est-ce qui se passe à la résidence ?

D.B.: Situation calme dans la matinée et le soir les bombardements reprennent. Les tirs pleuvent.

N.V.: Où vous trouvez-vous à ce moment ?

D.B.: Nous sommes au sous-sol, mais c’est terrible. On a le sentiment que c’est un tremblement de terre. Tout le bâtiment tremble. Nous sommes dans la posture de quelqu’un qui est poursuivi, mais qui n’a pas d’issue de secours. Dans cette atmosphère de terreur, chacun cherche les coins où les déflagrations ne peuvent l’atteindre.

N.V.: Comment les enfants vivent ces moments ?

D.B.: Ils sont dans nos bras. Ils sont apeurés et traumatisés. Il y a donc des pleurs, des cris… Nous demandons aux enfants de se taire et ils s’exécutent parce qu’ils comprennent eux-mêmes que le danger plane au-dessus de nos têtes. Une fois encore, une nuit mouvementée. Au matin du 7 avril, comme d’habitude, il y a un peu de répit. Chacun sort pour prendre un peu d’air. Mais nous sommes angoissés parce que nous ne savons pas quand les hostilités peuvent reprendre.

N.V.: Comment mangez-vous ?

D.B.: J’ai indiqué plus haut que le président n’est pas dans une logique de guerre. Ici aussi, ça se vérifie. Il y a juste un petit stock de nourriture qui est géré de façon rationnelle. Simone n’hésite pas, elle-même, à descendre dans la cuisine. Nous faisons en sorte que ce stock puisse nous permettre d’aller le plus loin possible. En quelque sorte, une lutte de survie.

N.V.: Quand les bombardements atteignent-ils leur paroxysme ?

D.B.: Le dimanche 10 avril. De 16 h jusqu’au lendemain à 4h du matin. Avant cette date, c’est-à-dire le 8 avril, des hélicos se positionnent sur la lagune et tirent sur les baies vitrées. Vous remarquez bien là que la résidence est en train d’être détruite. Le bâtiment est en feu. Nous trouvons notre réconfort dans la prière.

N.V.: Revenons à la journée du 10 avril.

D.B. : Deux hélicoptères paradent au-dessus de la résidence. Tout de suite, nous tiquons. Michel et moi, nous allons vers le ministre Tagro pour en savoir davantage. Il nous apprend que ces engins sont là pour l’évacuation d’un ambassadeur. Non satisfait de son explication, nous faisons remarquer qu’il y a deux hélicos et que cela paraît curieux à nos yeux. Tagro indique qu’il y a un hélico pour faire l’évacuation et l’autre pour assurer la couverture. A peine trente minutes passées que les hélicos font feu sur les éléments de la Gr. Il n’y a aucun moyen de riposte parce que tout a été détruit. Pris de panique, nous fuyons dans tous les sens. On demande de faire rentrer les enfants. Ce qui est fait tout de suite. Un doyen vient vers nous. Il nous demande d’aller porter assistance aux soldats blessés. Ce que nous faisons en les transportant vers l’infirmerie. Dès que les blessés arrivent, l’armée française bombarde l’infirmerie. Ne pouvant pas abandonner les blessés, nous les déplaçons à nouveau pour les conduire au niveau de la bibliothèque. Là, nous devenons tous des infirmiers en aidant les blessés. Il y a des cas graves de saignement. Nous utilisons l’alcool pour désinfecter les plaies. Pour les blessés graves, nous posons des garrots. Nous ne sommes pas au bout de nos peines, puisque la bibliothèque du président est bombardée à son tour. C’est une nuit infernale… Fatigué, je regarde le ministre Tagro et je lui demande ce que les gens veulent. Il me répond : «Ils veulent nous tuer». Dans la matinée – et là, il faut saluer leur bravoure -, des médecins arrivent avec des ambulances pour chercher une partie des blessés et les transférer au Chu (Centre hospitalier universitaire). A peine le premier convoi est-il parti que les bombardements reprennent. Plus intenses encore. Chacun s’abrite là où il peut et comme il peut. Quelques minutes plus tard, une grosse fumée nous parvient dans notre cachette. Les hélicos ont dû larguer des fumigènes. Tout est noir autour de nous. Il est difficile de voir et de se déplacer. Nous suffoquons. C’est pénible parce qu’il y a des enfants de moins d’1 an. Des toux, des pleurs, des cris, des éternuements… Nous faisons des pieds et des mains pour sortir du sous-sol. A ce moment, beaucoup de choses se passent dans la tête des uns et des autres. On ne sait pas si en sortant, des gens sont là pour nous tirer là-dessus.

N.V.: Qu’est-ce qui s’est passé par la suite?

D.B.: Nous sortons de nos cachettes. Le président demande qu’on se calme et qu’on s’asseye tranquillement. Nous nous asseyons donc dans les différentes pièces. Les bras croisés.

N.V.: Ça se passe quand ?

D.B.: Nous sommes le lundi 11 avril.

N.V.: Quelle heure est-il ?

D.B.: Je n’ai plus la notion du temps. Et je crois que c’est la même chose pour beaucoup d’entre nous. N’ayant ni portable ni montre, c’est difficile. Et le ministre Tagro nous quitte. Et je crois que c’est la dernière fois que nous le voyons. J’apprends qu’on nous demande de sortir avec un drapeau blanc pour dire que nous nous rendons. Comment le faire ? Où sortir ? Nous ouvrons la porte qui donne sur le bureau de la Première Dame. Mais, auparavant, l’aide de camp du président nous demande d’ouvrir et de disposer rapidement. Je lui dis merci. Parce que, dès que nous ouvrons la porte, les gens lancent un obus qui explose. Aussitôt nous fuyons. Nous retournons nous asseoir. Environ trente minutes plus tard, j’entends des cris. J’entends des voix de femmes qui disent : «Ne nous tuez pas». C’est une partie du personnel de la résidence. Je comprends que la messe est dite. Quelques minutes plus tard, j’entends des bruits du côté de la chambre du président. Puis il s’en suit des déclarations en bambara disant : «Ah ! Mon marabout m’avait dit que c’est moi qui allais attraper Gbagbo. Dieu merci, il est dans ma main ici avec sa femme». Des éléments Frci tapent à notre porte. Ils nous intiment l’ordre d’ouvrir. «Ouvrez la porte, sinon on tire». «Ne tirez pas, car nous sommes sans arme», répondons-nous. Et nous leur ouvrons la porte. Aussitôt ils se jettent sur nous pour arracher ce que nous avons. Nous sommes roués de coups. Ils nous sortent les mains sur la tête. Le président et son épouse ont déjà été convoyés vers le Golf.

N.V.: Donc vous n’avez pas vu l’arrestation du président Gbagbo ?

D.B.: Non ! Je ne l’ai pas vue. Mais puisque ma chambre est à côté, j’ai entendu plutôt une partie des conversations où le président disait : «Allons-y !».

N.V.: Vous êtes ensuite conduits au Golf !

D.B.: Avant d’arriver au Golf, nous sortons d’abord de la résidence. Nous traversons la cour et, au niveau de la résidence de France, j’aperçois quelqu’un. Il porte une chemise blanche, mais qui est devenu noire à cause du sang. Je demande si par hasard ce n’est pas le ministre Tagro. On me dit que c’est lui. La résidence est encerclée par les chars français. Derrière les chars français, se trouvent les chars de l’Onuci. Les Frci se faufilent entre les chars pour pénétrer dans la résidence. On voit les militaires français qui les y encouragent en leur disant : «Allez-y ! C’est fini». Arrivé au carrefour de l’université, le chauffeur veut nous conduire, selon lui, à Akouédo. Je suis avec plusieurs enfants dans la voiture. J’interviens auprès d’un militaire français pour lui demander de dire au chauffeur de nous conduire au Golf. Ce qu’il fait. C’est comme ça que nous prenons la route qui mène tout droit au Golf. Un vrai calvaire. Sur la voie, les gens ont des couteaux et nous agressent. Ils m’arrachent mon alliance en me disant : «Tu vas pour mourir. Qu’est-ce que tu vas faire avec ça?». J’ai été gardé plusieurs semaines au Golf. Mais, aujourd’hui, je suis un homme qui a le cœur léger. Je n’ai aucune rancœur parce que j’ai foi en l’avenir de la Côte d’Ivoire. Je demande aux autorités de savoir raison garder, car nos camarades ont trop duré en prison. Il faut qu’ils soient libérés maintenant pour que la Côte d’Ivoire se réconcilie avec elle-même. Ça ne viendra pas d’ailleurs. Il faut que les gens évitent les excès, car De Gaulle disait : «Tout ce qui est exagéré est insignifiant» et «Trop sérieux n’est pas sérieux », comme le dit Amadou Hampaté Bâ.


http://rumeursdabidjan.net/index.php?parcours=actualite_ci&article=19378#onglet_article

_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: EXCLUSIF: Le Ministre Blé GOUDÉ aux mains du Régime Néocolonial de OUATTARA

Message  Mongo Elombe le Sam 20 Avr - 1:03

http://www.ivoirebusiness.net/?q=videos/une-journaliste-fran%c3%a7aise-claudine-cojan-raconte-comment-je-me-suis-rendue-compte-que-gbagbo

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: EXCLUSIF: Le Ministre Blé GOUDÉ aux mains du Régime Néocolonial de OUATTARA

Message  Mathilde le Sam 20 Avr - 11:36



_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: EXCLUSIF: Le Ministre Blé GOUDÉ aux mains du Régime Néocolonial de OUATTARA

Message  Mongo Elombe le Sam 20 Avr - 16:57

Comme quoi mba combattants bapesi mba idées INGETAAAA.

BANNY parle de réconciliation quand ceux qu'on emprisonnent sont que les pro GBAGBO AZUIIIIIIII, ils l'ont fait la veille avec le 1er ministre Ivoirien à PARIS.

COMBATTANT OYEEEEEEEEEEE.

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: EXCLUSIF: Le Ministre Blé GOUDÉ aux mains du Régime Néocolonial de OUATTARA

Message  Mathilde le Lun 3 Juin - 19:18

URGENT URGENT CPI

LA JUGE FAIT SAVOIR AU PROCUREUR QU'ELLE N'A PAS DES PREUVES CONSISTANTES CONTRE LE PRÉSIDENT DE LA COTE D'IVOIRE MR LAURENT KOUDOU GBAGBO...DEVANT C'EST TOUJOURS MAÏS!

AFFAIRE A SUIVRE
! Z.I

_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: EXCLUSIF: Le Ministre Blé GOUDÉ aux mains du Régime Néocolonial de OUATTARA

Message  Mongo Elombe le Lun 3 Juin - 19:44

Le libérer jamais otage na bango comme BEMBA enfermer sans preuves et continuer à les enfermer pour faire plaisir à certains...Les président africains se plaignent de la cpi mais ils ont signés pour y adhérer balongwa kasi tchurrrrrrrrrrr.

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: EXCLUSIF: Le Ministre Blé GOUDÉ aux mains du Régime Néocolonial de OUATTARA

Message  Hugues le Lun 3 Juin - 20:24

Ils se plaignent parce ils sont coincé et ils ont peur d´être arrêter alors qu´ils maltraitent tous leurs propres peuples.
S´ils veulent etre respecter ils n´ont qu´a laissé les justices de leurs pays travailler en toute liberté.

Hugues
Modérateurs

Messages : 207
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: EXCLUSIF: Le Ministre Blé GOUDÉ aux mains du Régime Néocolonial de OUATTARA

Message  Mongo Elombe le Lun 3 Juin - 22:35



Cote d’Ivoire - Le 03 juin 2013 © koaci.com - La nouvelle sonnera comme une victoire pour les supporters du wwody de mama, d'autres y verront une raison de plus pour le retenir dans l'attente. En effet, la Cour Pénale Internationale (CPI) vient d’annoncer ce lundi que l’audience de confirmation des charges contre l’ex président Ivoirien Laurent Gbagbo a été ajournée, la chambre a demandé plus de preuves additionnels.

La CPI vient d’ajourner, ce lundi, l’audience de confirmation des charges contre l’ex président ivoirien prévue pour cet après-midi. La chambre ayant demandé au procureur d’apporter plus d’éléments de preuves additionnels d'ici au 15 novembre.

Après l'audience de confirmation des charges, qui s'est tenue il y a trois mois, en avril, la décision pour savoir si Mr Gbagbo sera jugé ou non à la Haye, était très attendue en Cote d’Ivoire.

L'es numero un ivoirien restera donc en prison au pays Bas, à la Haye.

Cependant Laurent Gbagbo pourra demander sa mise en liberté provisoire et le procureur devra démontrer notamment que les crimes commis dans le pays l'ont été dans le cadre d'une politique de répression orchestrée par Laurent Gbagbo et ses proches, mais aussi faire la lumière sur les auteurs des meurtres, des viols et des persécutions commises sur le terrain accusés d’être les forces pro Gbagbo.

Le calendrier stipule que les avocats de l’accusé ont jusqu’au 15 novembre prochain pour compléter l’enquête.

Nous apprenons que la défense aura, jusqu'au 16 décembre 2013 pour réagir et présenter, si elle le souhaite, des éléments de preuve à décharge supplémentaires

La décision finale, pour savoir s’il y aura ou non procès à La Haye ne tombera certainement pas avant avril 2014.

Rappelons que Laurent Gbagbo, président de la cote d’Ivoire de 2000 à 2011 est accusé par la CPI de crimes contre l’humanité après les violences post électorales de 2011.

Nanita avec Mahoudi Innocent à la Haye.
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
GBAGBO comme BEMBA sont otages des biens pensants de la planète, la liberté provisoire existe pourquoi les maintien t'on en prison? le ministre Ethiopien râle contre la cpi mais pourquoi ses soi disant présidents ne se retirent pas? OCCAMPO avait un parti pris et était aux ordres oyo nsoni??
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Les mêmes qui n'avaient pas voulu des reccomptages des voies pendant les élections, les mêmes qui avaient acceptés le bombardement de la RCI, les mêmes qui avaient installés OUATTARRA critiquent sa présidence africains awa.....



La Côte d'Ivoire sous le régime Ouattara est aux antipodes des standards de bonne gouvernance. La corruption, cette autre plaie qui brouille les voies de l'émergence projetée en 2020 par les autorités, transparaît en bonne place dans le dernier rapport produit par l'ambassade des Etats-Unis sur la situation du pays.

L'ambassadeur Philip Carter III et ses services dénoncent, en effet, la corruption à grande échelle et le manque de transparence du gouvernement ivoirien.

Le représentant de Barack Obama souligne que cette corruption, également repérée par Transparency International, frappe tous les compartiments de l'administration (ministère de l'Economie, justice, services douaniers, etc.) et est couverte d'impunité.

"Bien que la loi prévoie des sanctions pénales pour les cas de corruption par les agents de l'État, ils se sont fréquemment adonnés à des pratiques de corruption en toute impunité. Les médias et les groupes locaux de défense des Droits de l'Homme ont rapporté une corruption à grande échelle de fonctionnaires.

Les données de Transparency International ont indiqué que la corruption était un problème grave, ayant le plus grand impact sur les procédures judiciaires, la responsabilité de rendre compte des forces de sécurité, l'attribution des contrats et en matière douanière et fiscale".

Le rapport cite notamment des cas de corruption dans la passation des marchés publics. Les constats de l'ambassade des Etats-Unis sont loin d'être une vue de l'esprit dans un pays aux mains des chefs de la rébellion pro-Ouattara avec une administration dirigée par des personnes recrutées sur des bases ethno-tribales au nom d'une certaine politique du "rattrapage".

Selon les statistiques de Transparency International relayées par le Secrétariat national à la bonne gouvernance et au renforcement des capacités, la Côte d'Ivoire fait partie des 50 pays les plus corrompus du monde. Un classement qui prouve que le régime Ouattara est corrompu, comme l'indique très clairement le rapport des Etats-Unis.

















Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: EXCLUSIF: Le Ministre Blé GOUDÉ aux mains du Régime Néocolonial de OUATTARA

Message  Mongo Elombe le Mar 4 Juin - 9:03

http://ivoirebusiness.net/?q=articles/cpi-calixte-belaya-pr%C3%A9sidente-du-mouvement-des-africains-fran%C3%A7ais-maf-exige-le-retrait-des



Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: EXCLUSIF: Le Ministre Blé GOUDÉ aux mains du Régime Néocolonial de OUATTARA

Message  Kebadeuxfois le Mar 4 Juin - 12:24

PÉTITION POUR LE RETRAIT DES ÉTATS AFRICAINS DE LA CPI
Nous savons tous que la CPI ne fonctionne pas encore comme il est prévu dans les papiers mais les Africains, je m´adresse au peuple d´Afrique doivent comprendre que les chefs d´états qui exigent que la CPI ne s´occupent d´eux devraient commencer par balayer devant leurs propre portes,ils ne respectent pas la justice dans leurs pays et comment voulez vous que la CPI les respectent.
Le cas Gbabgo ne doit pas servir d´exemple pour nous pousser a signer cette pétition bien qu´il y a des zones d´ombres dans cette histoire moi je crois qu´il mérite d´être la ou il est et pas seulement lui d´autres encore donc moi je ne signerai pas cette pétition au risque d´accroitre le pouvoir de ces présidents Africains qui font n´importe quoi et font souffrir leurs peuples.

Kebadeuxfois
Modérateurs

Messages : 261
Date d'inscription : 10/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: EXCLUSIF: Le Ministre Blé GOUDÉ aux mains du Régime Néocolonial de OUATTARA

Message  Mongo Elombe le Mar 4 Juin - 13:15

Kebadeuxfois a écrit:PÉTITION POUR LE RETRAIT DES ÉTATS AFRICAINS DE LA CPI
Nous savons tous que la CPI ne fonctionne pas encore comme il est prévu dans les papiers mais les Africains, je m´adresse au peuple d´Afrique doivent comprendre que les chefs d´états qui exigent que la CPI ne s´occupent d´eux devraient commencer par balayer devant leurs propre portes,ils ne respectent pas la justice dans leurs pays et comment voulez vous que la CPI les respectent.
Le cas Gbabgo ne doit pas servir d´exemple pour nous pousser a signer cette pétition bien qu´il y a des zones d´ombres dans cette histoire moi je crois qu´il mérite d´être la ou il est et pas seulement lui d´autres encore donc moi je ne signerai pas cette pétition au risque d´accroitre le pouvoir de ces présidents Africains qui font n´importe quoi et font souffrir leurs peuples.

La cpi kieee passons ça me rappelle l'époque de l'esclavage où on conditionnait un nègre pour maltraiter ses frères nègres et lui pour se faire aimer faisait du zèle.

Le but de la cpi c'est quoi au juste? pendant qu'ils y sont bakanga BUSH, SARKOZY, le ministre britanique, les dirigeants israéliens, chinois et j'en passe là je dirai ok mais si c'est pour seulement juger et prendre en otage les africains bakanga et que chacun rentre chez soi.

La cpi une parodie de justice, ce qui se passe c'est quoi on prends quelqu'un qu'on embastille pendant 2 ans sans preuve et au bout de 2 ans il n'y a pas assez de preuves mais vous resterez quand même en prison le temps que le procureur aille chercher des preuves????Esalamaki wapi???

BEMBA idem il est pris en otage pour faire plaisir à KABILA et aux bien pensant allons dans l'absurdité PATASSE mort BEMBA fout quoi en prison?

La cpi une honte que ses ordures de présidents africains ont cautionnés mawa plein.

Nous disons indépendants mais avons besoin d'une justice à l'extérieur de nos pays et on se dit pays souverain TOLEKAAAAAAAAA

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: EXCLUSIF: Le Ministre Blé GOUDÉ aux mains du Régime Néocolonial de OUATTARA

Message  Jules andré le Mar 4 Juin - 13:54

Mongo Elombe a écrit:
Kebadeuxfois a écrit:PÉTITION POUR LE RETRAIT DES ÉTATS AFRICAINS DE LA CPI
Nous savons tous que la CPI ne fonctionne pas encore comme il est prévu dans les papiers mais les Africains, je m´adresse au peuple d´Afrique doivent comprendre que les chefs d´états qui exigent que la CPI ne s´occupent d´eux devraient commencer par balayer devant leurs propre portes,ils ne respectent pas la justice dans leurs pays et comment voulez vous que la CPI les respectent.
Le cas Gbabgo ne doit pas servir d´exemple pour nous pousser a signer cette pétition bien qu´il y a des zones d´ombres dans cette histoire moi je crois qu´il mérite d´être la ou il est et pas seulement lui d´autres encore donc moi je ne signerai pas cette pétition au risque d´accroitre le pouvoir de ces présidents Africains qui font n´importe quoi et font souffrir leurs peuples.

La cpi kieee passons ça me rappelle l'époque de l'esclavage où on conditionnait un nègre pour maltraiter ses frères nègres et lui pour se faire aimer faisait du zèle.
Mama Mongo on voit bien que vous avez trop de haine contre les blancs moi aussi je n´ai pas aimé l´esclavage mais ce temps est révolu et le but de la CPI n´est ce que vous dessiné soyons sérieux.
Le monde c´est comme la jungle pour mériter le respect des autres il faut commencer par se respecter soi même
nos dirigeants ne se respectent voila pourquoi on nous prend pour des moins que rien alors que la nature nous a doter des avantages sur le blanc.


Le but de la cpi c'est quoi au juste? pendant qu'ils y sont bakanga BUSH, SARKOZY, le ministre britanique, les dirigeants israéliens, chinois et j'en passe là je dirai ok mais si c'est pour seulement juger et prendre en otage les africains bakanga et que chacun rentre chez soi.
Vous devez lire les closes qui ont fait voir le jour a la CPI il est spécifié que pour établir la justice la CPI doit d´abord voir si la justice est respecté dans le pays ou il y a le cas a intervenir, vous voulez faire arreter Bush faites un dossier et présentez le a la CPI il sera examiner.
Le cas Sarkozy dans son pays la justice fonctionne la preuve il est déjà inquiété par plusieurs dossier et chez nous Kabila qui tue et viole personne ne peut le juger.
Au lieu de dire a ces dirigeants pour qu´on nous respecte ils doivent bien gère nos pays vous faites du racisme a deux balles ma soeur je vous aime beaucoup mais laissons les sentiments a coté si nous sommes pas capable de rendre justice seule c´est mieux qu´on le fasse pour nous pour réduire la misère et l´injustice et faire peur a ceux qui se croient permit de tout.



La cpi une parodie de justice, ce qui se passe c'est quoi on prends quelqu'un qu'on embastille pendant 2 ans sans preuve et au bout de 2 ans il n'y a pas assez de preuves mais vous resterez quand même en prison le temps que le procureur aille chercher des preuves????Esalamaki wapi???
Gbagbo mérite de reste ou il est parce qu´il n´est pas totalement innocent il peut avoir gagner les élections mais dans la suite des événements il a une responsabilité Ouatara aussi et son tour viendra.

BEMBA idem il est pris en otage pour faire plaisir à KABILA et aux bien pensant allons dans l'absurdité PATASSE mort BEMBA fout quoi en prison?
Le cas Bemba n´est pas aussi justice tu as raison mais ne t´en fait pas Bemba est victime et aussi martyr, le temps qu´il a passe dans cette prison est un sacrifice pour le Congo et les vrais coupable payeront.

La cpi une honte que ses ordures de présidents africains ont cautionnés mawa plein.

Nous disons indépendants mais avons besoin d'une justice à l'extérieur de nos pays et on se dit pays souverain TOLEKAAAAAAAAA
Comme toujours ils signent avant de réfléchir et c´est mieux qu´ils ont pu signer bêtement parce que avant il pouvait rester impuni apres avoir quitté le pouvoir plus maintenant.
Pour moi la CPI est mal necessaire suite a la connerie de nos propres dirigeants ils ne peuvent plus faire marche arriere ils seront poursuivit pour leurs actes si pas par la justice de leur pays mais par la CPI il y a qu´une seule façon d´en sortir démocratiser et la bonne gérance.
Si tout va bien c´est nous peuple Africains de tous les pays qui interviendront pour que cette injustice soit lever pour le moment elle sert et je ne signerai non plus cette pétition.

Jules andré
Modérateurs

Messages : 401
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: EXCLUSIF: Le Ministre Blé GOUDÉ aux mains du Régime Néocolonial de OUATTARA

Message  Mongo Elombe le Mar 4 Juin - 15:17

Jules André, je ne hait pas les blancs, je n'accepte pas qu'ils pensent que le noir est un sous homme de la France où je suis je te dirais que ceux d'en haut sont des racistes mais quand il s'agit de prendre l'argent des sous hommes ils le font. Je te dirai aussi qu'à niveau d'études égales le français ne te considère pas et j'aimerai savoir pourquoi?

Je te donne un exemple les journaleux français quand ils parlent du Niger disent que c'est un pays pauvre mais l'uranium qui fait marcher leurs centrales vient de ce pays pauvre qu'ils exploitent avec la complicité des politiques de ce pays.




Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: EXCLUSIF: Le Ministre Blé GOUDÉ aux mains du Régime Néocolonial de OUATTARA

Message  Rose lilas le Mar 4 Juin - 15:22

Je respecte tous les arguments ci-haut mais pour bien débattre posons quelques questions ?

La CPI est une bonne institutions pour la justice dans le monde ?
Ma réponse est oui si elle agit partout de la même façon.


Les président Africains ont-ils raison de contester la façon d´agir de la CPI ?
Ma reponse est oui et tout de suite suivit d´un bémol, ils ont raison de contester parce la CPI ces derniers années ne s´occuper que des dossiers Africains alors que les faits similaires a ceux qui se passent en Afrique sont aussi signalés dans d´autres continents.

Est ce une raison de se désolidarisé de la CPI
Ma reponse est non pour moi il aurait du pour les intérêts de la justice dans le monde exiger une équité dans les actions menées par la CPI et de ce faire ils auraient été plus crédibles.
Parce la façon dont est géré les États Africains on constate qu´il a une justice a deux vitesse une pour le peuple et une autre pour les dirigeants.
Ma proposition est la suivante la CPI doit faire montre d´équité et intervenir partout pas seulement en Afrique.
Signe cette proposition serait un recul de la justice au monde et l´impunité va accroitre dans les pays ou la justice n´est pas bien organisée.
Enfin jugez par vous des présidents qui se rallient a un leurs collègues pour qu´il soit juger par justice de son pays alors qu´on sait bien qu´il peut bien intervenir pour des ordres aux juges et la dernière questions est
A qui profite cette pétition aux dirigeants Africains ou aux peuples Africains ?
Et pourquoi
Parce que nous respectons pas nos lois et s´il faut s´abriter derrière la CPI pour que tout change pourquoi pas.
Ca nous apprendra bien faire les choses par nous et surtout a bien le faire et comme ça personne ne se mêlera de nos affaires.

Rose lilas
Modérateurs

Messages : 327
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: EXCLUSIF: Le Ministre Blé GOUDÉ aux mains du Régime Néocolonial de OUATTARA

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 8:42


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum