Débat pour la présidentielle au Kenya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Débat pour la présidentielle au Kenya

Message  Mathilde le Mer 13 Fév - 17:17


Une première au Kenya: les huit candidats à la présidentielle, dont le premier tour est prévu le 4 mars, ont débattu lundi soir en direct. Tous ont promis qu'il n'y aurait pas une répétition des violences post-électorales en 2007-2008 qui avaient causé la mort de plus de 1200 personnes et fait plusieurs centaines de milliers de déplacés.
Selon les commentateurs aucun des candidats ne s'est vraiment démarqué
.


Les propos des candidats, limités par le temps, se sont souvent cantonnés à des platitudes et des déclarations d'intentions sur leur programme de gouvernement en cas de victoire.
De nombreux Kényans avaient quitté le travail plus tôt que prévu, pour rentrer chez eux ou se retrouver dans des bars pour regarder le débat, également retransmis à la radio et sur internet.
"Je serai capable de m'occuper de laver nos noms (...) en même temps que m'assurer que les affaires gouvernementales se poursuivent", a assuré Uhuru Kenyatta, ancien ministre des Finances, interrogé sur la façon dont il compte gouverner, alors que son procès et celui de son co-listier William Ruto doit s'ouvrir le 10 avril devant la Cour pénale internationale à la Haye.
MM. Kenyatta et Ruto, ainsi que deux autres Kényans, sont inculpés de crimes contre l'humanité par la CPI pour leur implication présumée dans l'organisation des tueries après le scrutin de la présidentielle de la fin 2007.
Le principal adversaire de M. Kenyatta, l'actuel Premier ministre Raïla Odinga, a remarqué que "gouverner par Skype depuis la Haye allait poser de sérieuses difficultés", en référence au service de téléphonie par internet. "Je sais que ce n'est pas pratique", a-t-il ajouté.
Les participants se sont très rarement adressés la parole, répondant essentiellement au journaliste menant le débat, marqué par aucun incident, les deux favoris, MM. Kenyatta et Odinga, échangeant même ostensiblement des amabilités.
En décembre 2007, lors du précédent scrutin, M. Kenyatta soutenait la candidature du président sortant, Mwai Kibaki, déclaré réélu face à M. Ondinga, à l'époque soutenu par M. Ruto.
L'annonce de la victoire de M. Kibaki avait déclenché une violente contestation qui avait dégénéré en affrontements ethniques, faisant plus d'un millier de morts et des centaines de milliers de déplacés.
Vendredi la Haute cour se prononcera sur la recevabilité d'un recours déposé par des organisations des droits de l'Homme, contestant les candidatures de Kenyatta et Ruto, étant donné leur inculpation par la CPI.
Paul Muite, un avocat, l'un des petits candidats, a estimé que le Président Mwaï Kibaki et le Premier ministre Raïla Odinga, rivaux lors du scrutin de 2007, devraient aussi être inculpés par la tribuna de la Haye.


http://www.bbc.co.uk/afrique/region/2013/02/130212_kenya_debate_2.shtml

Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débat pour la présidentielle au Kenya

Message  Mathilde le Mer 13 Fév - 17:25


Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débat pour la présidentielle au Kenya

Message  akim le Mer 13 Fév - 17:49

Voila un exemple de démocratie qui devra inspirer les politichiens Congolais.

akim
Modérateurs

Messages : 566
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débat pour la présidentielle au Kenya

Message  mapata le Mer 13 Fév - 17:57

Au Congo le président, de la République évite ou fuit les débats,je donnerai beaucoup pour voir le Congo arriver a ce niveau.
Pendant que les autres pays progressent nous on ne fait reculer.

mapata
Modérateurs

Messages : 660
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débat pour la présidentielle au Kenya

Message  Mathilde le Dim 10 Mar - 1:34

Uhuru Kenyatta premier chef d'état africain a être élu à la tête d'un pays en ayant des poursuites pour crimes contre l'humanité à la CPI.... Shocked Shocked




Son rival Odinga conteste le résultat du scrutin qu'il estime «faussée». Le nouveau président est inculpé par la Cour pénale internationale pour crimes contre l'humanité, suite aux violences consécutives au scrutin de 2007.

Uhuru Kenyatta, inculpé de crimes contre l’humanité par la Cour pénale internationale (CPI), a été proclamé samedi élu président du Kenya dès le premier tour, une victoire aussitôt contestée en justice par son rival Raila Odinga.

Le Premier ministre sortant a cependant appelé ses partisans au calme pour éviter une répétition des affrontements sans précédent ayant suivi sa précédente défaite en décembre 2007, car «la violence maintenant pourrait détruire ce pays pour toujours».

Aucun trouble particulier n’avait marqué samedi en fin d’après-midi l’annonce de la victoire de Kenyatta, 51 ans, alors que la police était déployée en force dans plusieurs bidonvilles de Nairobi où les partisans d'Odinga sont présents en nombre. La Grande-Bretagne et les Etats-Unis ont appelé les Kenyans au «calme» et à la «retenue».

Fils de Jomo Kenyatta, premier président du Kenya (1964-1978), Uhuru Kenyatta a franchi de quelque 8.400 voix la barre des 50% des votants requise pour l’emporter dès le premier tour du scrutin de lundi (soit 50,07%), marqué par une participation record de 85,9%.

Kenyatta inculpé de crimes contre l’humanité

Accusé de crimes contre l’Humanité pour son rôle présumé dans l’organisation des pires violences politico-ethniques, consécutives au scrutin de fin 2007, Kenyatta est le premier inculpé de la CPI à devenir chef de l’Etat. La Cour de La Haye a déjà inculpé le président soudanais Omar el-Béchir en 2009, mais celui-ci était alors au pouvoir depuis vingt ans.

Dans une référence apparente à cette situation politique et juridique inédite, Kenyatta a assuré que son pays «continuera de coopérer avec toutes les nations et institutions internationales, conformément à (ses) obligations». Il a déjà assuré qu’il ne se déroberait pas à ses obligations devant la CPI même en cas d’élection. Son procès doit s’ouvrir le 9 juillet et pourrait durer au moins deux ans. Son vice-président William Ruto doit comparaître à partir du 28 mai à La Haye, également à propos des violences de 2007-2008.

«Les élections ne changent pas la donne en ce qui concerne la CPI car il n’existe pas d’immunité devant la Cour», a réagi le porte-parole du tribunal Fadi el-Abdallah.

«Irrégularités massives»

Crédité de quelque 800.000 voix de moins que son adversaire (43,31% des votants), Raila Odinga a dénoncé «des irrégularités massives» autour du scrutin. Mais celui qui, à 68 ans, a enregistré sa troisième défaite présidentielle, a assuré «faire confiance» à la Cour suprême pour annuler l’élection.

Fin 2007, la défaite d'Odinga avait plongé le pays dans plusieurs semaines de violences avec plus de 1.000 morts et plus de 600.000 déplacés. Le président sortant Mwai Kibaki - qui, à 81 ans, ne se représentait pas cette année- avait été proclamé vainqueur à l’issue d’un dépouillement entaché de soupçons. Issu, comme lui, de la communauté kikuyu, la plus importante numériquement - 17% des 41 millions d’habitants -, Uhuru Kenyatta était alors l'un de ses soutiens clés.


(AFP)
http://www.liberation.fr/monde/2013/03/09/uhuru-kenyatta-officiellement-elu-president-du-kenya_887417

Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débat pour la présidentielle au Kenya

Message  Ousmane le Dim 10 Mar - 13:02

Son adversaire conteste les résultats, j´aimerai bien savoir quel est l´ampleur de ces fraudes.

Ousmane
Modérateurs

Messages : 449
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débat pour la présidentielle au Kenya

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 20:42


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum