Matata Ponyo, l'homme de la rigueur

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Matata Ponyo, l'homme de la rigueur

Message  Ramboché le Mer 17 Oct - 17:41

Avec le soutien du chef de l'État Joseph Kabila, malgré un naturel discret, le Premier ministre Augustin Matata Ponyo a imposé son style, sa méthode... et un programme qui ne laisse rien au hasard.

En swahili, matata veut dire problèmes, difficultés et, par extension, on dit de quelqu'un de peu malléable qu'il est matata. En lingala, matata est employé dans un contexte conflictuel et, dans l'entendement populaire, une personne est matata lorsqu'elle est compliquée. Augustin Matata Ponyo l'est-il ? Rien n'est moins sûr. C'est un homme de 48 ans emprunt de simplicité, auquel certains reprochent d'être trop droit, trop rigoureux, trop tatillon, etc. Certes, le nouveau Premier ministre montre une volonté manifeste de sortir de l'ordinaire. Y compris dans les détails. Après sa nomination, en avril, en prenant possession de ses bureaux à La Gombe, le long du fleuve, là où tous les Premiers ministres ont oeuvré, à commencer par Patrice Lumumba en 1960, le nouveau locataire a estimé qu'ils étaient dans un état crasseux, indignes d'une primature, et décidé qu'il était temps de les remettre enfin en état. Même chose pour le pays.

Résistance

Depuis que Matata Ponyo est à la tête du gouvernement, un nouveau vocable est en vogue à Kinshasa, le verbe « matatiser ». Matatiser ? L'intéressé en sourit. « Les gens ont inventé ce verbe parce que j'ai décidé de bloquer tous les circuits par lesquels passe la corruption et qui empêchent ainsi l'État de percevoir ce qui lui est dû. »

Évidemment, les critiques pleuvent. « Depuis que Matata est là, l'argent ne circule plus, commente un député de la majorité. D'ailleurs, dans Kin, beaucoup de chantiers, essentiellement dans le bâtiment, sont à l'arrêt. » Mais Matata Ponyo, sûr de son fait, ne s'en laisse pas conter. « Si tout l'argent dû à l'État rentrait dans ses caisses, nous réaliserions beaucoup de choses sans nous endetter. Il faut fermer les robinets de la corruption », confie-t-il. Selon l'économiste congolais Oasis Kodila Tedika, 55 % des recettes du Trésor public se volatilisent à cause de la corruption, une corruption profondément ancrée dans les moeurs du pays et inscrite dans le quotidien, de celui des taxis, contraints de payer régulièrement les forces de l'ordre pour pouvoir circuler, à celui des grands marchés publics.

Il a préféré garder le contrôle du portefeuille des Finances, en y nommant un ministre délégué.

Le chef du gouvernement n'est pas un professionnel de la politique. Issu des rangs des technocrates, il est devenu ministre en février 2010, dans le gouvernement d'Adolphe Muzito, au portefeuille des Finances. Une entrée remarquée puisque les aspirations et le style de l'économiste ont tout de suite détonné avec les (mauvaises) habitudes. Il a ainsi interdit à certains commerçants étrangers, passés maîtres dans l'art de graisser la patte, de mettre les pieds dans son ministère, et fait refouler le cortège d'importuns qui, abusant de leur qualité, venaient encombrer ses couloirs sans aucun rendez-vous. Beaucoup de proches collaborateurs de ses collègues d'alors, habitués à venir chercher leurs enveloppes pour des dépenses prétendument publiques, se souviennent être rentrés bredouilles. Ce qui importe alors pour lui, c'est la stabilisation du cadre macro­économique, la lutte contre les passe-droits, la fraude fiscale et le détournement quasi systématique des deniers publics. Bref, tout ce qu'il faut pour se faire des ennemis, même au sein du gouvernement.

La résistance du ministre des Finances aux pressions venant de toutes parts finit par payer. Les institutions de Bretton Woods et autres bailleurs de fonds apprécient. En juin 2010, la RD Congo atteignait le point d'achèvement de l'Initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE) et bénéficiait de l'annulation d'une très grande partie de sa dette extérieure. Ce n'est pas par hasard que, devenu Premier ministre, Matata Ponyo a préféré garder lui-même le contrôle du portefeuille des Finances en y nommant un ministre délégué.

Miraculé

S'il est membre du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD, présidentiel), Matata Ponyo, qui n'y exerce aucune fonction officielle, est plutôt discret et, même en tant que grand argentier du pays, n'était pas très connu du grand public. Jusqu'au 12 février dernier. Ce jour-là, il est avec d'autres personnalités dans un avion qui s'écrase sur l'aéroport de Bukavu, dans le Sud-Kivu. L'un des passagers, Augustin Katumba Mwanke, très proche du président Joseph Kabila, est tué sur le coup. Donné pour mort, le ministre des Finances est finalement sauf. « Je suis resté inconscient pendant une heure. Je revois Katumba, cet homme réputé tout-puissant, qui est monté dans l'avion habillé très simplement, sandales aux pieds, se souvient le miraculé de Bukavu. Rescapé, je n'avais plus le même regard sur la vie. » Après des soins en Afrique du Sud, contre toute attente, Matata est nommé Premier ministre le 18 avril.

Le grand public découvre alors un homme aux costumes sombres, aux chemises blanches et aux éternelles cravates rouges. Lesquelles poussent certains de ses compatriotes à le soupçonner d'appartenir à une loge maçonnique, à un cercle ésotérique ou, mieux, d'avoir des pouvoirs surnaturels. Le Premier ministre s'en amuse. « J'ai adopté ce style vestimentaire quand je suis devenu ministre des Finances. Pour moi, le rouge symbolise l'abnégation. » Issu d'un milieu très modeste, malgré sa réussite, Matata Ponyo continue de penser que « l'argent n'est qu'une apparence ». Pour lui, l'équilibre repose d'abord sur Dieu (c'est un protestant pratiquant), ensuite sur la famille (il est marié et père de quatre enfants) et, enfin, sur le travail bien fait.

Ordinaire

Jusqu'à quel point pousse-t-il l'abnégation et la rectitude ? Son bureau n'a pas de dimensions démesurées, il est plutôt ordinaire. Derrière lui, sur un meuble, des photos en couleurs de ses enfants. Grand lecteur et homme de l'écrit, Matata Ponyo note, annote, souligne et ne résiste pas souvent à la tentation d'émailler ses discours de citations.

Premier arrivé à la primature, entre 5 heures et 6 heures du matin, il en repart toujours tard. Selon un membre de son cabinet, « pour lui, la ponctualité est une qualité essentielle ». Lors des premières réunions de son équipe, les ministres retardataires n'ont pas été autorisés à entrer dans la salle. Une leçon qu'ils n'ont pas oubliée. À l'instar des membres de son gouvernement, ses collaborateurs ont été amenés à adopter rigueur et efficacité, notamment en passant à des méthodes de travail modernes. Le temps étant précieux, plus de secrétaires ni de dactylographes pour saisir leurs textes, ils s'en chargent eux-mêmes, sur leurs ordinateurs et, chaque fois qu'ils reviennent de mission, ils savent que le plus urgent est d'envoyer leur rapport « au patron ». Contrairement à beaucoup de décideurs et responsables congolais, Matata Ponyo ne joue pas la carte ethnique, tribale ou régionale. « Ce qui compte pour lui, ce sont les compétences, les curriculum vitæ des uns et des autres, qu'il examine avec le plus grand soin », souligne son directeur de cabinet, José Sele, 44 ans, originaire de Gemena (Équateur), qui le connaît depuis seize ans et travaille avec lui depuis dix ans. D'après Sele, les personnes originaires du Maniema (Centre-Est), la province natale du Premier ministre, sont plutôt minoritaires autour de lui. C'était déjà le cas lorsqu'il dirigeait le Bureau central de coordination (BCECO), entre 2003 et 2010.

Mains libres

La méthode Matata, qui, on l'aura compris, ne plaît pas à tout le monde, est tout entière articulée autour de la transparence. Transparence du patrimoine des membres du gouvernement et autres collaborateurs, qui fait l'objet d'une déclaration. Transparence de l'action gouvernementale, via une feuille de route donnée à chaque ministre, qui, avec obligation de résultats, « doit rendre compte ». Afin d'aborder les questions spécifiques au champ d'action de chacun des membres du gouvernement, des réunions en comité restreint sont organisées quasi quotidiennement. Auxquelles s'ajoutent, évidemment, des échanges permanents avec le chef de l'État.

La méthode Matata, qui (...) ne plaît pas à tout le monde, est tout entière articulée autour de la transparence.

« Le Premier ministre est un brillant sujet qui travaille dur et qui a une vision. Ce n'est pas un politique, mais un technocrate pur ; les politiques aménagent, pas les technocrates, confie un membre du gouvernement. Il sait mettre de l'ordre, imposer la discipline et a, en plus, le sens des responsabilités. Comparé à Muzito, il a les mains plus libres et les ministres le respectent. » Fier d'avoir été formé dans son pays - il est licencié en économie monétaire et internationale et détenteur d'un diplôme d'études approfondies (DEA) en économie du développement de l'université de Kinshasa, où il a été professeur assistant de 1988 à 2000 -, Matata Ponyo voudrait parvenir à mobiliser le plus de ressources locales possibles plutôt que de tout attendre des bailleurs de fonds.

Pour arriver à ses fins - et à ces moyens que, il en est convaincu, la RD Congo possède largement -, la seule voie possible est d'assainir le milieu des affaires, de renflouer les caisses de l'État et d'éradiquer la corruption... Plusieurs fronts mais une seule et même bataille, décisive, qu'il doit mener en résistant aux tenants du statu quo.

Lire l'article sur Jeuneafrique.com : RDC : Matata Ponyo, l'homme de la rigueur | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique

Ramboché
Modérateurs

Messages : 476
Date d'inscription : 17/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matata Ponyo, l'homme de la rigueur

Message  kunta le Jeu 18 Oct - 21:17

On a connu de plus intelligent que lui mais le problème est que quand on sert le diable on devient comme lui désolé de vous l´apprendre monsieur Ramboché.

kunta
Modérateurs

Messages : 338
Date d'inscription : 18/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matata Ponyo, l'homme de la rigueur

Message  Mathilde le Mer 24 Oct - 22:26

FRANCE 24 L'Entretien : 24/10/2012 L'ENTRETIEN


Comment tomber aussi bas Seigneur???pitié pour le Congo!!
Sad


La médiocrité et l'hypocrisie des hommes du régime dictatorial de Kinshasa prouvent le ridicule que traîne la mafia en RDC. Evil or Very Mad Twisted Evil

Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matata Ponyo, l'homme de la rigueur

Message  Mongo Elombe le Jeu 25 Oct - 5:10

MATATA intellectuel ou pas il fait parti des fossoyeurs, j ai pitié de lui sur france24,il y a mille télé en Rdc soit mais combien peuvent critiquer certaines actions du gouvernement? Quand l'independence judiciaire aza kotiola nani? il peut raconter tout et n importe quoi sans contradicteur.

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matata Ponyo, l'homme de la rigueur

Message  Mongo Elombe le Lun 11 Fév - 16:32

http://www.rfi.fr/emission/20130211-augustin-matata-ponyo-mapon-premier-ministre-congolais-rdc

Augustin Very Happy nous parle de croissance etc etc il m'a énervée ce matin.

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matata Ponyo, l'homme de la rigueur

Message  mapata le Lun 11 Fév - 17:09

Ils me font rire comment parler de croissance quand tout le monde sait le niveau de croissance atteint n´est pas même a la hauteur de ce pays en temps normal .

mapata
Modérateurs

Messages : 660
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matata Ponyo, l'homme de la rigueur

Message  Ousmane le Lun 11 Fév - 19:04

Moije parlerai de croissance le jour ou nous depasserons le budjet annuel du Rwanda parce que je trouve pas normal que ce pays ait un budjet annuel superieur au notre .

Ousmane
Modérateurs

Messages : 449
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matata Ponyo, l'homme de la rigueur

Message  Mongo Elombe le Lun 11 Fév - 19:06

Croissance kie quand plus de la moitié n'arrive même pas à survivre mawa. Falaçais minene mpe eloko ya malonga aza kosala eyi te.

Après on nous sortira le disque MOBUTU...........

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matata Ponyo, l'homme de la rigueur

Message  Ramboché le Mar 12 Fév - 12:40

Mongo Elombe, c´est toi qui nous fait toujours rappeler Mobutu par qui le malheur de Congolais a commencé,il a livré Lumumba a la mort, il a détruit le pays et nous a laisser la guerre de l´est en héritage voila son bilan.
Reconnaissez du moins quand un compatriote travail et fait du bon travail, c´est la moindre de chose.

Ramboché
Modérateurs

Messages : 476
Date d'inscription : 17/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matata Ponyo, l'homme de la rigueur

Message  Rose lilas le Mar 12 Fév - 13:08

Trop facile de cacher ses insuffisances et incompétences sur Mobutu, il est mort depuis longtemps bien qu´il n´est pas un bon exemple qu´avez vous fait depuis sa disparition ?

Rose lilas
Modérateurs

Messages : 327
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matata Ponyo, l'homme de la rigueur

Message  Mongo Elombe le Jeu 14 Fév - 19:34

http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=192157&Actualiteit=selected


L'homme de la rigueur n'est ce pas Rambotché?? Les politicaillons congolais sont à rééduquer mawa plein pourtant batanga, mba voyagea mais aucune envie de voir le pays progresser....

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matata Ponyo, l'homme de la rigueur

Message  kunta le Jeu 14 Fév - 19:44

Ils ont tous échoué a leur mission,ils doivent l´accepter et laisser la place a la nouvelle génération, mais c´est trop leur demandé car ils ne connaissent que la politique comme source pour remplir leurs poches.

kunta
Modérateurs

Messages : 338
Date d'inscription : 18/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matata Ponyo, l'homme de la rigueur

Message  Mongo Elombe le Mer 27 Fév - 15:01

Ils aiment le CONGO décadent pour leurs profits pourtant batanga et après ils nous chanterons qu'on leurs laissent le temps que les occidentaux il leurs a fallu des années..........lokuta dans les années 60, la télévision existait déjà, le téléphone, l'eau coulait des robinets des occidentaux, il fallait juste kolanda mouvement et vouloir faire avancer le pays.

Mais quand il s'agit de leurs enrichissement personnels, ils savent y faire....






Où en est aujourd’hui la Société Minière de Bakwanga (Miba) après la reprise timide de sa production en 2011 ? Nulle part ! Les travailleurs demeurent impayés depuis plusieurs mois. La Miba semble même avoir touché le fond. Et pour cause, la société manque jusqu‘aux bennes pour le transport de minerais au point qu’il est envisagé à présent d’en emprunter au Katanga. Suivez mon regard !

En effet, la solution pour relancer la production de la Miba est connue de tous : le gouvernement et la direction de la société. Elle consiste en la certification des réserves en vue de contrôler la structure des gisements pour pouvoir déterminer le volume du minerai ainsi que sa teneur quant aux ressources en carats.

A la vérité, la certification des réserves de la Miba est une exigence des bailleurs de fonds. Elle est donc une condition à laquelle la Miba doit satisfaire pour accéder à un financement substantiel nécessaire pour relancer durablement sa production.

Un appel international a été lancé à cet effet par le gouvernement à travers le Comité de Pilotage de la Réforme des Entreprises du Portefeuille de l’Etat (COPIREP) et c’est la société sud-africaine SRK Consulting qui a été retenu pour exécuter les travaux de la certification. Le prix à payer : 14 millions de dollars américains. La direction de la Miba s’est donc tournée vers son actionnaire majoritaire, l’Etat congolais qui s’est engagé à honorer la facture.

C’est ainsi que lorsqu’Adolphe Muzito, alors premier ministre de Joseph Kabila, arrive à Mbuji-Mayi le 17 août 2009, il annonce que sa visite s’inscrit dans le cadre de la relance effective de la production de la Miba. Muzito ne croyait pas si bien dire car la production de la Miba est au point mort. C’est ici le lieu de rappeler qu’en 2009, la production de la Miba est de zéro carat selon les statistiques officielles. Le premier ministre Muzito déclare que la relance de la production effective de la Miba nécessite cent millions de dollars américains mais que son gouvernement va débloquer une première tranche de 20 millions de dollars américains. Les travailleurs de la Miba applaudissent des pieds et des mains oubliant qu’au Congo à démocratiser les promesses n’engagent que ceux qui y croient ! La direction de la Miba est également aux anges et espère ainsi régler en priorité la question du financement des travaux de la certification des réserves.

Promesses fallacieuses !

Trois mois après le passage de Muzito à Mbuji-Mayi, voilà que le citoyen Kabila Kabange foule aussi le sol du chef-lieu de la province du Kasaï-Oriental le 24 novembre 2009 pour la première fois depuis son élection en 2006. Le gouverneur PPRD du Kasaï-Oriental est tout excité quand il s’adresse à ses administrés devant Joseph Kabila : « le chef de l’Etat est venu traiter tous les problèmes de notre province, y compris celui de la MIBA » annonce Alphonse Ngoyi Kasanji. Il importe de rappeler que Kabila arrivait à Mbuji-Mayi six jours après la manifestation des agents de la Miba à l’occasion du premier anniversaire de l’arrêt de travail dans cette société. « 20 millions de dollars, 5 ans c’est trop » pouvait-on lire sur les pancartes qu’ils brandissaient tout en exigeant l’amélioration de la situation sociale ainsi que la concrétisation de l’engagement du premier ministre Muzito d’accorder à la MIba une première tranche de 20 millions de dollars américains pour sa relance.

Comme son premier ministre Muzito, Kabila confirme l’engagement de son gouvernement de débloquer 20 millions de dollars américains au profit de la Miba.

Mais voilà qu’en août 2010, le même Kabila revient à Mbuji-Mayi pour une réunion dite institutionnelle et remet au Président Administrateur Délégué de la Miba un chèque en bois de l’ordre de 10 millions de dollars américains. Kabila Kabange s’applique ainsi à merveille le principe d’autorité selon lequel celui qui peut le plus peut le moins. Soit !

Seulement voilà ! Le fameux chèque de 10 millions de dollars n’a jamais été encaissé en une fois par la Miba. La société a reçu les 10 millions de dollars en plusieurs tranches de trois et/ou deux millions de dollars américains ! Qui est ce ministre des Finances qui a procédé de la sorte ? Il s’agit d’Augustin Matata Ponyo !

Quand Kabila revient à Mbuji-Mayi en novembre 2011, campagne électorale oblige, il promet de poursuivre l’action jusqu’à la reprise effective des activités de la Miba. Mon œil !

Quand Matata se réfugie derrière des « méchants » Katangais !

Plus d‘une année après, Kabila et son gouvernement n’ont rien fait pour aider à la relance de la Miba. Un haut dirigeant de la Miba qui avait interpelé Augustin Matata Ponyo, alors ministre des Finances, pendant la campagne électorale de novembre 2011 au sujet de l’engagement de son prédécesseur Muzito de débloquer 100 millions de dollars américains pour la relance de la Miba, a été contraint à la démission !

Devenu premier ministre, Matata Ponyo n’a jamais daigné traiter le dossier de la Miba. Ceux qui croient que Matata Ponyo est une colombe à la cravate rouge ont là de quoi se convaincre que le premier ministre de Kabila est un faucon redoutable même si ses proches trouvent une belle parade pour l’excuser en soutenant que ce sont plutôt des Katangais qui sont opposés à toute relance de la production de la Miba.

Comment dès lors ne pas rappeler à Matata Ponyo et à ceux qui se considèrent comme les « maîtres » du pouvoir au Congo à démocratiser que l’effondrement de la Miba découle de l’incurie de la kabilie et de la guerre qui déchire le Congo jusqu’à ce jour à la suite de la mauvaise gestion des ambitions au sein de l’AFDL, l’ancêtre du PPRD ?

Qu’on se souvienne de ce qu’à l’avènement de l’AFDL en 1997, la production de la Miba était de 6.328.296 de carats. En 1998, elle s’élevait à 6.442.520 carats. Elle a commencé à dégringoler à la suite des ponctions opérées pour faire face à la guerre opposant l’AFDL à ses anciens alliés. C’est ainsi que ladite production est passée l’année d’après à 4 millions de carats pour atteindre 984.080 carats en 2008 avant l’arrêt de la production en 2009 et 2010. Du jamais vu !

Vache à lait du pouvoir des Kabila au moment où la Gécamines n’était plus que l’ombre d’elle-même, la Miba semble aujourd’hui délaissée volontairement à cause du cynisme de nouveaux maîtres du Congo qui pratiquent idiotement la politique de la terre brulée tout en appelant à la cohésion nationale. Depuis la timide reprise des activités, la production est passée de 243.000 carats en 2011 à moins de 300.000 carats en 2012. Pas de quoi pavoiser, la Miba étant incapable de répondre à ses engagements dont le paiement des salaires des travailleurs.

A Mbuji-Mayi on avait pensé que la découverte le 12 décembre 2012 d’un diamant de 114, 63 carats était de nature à permettre à la Miba de lever fièrement la tête. Il n’en est rien. Car ledit diamant n’a pas encore trouvé preneur sur place au chef-lieu du Kasaï-Oriental. Eh oui !

Aussi curieux que cela puisse paraître, la Miba ne peut exporter son joyau. Le katangais ministre des Mines du gouvernement Matata exige que le fabuleux diamant soit vendu sur place à Mbuji-Mayi. Tout est donc planifié pour que le joyau soit bradé au profit des proches de la kabilie. Les travailleurs de la Miba en sont convaincus eux qui signalent que le diamant trouvé dans la production du 12 décembre dernier est en fait un évènement en soi parce que depuis de très nombreuses années, pareil joyau n’avait pu être trouvé, mieux récupéré. La raison est simple, ce genre de diamant trouvé plus d’une fois dans la production de la MIba s’est souvent retrouvé vendu dans des comptoirs privés de la Ville de Mbuji-Mayi ! Si cette fois, le fabuleux joyau n’a pas été volé à la Miba c’est parce que le numéro un de la société était physiquement présent au moment du tamisage ! Incroyable !

En tout état de cause, si la relance de la production de la Miba est bloquée parce qu’il y aurait des Katangais qui voudraient qu’il en soit ainsi, que font alors les Kasaïens de service dans la kabilie que sont les Tshibanda Ntungamulongo, Evariste Boshab, Mende Omalanga, Lumanu Bwana Mulenda Nsefu, Ngoyi Kasanji… ? Cette question a toute son importance non seulement parce que la Miba a occupé pendant longtemps une place de choix dans l’économie nationale en procurant à l’Etat des ressources sous forme d’apports en devises et à travers impôts et taxes, mais aussi parce que sur le plan provincial ses activités constituent l’ossature de la vie socio-économique du Kasaï-Oriental.




Congoone.


Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matata Ponyo, l'homme de la rigueur

Message  Mongo Elombe le Mar 16 Avr - 17:17


Politicaille :


Assemblée nationale : Motion contre Matata irrécevable!


Le PPRD Aubin Minaku, président de l’Assemblée nationale

La motion de censure initiée par le député Jean Baudouin Mayo contre le Premier ministre Augustin Matata Ponyo n’a pas été "examiné", lundi 15 avril, par l’Assemblée nationale. Motif : le texte n’a pu réunir finalement que 96 signatures au lieu de 125 requises, conformément au règlement d’ordre intérieur. Comme son prédécesseur le Palu Adolphe Muzito, Matata avait ameuté des "Maniémiens" au Palais du peuple. Bonjour la politicaille!


Après l’ouverture de la séance plénière, Aubin Minaku a vérifié "la conformité des signatures". Celles-ci étaient au nombre de 137 signatures lors du dépôt de la motion, le jeudi 11 avril. Lundi 15, le bureau de l’Assemblée nationale n’a pu que constaté que 41 signataires avaient "changé d’avis". Pourquoi? Mystère. Seuls 96 députés ont maintenu leur engagement. Conformément au règlement d’ordre intérieur de la Chambre basse du Parlement, la motion Mayo a, par conséquent, été déclarée "irrecevable".

Pour l’anecdote, à l’instar de son prédécesseur le Palu Adolphe Muzito, Augustin Matata avait appelé "les siens" à la rescousse. Plusieurs centaines d’"étudiants" et autres natifs de la province du Maniema étaient rassemblés au Palais du peuple. Histoire de soutenir "Ya Augi". Certains brandissaient des bandes d’étoffe sur lesquelles ils disaient tout le mal qu’ils pensaient de la motion initiée par l’UNC Jean-Baudouin Mayo Mambeke. Pour ces "manifestants", Matata "travaille pour le bien-être de la population" et qu’il a "réduit le chômage". Dieu merci, les mobiliers de l’Assemblée nationale n’ont pas été vandalisés. Personne n’ose imaginer ce qui se serait passé dans le cas où "Mapon" avait fini par être renversé.

L’actuel "Premier" et son gouvernement ont gagné la bataille lancée par l’UNC Mayo. Ils peuvent donc poursuivre leur action, "sans la moindre inquiétude", comme le souligne une dépêche de l’ACP. Reste qu’en appelant "au secours" des partisans issus de son Maniema natal, l’actuel chef du gouvernement a "dévalué" son image. Il n’a pas fait mieux que son prédécesseur qui avait fait venir les "Ngwashi" pour terroriser ses adversaires.

"Muzito et Matata, commentait mardi 16 avril un député de l’opposition joint au téléphone à Kin, viennent d’instituer une dangereuse jurisprudence. Voilà deux piètres responsables politiques qui semblent ignorer, comme disait Pierre-Mendes France, que l’homme parvenu au gouvernement n’est plus l’homme d’un parti; c’est la Nation qu’il doit servir. Il est temps que nos hommes politiques comprennent que dès qu’ils accèdent au gouvernement, ils cessent d’être les serviteurs d’un clan, d’une tribu, d’une province pour servir le Congo-Kinshasa dans toute sa diversité".

Issa Djema (avec ACP)
© Congoindépendant 2003-2013






3 Réactions





blaise kuyangisa [blakuyang@yahoo.fr] 16/04/2013 14:03:43
--------------------------------------------------------------------------------

LA HONTE, LA HONTE, LA HONTE.

Lorsque Tshisekedi demandait aux partis de l’opposition pour quitter cette Kermesse de Lingwala, on l’a traite de tous les noms.
Les mots me manquent mais in fine, j’ai HONTE DE CONTINUER A ETRE CONGOLAIS.

LA HONTE






Luanga Adrien [alkasanga@uob.edu.bh] 16/04/2013 14:11:22
--------------------------------------------------------------------------------

Ya Augi Mapon ? Celui-là même qui a échoué aux élections législatives chez lui ?






christian [chriisraela@live.fr] 16/04/2013 15:03:34
--------------------------------------------------------------------------------

Ce qui aurait étonné au Congo de Kabila, c’est que la motion contre l’un de ses lieutenants passe. C’est faire tomber le ciel sur Kinshasa et créer une autre manière de vivre en RDC.
J’ai suivi Mende sur RFI, j’ai suivi les commentaires du permanent de RFI à Kinshasa. cela fait rire les oiseaux et fait pleurer les vrais dirigeants du monde.
Tant que la machine à fabriquer les dollars fonctionnera chez Kabila, aucune motion ne passera contre l’un de ses ouailles, fût-il pris en flagrant délit.
Kabila dirige par défi et il a besoin de toutes ces têtes pensantes, même dans la bêtise.
Hollande a lâché l’un de ses ministres; il a exigé que la fortune de chaque ministre soit publiée. Demandez à Kabila de faire autant, même s’il apprend que Matata venait d’acheter l’immeuble de feu Seti Yale avant sa mort. Pas moins de dix millions de dollars.
Il y a des écoles fermées dans l’Equateur parce que les salaires des enseignants ont disparu dans le cadre de la bancarisation et cela dans les lieux où il n’y a pas de banque. Silence radio. Matata ne dit rien, Kabila ne prend aucune initiative. cet argent retiré de Caritas Congo est à Kinshasa. Que les écoles marchent ou pas, personne n’en fait son affaire.
Mais les députés de Kabila n’accepteront jamais que Matata, comme Muzito à l’époque, parte. Et le statu quo continue.












╕ Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2013 mkz@congoindependant.com Tél : +32 475 22 90 65. ╒
--------------------------------------------------------------------------------

100 commentaires....................

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matata Ponyo, l'homme de la rigueur

Message  Ousmane le Mar 16 Avr - 20:08

Le problème est que Kabila ne mettra jamais comme premier ministre une personnalité qui peut lui résister, sachez que Matata Mpoyo dirige le gouvernement avec toujours un revolver braqué sous sa tempe donc il travaillera dans la direction que Kabila lui indique et non selon ses facultés intellectuels donc oublions le et cherchons des solutions pour dégager tout ce monde.

Ousmane
Modérateurs

Messages : 449
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matata Ponyo, l'homme de la rigueur

Message  Pierre Remy le Mer 17 Avr - 14:54

Malheureusement en RDC la honte est méconnu des politiciens Matata Mponyo sait dans quels conditions il travaille et les intrigues qu´il est obligés de vivre chaque jour mais pour lui la notoriété et le prestige qu´il a exercé comme premier ministre dépasse son devoir donc il prêt a y rester bien qu´il sait que il est utilisé comme pion.

Pierre Remy
Modérateurs

Messages : 266
Date d'inscription : 24/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matata Ponyo, l'homme de la rigueur

Message  Mongo Elombe le Mer 17 Avr - 15:41

Pierre Remy, il y a le titre du sujet et tu remplaces le nom de ses personnalités françaises par MATATA et consort c'est la même chose, ils n'ont pas honte et ne s'en cache pas, ils sont au dessus de tout c'est nous qui devont avoir honte pour eux MAWA.


http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article03/EFyyEuZAluiSVBQjIU.shtml

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matata Ponyo, l'homme de la rigueur

Message  Sankara le Mer 17 Avr - 21:44

"DSK, Cahuzac, Bernheim, etc. : La malhonnêteté est particulièrement grave dans la politique, puisque ceux qui nous administrent sont censés montrer l’exemple. Mais il y a pire, puisque le scandale atteint désormais la sphère religieuse. Le plus inquiétant, c’est qu’aucune contrition ne s’y mêle."

"Faites ce que je vous dit et non ce que je fais"

Sankara
Modérateurs

Messages : 321
Date d'inscription : 31/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matata Ponyo, l'homme de la rigueur

Message  Mongo Elombe le Mer 17 Avr - 21:46

http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=3&newsid=193268&Actualiteit=selected

100 commentaires...................

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matata Ponyo, l'homme de la rigueur

Message  Mongo Elombe le Ven 19 Avr - 10:29

Mr MATATA pognon est satisfait de son bilan tout va bien en RDC.

http://radiookapi.net/actualite/2013/04/18/rdc-matata-ponyo-se-felicite-du-bilan-de-lan-de-son-gouvernement/

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matata Ponyo, l'homme de la rigueur

Message  Mongo Elombe le Mar 14 Mai - 0:33

http://www.congomikili.com/1-annee-de-matata-mponyo-pas-d-emplois-salaires-maigres-pas-de-classe-moyenne-en-vue/

Matata est trés content de son bilan.

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matata Ponyo, l'homme de la rigueur

Message  Jules andré le Mar 14 Mai - 16:06

N´importe quoi quel bilan ? un bilan qui n´apporte rien au peuple.

Jules andré
Modérateurs

Messages : 401
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matata Ponyo, l'homme de la rigueur

Message  Mongo Elombe le Mer 15 Mai - 9:34

On se lève un matin on prends une décision sans en étudier les tenant et aboutissant, si c'est pour éviter les détournements, qui détourne l'argent? Quelles sont les sanctions? Comment peut ont travailler et ne pas être payé pendant 2, 3 mois voir plus? Et aprés on nous dira faute ya MOBUTU????????????





Paie retardée des enseignants
Eglise Catholique : Mgr Djomo interpelle Matata !
Kinshasa, le 13/05/2013



*La Cenco, par l’entremise de son Président, Mgr Nicolas Djomo, a adressé un mémo à l’attention particulière du Premier Ministre Matata Ponyo. Objet : la paie des salaires des enseignants des établissements publics d’enseignement maternel, primaire et secondaire conventionnés catholiques.

En effet, si la bancarisation a réussi jusqu’ici dans les villes et autres localités où existent les banques, note Mgr Djomo, elle n’est pas évidente dans les autres lieux où celles-ci n’existent pas. ‘‘Nos enseignants, vivant dans les entités territoriales dépourvues de banque, connaissent à ce jour déjà trois mois de retard de paiement. Nous courrons droit vers la situation jadis déplorée par le Gouvernement lui-même’’, lit-on dans le mémo.

Il nous revient de sources proches de la CENCO que l’église catholique, par son réseau, assurait la paie des salaires d’environ la moitié de plus ou moins 240.000 enseignants de la RDC.

Aussi, déplore-t-elle la résiliation unilatérale du protocole d’accord qui exposera les enseignants à parcourir des kilomètres, loin de leurs villages dépourvus de structures bancaires, abandonnant ainsi les enfants à leur triste sort.

Que dit le protocole d’accord, quelle était la situation avant et après la signature du protocole, quelles étaient les conditions de résiliation ? Découvrez les réponses à toutes ces questions dans le mémo du Président de la CENCO adressé au PM Matata Ponyo que La Prospérité publie intégralement dans cette édition.


Kinshasa, le 03 mai 2013 N/Réf : CENCO/PR/ND/03/05/0000049/2013/BC-5 Objet : Paie des salaires des enseignants des établissements publics d’enseignement maternel, primaire et secondaire conventionnés catholiques MEMO A Son Excellence Monsieur le Premier Ministre Hôtel du Gouvernement KINSHASA-GOMBE Excellence Monsieur le Premier Ministre, Le 11 avril 2011, se concluait un Protocole d’accord dont l’objet en marge, entre le Gouvernement de la République et l’Eglise Catholique en République Démocratique du Congo.

Ce Protocole d’accord était précédé par l’Arrêté interministériel n°CABMIN/FP/BUDGET/FIN033/2011 modifiant et complétant l’Arrêté interministériel n°CABMIN/FP/BUDGET/FIN/026/2004 du 17 avril 2004 portant instructions relatives à la procédure de la paie du personnel de carrière des services publics de l’Etat qui permet à l’Eglise de charrier les fonds et payer les enseignants de son réseau. 1) SITUATION DEPLORABLE DANS LA PAIE DES ENSEIGNANTS AVANT SIGNATURE DU PROTOCOLE D’ACCORD -Les enseignants n’étaient pas payés régulièrement à des dates fixes, le retard prenait 1 à 3 mois ; -Les enseignants ne touchaient pas l’intégralité de leur salaire qui subissait des ponctions à divers titres ; -Il y avait déperdition scolaire.

2) SITUATION APRES SIGNATURE DU PROTOCOLE D’ACCORD -Les enseignants sont payés dans les délais très courts dépassant toute attente dans toutes les provinces (6 jours maximum après crédit en compte) ; -Les ponctions sont supprimées ; -Les enseignants perçoivent leurs salaires en intégralité. 3)

BANCARISATION DE LA PAIE Si elle a réussi dans les Villes et autres localités où existent les banques, elle n’est pas évidente dans les autres lieux où celles-ci n’existent pas. Nos enseignants, vivant dans les entités territoriales dépourvues de banque, connaissent à ce jour déjà trois mois de retard de paiement. Nous courrons droit vers la situation jadis déplorée par le Gouvernement lui-même. Signalons que l’Eglise Catholique, un des maillons actuels dans la chaîne de paiement, n’a pas été associée dans le nouveau processus de la paie.

4) SOUHAIT DE L’EGLISE CATHOLIQUE Nous prions l’Autorité, dans le but légitime de maîtriser les effectifs de son personnel, de poursuivre la bancarisation dans les centres où fonctionne une banque et de permettre à l’Eglise de poursuivre le paiement des salaires des enseignants de son réseau dans l’arrière pays dépourvu de structure bancaire jusqu’à l’installation des banques. La décision de l’Autorité dans ce sens évitera de susciter des remous sociaux dont le pays n’a pas besoin.

5) RESILIATION DU PROTOCOLE D’ACCORD Les parties avaient convenu qu’elles pouvaient mettre fin à ce Protocole d’accord en cas de violation grave et volontaire par l’une d’entre elles, à défaut d’une mesure de redressement de la situation décriée. La résiliation de ce Protocole peut se faire aussi de commun accord. Dans ce cas, un préavis sera accordé jusqu’à la clôture de l’année scolaire en cours.

6) CONCLUSION Nous souhaitons que l’Autorité prenne en compte la situation d’avant tant décriée et la mesurer à la situation actuelle où l’enseignant de l’intérieur du pays trouve son compte. Ce sera une façon de soulager le vulnérable et d’éviter des mécontentements et remous sociaux. Dans l’attente que l’Autorité tiendra compte de ce mémo, nous vous prions de croire, Excellence Monsieur le Premier Ministre, à l’expression de nos sentiments les plus déférents. Nicolas DJOMO Evêque de Tshumbe Président de la CENCO


Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matata Ponyo, l'homme de la rigueur

Message  mapata le Jeu 16 Mai - 13:14

Les décisions on les prend pour les autres surtout quand on sait que ce sont les Kulouneurs en cravate sont majoritaires parmi les décideurs.

mapata
Modérateurs

Messages : 660
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matata Ponyo, l'homme de la rigueur

Message  Jules andré le Ven 17 Mai - 19:33

Ils oublient que l´exemple doit venir du haut comment interdire employé de détourner les fonds de l´état quand ce dernier sait et qu´il convaincu que vous êtes vous même pas honnête.

Jules andré
Modérateurs

Messages : 401
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matata Ponyo, l'homme de la rigueur

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 20:44


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum