RDC: Runiga arrêté, Ntaganda en fuite -

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: RDC: Runiga arrêté, Ntaganda en fuite -

Message  Mongo Elombe le Jeu 21 Mar - 10:58

http://www.rfi.fr/emission/20130321-2

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC: Runiga arrêté, Ntaganda en fuite -

Message  Muana Milano le Jeu 21 Mar - 12:29


Avec cette affaire,c'est là que l'on voit que l'armée de la RDC était devenue un vrai foutoir Exclamation Comment cette vermine a-t-il pu devenir general dans notre armée,lorsque l'on sait que beaucoups d'officiers superieurs,durant la deuxième république,bien que ayant un curcus des grandes écoles militaires de par le monde,n'ont jamais accedés à ce grade,jusqu'à la fin de leur carrière.
En plus de cela,dans son dossier à la CPI,il est fait mention,comme un citoyen Rwandais.Ce pays est vraiment à reconstruire de fond en comble.

Muana Milano
Modérateurs

Messages : 1321
Date d'inscription : 19/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC: Runiga arrêté, Ntaganda en fuite -

Message  mapata le Jeu 21 Mar - 15:06

C´est triste a constaté cher compatriote et nous ne sommes pas encore au bout de nos surprise, oui le Zaïre a l´époque avait des officiers digne de ce nom beaucoup ont été mis sur le banc de touche par Mobutu lui même par peur de coup d´état et le reste, une grande partie a été éliminé par Kanambe et les Rwandais, le reste un petit nombre est disséminés a dans la diaspora sans moyens de réagir car trop de traitre parmi eux.

mapata
Modérateurs

Messages : 660
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC: Runiga arrêté, Ntaganda en fuite -

Message  Mathilde le Jeu 21 Mar - 17:26

JUSTE UN RAPPEL


Panique : Le clan Kabila s'oppose au transfert de Bosco Ntanganda à la Haye de peur qu'il ne dévoile les accords cachés avec le gouvernement

[/url
[url=https://servimg.com/image_preview.php?i=3391&u=12948713]


Le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) s' oppose au transfert du général Bosco Ntaganda à la Cour pénale internationale (CPI) et estime qu'il devrait être jugé par les tribunaux congolais. Au cours d'un point de presse à Kinshasa, le secrétaire général du PPRD, Evariste Boshab a dénoncé les «tentatives de déstabilisation des institutions démocratiques, entretenues des personnes mal intentionnées». Allusion faite aux récentes pressions de la communauté internationale et des ONG qui réclament l'arrestation du général Ntaganda accusé des crimes de guerre en Ituri (Provinciale orientale) en 2002.
Devant les journalistes, Evariste Boshab a expliqué la position de son parti sur le cas Ntaganda :
«Déférer un concitoyen par devant la CPI ne se fait pas de manière automatique. Nous avons nos juridictions. Le PPRD a toujours privilégié les juridictions nationales, parce que la justice doit pouvoir faire son travail.»
Le secrétaire général du Parti présidentiel pense que les récentes défections des militaires issus de l'ex-rébellion du CNDP au Nord-Kivu et les troubles que cela a entraîné relèvent de l'indiscipline du général Ntaganda et des hommes des troupes qui lui sont fidèles. «S'agissant du cas Ntaganda, il a été démontré qu'il s'agit de l'indiscipline. Raison pour laquelle j'ai annoncé que la justice militaire est en train de s'affairer pour retablir l'ordre et la discipline dans cette partie du pays », a dit Evariste Boshab.
Mercredi à Goma, le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku s'exprimant pour le compte du gouvernement congolais avait qualifié le général Ntaganda de responsable de l'insécurité observée actuellement au Nord-Kivu. Il avait promis que Ntaganda serait déféré devant la justice congolaise pour répondre de ses actes. Dans une interview accordée en swahili à l'AFP, mardi, le général Ntaganda avait nié être impliqué dans les affrontements de ces derniers jours au Nord-Kivu et assurait être dans sa ferme.
Par ailleurs, lors de son récent séjour à Goma, le chef de l'Etat congolais Joseph Kabila avait déclaré que « les crimes que Bosco Ntaganda a commis ici au pays ne nécessitent pas son transfèrement à la CPI».
Au lendemain du verdict de Thomas Lubanga condamné pour crimes de guerre en Ituri, le procureur de la CPI, Luis Moreno, avait demandé aux autorités congolaises de livrer Bosco Ntaganda, poursuivi par la Cour depuis 2006. Kinshasa ne l'a jamais transféré depuis évoquant notamment « sa contribution dans la signature de l'accord de paix entre le gouvernement et les groupes armés de l'Est en 2009.»
Dans leur décision, les juges avaient reconnu Bosco Ntaganda comme ex-complice de Thomas Lubanga durant la guerre inter-ethnique entre Hema et Lendu qui avait en réalité pour but le contrôle de riches zones minières de l'Ituri.
Bosco Ntanganda avait ensuite formé sa propre milice, avant d'intégrer la rébellion du Congrès national pour la défense du peuple ( CNDP). A la faveur de l'accord de paix de 2009, il avait été intégré dans les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et vit «tranquillement» à Goma, selon les termes du procureur O campo
.
Lire aussi sur radiookapi.net:

http://banamikili.skyrock.com/3150409098-Panique-Le-clan-Kabila-s-oppose-au-transfert-de-Bosco-Ntanganda-a-la.html

Pauvre pays !!! Sad Sad

Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC: Runiga arrêté, Ntaganda en fuite -

Message  Mathilde le Jeu 21 Mar - 17:59

La CPI confirme que Ntanganda est un citoyen Rwandais naturalisé par le pouvoir de Kabila




RDC: Bosco Ntaganda transféré à La Haye «dans les deux jours»

Les Etats-Unis espèrent l'aide du Rwanda pour transférer Bosco Ntaganda devant la Cour pénale internationale (CPI) qui le réclame. Le général rebelle est réfugié depuis lundi 18 mars à l'ambassade américaine à Kigali. Selon le responsable Afrique du département d'Etat américain, une équipe de la CPI est partie, mercredi 20 mars, pour le Rwanda. La procureure de la CPI, Fatou Bensouda, a quant à elle déclaré que Bosco Ntaganda pourrait être livré à La Haye « dans les deux jours ».

« Nous travaillons étroitement avec ceux qui peuvent faciliter son transfert dans le délai le plus court possible », a déclaré, mercredi 20 mars, Fatou Bensouda, procureure de la CPI, lors d'une conférence à Paris. Elle a par ailleurs estimé que Ntaganda sera transféré à La Haye « dans les deux jours ».

Bosco Ntaganda, âgé d'environ 40 ans, est recherché par la CPI pour des meurtres, viols, pillages et enrôlements d'enfants-soldats commis par les Forces patriotiques pour la libération du Congo (FPLC) dans l'est de la RDC, en 2002 et 2003.

Joint par RFI, Paul Madidi, porte-parole de la représentation de la CPI à Kinshasa, rappelle d'abord que l'ancien rebelle, devenu général dans l'armée nationale congolaise de 2007 à 2012, devra répondre de ces crimes commis en Ituri il y a dix ans et que les violences récentes dans le Nord-Kivu ne sont pas en cause pour le moment.

Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC: Runiga arrêté, Ntaganda en fuite -

Message  Super Flick de Kingantaki le Jeu 21 Mar - 18:43

Officiellement le gouvernement ne veut pas lui livrer à la CPI pour être juger,
mais plutôt qu´il soit juger par l´(in) justice congolaise.
On récoit une information qu´il est de la nationalité rwandaise et on négocie avec le rwanda
pour aller joindre les autres à la CPI.
C´est une comédie digne d´Hollywood.
C´est le malheureux avec cette nation.

Super Flick de Kingantaki
Modérateurs

Messages : 765
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC: Runiga arrêté, Ntaganda en fuite -

Message  Ousmane le Jeu 21 Mar - 19:20

Dire que c´est malheureux pour cette nation inclut que c´est le peuple Congolais qui est la base de la comédie que vous décrivez moi je dirai plutôt que c´est malheureux pour ceux qui dirige cette nation parce que le peuple les Congolais n´ont rien fait pour mériter ces genres de dirigeants.
On nous les a imposé.

Ousmane
Modérateurs

Messages : 449
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC: Runiga arrêté, Ntaganda en fuite -

Message  Super Flick de Kingantaki le Jeu 21 Mar - 19:32

Quand on parle d´un peuple,
c´est seulement aux responsables qui represent ce peuple qu´on s´attaque.
Sembéné Ousmane,

Super Flick de Kingantaki
Modérateurs

Messages : 765
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC: Runiga arrêté, Ntaganda en fuite -

Message  Super Flick de Kingantaki le Jeu 21 Mar - 19:36

RDC : Bosco Ntaganda sera transféré à la CPI « dans les deux jours », affirme Fatou Bensouda
a procureure de la CPI, Fatou Bensouda
Le général rebelle Bosco Ntaganda sera transféré à la Cour pénale internationale (CPI) « dans les deux jours »[ vendredi 22 mars]. La procureur de la Cour, Fatou Bensouda citée par l’AFP, l’a annoncé mercredi 20 mars dans la soirée au cours d’une conférence de presse à Paris (France).

« Nous travaillons étroitement avec ceux qui peuvent faciliter son transfert dans le délai le plus court possible », a affirmé Fatou Bensouda.

Bosco Ntaganda est recherché par la CPI pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis entre septembre 2002 et septembre 2003 dans l’Ituri en Province Orientale.

http://radiookapi.net/actualite/2013/03/20/rdc-bosco-ntaganda-sera-transfere-la-cpi-dans-les-deux-jours-affirme-fatouma-bensouda/

Super Flick de Kingantaki
Modérateurs

Messages : 765
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC: Runiga arrêté, Ntaganda en fuite -

Message  Ousmane le Jeu 21 Mar - 19:44

Super Flick de Kingantaki a écrit:Officiellement le gouvernement ne veut pas lui livrer à la CPI pour être juger,
mais plutôt qu´il soit juger par l´(in) justice congolaise.
On récoit une information qu´il est de la nationalité rwandaise et on négocie avec le rwanda
pour aller joindre les autres à la CPI.
C´est une comédie digne d´Hollywood.
C´est le malheureux avec cette nation.

Alors mon cher Flick il faut faire attention a ce que tu ecrit si tu avait dit peuple je me serai pas permit de faire de cette remarque tu as dit " C´est malheureux avec cette nation " la nation inclut les dirigeants et le peuple.
Nous sommes en train de combattre ces dirigeants et dans nos interventions nous devons nous démarqués de ces malfrats pour que le monde comprennent que nous peuple Congolais en sommes pour rien et par contre c´est nous qui subissons cette situation.
Peace Flick.

Ousmane
Modérateurs

Messages : 449
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC: Runiga arrêté, Ntaganda en fuite -

Message  Muana Milano le Ven 22 Mar - 13:27

Ils sont tous aux abois Exclamation Un journalite Rwandais vient d'annoncer sur son compte twiter que la voiture transportant Bosco Tanganda est en route vers l'aeroport de Kigali ,où l'attend un avion affreté par la CPI.
Devant le personnel de la CPI qui sont venus pour le transferer à la Haye,il a decliné son identité comme étant citoyen Rwandais.Il faudrait maintenant que ceux qui ont nommé ce garçon,au grade de general dans l'armée Congolaise, rendent des comptes au peuple.
Quand à ce con de Boshab,il s'insurge contre le transfert de Tanganda à la Haye,en disant que les crimes commis sur le territoire de la RDC,doivent etre jugés par la justice du pays.
Qui alors avait arreté Thomas Lubanga à l'hotel Intercontinental à Kinshasa,pour le transferer à la Haye Question Ils ont vraiment la memoire courte cette cohorte d'aventuriers qui peuplent les institutions de la RDC.

Muana Milano
Modérateurs

Messages : 1321
Date d'inscription : 19/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC: Runiga arrêté, Ntaganda en fuite -

Message  Super Flick de Kingantaki le Ven 22 Mar - 15:57

Bosco Ntaganda a quitté le Rwanda pour la CPI


Le chef rebelle Bosco Ntaganda à Goma, le 5 octobre 2010. Photo droits tiers.Le chef rebelle Bosco Ntaganda à Goma, le 5 octobre 2010. Photo droits tiers.
Le gouvernement rwandais a annoncé ce vendredi 22 mars que le chef rebelle congolais Bosco Ntaganda, qui s’était officiellement réfugié à l’ambassade américaine de Kigali depuis lundi, a quitté le Rwanda pour La Haye, siège de la Cour pénale internationale (CPI). Visé par deux mandats d’arrêt internationaux, émis en 2006 et 2012, il est accusé par la CPI pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

Bosco Ntagdanga vient de décoller de Kigali et se trouve entre les mains de responsables de la CPI, a annoncé sur Twitter la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo.

L’ambassade américaine à Kigali a confirmé que le rebelle avait quitté ses locaux et était en route vers la CPI avec des responsables de la Cour.

Depuis La Haye, la CPI a aussi confirmé l’information.

« Il est actuellement en détention et accompagné par une délégation de la CPI qui a quitté Kigali (Rwanda) vers le quartier pénitentiaire de la CPI à La Haye (Pays-Bas) », a indiqué la Cour dans un communiqué.

La procureure de la CPI, Fatou Bensouda, a réagi en assurant dans un communiqué que « c’est une bonne journée pour les victimes de RDC et la justice internationale ».

Elle a également remercié les autorités américaines, rwandaises, néerlandaises et congolaises, notamment, pour le travail « qui a fait que ce jour a été possible ».

« Aujourd’hui, ceux qui ont souffert de la main de Bosco Ntaganda peuvent se réjouir du futur et la perspective que justice soit rendue », a-t-elle ajouté.

Mais Fatou Bensouda a regretté que d’autres personnes faisant l’objet de mandats d’arrêt de la CPI « reste en fuite », appelant la communauté internationale à s’assurer de l’arrestation du chef des rebelles des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) Sylvestre Mudacumura.

Ce qui se passera une fois Ntaganda à La Haye

A son arrivée à La Haye, Bosco Ntaganda retrouvera la prison des criminels de guerre de la Cour pénale internationale où est notamment incarcéré Thomas Lubanga, l’ex-chef politique de l’Union des patriotes congolais, au côté duquel il s’était battu en Ituri en 2002 et 2003.

C’est justement pour les crimes commis durant cette période que Bosco Ntaganda est poursuivi par la Cour qui l’accuse du meurtre de centaines de personnes, mais aussi de viols, d’attaques contre des civils, de persécutions, de pillages et d’enrôlement d’enfant de moins de 15 ans dans ses troupes.

Bosco Ntaganda devrait comparaître devant les juges pour la première fois dès le début de la semaine prochaine. Les juges devraient vérifier notamment son identité et devrait l’interroger sur sa nationalité. Les mandats délivrés par la Cour contre lui en 2006 et 2012 stipulent qu’il serait de nationalité rwandaise.

D’après des sources proches de la Cour, après cette audition, Bosco Ntaganda retournera dans sa cellule pour de longs mois. Au cours d’une autre procédure, le procureur devra ensuite démontrer aux juges qu’il dispose d’un dossier suffisamment solide contre lui pour qu’il soit renvoyé en procès.

En juillet 2012, Thomas Lubanga, dont Ntaganda était le numéro deux, avait été condamné à 14 ans de prison pour avoir enrôlé des enfants dans sa milice. Mais contrairement à Bosco Ntaganda, Lubanga n’était pas poursuivi pour les massacres commis en Ituri.

http://radiookapi.net/actualite/2013/03/22/bosco-ntangada-quitte-le-rwanda-pour-la-cpi/

Super Flick de Kingantaki
Modérateurs

Messages : 765
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC: Runiga arrêté, Ntaganda en fuite -

Message  Super Flick de Kingantaki le Ven 22 Mar - 16:34


Super Flick de Kingantaki
Modérateurs

Messages : 765
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC: Runiga arrêté, Ntaganda en fuite -

Message  Laurabelle le Ven 22 Mar - 17:07

A quelle comédie devons nous attendre ?
Et si le Rwanda continuait encore a tirer les fils qui le lient a Bosco Ntanganda,parce la solution qu´il a choisit, il a évité pendant plusieurs années, quel moustique l´a piqué pour qu´il se rende.
c est un procès a ne pas rater.

Laurabelle
Modérateurs

Messages : 224
Date d'inscription : 07/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC: Runiga arrêté, Ntaganda en fuite -

Message  Kebadeuxfois le Ven 22 Mar - 18:55

Boyoka version ya vieux oyo sur arrestation ya PROF JULIEN-CIAKUDIA sur arrestation ya Bosco Ntanganda est ce que makambo vieux alobaka ezali ya solo.

Kebadeuxfois
Modérateurs

Messages : 261
Date d'inscription : 10/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC: Runiga arrêté, Ntaganda en fuite -

Message  Mongo Elombe le Ven 22 Mar - 21:48


Bosco Ntaganda et le piège des concertations pour la cohésion sociale










Écrit par Mbelu Babanya Kabudi



Vendredi, 22 Mars 2013 19:43






« Un peuple sans mémoire ne peut pas être un peuple libre. » D. MITTERRAND



Face au « chaos ordonné » qu’ils ont créé ensemble pendant plus de deux décennies au Congo, certains membres du « clan Kabila » en appellent maintenant aux concertations nationales pour réaliser la cohésion nationale contre l’implosion du pays ; c’est-à-dire contre le chaos qu’ils ordonnent de l’intérieur sous l’instigation de leurs parrains et de l’ONU. Tel est le cercle vicieux dans lequel notre pays est en train de s’enfermer et que certains d’entre nous applaudissent comme « issue à la crise ». Tel est le piège.



Il est possible que Bosco Ntaganda soit transféré à la CPI pour ses crimes individuels. Cela ne devrait pas nous pousser à oublier que la CPI est « une Cour des vainqueurs » siégeant au Conseil de Sécurité de l’ONU et que la guerre de basse intensité imposée à notre pays participe du « chaos ordonné » par certains d’entre eux et leurs alliés. Donc, l’arrestation d’un individu par la Cour Pénale de ses créateurs peut-être lue comme un non-évènement. Elle ne s’attaque pas au mal à la racine ; c’est-à-dire au démantèlement du système, des structures et des institutions créateurs de la guerre et de la violence. Pour le dire en d’autres mots, s’en prendre à l’impunité individuelle ne signifie pas nécessairement chercher à mettre fin à l’impunité structurelle. Et puis, pour un Ntaganda mis à l’écart, combien de « Ntaganda » restent-ils encore tapis dans les institutions congolaises ou en attente du retour au Congo à partir des pays voisins dont le Rwanda, l’Ouganda et le Burundi ? Aussi, l’itinéraire suivi par Bosco Nataganda, de l’Est du Congo en passant par Kigali jusqu’à l’ambassade des USA est-il symboliquement très éloquent. Pour tous « les Ntaganda », ces criminels contre l’humanité et ces criminels de guerre dont regorgent l’Afrique des Grands Lacs, « tout chemin mène à Rome », à « l’empire des temps modernes » sur le déclin. Pourquoi ? Ils obéissent au modus operandi de cet empire.

Rares sont ceux d’entre nous qui se rendent compte qu’au moment où la guerre de basse intensité s’installe chez nous vers les années 2000, l’empire étasunien est occupé à détruire certains pays dont l’Irak et l’Afghanistan. (Cette guerre a coûté plus de 3000 milliards de dollars.) En Irak, il est décidé à ramer les Irakiens à l’âge de la pierre (http://www.michelcollon.info/Les-chiffres-invraisemblables-sur.html) en ordonnant à ses marines de tuer pour tuer ; sans discernement. Un ex-marine, Jimmy Massey, en témoigne dans un livre intitulé « Kill, kill, kill. Crimes de guerre en Irak » (http://www.ina.fr/video/I09173894). (Ces crimes de guerre ont conduit les Irakiens à entrer en insurrection.)

Quand ce passage de l’Irak (et de l’Afghanistan) à l’Afrique des Grands Lacs n’est pas réalisé dans la plupart de nos esprits, il nous devient impossible de comprendre que le nombre de morts provoqué par la guerre de basse intensité qui sévit chez nous ne puisse aucunement émouvoir « les killers » de l’empire, leurs alliés et leurs nègres de service. (En Irak, ils ont fait usage de l’uranium appauvri dont les conséquences se font et se feront sentir dans les populations pendant très longtemps. La naissance des enfants avec malformations en est une.)

L’ignorance de ce modus operandi conduit plusieurs d’entre nous à croire au cinéma qui est en train de se jouer maintenant à l’Est de notre pays : la participation de l’empire étasunien au transfèrement de Bosco Ntanganda pour qu’il aille répondre de ses crimes. (Au moment où le même empire demande que l’immunité judiciaire soit garantie au proche parrain de Bosco, Paul Kagame, dans le procès qui l’oppose aux veuves des présidents rwandais et burundais ayant péri dans l’attentat du 06 avril 1994.) Non. Nous devrions rester très vigilants. L’empire ordonne le chaos pour mieux contrôler les cœurs et les esprits, les voies d’approvisionnement en matières premières stratégiques et en énergie, les terres et les mers, etc. « Notre tort à nous, Africains, disait Frantz Fanon, est d’avoir oublié que l’ennemi ne recule jamais sincèrement. Il ne comprend jamais. Il capitule, mais ne se convertit pas[1] », avant qu’il n’ait atteint ses objectifs en créant « le chaos ordonné ».

Le chaos ordonné est aussi l’œuvre des nègres au service de l’empire. Ils sont, entre ses mains, comme des pions interchangeables. Il en dispose à sa guise. Le cas de Mobutu, de Bosco Ntaganda, etc. en disent long.

Rappelons-nous que « le clan Kabila », dont Lambert Mende est le porte-parole, nous avait présenté Bosco Ntaganda comme un élément indispensable à la paix à l’Est de notre pays. Ce « clan » avait fait, de ce militaire du Front Patriotique Rwandais, un général de l’armée congolaise. Et il n’était pas le seul ; Nkunda, Joseph Kabila et beaucoup d’autres officiers de cette armée ont été membres du Front Patriotique Rwandais. Face au « chaos ordonné » qu’ils ont créé ensemble pendant plus de deux décennies au Congo, certains membres de ce « clan » en appellent, avec l’appui des élites compradores, aux concertations nationales pour réaliser la cohésion nationale contre l’implosion du pays ; c’est-à-dire contre le chaos qu’ils ordonnent de l’intérieur avec l’appui de leurs parrains et de l’ONU. Tel est le cercle vicieux dans lequel notre pays est en train de s’enfermer et que certains d’entre nous applaudissent comme « issue à la crise ». Tel est le piège.

Il y a un travail de l’intelligence à poursuivre au sein des think tanks des minorités organisées et agissantes sur un changement profond à opérer dans notre pays en impliquant nos masses paysannes et populaires dans la neutralisation des « chevaux de Troie » et autres nègres de service ; mais aussi dans la rupture de notre dépendance vis-à-vis de l’empire et de ses alliés. Ce chemin vers notre véritable souveraineté nous semble encore long. Même très long. Mais l’horizon s’éclaircit de plus en plus… Il y va du renversement du joug du viol de notre imaginaire collectif (et structurel) en renonçant à l’idolâtrie de l’argent et du clientélisme. Mais aussi de la lutte contre l’ignorance crasse.



Mbelu Babanya Kabudi



--------------------------------------------------------------------------------

J'aime les écrits de ce Mr.




























congoone, Powered by Joomla!OpenCart Hosting by SiteGround


Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC: Runiga arrêté, Ntaganda en fuite -

Message  Mongo Elombe le Ven 22 Mar - 22:03

Qui sauvera la RDC de kabila et sa bande??? MAWA PLEIN.........































.









Comment Kabarebe a convaincu Ntaganda pour se rendre


Vendredi, 22 Mars 2013 17:






Des officiers proches de Bosco Ntaganda ont pris de l’avance sur le nouveau chef du M-23, le Colonel Sulutani Makenga. Pendant que celui-ci négocie encore les conditions de sa réintégration et ses hommes dans les FARDC, le major ntagandiste Kiroko et le capitaine Sadiki de la même obédience séjournent déjà à Kinshasa où ils ont pris langue avec les autorités.

Les deux hommes sont comptés parmi les officiers ntagandistes qui s’étaient rendus à la MONUSCO. Ils sont arrivés, selon des sources recoupées, dans la capitale, il y a 72 heures. Ils ont été logés la première nuit au Grand Hôtel Kinshasa, puis une superbe villa a été mise à leur disposition. Pour l’heure, leur séjour est agréable, agrémenté qu’il est avec viatique et autre nécessaire. Le troisième, le Colonel Masozera s’est rétracté à la dernière minute pour faire le voyage avec ses compagnons. “Douglas Kiroko est un officier très influent dans les rangs des officiers et des hommes de Bosco Ntaganda.

Nul doute que Kinshasa cherchera à l’utiliser pour persuader les autres de réintégrer les FARDC”, explique un ancien officier ex-CNDP reconverti dans la Police. Peut-être que les choses pourront aller vite de ce côté. De l’autre côté avec Makenga, les négociations piétinaient. La partie rebelle a monté les enchères vraisemblablement à l’instigation de Kigali passé maître dans l’art de souffler le chaud et le froid. Cas typique, le revirement de Paul Kagame pour coopérer au transfèrement de Ntaganda à La Haye après avoir affirmé que cela ne dépendait que des Américains. Ntaganda lui-même a été victime de la même politique de la part de ses parrains rwandais.
Ses proches rapportent que c’est tard qu’il a compris que le Rwanda était entrain de monter les officiers du M-23 les uns contre les autres. Quand il l’apprend, il commet l’erreur d’appeler James Kaberebe, ministre de la Défense du Rwanda, à qui il a dit qu’il rendra ce qu’ils sont entrain de lui faire. C’était le mot de trop.

Une menace pas assez voilée pour amener l’autre partie à se convaincre que le protégé est devenu incontrâble, donc dangereux. Déjà que, selon les mêmes sources, Ntaganda envisageait au pire des cas de passer une alliance avec le Général Cheka, à la tête d’un groupe armé mêlé des FDLR et des Maï Maï.
Tout comme il pouvait être tenté de pactiser avec le mouvement pro-Kayumba encore à un stade embryonnaire. Une sérieuse menace face à laquelle les autres n’ont pas trouvé d’autre parade qu’anéantir un homme devenu encombrant avec un mandat de la CPI sur le dos. D’où la consolidation décidée de l’aile de Makenga avec des renforts venus de l’autre côté de la frontière.

Les hommes de Ntaganda se retrouveront encerclés avec seule issue de battre en re-traite au Rwanda. Lui-même s’est échappé juste en compagnie de quelques proches, notamment Nzimurinda, Kagabo pour se cacher dans la forêt avec quelques 36 hommes de troupe seulement. C’est alors que Muhire de la Sécurité extérieure du Rwanda a pris contact avec lui pour lui faire entendre raison. C’est le même Muhire qui est venu le chercher avec ses compagnons pour les convoyer jusqu’au Kanombe à Kigali.

Là, un autre officier rwandais en scène, le Général Charles Kayonga. Il embarque Bosco Ntaganda à bord de sa Jeep Lexus type Land-Cruiser. Pour un tête à tête avec James Kaberebe. Qui se met à expliquer Ntaganda qu’avec tout ce qu’il a fait, il ne mérite de se réduire à une vie d’hermite dans la forêt où il risque de connaître une mort sans gloire. Puis il donne des assurances.

Comme quoi que son gouvernement a examiné, avec le concours des Américains, son dossier CPI sous toutes les coutures et qu’il n’y a pas trouvé de quoi l’inculper. Lui Bosco n’était que la troisième personnalité de l’UPC, donc un simple exécutant aux ordres des politiques. Si son chef Thomas Lubanga s’en est tiré avec quelques 14 ans d’emprisonnement dont plus de la moitié déjà purgé en détention et que Matthieu Ngodjulu a été simplement et purement acquitté, il y a donc lieu d’envisager un non-lieu pour le tombeur de Laurent Nkunda à qui ses mentors se réservent aujourd’hui quasiment le même sort. Au passge, d’autres garanties ont consisté à le rassurer que sa femme et ses enfants ne seront pas délaissés dans l’entre-temps. Aussi qu’il allait être mis à disposition les meilleurs avocats et que le Rwanda mettre tout en œuvre pour qu’il ne se fasse pas condamner.

En tout cas pas lourdement. Bosco Ntaganda a-t-il dit oui expressément ou n’avait-il plus le choix? Sur ces entrefaites, un appel a été donné au conseiller militaire de l’ambassade des Etats-Unis à Kigali pour concrétiser la démarche. A bord du même 4x4 du Général Kayonga, Bosco Ntaganda a effectué le voyage pour son lieu d’asile.

Sa capitulation forcée a beaucoup affecté des officiers rebelles chez les Ntagandistes comme les Makengistes. Les uns et les autres ont compris qu’ils ont le dindon de la farce. Un instrument que le Rwanda utilise pour s’en débarrasser très vite et sans remords lorsque la donne change.

Qu’importe si ceux qui se tirent dessus sont des cous¬ins germains comme Bau¬douin Birinda et son ancien chef Makenga. A Kinshasa de tirer parti de cet état d’esprit pour une ouvrir une nouvelle perspective avec tous ces professionnels de la guerre inféodés au Rwanda. Pendant que nous allions sous presse, la rédaction de “-CONGONE¬WS” a appris d’une source digne de foi que Baudoin Birinda, ex-second de Maken¬ga, Nzimurinda et les autres cantonnés au Camp Kanombe étaient acheminés, dans le Sud du Rwanda, Gikongoro.
PAUL MULAND Copié sur
7sur7.cd | Le plus grand site d'infos RD Congolaises

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC: Runiga arrêté, Ntaganda en fuite -

Message  Mongo Elombe le Ven 22 Mar - 22:12

La version de koko BRAECKMAN, je ne la porte pas de mon coeur namonaka ye maï ya bwato un coup akumisi kabila un coup elle dénonce, elle a aussi ses entrées chez kabila...........


Extrait de son blog il y a aussi le faux complot de kabila marrant le édecin qui va en vacances et quelques armes pour assassiner et avec l'aide du député LOUIS mawa.



La dernière cavale de Terminator

Catégorie Non classé


Dans son centre d’accueil, où il apprend la menuiserie, Raphaël a certainement appris avec un mélange de soulagement et de tristesse que son « afande » (commandant) Bosco Ntaganda avait pris la direction de la Cour pénale internationale. C’est un appareil américain de couleur noire, pareil à ceux qui transportaient les détenus de Guatanamo, qui a décollé de Kigali pour La Haye, avec l’appui des autorités rwandaises. Durant des années, Raphaël, aujourd’hui âgé de 17 ans, a suivi Bosco Ntaganda comme son ombre. Recruté à l’âge de douze ans, le jeune homme a tout fait pour son chef : le protéger, le servir, mais surtout exécuter ses ordres, au quart de tour. « Lorsqu’il interrogeait quelqu’un, ou se fâchait, il suffisait qu’il me jette un coup d’œil, et je comprenais ce qu’il me restait à faire : tirer une balle dans la tête de celui qu’ « afande » avait condamné. » Lorsque nous l’avions rencontré à Goma, voici quelques mois, Raphaël, bien que décidé à revenir à la vie civile, avouait cependant : «si mon chef, sachant que je suis ici me demande de repartir avec lui, je reprends le fusil, tout de suite… »
C’est bien cela qui, durant tant d’années, a fait la force de Bosco Ntaganda, un mélange de violence brutale, sans scrupules, mais aussi un magnétisme qui lui permettait de s’attacher, par la peur ou la persuasion, la fidélité de ses combattants, recrutés au début de l’adolescence.
A mois de 40 ans, Bosco Ntaganda a traversé toutes les guerres de la région des Grands Lacs : né en 1973 à Kinigi, près de la ville rwandaise de Ruhengeri, ce jeune Tutsi rejoint en 1990 le Front patriotique rwandais alors en lutte contre le président Habyarimana. En 1994, il participe aux combats qui mettent fin au génocide des Tutsis et installent le FPR au pouvoir. En 1996-97, lors de la première guerre du Congo, il fait partie des forces spéciales qui traquent les réfugiés hutus et lors de la deuxième guerre du Congo (1998-2002), il rejoint les rebelles du « Rassemblement congolais pour la démocratie », soutenus par le Rwanda.
En 2002, il met le cap sur l’Ituri, (dans le « grand nord » du Kivu), déchiré par les affrontements entre les Lendus (proches des Hutus) et les Hemas (apparentés aux Tutsis). Il y rejoint l’Union des patriotes congolais (UPC) dirigé par Thomas Lubanga (un chef politique qu’il retrouvera d’ici peu derrière les murs de la CPI où il purge une peine de 14 ans de prison…).
Placé à la tête des opérations militaires, Ntaganda se livre à de véritables épurations ethniques contre les Lendu afin de les chasser d’un territoire qui possède d’importantes réserves d’or : des villages sont incendiés, des femmes violées, des garçons recrutés comme miliciens. Au fil des massacres, il gagne son surnom de « Terminator ».
Lorsque les Casques bleus rétablissent la paix dans l’Ituri, c’est vaincu, désargenté, que Ntaganda arrive au Kivu et propose ses services à un autre officier tutsi, lui aussi issu de l’armée rwandaise, Laurent Nkunda. Amnistie et réconciliation obligent, les deux hommes seront intégrés au sein de l’armée congolaise, mais ne se rendront jamais à Kinshasa pour y recevoir leurs grades.

Se posant en protecteurs des Tutsis du Kivu, ils créeront plus tard un autre mouvement rebelle, le CNDP (Conseil national pour la défense de la démocratie).
« Désireux de conclure la paix avec Kabila et d’écarter Laurent Nkunda, j’ai proposé Bosco pour le remplacer »…James Kabarebe, le ministre rwandais de la Défense, qui est resté le vrai patron des deux hommes, nous expliquera plus tard comment, en 2009, il plaça Bosco Ntaganda à la tête des 3000 hommes du CNDP qui avaient accepté leur intégration dans l’armée congolaise. Cette « armée dans l’armée », qui avait gardé ses propres structures de commandement, n’allait pas seulement tenter d’éliminer les rebelles hutus des FDLR (toujours perçus comme une menace par le Rwanda) elle allait aussi, Bosco en tête, prendre le contrôle des principaux carrés miniers du Nord et du Sud Kivu, protéger de juteux trafics et coopérer avec des hommes d’affaires tutsis congolais.

C’est que le chef de guerre, avait aussi pris goût au business et à la bonne vie : tout le monde à Goma connaissait sa villa, ses restaurants préférés, les courts de tennis où il entretenait sa forme avec des officiers de la Monusco. Propriétaire d’une station service, d’un hôtel, faisant exploiter à son profit les mines de Nyumbe, Nyabibwe et surtout de Lweshe (niobium) et faisant passer ses minerais au Rwanda via une frontière contrôlée par ses hommes, Bosco Ntaganda s’était aussi lancé dans un juteux trafic d’or.

Trop riche, trop arrogant, visé par un mandat d’arrêt de la CPI, dénoncé par tous les défenseurs des droits de l’homme, Bosco Ntaganda, début 2012, avait fini par devenir gênant et Kinshasa comme Kigali avaient convenu de l’écarter, sans pour autant déférer devant la justice internationale un homme détenteur de tant de secrets.
C’est alors qu’éclata une nouvelle rébellion, le M23, dirigée par le colonel Sultani Makenga (un ancien fidèle de Nkunda). Bosco Ntaganda, passé du côté des mutins et retranché dans sa ferme du Masisi, réussit à passer entre les filets de l’armée congolaise qui s’avéra impuissante à l’arrêter.

C’est finalement l’implosion du M23 qui eut raison de « Terminator » : de violents combats opposèrent les fidèles de Bosco, -l’aile dure du mouvement- aux troupes de Sultani Makenga, désireux de trouver un accord avec le gouvernement. Vendredi dernier à Kibumba, Makenga, qui contrôlait les collines et les réserves d’armement, infligea de lourdes pertes à son ancien chef. Laissant sur le terrain 150 morts et de nombreux blessés, Bosco conseilla à ses fidèles de fuir en direction des forêts de Walikale via le parc des Virunga ou de rallier l’armée gouvernementale congolaise. Quant à lui, il franchit la frontière du Rwanda près de Ruhengeri, sa région d’origine, sans savoir quel sort l’attendait tandis que 600 de ses hommes arrivaient à Gisenyi.

C’est là qu’un véhicule du chef d’état major rwandais le général Kayonga, vint chercher le fugitif, lui annonçant qu’il était attendu pour une réunion à Kigali. Dans un premier temps, des sources militaires rwandaises démentirent catégoriquement la présence de Ntaganda dans le pays. Mais à mesure que se multipliaient les informations sur le sujet, le sort de Terminator se décida : il serait abandonné par ses anciens protecteurs. C’est dans le véhicule l’amenant à Kigali qu’il apprit ce qui lui restait à faire : traverser seul le trottoir de l’ambassade américaine, se présenter et demander son transfert à la CPI. Sans tenter d’aller à gauche ni à droite, sous peine d’être « cueilli » tout de suite…

La suite est connue : le Rwanda déclara n’avoir rien à voir avec le sort de Bosco Ntaganda, les Etats Unis, même ne reconnaissant pas la CPI, décidèrent de l’extrader vers La Haye par avion spécial.
Reste à savoir qui touchera la prime de 5 millions de dollars que les USA avaient offert à celui qui livrerait « Terminator » : Sultani Makenga a déjà rappelé que c’est lui qui l’avait forcé à fuir, tandis que le Rwanda souligne que le fugitif s’est rendu, « volontairement »…





22 mars 2013

Ne pas pavoiser trop vite…

Catégorie Non classé


La reddition et le transfert de Bosco Ntaganda représentent certainement un succès pour la CPI car le fait que les Etats Unis, qui ne sont pas signataires, pas plus que le Rwanda, aient accepté de coopérer avec la justice internationale, représente un précédent important, un avertissement pour d’autres criminels.
Cette issue de la cavale de « Terminator » réjouira aussi tous ceux qui luttent contre l’impunité et mettra peut-être un peu de baume au cœur des victimes.

Cependant, les populations du Kivu demeurent circonspectes : il y a trop longtemps qu’un chef de guerre en cache un autre, que les accords de paix, fondés sur l’amnistie et l’impunité, portent en germe de nouvelles rébellions. Il faudra que la pression internationale soit forte pour que Kinshasa s’interdise la solution de facilité, consistant à intégrer, sans autre forme de procès, les anciens mutins de Makenga et à récompenser leur chef, qui a permis la neutralisation de Bosco Ntaganda. Mais il faudra aussi, pour empêcher d’éventuelles récidives, que le rétablissement au Kivu de l’autorité de l’Etat s’accompagne de mesures concrètes : améliorer la gouvernance et la justice sociale, reconstruire une région sinistrée, permettre le retour des déplacés et des réfugiés. Sinon les prétextes de nouvelles guerres demeureront posés.





22 mars 2013

Un complot serait parti de Belgique

Catégorie Non classé


Un complot est parti de Belgique pour renverser Kabila

Un complot parti de Belgique a été déjoué à Kinshasa et deux suspects, dont l’un est un Congolais de nationalité belge, ont été présentés par le ministre congolais de l’Intérieur Richard Muyej.

Ces comploteurs ont bénéficié de l’ « appui » d’un député belge, qui semble être le parlementaire indépendant Laurent Louis, que l’on sait proche des opposants « Bana Congo ». L’un des suspects, M. Kanku Mukandi, de nationalité belge, vit à Hoeilaart. Détenu depuis un mois à Kinshasa, il serait le fondateur d’un mouvement appelé « Mouvement Debout Congolais » et son complice, Isidore Madimba Mongombe, est un ancien policier. M. Mukandi aurait tenu plusieurs réunions en Belgique avec des Congolais expatriés, et eu des contacts en Allemagne et en France. Selon d’autres sources, son contact français serait un ex-militaire, M. Mbuku, lié avec certaines « officines » de l’Hexagone.


Les suspects sont accusés d’avoir comploté afin de renverser les institutions et d’éliminer le chef de l’Etat. Cinq armes automatiques, un lance-roquette et des munitions ont été saisis dans un hôtel de Kinshasa. Ce groupe serait en contact avec les signataires du « traité de Nice » une sorte de pacte signé par des représentants de l’opposition cédant l’île de Mateba dans le Bas Congo en échange du renversement du régime.

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Comment Kabarebe a convaincu Ntaganda pour se rendre

Message  Rose lilas le Ven 22 Mar - 22:17

Des officiers proches de Bosco Ntaganda ont pris de l’avance sur le nouveau chef du M-23, le Colonel Sulutani Makenga. Pendant que celui-ci négocie encore les conditions de sa réintégration et ses hommes dans les FARDC, le major ntagandiste Kiroko et le capitaine Sadiki de la même obédience séjournent déjà à Kinshasa où ils ont pris langue avec les autorités.

Les deux hommes sont comptés parmi les officiers ntagandistes qui s’étaient rendus à la MONUSCO. Ils sont arrivés, selon des sources recoupées, dans la capitale, il y a 72 heures. Ils ont été logés la première nuit au Grand Hôtel Kinshasa, puis une superbe villa a été mise à leur disposition. Pour l’heure, leur séjour est agréable, agrémenté qu’il est avec viatique et autre nécessaire. Le troisième, le Colonel Masozera s’est rétracté à la dernière minute pour faire le voyage avec ses compagnons. “Douglas Kiroko est un officier très influent dans les rangs des officiers et des hommes de Bosco Ntaganda.
Nul doute que Kinshasa cherchera à l’utiliser pour persuader les autres de réintégrer les FARDC”, explique un ancien officier ex-CNDP reconverti dans la Police. Peut-être que les choses pourront aller vite de ce côté. De l’autre côté avec Makenga, les négociations piétinaient. La partie rebelle a monté les enchères vraisemblablement à l’instigation de Kigali passé maître dans l’art de souffler le chaud et le froid. Cas typique, le revirement de Paul Kagame pour coopérer au transfèrement de Ntaganda à La Haye après avoir affirmé que cela ne dépendait que des Américains. Ntaganda lui-même a été victime de la même politique de la part de ses parrains rwandais. Ses proches rapportent que c’est tard qu’il a compris que le Rwanda était entrain de monter les officiers du M-23 les uns contre les autres. Quand il l’apprend, il commet l’erreur d’appeler James Kaberebe, ministre de la Défense du Rwanda, à qui il a dit qu’il rendra ce qu’ils sont entrain de lui faire. C’était le mot de trop. Une menace pas assez voilée pour amener l’autre partie à se convaincre que le protégé est devenu incontrâble, donc dangereux. Déjà que, selon les mêmes sources, Ntaganda envisageait au pire des cas de passer une alliance avec le Général Cheka, à la tête d’un groupe armé mêlé des FDLR et des Maï Maï.
Tout comme il pouvait être tenté de pactiser avec le mouvement pro-Kayumba encore à un stade embryonnaire. Une sérieuse menace face à laquelle les autres n’ont pas trouvé d’autre parade qu’anéantir un homme devenu encombrant avec un mandat de la CPI sur le dos. D’où la consolidation décidée de l’aile de Makenga avec des renforts venus de l’autre côté de la frontière.
Les hommes de Ntaganda se retrouveront encerclés avec seule issue de battre en re-traite au Rwanda. Lui-même s’est échappé juste en compagnie de quelques proches, notamment Nzimurinda, Kagabo pour se cacher dans la forêt avec quelques 36 hommes de troupe seulement. C’est alors que Muhire de la Sécurité extérieure du Rwanda a pris contact avec lui pour lui faire entendre raison. C’est le même Muhire qui est venu le chercher avec ses compagnons pour les convoyer jusqu’au Kanombe à Kigali.
Là, un autre officier rwandais en scène, le Général Charles Kayonga. Il embarque Bosco Ntaganda à bord de sa Jeep Lexus type Land-Cruiser. Pour un tête à tête avec James Kaberebe. Qui se met à expliquer Ntaganda qu’avec tout ce qu’il a fait, il ne mérite de se réduire à une vie d’hermite dans la forêt où il risque de connaître une mort sans gloire. Puis il donne des assurances. Comme quoi que son gouvernement a examiné, avec le concours des Américains, son dossier CPI sous toutes les coutures et qu’il n’y a pas trouvé de quoi l’inculper. Lui Bosco n’était que la troisième personnalité de l’UPC, donc un simple exécutant aux ordres des politiques. Si son chef Thomas Lubanga s’en est tiré avec quelques 14 ans d’emprisonnement dont plus de la moitié déjà purgé en détention et que Matthieu Ngodjulu a été simplement et purement acquitté, il y a donc lieu d’envisager un non-lieu pour le tombeur de Laurent Nkunda à qui ses mentors se réservent aujourd’hui quasiment le même sort. Au passge, d’autres garanties ont consisté à le rassurer que sa femme et ses enfants ne seront pas délaissés dans l’entre-temps. Aussi qu’il allait être mis à disposition les meilleurs avocats et que le Rwanda mettre tout en œuvre pour qu’il ne se fasse pas condamner.
En tout cas pas lourdement. Bosco Ntaganda a-t-il dit oui expressément ou n’avait-il plus le choix? Sur ces entrefaites, un appel a été donné au conseiller militaire de l’ambassade des Etats-Unis à Kigali pour concrétiser la démarche. A bord du même 4x4 du Général Kayonga, Bosco Ntaganda a effectué le voyage pour son lieu d’asile.
Sa capitulation forcée a beaucoup affecté des officiers rebelles chez les Ntagandistes comme les Makengistes. Les uns et les autres ont compris qu’ils ont le dindon de la farce. Un instrument que le Rwanda utilise pour s’en débarrasser très vite et sans remords lorsque la donne change.
Qu’importe si ceux qui se tirent dessus sont des cous¬ins germains comme Bau¬douin Birinda et son ancien chef Makenga. A Kinshasa de tirer parti de cet état d’esprit pour une ouvrir une nouvelle perspective avec tous ces professionnels de la guerre inféodés au Rwanda. Pendant que nous allions sous presse, la rédaction de “-CONGONE¬WS” a appris d’une source digne de foi que Baudoin Birinda, ex-second de Maken¬ga, Nzimurinda et les autres cantonnés au Camp Kanombe étaient acheminés, dans le Sud du Rwanda, Gikongoro.
PAUL MULAND
http://minu.me/8lqy

Rose lilas
Modérateurs

Messages : 327
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC: Runiga arrêté, Ntaganda en fuite -

Message  Mathilde le Sam 23 Mar - 0:52


UN RWANDAIS A LA CPI : la version francaise du mandat arret Ntanganda en integralité
:
http://www.icc-cpi.int/iccdocs/doc/doc305328.PDF …


http://www.icc-cpi.int/iccdocs/doc/doc1462826.pdf


Selon le Procureur Moreno, #Ntanganda est rwandais voici l'extrait de son mandat d' arret international - lien http://www.hrw.org/sites/default/files/2006-icc-warrant-ntaganda.PDF … #RDC #drc pic.twitter.com/2QpIeSYNwa


Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC: Runiga arrêté, Ntaganda en fuite -

Message  Mathilde le Sam 23 Mar - 11:26

Dossier Bosco Ntaganda, OU EST LE PIEGE?



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC: Runiga arrêté, Ntaganda en fuite -

Message  Mathilde le Sam 23 Mar - 12:03

Le rebelle Ntaganda écroué à La Haye, comparaîtra mardi devant la CPI



Le chef rebelle Bosco Ntaganda, soupçonné d'atrocités en RDCongo en 2002 et 2003, est arrivé vendredi soir au centre de détention de la CPI après avoir quitté le Rwanda en début d'après-midi, sa première comparution à La Haye ayant déjà été fixée à mardi.
"Bosco Ntaganda est arrivé au quartier pénitentiaire de la CPI", a sobrement indiqué la Cour pénale internationale sur son compte Twitter officiel. Peu de temps auparavant, l'accusé avait atterri à l'aéroport de Rotterdam, à environ 25 kilomètres du centre de détention, situé dans le quartier balnéaire de La Haye, Scheveningen.
La CPI avait plus tôt dans la journée d'ores-et-déjà annoncé que M. Ntaganda comparaîtra pour la première fois devant "une chambre préliminaire" mardi matin à 11h00 (10h00 GMT).
Les juges vérifieront alors l'identité du suspect, l'informeront des crimes qui lui sont imputés et des droits que lui reconnaît le Statut de Rome, traité fondateur de la CPI.
En début d'après-midi, la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo avait annoncé que Bosco Ntaganda venait de "décoller de Kigali" et se trouvait "entre les mains de responsables de la CPI", ce qu'avaient confirmé les autorités américaines et la CPI.
Bosco Ntaganda se trouvait, officiellement, à l'ambassade américaine de Kigali depuis lundi, où, selon Washington, il s'était présenté "de lui-même" pour demander à être remis à la CPI.
La Haute représentante de l'UE, Catherine Ashton a salué le transfèrement à la Haye de Ntaganda et a déclaré que "l'Union européenne réitérait son soutien à la Cour pénale internationale dans sa lutte contre l'impunité et à la promotion d'un ordre international fondé sur le droit".
Le secrétaire d'Etat américain John Kerry s'est d'ailleurs félicité vendredi du transfèrement du général Ntaganda, saluant une étape majeure pour la justice. "Il y a maintenant un espoir que justice soit faite", a-t-il déclaré dans un communiqué.
La fin d'un parcours sanguinaire
Surnommé "Terminator", Ntaganda est notamment accusé par la CPI de crimes contre l'humanité et crimes de guerre, dont viols, meurtres, pillages et enrôlements d'enfants-soldats, commis par les Forces patriotiques pour la libération du Congo (FPLC), dont il était le chef d'état-major, entre septembre 2002 et septembre 2003 dans l'Ituri (nord-est de la RDC).
Des ONG l'accusent en outre de crimes similaires dans la province minière du Nord-Kivu (est de la RDC), où il était présumé diriger dernièrement la rébellion du M23, qui a explosé en deux factions rivales fin février.
Bosco Ntaganda avait passé la frontière entre la RDC et le Rwanda mi-mars, comme plusieurs centaines de ses hommes défaits dans des combats avec l'aile rivale. Il avait ensuite rejoint l'ambassade américaine à Kigali, quelque 150 km plus loin, dans des circonstances encore inconnues.
Le M23 est surtout composé d'ex-rebelles tutsi congolais, intégrés à l'armée de RDC après la signature d'un accord de paix avec Kinshasa en 2009. Bosco Ntaganda, lui-même alors nommé général, est soupçonné d'avoir orchestré une nouvelle rébellion de ces hommes en avril 2012. La mutinerie avait de nouveau embrasé le Nord-Kivu, chroniquement instable.
La reddition surprise de l'un des seigneurs de guerre les plus recherchés des Grands Lacs a surpris nombre de spécialistes et suscité de nombreuses questions.
Quelles peuvent-être désormais les conséquences d'un procès à La Haye pour le Rwanda, alors que Kigali est accusé d'entretenir d'étroites relations avec le rebelle depuis de très longues années ?
Bosco Ntaganda a fait ses armes au sein du Front patriotique rwandais (FPR) du président Paul Kagame à l'époque où cette rébellion rwandaise mettait fin au génocide contre les Tutsi au Rwanda en 1994.
Dans les décennies qui ont suivi, il est soupçonné d'avoir été un important relais de Kigali dans l'est de la RDC et d'avoir bénéficié de larges soutiens militaires rwandais.
Devant la CPI, Ntaganda pourrait, disent des experts, faire d'embarrassantes révélations sur le rôle de Kigali dans l'est de la RDC.
Le Rwanda a participé à deux guerres dans la zone à la fin des années 90 et au début des années 2000. Mais, s'il est toujours accusé, notamment par des experts de l'ONU, d'y soutenir des groupes armés pour y maintenir ses intérêts (fonciers et miniers), il y nie depuis une décennie toute interférence.
Certains analystes estiment que la mise à l'écart de Ntaganda sera loin de suffire à ramener la paix, car les problèmes de fond, en particulier le jeu souterrain des pays voisins, demeurent.
D'autres, comme Human Rights Watch, estiment toutefois que le départ pour La Haye d'un chef rebelle de cette envergure, incarnation de l'impunité dans la région, envoie un signal important et est "une victoire pour les victimes des atrocités dans l'est du Congo et pour les militants locaux qui ont travaillé dans des conditions périlleuses à son arrestation".


AFP


Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC: Runiga arrêté, Ntaganda en fuite -

Message  Mathilde le Sam 23 Mar - 15:33

Jean Marie Runiga President du M23 est toujours present en RDC apres tout les rumeurs de sa fuite. Il a tenu une conference de presse pour repondre a Joseph Kabila et Sultani Makenga. Il a aussi parler de la position de Roger Lumbala Suivez…!





Suivez cet entretien de Jean Marie Runiga (president du M23 aile Boscco Ntaganda) avec le militaire du M23 avec qui il parle des accords du 23 Mars et le retour des refugies Congolais qui sont au Rwanda, Burundi et Ouganda



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC: Runiga arrêté, Ntaganda en fuite -

Message  Rose lilas le Sam 23 Mar - 17:26

Ma Mathilde parle t-il des réfugiés Congolais ou des Rwandais qu´ils veulent annexer au Congo ?
Je sais qu´il y a des réfugiés Congolais un peu partout dans la région mais et je suis pour qu´ils rentrent chez eux au Congo mais je doute sur la sincérité de ce Monsieur.

Rose lilas
Modérateurs

Messages : 327
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC: Runiga arrêté, Ntaganda en fuite -

Message  Mathilde le Sam 23 Mar - 17:29

Rose lilas a écrit:Ma Mathilde parle t-il des réfugiés Congolais ou des Rwandais qu´ils veulent annexer au Congo ?
Je sais qu´il y a des réfugiés Congolais un peu partout dans la région mais et je suis pour qu´ils rentrent chez eux au Congo mais je doute sur la sincérité de ce Monsieur.

Rose,

il parle des refugies Congolais qui sont au Rwanda, Burundi et Ouganda
.
Wink

Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC: Runiga arrêté, Ntaganda en fuite -

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 8:36


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum