Les tirs à Lubumbashi entre les Séparatistes et la FARDC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les tirs à Lubumbashi entre les Séparatistes et la FARDC

Message  Super Flick de Kingantaki le Sam 23 Mar - 14:36

Un ami à 85 km de Lubumbashi empeché de rentrer chez lui
suite aux tirs nourris entre le groupe séparatistes Katangais et la FARDC. 14h00 heure de Paris.
Confirmé par un ami à Lubumbashi, ce sont des Mai-Mai contre les troupes de FARDC.

Super Flick de Kingantaki
Modérateurs

Messages : 765
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tirs à Lubumbashi entre les Séparatistes et la FARDC

Message  Super Flick de Kingantaki le Sam 23 Mar - 15:02

L´aéroport est tombé. 15h00

Super Flick de Kingantaki
Modérateurs

Messages : 765
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tirs à Lubumbashi entre les Séparatistes et la FARDC

Message  Mathilde le Sam 23 Mar - 15:37




Ah pauvre de nous..... Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Sad

Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tirs à Lubumbashi entre les Séparatistes et la FARDC

Message  Super Flick de Kingantaki le Sam 23 Mar - 16:24


Un tué à Lubumbashi

Super Flick de Kingantaki
Modérateurs

Messages : 765
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tirs à Lubumbashi entre les Séparatistes et la FARDC

Message  Mongo Elombe le Sam 23 Mar - 16:26

C'est quoi cette afrique où n'importe qui prends les armes pour tuer............Et sur la rtnc on nous passe de la musique mawa plein.



Panique à Lubumbashi à la suite de l’arrivée des miliciens «Bakata Katanga»

publié il y a 2 heures, 13 minutes, | Denière mise à jour le 23 mars, 2013 à 2:26 | sous En bref. Mots clés:




Des coups de feu ont même été entendus à hauteur de la commune Rwashi et Kapemba de Lubumbashi, ce samedi 23 mars. Ils seraient tirés par des Maï-Maï du groupe dénommé «Bakata Katanga», arrivés ce matin dans la ville par la commune de la Rwashi.

Les miliciens sont armés de flèches, lance-roquettes, armes Aka 4. Ils sont accompagnés de plusieurs femmes et enfants et leur nombre peut atteindre les 450, indique la Police nationale congolaise (PNC).

Toujours selon la police, ces miliciens sont venus se rendre. Il y a quelques minutes, ces derniers venaient d’arriver au quartier général de la Monusco/Lubumbashi. Les raisons de leur présence à la Monussco ne sont pas encore connues.

















Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tirs à Lubumbashi entre les Séparatistes et la FARDC

Message  Rose lilas le Sam 23 Mar - 16:52

Ceux en savent plus peuvent nous dire qui sont ces séparatistes et qui les dirige ?

Rose lilas
Modérateurs

Messages : 327
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tirs à Lubumbashi entre les Séparatistes et la FARDC

Message  Mathilde le Sam 23 Mar - 17:14

Lubumbashi la situation est toujours confuse, des tirs a balle réelle et les maï-maï sont dans la rue.




LES ASSAILLANTS MAI MAI QUI DEFILENT A LUBUMBASHI



De la marche de revendication a un bain de sang a Lubumbashi





Lubumbashi tjrs


Sad Sad

Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tirs à Lubumbashi entre les Séparatistes et la FARDC

Message  Rose lilas le Sam 23 Mar - 17:36

Je ne comprend rien s´ils sont venus se rendre alors pourquoi on leur tire dessus ?

Rose lilas
Modérateurs

Messages : 327
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tirs à Lubumbashi entre les Séparatistes et la FARDC

Message  Super Flick de Kingantaki le Sam 23 Mar - 17:44

Retour au calme à Lubumbashi.

Les FARDC ont repris le contrôle de la situation après la vague de panique qui a démarré suite aux coups de feu entendus dans la commune de la Rwashi et l'entrée, ensuite "d'hommes en bottes" dans le centre-ville qui s'est très rapidement vidé de sa population.

Des Mai-Mai Katakatanga avaient auparavant fait leur entrée dans le chef-lieu de la province du Katanga.

"Ces gens sont armés de flèches, de couteaux, ils se dirigeaient vers la Monusco. Tous les magasins, boutiques ont fermé, le centre-ville s'est vidé en quelques minutes", affirmait il y a deux heures sur place.

"Ils étaient nombreux en ville sur l'avenue Ndjamena en direction du gouvernorat et du siège de la 6ème région militaire avec armes et flèches.
Ils voulaient réclamer l'indépendance du Katanga", a dit un habitant.

Super Flick de Kingantaki
Modérateurs

Messages : 765
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tirs à Lubumbashi entre les Séparatistes et la FARDC

Message  akim le Sam 23 Mar - 18:05

Ils sont entrés dans la ville sans tirer un coup de feux donc les FARDC pouvaient les cerner et les désarmés pourquoi avoir choisit l´option la plus brutale.

akim
Modérateurs

Messages : 566
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tirs à Lubumbashi entre les Séparatistes et la FARDC

Message  Mongo Elombe le Sam 23 Mar - 19:33

akim a écrit:Ils sont entrés dans la ville sans tirer un coup de feux donc les FARDC pouvaient les cerner et les désarmés pourquoi avoir choisit l´option la plus brutale.

Les farcs déçoivent s'ils sont venus se rendre pourquoi tirer? entre le vouloir assassiner kabila et le reste, je me méfie du gouvernement congolais mwa distraction mpo tobosala pourquoi TANGANDA était général au CONGO tout est possible.

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tirs à Lubumbashi entre les Séparatistes et la FARDC

Message  Mathilde le Sam 23 Mar - 20:04


Qui envoi ses jeunes en pleinne jrne dans le centre ville?
Monusco il est temp de prouver tes objectifs au Congo.
Sad Sad Evil or Very Mad Evil or Very Mad





Les faux maï-maï " kata katanga" qui veut dire diviser le Katanga sont les tutsi rwandais. Au Katanga vivent aussi les rwandais. Quand les belges voulaient la main d'oeuvre, ils ont remarqué que les Tanzaniens et les zambiens venu à L'époque avec Tipo Tipo , l'esclavagiste que les belges avaient chassé que ces gens qui sont devenu des actuels Katangais sont trop fainéants, c'est ainsi que les Belges sont allés chercher les rwandais pour venir travailler au Katanga. Ce sont aujourd'hui ces rwandais et ceux qui viennent maintenant qui veulent le nord Katanga et le Kivu . Les Tanzaniens et le Zambiens veulent le reste pour proclamer leur indépendance. Congolais lamuka

Ils sont dans l'enciente du quartier general de la monusco




Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tirs à Lubumbashi entre les Séparatistes et la FARDC

Message  Mathilde le Sam 23 Mar - 20:10

UN CORRESPONDANT PARLE DE LUBUMBASHI A FEU ET SANG PAR LES BAKATA KATANGA



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tirs à Lubumbashi entre les Séparatistes et la FARDC

Message  mapata le Sam 23 Mar - 20:21

Tant qu´il n y aura pas un leader choisit par les Congolais eux même nous assisterons a ces genres de désordre et comme vous pouvez le constater le gouvernement actuel ainsi que celui qui a prétend être calife a la place du calife ne maitrisent que dalle donc nous devons nous prendre en charge si nous ne voulons pas que l´ensemble Congo soit morceler.

mapata
Modérateurs

Messages : 660
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tirs à Lubumbashi entre les Séparatistes et la FARDC

Message  Super Flick de Kingantaki le Dim 24 Mar - 5:33

Un ami a perdu son papa suite à une balle perdue dans la ville de Lubumbashi.

Super Flick de Kingantaki
Modérateurs

Messages : 765
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tirs à Lubumbashi entre les Séparatistes et la FARDC

Message  Super Flick de Kingantaki le Dim 24 Mar - 9:16

RDC : retour au calme à Lubumbashi après une attaque des rebelles maï-maï


En République démocratique du Congo (RDC), un groupe de rebelles armés maï-maï a attaqué Lubumbashi, la deuxième ville du pays ce samedi 23 mars. Les combats ont duré plus de trois heures. Ils ont désormais déposé les armes mais les affrontements avec des soldats de l'armée congolaise ont fait au moins cinq morts...


http://www.rfi.fr/afrique/20130323-rdc-retour-calme-lubumbashi-apres-une-attaque-rebelles-mai-mai?fb_action_ids=4538381548732&fb_action_types=og.recommends&fb_source=other_multiline&action_object_map={%224538381548732%22%3A498532570205374}&action_type_map={%224538381548732%22%3A%22og.recommends%22}&action_ref_map=[]

Super Flick de Kingantaki
Modérateurs

Messages : 765
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tirs à Lubumbashi entre les Séparatistes et la FARDC

Message  Super Flick de Kingantaki le Dim 24 Mar - 10:23


Super Flick de Kingantaki
Modérateurs

Messages : 765
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tirs à Lubumbashi entre les Séparatistes et la FARDC

Message  Super Flick de Kingantaki le Dim 24 Mar - 10:25

Je regrète que Monsieur Moise Katumbi me decoive ainsi.
Une attaque avec des morts dans sa jurudiction au lieu de citer les lois,
il raconte sur des films.
Mais j´aurais plutôt eu hônte de la défaillance de mes services de sécurité.
Ca c´est juste un masquarade, maleheureusement qui a causé des morts.


Dernière édition par Super Flick de Kingantaki le Dim 24 Mar - 21:43, édité 2 fois

Super Flick de Kingantaki
Modérateurs

Messages : 765
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tirs à Lubumbashi entre les Séparatistes et la FARDC

Message  Mathilde le Dim 24 Mar - 10:57

REACTION DE MOISE KATUMBI SUR LA REDDITION DES MAI MAI SEPARATISTES «Bakata Katanga»





Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tirs à Lubumbashi entre les Séparatistes et la FARDC

Message  Mathilde le Dim 24 Mar - 18:29




Des miliciens du groupe Maï-Maï dénommé « Bakata Katanga » ont été remis au gouvernement provincial du Katanga par la Monusco. Ces rebelles qui s'étaient rendus dans le camp de la mission onusienne à Lubumbashi (Katanga), samedi 23 mars, après avoir marché sur la ville et échangé des tirs avec les militaires, ont embarqué dans des bus pour l'aéroport international de la Lwano où un vol spécial a été affrété pour Kinshasa. La remise de ces miliciens est le résultat de négociations menées sous l'égide de la Monusco, entre le Gouverneur du Katanga, les autorités militaires et provinciales et les Maï-Maï.
Selon le ministre provincial de l'Intérieur du Katanga, la décision de transférer des miliciens émane « des autorités du pays ».
Avant leur embarquement, l'Unicef a identifié septante-sept enfants dans le groupe qui comprenait 245 personnes, selon un communiqué de la Monusco.
Le communiqué de la mission onusienne reprend le bilan provisoire de trente-cinq morts, dressé par les organisations non gouvernementales locales.
Certaines sources militaires parlent d' une vingtaine de morts du coté des assaillants et plusieurs miliciens arrêtés.
Jusqu'ici, aucune autorité n'a encore donné un bilan depuis les évènements du samedi.
Selon la Monusco, il y avait cinquante-quatre blessés dont quinze gravement atteints parmi les rebelles qui s'étaient réfugiés dans ses installations. Tous les combattants blessés ont été transférés à l'hôpital de la ville pour recevoir des soins médicaux. Il n'y a aucun blessé parmi les personnels des Nations Unies, souligne le communiqué.
Entre-temps, les miliciens « Bakata Katanga » qui se sont rendus, ont été gardés dans l'enceinte de la Monusco jusqu'à leur remise aux autorités provinciales.
Le communiqué de la Mission des Nations Unies a relaté les faits tels qu'ils se sont déroulés le samedi au camp de la Monusco à Lubumbashi. Les combattants Mai-Mai dont certains s'étaient armés, s'étaient présentés devant le camp vers 13 heures 30, après avoir été repoussés par les forces armées gouvernementales à la suite de l'attaque surprise contre des bâtiments publics de Lubumbashi.
Selon des sources locales, la vie a repris dans la ville de Lubumbashi ce dimanche 24 mars. Les habitants vaque à leurs différentes occupations depuis le matin. Certains sont allés à l'eglise. Le retour à la normale est dû au fait que les autorités ont invité la population à vaquer à ses occupations.
La nuit a été calme quoique tendue, selon la Monusco et des sources locales.
" Vers 19h30, les rues étaient désertes dans plusieurs communes. Seules des jeeps remplies de militaires circulaient. En effet, le maire de la ville de Lubumbashi avait décrété un couvre-feu sur toute l'étendue de la ville à partir de 20 heures dans une chaine locale", ajoutent des témoins.
Le gouverneur du Katanga, M. Moïse Katumbi, s'est dit indigné par cette manifestation violente et il a promis de mettre ces miliciens à la disposition de la justice. Il a aussi évoqué des complicités politiques : « ceux que nous allons interroger vont citer des gens que nous allons arrêter... » Il apparaît en effet que derrière le malaise social, le Katanga traverse aussi une crise politique : la province du cuivre, l'entité la plus riche du pays, vit très mal la perspective d'être découpée en quatre provinces distinctes, très inégales sur le plan économique. Dans le Nord Katanga en particulier, berceau de la famille du président Kabila, les Balubakat redoutent d'être coupés du « Sud utile » où se trouvent les principaux gisements miniers générant l'essentiel des ressources de la province.

En outre, plusieurs « Balubakat » importants, comme le général John Numbi (mis en cause dans l'assassinat de Floribert Chebeya) ou le pasteur Mulunda Ngoy(critiqué à la suite des élections de novembre 2012) sont écartés du pouvoir tandis que le député de Pweto, Katumba Mwanke a péri dans un accident d'avion. Se sentant de plus en plus écartés du pouvoir présidentiel, dont ils ont été la matrice, des notables « Balubakat », dénonçant l'« ingratitude » du chef de l'Etat, laisseraient volontairement fermenter la révolte d'une base frustrée, qui craint d'être privée des progrès économiques de la province. Ce week-end, la révolte a gagné Lubumbashi, mais il y a déjà plusieurs semaines que le Nord Katanga affronte la révolte des Mai Mai..
.

Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tirs à Lubumbashi entre les Séparatistes et la FARDC

Message  Mongo Elombe le Mar 26 Mar - 12:40












Lubumbashi : les autorités instaurent un couvre-feu dans la ville












Des miliciens du groupe Bakata Katanga en train de déposer leurs armes au bureau de la Monusco/Lubumbashi, samedi 23 mars 2013 Ph. Kabena






Le Conseil urbain de sécurité de Lubumbashi a instauré, lundi 25 mars, un couvre-feu de 21 heures à 5 heures locales dans cette ville pour chercher des miliciens qui se seraient dissimulés parmi la population civile. Le couvre feu restera en vigueur jusqu’à ce que la situation sécuritaire sera maitrisée, ont annoncé les autorités. Samedi dernier, des centaines de miliciens Maï Maï « Bakata Katanga » sont entrés à Lubumbashi et tenté de prendre possession des édifices publics. Les accrochages qui ont suivi entre miliciens et militaires ont fait une vingtaine de morts.

Lundi, un calme précaire régnait dans la ville. Les habitants redoutaient une nouvelle arrivée des miliciens dans la ville. Une rumeur que les autorités ont démentie. Par ailleurs, deux cent trente miliciens ont pu être transférés à Kinshasa.

Henry Thomas Lokondo, député de la majorité, a qualifié lundi l’attaque de Lubumbashi de « surréaliste » et « grave ».

« On ne doit pas minimiser les choses qui ne doivent pas l’être. Ces genres d’actes dans le contexte général des problèmes que nous avons aujourd’hui sur le plan sécuritaire sont de nature à faire croire que la RDC est devenue une zone dangereuse », a affirmé Henry Thomas Lokondo.

Il a estimé que si les miliciens ont réussi à frapper au cœur du Katanga, donc ils peuvent frapper partout et avec des conséquences incalculables.

« Ce fait naturellement appelle l’établissement des responsabilités et des sanctions. Mais aussi et surtout l’évaluation générale de notre capacité préventive de défense », a-t-il conclu.

Le député de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Fabien Mutomb Kan-Kato, élu à Lubumbashi, a estimé pour sa part que l’entrée de miliciens à Lubumbashi n’était qu’une « mise en scène ».

« Le service de sécurité, le pouvoir provincial était au courant de cette situation. Nous disons haut et fort que c’est juste une mise en scène et que le metteur en scène démonte cette mise en scène. Si vous prenez en 2010, au mois de juillet, les Bakata Katanga ont installé la toute première fois leur drapeau au centre ville. Ils ont attaquée à deux reprises l’aéroport de Lubumbashi. Ils ont tué soixante cinq personnes dans le territoire de Kasenga, quatre personnes à Kinsevere », a expliqué Fabien Mutomb Kan-Kato.

Soixante-cinq personnes ont été tuées entre le 22 janvier au 8 février par les Maï-Maï Bakata Katanga dans le groupement de Mwemena, en territoire de Kasenga, à plus de 250 km de Lubumbashi.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Une histoire bizzarre surtout qu'il y avait des femmes et des enfants...............KOKAMWA.














Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tirs à Lubumbashi entre les Séparatistes et la FARDC

Message  Mongo Elombe le Mer 3 Avr - 11:51

Officiellment ont dit que c'est le KYUNGU et ses amis qui sont les instigateurs de cette ènième attaque....Quand seront t'ils sanctionnés ????????????
======================================================================


Affaire Kata Katanga : panique et nervosité dans le box des Balubakat !










Écrit par Joseph ILUNGA



Mardi, 02 Avril 2013 20:08






Le Katanga semble de nouveau envouté par ses anciens démons de la sécession. Les revendications identitaires portées par les miliciens Bakata Katanga l’attestent quand bien même les auteurs intellectuels de leurs actions scélérates demeurent tapis dans l’ombre.

Après le temps de l’émotion vient celui de l’analyse. Les actions menées par les Bakata Katanga ne sont pas un acte isolé comme le témoigne leur entrée dans la ville de Lubumbashi qui a été annoncée. Qu’on se souvienne de ce que dix jours avant, soit le 13 mars dernier, dans une interview accordée à Radio Okapi, Gabriel Kyungu wa Kumwanza, président de l’Assemblée provinciale du Katanga annonçait : « nous, élus du peuple, nous demandons à ceux qui ont pris les armes de les déposer et ils seront pardonnés s’ils montrent qu’ils ont quand même le patriotisme dans leurs têtes ».



Il ne faut pas un dessin pour remarquer que Kyungu est affirmatif et parle au nom des élus ! Et le président de l’Assemblée provinciale du Katanga a été entendu. Comme pour paraphraser les écritures saintes dans Jean 10, 27-28 : « mes brebis entendent ma voix, je les connais et elles me suivent » ! Dix jours après l’appel du président de l’Assemblée provinciale du Katanga,, des centaines des miliciens sont arrivés le samedi 23 mars 2013 à Lubumbashi comme en terre conquise, armes à la main. Le quartier général de la Monusco a été leur point de chute.



Selon La Radio Okapi, des combats qui les ont opposés aux forces de l’ordre à certains endroits de Lubumbashi ont fait plus de vingt morts. Quant au bilan officiel, il se fait toujours attendre. A la vérité, on l’attend comme Godot même si la kabilie a diligenté une enquête pour rétablir les responsabilités !

Le PPRD Richard Muyej, ministre de l’Intérieur, a par ailleurs promis de poursuivre les commanditaires. Mais pas seulement. Pour Muyej, « ceux qui ont failli à leur mission de maintenir l’ordre public doivent être interpellés et sanctionnés selon l’importance de leurs responsabilités ».

Cette assertion de Mujey a curieusement suscité une levée de boucliers dans le chef de certains Balubaka,t pourtant ardents défenseurs de la Kabilie, contre leurs frères du Kasaï.

La charge a été portée par un certain Kalema Ka qui accuse les Kasaïens, singulièrement les Baluba, de tous les péchés du Congo à travers un pamphlet intitulé : « L’ouragan kasaïen se déchaine ». Les propos de Kalema Ka sont tellement excessifs qu’ils sont insignifiants.

Parce qu’il faut toujours interpréter les faits dans leur contexte, Congoone s’est employé à savoir d’où souffle le vent.

De la lucidité à la schizophrénie !

Il ressort des investigations menées qu’un texte au contenu analogue signé par un nommé Dr Kayumba N.K sous le titre « La faute c’est les autres et le bénéfice pour soi » a été publié le 26 mars dernier par le même Kalema Ka. L’auteur y soutient l’action de Bakata Katanga en soulignant que « ce sont tout simplement des Katangais qui revendiquent leur bien-être.. . Ce sont des Katangais qui ont perdu tout repère dans leur vie. Des villageois qui n’ont plus d’écoles, de centres de santé, de routes, de rail, d’eau potable. Il ne faut surtout pas parler d’électricité car ni leurs ancêtres n’en ont sentie l’odeur. Ils sont ces Katangais qui voient leurs sentiers traversés par de gros engins qui terrassent des montagnes de cuivre. Ce sont ces familles qui hument chaque jour l’air pollué des déchets toxiques de l’uranium et comme récompense, ils donnent naissance aux enfants sans tête. Ce sont ces Katangais qui paient des impôts pour enrichir les rapaces de la capitale Kinshasa. Au Katanga, les belles villas, les hôtels, les boîtes de nuit, les magasins, les pompes d’essence reviennent aux familles régnantes. A eux, l’évocation du seul nom d’un membre de la famille présidentielle toutes les portes s’ouvrent à Kasumbalesa comme à l’aéroport de Luano ainsi que dans les mines de cuivre, de cobalt, de zinc et de colombo tantalite. ..Pourquoi toutes les recettes venant du Katanga servent à construire Kinshasa, le Maniema ? ».

Dans le même texte, l’auteur décrit avec force détails et admiration l’entrée des Bakata Katanga dans la capitale du cuivre : « En clair, les Kata Katanga ont traversé quatre communes de Lubumbashi sous les yeux ébahis des citadins lushois, avec armes, munitions, femmes, enfants, chèvres, moutons, calebasses, bidons d’eau, nattes et provisions ».

Et d’ajouter : « Pendant ce temps, les FARDC, la police nationale congolaise, les éléments des services de renseignements détalent comme des lapins dans tous les sens pour se mettre à l’abri laissant leurs administrés sous la protection de ces Kata Katanga ».

Dans leur progression pacifique, souligne Kayumba KN, les Kata Katanga arrivent à la Grand Place de la Poste baptisé en son temps par l’honorable Kyungu wa Kumwanza de « Place Moïse Tchombe » et y plantent majestueusement le drapeau katangais, symbole de la souveraineté du Katanga.

Le récit élogieux de l’action de Kata Katanga aurait été complet si « le Dr Kayumba K N » n’avait pas omis de signaler, comme l’ont fait les activistes des droits de l’homme, qu’après avoir hissé le drapeau katangais à la place Tchombe, le plan initial de Kata Katanga prévoyait une descente à la résidence du gouverneur du Katanga pour l’assassiner avant de se rendre à celle du président de l’Assemblée provinciale pour le porter en triomphe jusqu’à la place Tchombe pour qu’il y proclamé l’indépendance du Katanga ! Kayumba est-il aussi sans savoir que les miliciens ayant réussi à se soustraire de la vigilance de la Monusco avaient pris leurs jambes au cou pour se réfugier dans la ferme de John Numbi ? Y ont-ils été envoyés par leurs frères du Kasaï ?

Soit !

Dès lors, quelle est la responsabilité des Kasaïens dans l’affaire de Kata Katanga ? Tout part d’une virtuelle motion de censure contre le premier ministre de Kabila Kabange en rapport avec le dossier Bakata Katanga. Selon Kalema Ka, cette motion pourrait profiter au kasaïen Evariste Boshab, secrétaire général du PPRD qu’il qualifié de chroniquement contre tout ce qui est katangais notamment Kyungu wa Kumwanza, John Numbi, Ngoy Mulunda et JC Masangu Mulongo. Voilà le décor bien planté !

Le reste dans le texte signé par Kalema Ka pue l’amalgame : les ONg, la presse, l’internet, la diaspora, la Monusco et les chancelleries seraient la chasse gardée des Kasaïens. Au lieu d’en pleurer, il faut plutôt en rire. Car, alors qu’il y a plus d’une centaine d’organes de presse à Kinshasa, Kalema Ka choisit particulièrement de mettre en cause le professionnalisme de trois quotidiens kinois parce que leurs patrons sont kasaïens. Alexis Mutanda, éditeur de La Tempête des Tropiques est singulièrement accusé de manipuler des ONG qualifiées de kasaïennes ! Dans son délire, Kalema Ka affirme que c’est Alexis Mutanda qui rédige les rapports des ONG kasaïennes du Katanga alors qu’il habite Kinshasa. Que vise-t-il ? Kalema Ka répond lui-même : « surement lui et ses complices veulent envenimer la situation au Katanga pour pousser les autochtones à s’en prendre à leurs frères kasaïens pour que ceux-ci soient chassés du Katanga afin d’aider les populations du Kasaï d’aller s’aventurer en masse en occident » Ce Kalema ka doit être un génie lui qui sait lire dans les pensées du patron de La Tempête des Tropiques ! Dans son délire, Kalema Ka perd tout bon sens au point de s’en prendre même à Jean-Marie Kassamba, parce que kasaïen, pourtant serviteur servile de la kabilie !

Qu’est-ce qui fait courir Kalema Ka ou Dr Kayumba ?

Des investigations menées renseignent que Kalema Ka a pour noms Kalema Kalemekwa na Nsendwa. Ses écrits portent parfois le nom de Kalema Kalemekwa Nabwanga. On peut les retrouver sur le forum RACOD ( Rés. Américano-Congolais du Développement). La même personne signe aussi ses écrits sous le pseudonyme de Baudouin Ngoy Kayumba wa Kukinda, le fameux Dr Kayumba N K ! Sous les deux identités, ce matamore fait souvent l’apologie des faits et gestes de Kyungu wa Kumwanza et n’a jamais fait mystère de sa haine gratuite contre les Kasaïens sur plusieurs fora.

Dès lors que Kalema alias Kayumba est identifié, on ne peut ne pas considérer que ses écrits reflètent le contenu des débats et autres échanges entre Balubakat de son milieu. En lisant Kayumba alias Kalema entre les lignes, on réalise sans peine que ses pamphlets cachent mal la nervosité des Balubakat depuis que des langues commencent à se délier en rapport avec l’affaire dite Kata Katanga, surtout à la suite des dénonciations de certaines ONG.

La panique s’est installée dans le camp de certains Balubakat à la suite notamment des rapports de certaines ONG révélant que quand Kyungu invitait les miliciens à déposer les armes, ces derniers étaient déjà en route. Ils venaient du Nord-Katanga, donc de très loin.

Redoutant à présent d’assumer la responsabilité de leurs actes au cas où la kabilie serait tentée d’y voir clair, lesdits Balubakat envoient à leur base ethnique un message dont la teneur serait : « si quelque chose nous arrive, c’est à cause de Baluba du Kasaï ! ».

A beau mentir qui vient de loin !



Mise à jour le Mardi, 02 Avril 2013 20:17

























Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tirs à Lubumbashi entre les Séparatistes et la FARDC

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 20:43


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum