Myke Tyson ou la vérité d’un écorché vif

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Myke Tyson ou la vérité d’un écorché vif

Message  Pierre Remy le Lun 25 Nov - 21:18

Dans une autobiographie, qui sort aujourd'hui en France, Myke Tyson , l'ex-champion du monde des lourds raconte sans artifice, une vie faite d’excès en tout genre. La Vérité et rien d'autre est un pavé de 600 que l’amateur de boxe et fan de Tyson pourrait bien se prendre en pleine figure. A 47 ans, Iron Mike confesse sa vie sans tabou avec l’aide du journaliste Larry Sloman.

« Ce livre est dédié à tous les parias, tous ceux qui ont été un jour harcelés, marginalisés, muselés, rabaissés ou accusés à tort. À tous ceux qui sont incapables de recevoir l’amour d’autrui ». Dès les premières pages de l’autobiographie de Mike Tyson, le ton est donné. À 47 ans, le boxeur se met à nu dans une confession assez particulière.

Un gamin voyou

Sur presque 600 pages, l’homme raconte une vie tourmentée qui passerait presque pour un roman. Il dépeint comment il a fait face à ses démons : l’alcool, la violence, le sexe et la drogue. Ce livre est le fruit d’un travail minutieux de la part du journaliste Larry Sloman. Pendant plusieurs années, il a interrogé Tyson et son entourage.

« Si tu m’écoutes bien, je ferai de toi le plus jeune champion de l’histoire», lui avait dit Cus D’Amato, légendaire entraîneur new-yorkais. Cette phrase balancée à un petit voyou de 13 ans, né à New York, dans le quartier de Brooklyn, allait révolutionner le monde de la boxe. Avec Mohamed Ali, Mike Tyson fait partie des légendes vivantes de la boxe. Un voyou qui le restera toute sa carrière avec par exemple l'image de cet combat face à Evander Holyfield, au cours duquel, Tyson lui croqué le lobe de l'oreille, en 1997. Ce qui lui avait d'ailleurs valu d'être privé de licence pendant plusieurs mois.

Ruiné après avoir engrangé des millions de dollars

De son enfance chaotique, Tyson en garde des souvenirs pointus. « Eddie [le compagnon de sa mère, NDLR] et ma mère se battaient sans arrêt, à propos d'autres hommes, d'autres femmes, de l'argent, de leur besoin de tout contrôler. Eddie n'était pas un ange, loin de là. Quand ma mère avait des copines à la maison, toutes beurrées, et qu'elle était dans les vapes, Eddie baisait ses copines. Après, ils se foutaient sur la gueule. C'étaient vraiment des barbares : ils se pourchassaient avec des armes et se traitaient de tous les noms. Nous on criait - Maman, non ! Stop ! » Enfant des bas-fonds de l'Amérique, Tyson avait été condamné pour viol en 1992.

Avec son récit, Tyson ne fait pas dans la demi-mesure. Il raconte sans détours sa tentative de suicide, ses déboires avec son promoteur Don King, qui l’aurait exploité ou encore ses contrôles antidopage effectués avec un faux pénis. « Avant le combat, j'ai pris de la coke et j'ai fumé un peu d'herbe. La coke, ça n'était pas un problème parce que ça sort aussitôt de votre organisme, mais, pour l'herbe, qui reste à l'intérieur, j'ai dû, au moment des contrôles, utiliser un faux pénis où on met l'urine saine de quelqu'un d'autre », confesse Iron Mike.

Alors qu’il a engrangé plus de 500 millions de dollars avec ses poings, Tyson a fini ruiné, avant de retrouver un second souffle dans le cinéma et le théâtre. Ce fils de proxénète a fait sensation dans un one-man-show triomphal, mis en scène par Spike Lee où il raconte sa vie. Ce spectacle lui a même permis de retrouver un peu de la crédibilité aux yeux des médias américains.

Tyson est toujours face à ses vieux démons

La sincérité du récit de Tyson est souvent sidérante. « J'ai envie de changer de vie, j'ai envie de mener une vie différente désormais. J'ai envie de mener une vie sobre. Je n'ai pas envie de mourir. Je suis un fils de pute. J’ai fait plein de trucs moches et j’ai envie qu’on me pardonne », raconte l’homme aux 50 victoires.

Dans son épilogue, Tyson reconnaît qu'il a replongé dans l'alcool et la drogue. « Environ un mois après avoir terminé le travail sur ce livre, en avril 2013, j'ai fait une rechute, la première depuis janvier 2010. Je suis sorti un soir et j'ai bu un verre. Puis un autre. Et encore un autre. Comme j'ai l'alcool très mauvais, j'ai fumé un peu d'herbe pour me calmer ».

Après s’être retiré de la compétition en 2005, à 39 ans, et essuyé deux défaites consécutives contre Danny Williams et Kevin McBride, « The Baddest Man on the Planet » fait un retour mondial au premier plan. Mais d'un autre genre.
http://www.rfi.fr/sports/20131125-myke-tyson-verite-ecorche-vif?ns_campaign=editorial&ns_source=FB&ns_mchannel=reseaux_sociaux&ns_fee=0&ns_linkname=20131125_myke_tyson_verite_ecorche_vif

Pierre Remy
Modérateurs

Messages : 266
Date d'inscription : 24/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum