RDC : trois textes signés entre la République Démocratique du Congo et le M23, au Kenya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

RDC : trois textes signés entre la République Démocratique du Congo et le M23, au Kenya

Message  Mathilde le Jeu 12 Déc - 19:55

RDC : trois textes signés entre la République Démocratique du Congo et le M23, au Kenya

Des discussions ont eu lieu, ce jeudi 12 décembre, au Kenya entre des délégations des autorités de République démocratique du Congo (RDC) et des rebelles du M23. Alors que cela fait des semaines que l’on attend la signature d’un accord de paix, le M23 et une délégation du gouvernement congolais se sont rencontrés à Nairobi, en présence de la médiation ougandaise. Ce n’est pas un accord de paix en tant que tel mais trois textes distincts, un pour chacune des parties,ont été signés mettant ainsi officiellement un terme au laborieux processus de Kampala.

http://www.rfi.fr/contenu/rdc-trois-textes-signes-entre-republique-democratique-congo-le-m23-kenya

_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : trois textes signés entre la République Démocratique du Congo et le M23, au Kenya

Message  Mathilde le Jeu 12 Déc - 20:18

DR Congo's Kabila 'signs deal with M23 in Kenya'



The M23 was routed in a UN-backed offensive by government troops


The Democratic Republic of Congo's president has signed a peace deal with the M23 rebel movement his forces defeated last month, Kenya's presidential spokesman says.

The accord was signed by President Joseph Kabila in the presence of regional leaders in the Kenyan capital, Nairobi, Manoah Esipisu said.

Last month, the government refused to sign a deal brokered by Uganda.

At least 800,000 people fled their homes during the conflict.

The M23 took up arms in eastern DR Congo in April 2012, accusing the government of marginalising the ethnic Tutsi minority and failing to honour previous peace accords.

It was defeated last month following a major offensive by government and United Nations (UN) forces.

The UN has more than 19,000 troops in DR Congo, with an attack force given the mandate of neutralising armed groups.

Mr Esipisu said on his Twitter account that the signing ceremony at State House in Nairobi was witnessed by several regional leaders attending celebrations to mark 50 years of Kenya's independence.

They included Uganda's President Yoweri Museveni and Malawi's President Joyce Banda, he said.

Mr Esipisu did not give details of the agreement or who signed it on behalf of the M23.

On 12 November the government refused to sign a deal with the M23 in Uganda's capital, Kampala.

It said it had a problem with the title of the Ugandan-mediated document, not its contents.

The document should be called a declaration not an accord as that gave too much credibility to the rebels, the government said at the time.

Eastern DR Congo has been wracked by conflict since 1994, when Hutu militias fled across the border from Rwanda after carrying out a genocide against Tutsis and moderate Hutus.

According the charity Oxfam, there are currently more than 30 other groups are operating in the east.


http://www.bbc.co.uk/news/world-africa-25357821

_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : trois textes signés entre la République Démocratique du Congo et le M23, au Kenya

Message  Mathilde le Jeu 12 Déc - 20:21

KANAMBE VIENT DE SIGNER UN ACCORD DE PAIX AU KENYA AVEC SES FRÈRES RWANDAIS DU M23...

Et voilà ils ont réussi et ça dans l'indifférence générale, les occidentaux et leurs marionnettes rwandaises et ougandaises ont réussi à imposer cet

Accord de paix signé entre la RD Congo et le M23, dit le Kenya
fr.euronews.com
Le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) et les rebelles du M23 ont signé un accord de paix à Nairobi, a annoncé jeudi la présidence kényane via le compte Twitter de son…


http://fr.euronews.com/2013/12/12/accord-de-paix-signe-entre-la-rd-congo-et-le-m23-dit-le-kenya/

_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : trois textes signés entre la République Démocratique du Congo et le M23, au Kenya

Message  Mathilde le Jeu 12 Déc - 23:34

Lambert Mende: Pas de Negociations avec le M23, Nous negocions avec le Rwanda car celui le probleme

Mende ou la folie faite homme: écoutez ce cafard entre 2 min 24 et 4 min....ata Satana Akosaka boye te.
.




KANAMBE VIENT DE SIGNER UN ACCORD DE PAIX AU KENYA AVEC SES FRÈRES RWANDAIS DU M23...




Shame !!! Mad Mad

_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : trois textes signés entre la République Démocratique du Congo et le M23, au Kenya

Message  Mongo Elombe le Ven 13 Déc - 1:08

MENDE égal à lui même dire et se dédire sans honte.

Les députes n'ont même pas la curiosité de lire cette accord mawa.

De temps en temps je fouine sur le Facebook du M23.


Nairobi, 22h12. Après la tête à tête entre Joseph
KABILA et Bertrand BISIMWA, c'est la
conversation privé entre le Présiden du M23 et le
Réprésentant de BARACK OBAMA, Monsieur
RUSSEL
Congo Drc News
il y a 5 heures ·
Il est 20h 03' à Nairobi. La diplomatie agissante
de Bertrand BISIMWA produit du fruit. Nous
sommes au state house de la Kenya, le M23 et le
gouvernement congolais viennent de poser leurs
signatures sur le document qui va accorder une… Afficher la suite

Congo Drc News
mercredi, à 20:17 ·
C'est confirmé. Dans quelques heures aura lieu la cérémonie des signatures d'un accord entre le M23 et le gouvernement de la RDC à NAIROBI, Capitale de la République kenyan. La délégation trop reduite du M23 conduite par son Président Bertrand BISIMWA vient d'attérir à l'aéroport international Jomo Kenyatta à Nairobi. A suivre...

------

Pourquoi le texte n'a pas été soumis aux députes? Il y a quoi dans cette accord et pourquoi le gagnant se ballade de Kampala à Naïrobi?


Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : trois textes signés entre la République Démocratique du Congo et le M23, au Kenya

Message  Muana Milano le Ven 13 Déc - 11:55

RDC mawa Exclamation Tous ces zozos qui se mettaient au garde à vous,à chaque rencontre avec le maréchal Mobutu,ces sont les memes qui aujourd'hui décident de l'avenir de la RDC Exclamation 

Muana Milano
Modérateurs

Messages : 1321
Date d'inscription : 19/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : trois textes signés entre la République Démocratique du Congo et le M23, au Kenya

Message  Mongo Elombe le Ven 13 Déc - 15:16


Le M23 confirme sa renonciation à la lutte armée et met ses combattants à la disposition du Gouvernement pour leur démobilisation et réinsertion sociale.
* Pour part, l’Exécutif congolais prend acte de la déclaration des rebelles et promet de n’accorder l’amnistie qu’à ceux qui ne sont pas coupables
des crimes de guerre ou crimes contre l’humanité.

* Les présidents en exercice de la CIRGL et de la SADC ont pris acte des déclarations de deux parties qui mettent ainsi fin aux pourparlers de Kampala

Deux déclarations et un communiqué mettant fin au processus de Kampala entre le Gouvernement de la RDC et le M23 ont été signés et rendues publiques hier jeudi 12 décembre 2013 à Nairobi, en marge des festivités du 50e anniversaire de l’Indépendance du Kenya. Dans sa déclaration, le M23 confirme sa renonciation à la lutte armée et met ses combattants à la disposition du Gouvernement de la RDC pour leur démobilisation et réinsertion sociale. Pour sa part, le Gouvernement de la RDC, dans sa déclaration, prend acte de l’engagement du M23 et promet de n’accorder l’amnistie qu’aux rebelles non coupables des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité. Les ex-rebelles pro-rwandais acceptent que l'amnistie sera accordée individuellement après un engagement écrit de ne plus participer à un mouvement insurrectionnel et sera caduque en cas de non respect dudit engagement. Tandis que le communiqué signé par les présidents en exercice de la CIRGL et de la SADC prend acte des déclarations du Gouvernement congolais et du M23 et met fin aux pourparlers de Kampala. FDA

COMMUNIQUE FINAL CONJOINT CIRGL-SADC SUR LES POURPARLERS DE KAMPALA

1. Suite a la requête faite par S.E Joseph Kabila Kabange, Président de Ia RDC, et S.H. Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies, à S.E. Yoweri K. Museveni, Président de la République de l’Ouganda et Président en exercice de Ia CIRCL ; et suite à la décision du Sommet extraordinaire de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL), organisé le 8 août 2012 concernant la situation sécuritaire dans l’Est de la RDC ; et la Déclaration des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL) signée à Kampala le 24 novembre 2012, demandant au Gouvernement de la République Démocratique du Congo d’écouter le M 23, d’évaluer ses doléances et de répondre à celles qui s’avéreraient légitimes, le Président Yoweri K. Museveni a assumé la tâche de médiateur entre le Gouvernement de la RDC et le M23.

2. Les Pourparlers ont formellement débuté le 9 décembre 2012 et ont pris fin le 3 novembre 2013. La facilitation des Pourparlers a été menée au nom du Président Museveni par le Ministre ougandais de la Défense, le Dr Crispus W.C.B. Kiyonga, avec le soutien du Secrétariat de la CIRGL et l’assistance technique de Mme Sahle-Work Zewde, Directrice générale du Bureau, des Nations Unies à Nairobi, ainsi que des Nations Unies, New York.

3. Le 5 Novembre 2013, à Kampala, Ouganda, le M23 a fait une Déclaration annonçant qu’il renonce à la rébellion et demandant a ses combattants de se préparer au processus de désarmement, démobilisation et réinsertion sociale. Le 6 Novembre 2013, le Gouvernement de la RDC a fait sa propre Déclaration prenant acte de la renonciation a la rébellion par le M23 et annonçant qu’il allait prendre des mesures afin de faciliter et de rendre irréversible cette renonciation à la rébellion par le M.23.

4. Aujourd’hui, le Gouvernement de la RDC et le M23 ont signé chacun une Déclaration reflétant le consensus atteint au cours des Pourparlers de Kampala concernant les étapes nécessaires pour mettre fin aux activités armées du M23, et les mesures nécessaires a la concrétisation dans l’Est de la RDC d’une stabilité, d’une réconciliation et d’un développement à long ternie. Les deux Déclarations prises ensemble couvrent les onze points négociés et convenus par le Gouvernement de la RDC et le M23. En résumé, les onze points sont :

(i) Amnistie pour les membres du M23 uniquement pour faits de guerre et d’insurrection ;

(ii) Dispositions transitoires de sécurité conduisant au désarmement et a la démobilisation;

(iii) Libération des membres du M 23 détenus par le Gouvernement de la RDC pour faits de guerre et d’insurrection;

(iv) Décision par le M23 de mettre fin à la rébellion et de se transformer en un parti politique légitime;

(v) Démobilisation des anciens combattants du M23;

(vi) Retour des réfugies et personnes déplacées internes dans leurs foyers ;

(vii) Création d’une commission chargée de la question des biens spoliés, extorqués, volés, pillés et détruits, terres comprises ;

(viii) Réconciliation nationale et justice ;

(ix) Réformes sociales, sécuritaires et économiques ;

(x) Mise en œuvre des conclusions de la réévaluation de la mise en œuvre de l’Accord du 23 Mars 2009 ; et

(xi) Mécanisme de mise en œuvre, suivi et évaluation pour les positions arrêtées.

La Déclaration du Gouvernement de la RDC et celle du M23 sont jointes au présent Communiqué Final respectivement comme Annexes 1 et 2, tandis que les points convenus le sont comme Annexe 3.

5. Il convient de rappeler qu’an terme du Sommet conjoint CIRGL-SADC tenu le 4 novembre 2013 a Pretoria, République d’Afrique du Sud, les Chefs d’Etat et de Gouvernement des pays de la CIRGL et de la SADC ont dans leur Communiqué conjoint noté que l’ensemble des onze points discutés dans le cadre du Dialogue de Kampala faisaient l’objet d’un consensus et qu’un accord allait être signé.

6. Le 2 décembre 2013, suite a un Sommet entre S. E. le Président Joseph Kabila Kabange et S.E. le Président Yoweri K. Museveni à Entebbe, Ouganda, un Communiqué a été émis appelant à la conclusion des pourparlers de Kampala, dans le but de faciliter le retour pacifique des anciens combattants du M23 et (‘aboutissement du processus de démobilisai ion.

7. En conséquence, et en foi de quoi nous, les Présidents de la CIRGL et de la SADC, agissant au nom de nos sous-régions respectives, sommes témoins des Déclarations signées respectivement par le M23 et le Gouvernement de la RDC.

8. Mous saluons la conclusion des Pourparlers de Kampala et félicitons les Parties pour ce résultat. Nous les encourageons à remplir leurs engagements.

9. Nous remercions l’équipe des Envoyés spéciaux, dirigée par Mme Mary Robinson, Envoyée spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour la Région des Grands Lacs, parmi lesquels figuraient :

(a) M. Boubacar Diarra, Envoyé Spécial de la Présidente de la Commission de l’Union africaine pour la Région des Grands Lacs.

(b) M. Russell Feingold, Envoyé Spécial des Etals-Unis pour la Région des Grands bacs ;

(c) M. Koen Vervaeke, Coordinateur principal de l’Union européenne pour la Région des Grands Lacs; et

(d) M Martin Kobler, Représentant spécial du Secrétaire général et Chef de la Mission des Nations Unies en RDC (MONUSCO)

pour leur engagement diplomatique, qui a apporté un soutien inestimable aux Pourparlers de Kampala.

11. Nous félicitons le Dr Crispus Kiyonga, Ministre de la Défense de la République de l’Ouganda pour les efforts inlassables qu’il a fournis pour faciliter les pourparlers et ainsi les mener jusqu’à leur conclusion logique.

12. Nous félicitons aussi les Secrétariats Exécutifs de la CIRGL, et de la SADC pour leur soutien au processus, et nous les prions de rester engagés dans le soutien à la mise en œuvre des engagements pris par les parties.

13. Enfin, nous prions les partenaires internationaux, notamment les Nations Unies et l’Union africaine, de travailler ensemble et de fournir soutien et ressources au Gouvernement de la RDC pour la mise en œuvre des engagements pris dans le cadre des Pourparlers de Kampala et le processus de suivi, selon qu’il, conviendra.

Fait à Nairobi, Kenya le 12 décembre 2013

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : trois textes signés entre la République Démocratique du Congo et le M23, au Kenya

Message  Mathilde le Ven 13 Déc - 18:31

M23-GOUVERNEMENT RDC ACCORD SIGNE A NAIROBI



No comment !!

_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : trois textes signés entre la République Démocratique du Congo et le M23, au Kenya

Message  Mongo Elombe le Ven 13 Déc - 21:00

Nous sommes déçus ici à Goma. Le M23 a été vaincu et totalement écrasé par la peuple et son armée.
Mais la RDC vient de signer un texte qui ressuscite leM23 et lui donne des postes. Le M23 est ainsi autorisé à devenir un parti politique en violation de la loi et de la morale. Le M23 qui est responsable de crimes contre l'humanité va devenir un parti alors que pour diriger un parti en RDC il y a des conditions qui écartent les délinquants et les criminels. On refuse au M23 d'intégrer l'armée en bloc à cause de ses crimes jamais on offre un tapis rouge aux concepteurs de ces crimes. On donne au M23 l'occasion de rependre son idéologie dans les médias et même de faire partie des institutions à travers des élections. Pire, on vient là de signer un texte qui oblige de donner des postes au M23. En effet le Gouvernement vient de s'engager à appliquer les accords du 23 mars. Ces accords obligaient le gouvernement à intégrer le CNDP dans la police de proximité. Il engagait le guvernement à donner des responsabilités aux rebelles dans les strctures en charge des réfugiés, de la stabilisation et de la bonne gouernence. Il engageait la RDC à intégrer les cadres rebelles dans les institutions.

Pour nous, peuple du Goma, nous venons là de vivre une cinglante injure. Nous seront conséquents.

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : trois textes signés entre la République Démocratique du Congo et le M23, au Kenya

Message  Mongo Elombe le Sam 14 Déc - 6:06

Nouveau métier en RDC: Rebelle.


http://www.mediacongo.net/show.asp?doc=48375

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : trois textes signés entre la République Démocratique du Congo et le M23, au Kenya

Message  Mongo Elombe le Sam 14 Déc - 6:30

Hum... Info où intox


Nairobi déclare le M23 vainqueur : « KABILA » doit être poursuivi pour haute trahison
13/12/2013 12:45:00KongoTimes!
Font size:
Sultani MAKENGA

Le roi de la région des grands lacs, l’a dit et il l’a obtenu, Yuweri Museveni vient d’imposer au gouvernement illégitime congolais, son accord-déclaration. Aubin Minaku, Président de l’assemblée nationale peut beau aboyer mais la caravane passe. Bertrand Bisimwa sera bel et bien au gouvernement de cohésion nationale comme vice – premier ministre en charge de la défense et sécurité. Sultani Makenga commandant 8ème région militaire, ainsi dit Joseph Kabila, après la création à Nairobi. du « M12 », une association malfaisante contre les lois et intérêts de la République Démocratique du Congo. Quelle insulte pour ces vaillants combattants FARDC, qui le métal, dans le corps sont tombés aux lignes du front ?François Olenga, Bahuma, Mamadou Ndala, Peuple Congolais, Bolamuka !!!!

Martin Fayulu « sauvons la RDC », « les congolais doivent se prendre en charge, le processus de la balkanisation du pays serait desormais dans sa phase finale. Au lieu de la reddition de groupe armé telle que recommandée par l’assemblée nationale, le gouvernement de Kabila vient de signer avec un mouvement qualifié de force négative par les Nations Unies, un accord-déclaration dont le Peuple congolais ignore le contenu. Cet acte n’est rien d’autre que de la haute trahison ».

Ô Congo ! Lumumba veut retourner dans sa tombe, mais laquelle ? Les congolais vont déguster un plat qui est impropre à la consommation. Dix postes ministériels réservés par Joseph Kabila, au gouvernement de cohésion nationale, à ses frères du M23. Le raïs n’a confiance en aucun congolais, même pas à son épouse.

Joseph Kabila doit être poursuivi pour haute trahison, ainsi que les membres de son gouvernement
Ces accords organisent le retour et l'attroupement des soldats du M23 dans 3 cantonnements militaires à l'intérieur du territoire congolais, en vue de leur intégration dans l'armée congolaise. Sans oublier l'amnistie accordée au M23. Alors que le Parlement congolais a rejeté ces accords dans une récente résolution, le seul but du régime d’occupation de Joseph KABILA est d’injecter dans l’armée congolaise des éléments étrangers qui déstabilisent le fonctionnement normal de la défense et de la sécurité nationale congolaise.

Ce qui étonne, c'est la complicité des Nations Unies qui réitèrent ainsi les erreurs de l’ONU à Lusaka (1999), à Sun City (2001) en avalisant un dispositif d’intégration des étrangers dans l’armée congolaise similaire au CNDP de Laurent NKUNDA, ce qui avait permis au régime de Kigali de continuer à déstabiliser la RDC, grâce à des agents rwandais infiltrés dans le gouvernement, le Parlement, la Police et l’armée congolaise.

« Le cantonnement du M23 sur le territoire ( ) … dans des emplacements géographiques précis déterminés conjointement par les 2 parties », comme le prévoit l’Article 29 du texte final de Kampala, est étonnant pour une armée congolaise qui prétend haut et fort, avoir gagné la guerre contre le M23. Ça ressemble plutôt à une capitulation des FARDC.

On peut se demander si les Nations Unies ont bien lu ces accords et si Mr Joseph KABILA a bien saisi la portée des détails de ces accords, car ils autorisent un retour illégal en armes des combattants étrangers du M23 sur le territoire congolais, « par unités ne comptant pas moins de 150 soldats » (Art. 24), sous le fallacieux prétexte que « le M23 s’engage à soumettre ses troupes et unités de police … au processus de désengagement, cantonnement, démobilisation et réintégration ou intégration…» (Art. 2.2).

Un tel dispositif n’est pas gage de paix durable dès lors que le risque de relance d’une nouvelle rébellion rwandophone est certain à partir des nouveaux cantonnements accordés au M23 à « Rumangabo, Nyongera, Ntamugenga » (Art. 31), trois localités situées en plein territoire national et loin des frontières.

C'est de la haine contre notre pays que ces gens qui gouvernent à Kinshasa matérialisent dans ces accords. Car, alors que dans un pays libre et normal, le désarmement et l’identification des troupes vaincues se font aux frontières, l’Article 33 du texte final de Kampale vient stipuler que « le désarmement sera mené à bien dans les sites de cantonnement primaire » à l’intérieur du territoire. C’est de la complicité avec l’ennemi et de la haute trahison contre le peuple congolais que Joseph KABILA puisse autoriser les ex-combattants étrangers du M23 à franchir à nouveau la frontière de la RDC armes à la main, sans les identifier.

En disposant dans l’article 27 du texte final que « les combattants du 23 conservent leurs armes personnelles jusqu’à leur installation dans des sites de cantonnement primaire », Joseph KABILA légalise un nouveau rassemblement des forces étrangères rebelles sur le territoire national, sans s’en référer, une fois encore, au Parlement.

Jamais dans l’histoire de la guerre un pays souverain victorieux, n’a accordé à des ex-combattants ennemis vaincus le droit de retourner en armes sur le territoire et de s’attrouper, avec droit spécial pour le M23 d’assurer par ses propres soldats et armes, « la protection du cantonnement primaire » (Article 34) ainsi qu’un séminaire pour tous les officiers du M23 avant leur retour sur le territoire, avec droit à la formation continue (Art. 43).

La victoire truquée des FARDC figure heureusement pour l’histoire dans l’article 38 de ces accords selon lequel les zones récupérées par les FARDC n’ont pas été conquises, mais « quittées et remises au Gouvernement par le M23 ».

Seul le départ par la force de Joseph KABILA peut mettre fin à ce cirque et donner le vrai signal de libération totale de notre pays de tous les mercenaires étrangers qui prennent en otage depuis 16 ans notre droit au progrès.

Yves Kongolo

Published By www.KongoTimes.info - © KongoTimes! - All Rights Reserved.



Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : trois textes signés entre la République Démocratique du Congo et le M23, au Kenya

Message  Mathilde le Sam 14 Déc - 19:29

Lumbala se prepare a rentrer dans le futur gouvernement d'union nationale qui sera fait par Kanambe! kokamua Shocked Shocked 



_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : trois textes signés entre la République Démocratique du Congo et le M23, au Kenya

Message  Mathilde le Sam 14 Déc - 23:15

Point de Presse de Lambert Mende : Les 11 points signés à Nairobi avec le M23 Révélés …Mawa!!!


_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : trois textes signés entre la République Démocratique du Congo et le M23, au Kenya

Message  mapata le Dim 15 Déc - 14:06

Le perroquet dans le rôle qu´il raffole tant et il n a pas encore compris que même les assistants a ses prestations théâtrales ne croient pas plus a son cinéma.
Bon mais comme l entrée et la sortie est gratuit ils viennent quand même assister a la farce.

mapata
Modérateurs

Messages : 660
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : trois textes signés entre la République Démocratique du Congo et le M23, au Kenya

Message  Mathilde le Dim 15 Déc - 20:14

Enjeux: Résurrection du M23 et de Roger Lumbala toutes les vérités sur l'accord de la honte signé par Kabila




Le déshonneur et la politique de la joue tendue

Le déshonneur pour le Congo est évidemment consommé. Aucun gouvernement au monde n'accepterait de se soumettre comme le régime de Joseph Kabila vient de le faire à Nairobi. Et si un gouvernement est capable de se déshonorer à ce point, devant son peuple et devant la face du monde, il se met en situation de ne plus être pris au sérieux par personne, surtout pas les instigateurs des guerres à répétition qui dévastent le Congo depuis deux décennies.

Ainsi les combattants rwandais du M23 et leurs parrains (Museveni et Kagamé) auront fini par plier le Congo et obtenir pratiquement tout ce qu'ils exigeaient les armes à la main. Car, faut-il le souligner, ces engagement de Nairobi reprennent le contenu des cauchemardesques accords du 23 mars 2009 dont se prévalait le M23, lesquels accords faisaient échos aux accords de Lemera du 23 octobre 1996, responsables des guerres à répétition contre le Congo et de la mort de plus de six millions de Congolais.

Les Congolais qui avaient cru, naïvement, que le M23 était fini vont devoir réapprendre à subir la présence de ces sinistres personnages. Car le régime de Joseph Kabila a pris l'engagement de reconnaître le M23 en tant que « parti politique légitime » (engagement n° 4).

Les accords de Nairobi vont plus loin en renouant avec la vieille tradition de l'impunité (engagement n° 1). En effet, une loi d'amnistie va être adoptée pour priver les victimes du M23 de la possibilité de porter plainte et d'obtenir réparation pour les dommages qu'elles ont subis.

Par ailleurs, le Congo n'a même pas la certitude que les auteurs de crimes graves seront extradés, sachant que le Rwanda et l'Ouganda qui les protègent ont déjà fait savoir qu'ils ne les extraderont jamais.

Ainsi un gouvernement, dont la population endeuillée n'a même pas fini de sécher ses larmes, aura manqué d'exiger au titre de préalable à toute discussion, des impératifs comme l'arrestation, l'inculpation et l'extradition des auteurs de crimes de guerre et crimes contre l'humanité. On croit rêver.

Il faudra par ailleurs que les Congolais acceptent l'arrivée massive de leurs agresseurs, par la grande porte, dans les mêmes villes qu'ils ont bombardées (Goma) pour cohabiter avec les mêmes populations qu'ils ont martyrisées. Nombreux vont être réintégrés dans la même armée qu'ils ont plusieurs fois combattue en tant que mutins, « rebelles », soldats rwandais, ougandais ou burundais. D'autres vont réintégrer les administrations où ils se sont illustrés de la pire de manière. Ceux qui sont en prison vont être libérés (engagement n° 3) et relâchés dans la nature, le processus DDR[1] au Congo n'étant pas réputé pour son efficacité.

Oublier, c'est mourir

Il faudra que les Congolais oublient qu'il s'agit bien des mêmes individus, animés des mêmes intentions, et dont la loyauté reste braquée sur Kigali et Kampala, et non Kinshasa, et qu'au premier mot d'ordre de Kigali et Kampala, ils reprendraient les armes comme d'habitude.

Winston Churchill dit, à ce propos, qu'« un peuple qui oublie son passé, se condamne à le revivre. » A Nairobi, les autorités de Kinshasa ont pu être frappées d'amnésie, mais les démons de Lemera étaient bel et bien sur place, et c'est désormais un nouveau cycle angoissant qui s'ouvre pour le Congo. La date du 12 décembre, aux allures d'un compte à rebours (12 : 12), va désormais devenir une obsession pour les Congolais. Le scenario semble même assez clairement tracé.

En effet, dans un accord comme celui-ci, deux données importent vraiment : le rapport des forces et les garants de son application. Sur le rapport des forces, cela crève les yeux. Le Congo s'est totalement rabaissé à tel point que sa victoire militaire apparait désormais comme ayant été pour l'essentiel une sorte de « match arrangé ». Le M23 étant la création du Rwanda et de l'Ouganda, selon plusieurs rapports des experts de l'ONU, les ONG et les chercheurs, c'est tout un gouvernement qui se sera rabaissé au niveau de marionnettes des Etats voisins. Il en faudra du chemin pour que Kinshasa atteigne le niveau de respectabilité des pouvoirs de Kampala et Kigali pour envisager des discussions d'Etat à Etat.

Quant aux garants des accords de Nairobi, les Congolais n'ont pas à se bercer d'illusion sur leurs intentions. Elles sont nocives. L'Américain Russ Feingold a déjà exprimé le fond de sa pensée. Il ne considère pas le Congo comme étant une « nation souveraine[2] » et a dernièrement évoqué la question taboue du tracé des frontières[3]. Il reprenait ainsi les deux discours de Pasteur Bizimungu, l'ancien Président rwandais, qui, en 1996, parlait de Berlin II, c'est-à-dire la révision des frontières actuelles du Rwanda pour en étendre le territoire sur le Kivu.

L'Ouganda de Yoweri Museveni n'est guère plus rassurant puisqu'il nourrit les mêmes prétentions territoriales et n'a pas hésité à s'emparer du territoire congolais de Mahagi, en octobre dernier, au moment où l'armée rwandaise, sous couvert du M23, bombardait la ville de Goma et massaient les troupes de l'autre côté de la frontière à Gisenyi. Ces deux pays vont donc s'associer à la mise en œuvre des accords de Nairobi, notamment au sujet du retour des réfugiés (engagement n° 6).

Ce sont donc là les garants des accords de Nairobi qui, naturellement, pourront, un jour ou un autre, décider arbitrairement que le Congo exécute ou n'exécute pas ses engagements.

Dilapider la liberté de son peuple est un suicide


En gros, ces accords consacrent un acte de renonciation à la liberté. Les Congolais avaient acquis une certaine liberté après la reprise du contrôle du territoire national par l'armée. Avec les « accords de Nairobi », cette liberté n'est plus aussi certaine. Le gouvernement espère garantir la sécurité du peuple congolais en sacrifiant la liberté de sa population obligée de subir, à nouveau, la présence du M23.

Ce qui donne à méditer cette pensée de Benjamin Franklin : « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni la liberté ni la sécurité, et finit par perdre les deux. »

Les Congolais n'avaient pas à signer les accords de Nairobi, mais ils l'ont fait. Comme avant eux, d'autres Congolais signèrent les accords de Lemera. L'histoire fut impitoyable pour de millions de Congolais qui avaient cru, naïvement, qu'il ne s'agissait que d'un papier banal, emportés qu'ils étaient dans l'euphorie d'une chute certaine de Mobutu. Tout comme ils le sont aujourd'hui dans l'euphorie de la « victoire » des FARDC, sûrement trop magnifiée.

L'histoire, après les accords de Lemera, ne fut pas seulement impitoyable pour la population congolaise (massacres, viols, pillages, exodes, exil,...). Elle le sera aussi pour les « politiciens » qui avaient personnellement apposé leurs signatures sur le document.

En l'espace de quatre ans, tous avaient péri de mort violente[4] ou avaient disparu de la circulation[5].

Boniface MUSAVULI

_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : trois textes signés entre la République Démocratique du Congo et le M23, au Kenya

Message  Mathilde le Lun 16 Déc - 20:23

RDC: les Opposants en Colère - Kabila a signé la BALKANISATION de la RDC à Nairobii


_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : trois textes signés entre la République Démocratique du Congo et le M23, au Kenya

Message  Mathilde le Mar 17 Déc - 18:42

ROGER LUMBALA PARLE DE TSHISEKEDI, DE KABILA, DU M23 ET DE L'ACCORD DE KAMPALA.


_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : trois textes signés entre la République Démocratique du Congo et le M23, au Kenya

Message  Muana Milano le Mer 18 Déc - 8:21

Pendant ce temps,les massacres continuent avec d'autres groupes armées,sous une autre dénomination.

Muana Milano
Modérateurs

Messages : 1321
Date d'inscription : 19/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : trois textes signés entre la République Démocratique du Congo et le M23, au Kenya

Message  Mathilde le Mer 18 Déc - 9:23

Est de la RDC: «Il n'y a pas de solution uniquement militaire»



Par Alexandra Cagnard
Vingt et un corps retrouvés mutilés dans l’est de la République démocratique du Congo, des hommes, des femmes, des enfants. Une attaque d’une extrême brutalité, qui intervient à peine la rébellion du M23 terminée. Mehdi Belaid, doctorant en sciences politiques à l’université Paris I, auteur de Mouvements de libération du Congo, de la guérilla aux partis politiques, paru chez L'Harmattan en 2008.

RFI : La société civile accuse les rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF-Nalu), un mouvement rebelle différent du M23. Tout d’abord, qui sont ces hommes et que veulent-ils ?

Mehdi Belaid : C’est un mouvement d’opposition ougandais qui s’est développé dans les années 80 et qui a trouvé refuge au Congo. Il a connu une sorte de regain d’activité depuis le printemps 2012, lorsque des attaques ont été lancées contre ce mouvement de la part des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC), épaulées par la mission des Nations unies (Monusco).

→ À (RE)LIRE : RDC: dans la région de Beni, les ADF-Nalu sèment la terreur


Donc c’est un mouvement qui s’est radicalisé ces derniers temps et qui s’est teinté d’une coloration islamiste, mais qui ne peut pas être comparé à des mouvements somaliens type Shebab. Ces ADF-Nalu ont tout de même des actions régulières depuis quand même déjà un certain nombre d’années.

ADF-Nalu, M-23 : concrètement, aujourd’hui quel est l’état de la scène rebelle en RDC ?


Elle en pleine recomposition. Il faut savoir que c’est une scène qui est assez éclatée. On peut difficilement trouver des points communs entre ces mouvements.

L'action du M23 se nourrissait d’antagonismes locaux propres au Congo, contrairement à ce qui a souvent été annoncé, à savoir que conflit au Congo serait uniquement le fruit de l’importation du conflit rwandais, tandis que l’action de l’ADF-Nalu répond à une autre logique.

Et le soutien que l’Ouganda pouvait quand même apporter à certains mouvements, comme le M23, a pu permettre une réactivation des actions des ADF-Nalu. Celle-ci n’est arrivée qu’en réaction à une action préalable des forces armées de la RDC.

→ À (RE)LIRE : RDC: le M23 met un terme à sa rébellion dans l'est du pays


Les casques bleus ne parviennent pas à endiguer la violence qui ravage le Nord-Kivu.

Un combattant du M23, le 1er décembre à Goma, en RDC. Les Etats-Unis demandent au Rwanda de cesser son soutien au mouvement rebelle.

ADF-Nalu, M23, etc. : vous nous parliez de ces mouvements rebelles et des nouvelles attaques, bien évidemment. Le Kivu est-il condamné à l’instabilité permanente ?

Non, il ne l’est pas. Il existe une quarantaine de mouvements actifs à l’est du Congo, dont beaucoup ont des revendications. Sont-elles légitimes ? Il s’agit d’une autre question. Mais nombre de ces mouvements armés en fait sont le fruit de désertion d’individus qui avaient déjà été intégrés dans les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC), et la plupart d’entre eux souhaitent une réintégration.

Par conséquent, je pense qu’on ne peut pas appliquer les mêmes solutions. Je pense que se consacrer uniquement à une solution militaire est pour le peu illusoire.

L'est du Congo, est très éloigné du pouvoir central, difficile d’accès. Peut-on parler d’abandon de la région ?


On ne peut pas parler d’abandon, car l’Etat congolais demeure présent et l'a toujours été, contrairement là encore à ce qui a souvent été avancé. On a parlé d’effondrement de l’Etat, d’absence de l’Etat. Non, l’Etat congolais est omniprésent à l’est du Congo, mais il brille parfois par son inefficacité.

À partir de là, à la suite de la victoire des FARDC contre le M23, ces derniers voulaient poursuivre un petit peu sur leur lancée, et déclarer la guerre à tous les mouvements qui restent. Mais je pense que des négociations sont inévitables, notamment avec les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) et les ADF-Nalu.

Et pourtant, les exactions continuent, avec des niveaux d’atrocité très élevés. On est quand même en droit de se poser la question, de savoir si l’armée congolaise et la Monusco ont vraiment les moyens de mettre fin à toutes ces exactions.

C’est assez délicat, notamment en vertu de la configuration géographique de la région. C’est une région qui est assez enclavée, avec de nombreux espaces de montagnes et de maquis. Donc déjà c’est difficile de déloger les membres des groupes armés et il est parfois assez difficile de les identifier.

Lorsque l’on parle par exemple des ADF-Nalu ou des FDLR – ces mouvements sont présents depuis dix, quinze ans, presque vingt ans dans cette région et ont pu vraiment s’acclimater, se fondre dans la population, donc il est parfois assez difficile de distinguer les simples civils des combattants.

Le Nord-Kivu, une région qui vit aussi au rythme des rébellions des pays voisins, est également condamné à vivre avec cet héritage ?


Effectivement si on veut entrevoir une porte de sortie, il faudrait bien entendu inclure les pays de la région, en premier lieu le Rwanda et l’Ouganda, afin de les amener à dialoguer avec les mouvements armés qui leur sont utiles et qui sont présents en RDC.

→ A (RE)LIRE : RDC: l’ONU confiante dans sa capacité à mettre fin aux agissements des FDLR


Je pense sincèrement qu’il n’y a pas de solution militaire, par exemple, au problème des FDLR. Malheureusement,ce n’est pas trop dans l’air du temps, car on a entendu récemment l’envoyé spécial du président américain appuyer un petit peu la logique qui est celle des autorités rwandaise et congolaise pour le moment, c'est-à-dire qu’il faut venir à bout militairement des FDLR. Ça me semble assez délicat à mettre en œuvre.

Au vu de ce conflit, la récente tournée de Joseph Kabila se vantant d’avoir ramené la sécurité, c’est un leurre ?


Il veut tabler en fait sur le succès de la dernière opération contre le M23, qui n’a pu avoir de succès sans le soutien de la Monusco. On ne peut pas lui reprocher cela.

→ À (RE)LIRE : RDC: le président Kabila en tournée dans l'Est après la défaite du M23


Mais il s’agit quand même de dépasser uniquement les effets d’annonce et ce n’est pas en quelques semaines ou en quelques mois que l’armée congolaise pourra sortir un petit peu des difficultés qui sont les siennes. Il y a un manque d’organisation, un manque flagrant de coordination.

Il est par conséquent assez délicat, vraiment, de compter uniquement sur une solution militaire pour venir à bout de ce problème. Il faut un réel dialogue entre les forces politico-communautaires de la région et les Etats concernés.


http://www.rfi.fr/afrique/20131217-mehdi-belaid-on-peut-pas-compter-uniquement-une-solution-militaire-est-congo

_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : trois textes signés entre la République Démocratique du Congo et le M23, au Kenya

Message  Mongo Elombe le Mer 18 Déc - 13:58

Des vainqueurs qui signent des accords ici eux se font respecter.

La diplomate indienne, au coeur d'une mini-crise diplomatique entre l'Inde et les États-Unis après son arrestation jeudi à New York, a raconté s'être effondrée en larmes après avoir été menottée à plusieurs reprises et fouillée au corps.

L'arrestation de la consule générale adjointe à New York, Devyani Khobragade, alors qu'elle déposait ses enfants à l'école a déclenché la colère du gouvernement indien qui a pris des mesures de rétorsion contre les diplomates américains en Inde.

La diplomate indienne a raconté, dans un email à ses collègues dévoilé mercredi par la presse indienne, qu'elle avait invoqué en vain devant les policiers américains son immunité diplomatique pour faire cesser les fouilles au corps qu'elle subissait.

"Je dois reconnaître que j'ai fondu en larmes plusieurs fois en raison des humiliations qui m'étaient imposées comme d'être menottée de façon répétée, d'être déshabillée et fouillée au niveau des cavités corporelles et de subir des prélèvements, le tout en compagnie de criminels et de toxicomanes et en dépit du rappel de mon immunité", a-t-elle écrit.

"J'ai eu la force de retrouver mon sang froid et je suis restée digne en pensant que je devais représenter tous mes collègues et mon pays avec confiance et fierté", ajoute-t-elle.

Elle a aussi prié le gouvernement indien d'assurer sa sécurité et celle de ses enfants et de préserver la dignité des services diplomatiques indiens, "incontestablement mis à l'épreuve".

La diplomate a été arrêtée et détenue pendant plusieurs heures jeudi car elle est soupçonnée d'avoir sous-payé son employée de maison, qui est également indienne, et d'avoir menti dans la demande de visa de cette employée.

S'efforçant d'apaiser les tensions, le département d'Etat a assuré mardi qu'il se penchait sur les conditions de l'interpellation et de la détention de Devyani Khobragade.

L'Inde a pris plusieurs mesures de rétorsion comme le retrait de cartes d'identité pour les diplomates américains en Inde, leur permettant de circuler plus facilement, et la levée des barrières de sécurité à proximité de l'ambassade américaine à New Delhi.

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : trois textes signés entre la République Démocratique du Congo et le M23, au Kenya

Message  Mongo Elombe le Mer 18 Déc - 14:03

Bazuiiiii

http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20131217-scandale-diplomate-arretee-reponse-inde-etats-unis

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : trois textes signés entre la République Démocratique du Congo et le M23, au Kenya

Message  Mathilde le Jeu 19 Déc - 1:08

KENYA M12: KAMERHE CRIE AU SCANDALE . Pour l'UNC et alliés: Kinshasa a déshonoré et humilié le peuple congolais



Le débat continue de faire rage autour des déclarations signées à Nairobi par le gouvernement congolais représenté par son ministre des Affaires Etrangères, Raymond Tshibanda, et les rebelles du M23, conduites par leur porte-parole, Bertrand Bisimwa.


Après les Forces Acquis au Changement de Martin Fayulu, la Coalition pour le Vrai Dialogue (CVD), une synergie des Forces socio- politiques avec l'Union pour la Nation Congolaise(UNC) de Vital Kamerhe en tête, vient de sortir du bois.
Au cours d'un point de presse animé hier lundi 16 décembre au siège de l'UNC sur l'avenue de l'Enseignement, le coordonateur de la Coalition pour le Vrai Dialogue et secrétaire Général de l'UNC, Jean Bertrand Ewanga a fustigé ce deal entre Kinshasa et les rebelles du M23 dans la capitale kenyane qu'il considère comme la prémonition de la balkanisation de la République Démocratique du Congo planifiée par les officines occultes.
Le Secrétaire Général de l'UNC a accusé le gouvernement de haute trahison pour avoir signé cet accord qu'U dissimule par la simple déclaration.
Pour ce proche de Kamerhe, le vrai dialogue national devient incontournable pour sauver la patrie de nouveau en danger.
Ewanga a saisi également l'occasion pour annoncer une caravane de paix dans les tout prochains jours qui sera conduite par son autorité morale Vital Kamerhe accompagnés des membres de la CVD dans les territoires de l'Est pour réaffirmer l'intangibilité et l'intégrité territoriale de la RDC qui ne sont pas négociables.
Eric Wemba

Mesdames et Messieurs de la presse,


La Coalition pour le Vrai Dialogue, (CVD) en sigle, s'est réunie ce mardi 17 décembre à son siège pour analyser la situation générale du pays. Elle s'est penchée plus particulièrement sur la signature le 12 courant à Nairobi, des déclarations entre d'une part le gouvernement congolais représenté par son ministre des Affaires étrangères en la personne de monsieur Raymond TSHIBANDA et de l'autre les rebelles du M23 représentés par leur porte- parole Bertrand BISHIMWA.
La CVD tient à dire aux Congolaises et Congolais que le devoir sacré de mémoire pour un peuple l'oblige à rappeler qu'il y a à peine quelques semaine, le gouvernement congolais, par la voie de son ministre de l'information et porte-parole, en l'occurrence Monsieur Lambert Mende, avait, après la victoire militaire des FARDC sur les éléments du M23, annoncé à l'opinion nationale et claironné sur tous les toits du monde que le gouvernement ne signera jamais d'accord avec le M23 qui est une force négative, un groupe criminel et terroriste.
Au moment où la population congolaise endeuillée n'a pas encore fini de pleurer ses morts et de sécher ses larmes, au moment où les blessés de guerre n'ont pas encore fini de panser leurs plaies et, surtout au moment où les femmes congolaises victimes de viols massifs n'ont pas encore vu leurs bourreaux subir la force de la Loi, la CVD exprime sa profonde indignation en même temps que le peuple congolais tout entier de voir que le même gouvernement congolais représenté par son Ministre des affaires étrangères, s'est précipité le 12 décembre 2013, à Nairobi, à signer avec le M23 des déclarations mettant fin aux hostilités à l'Est de la République Démocratique du Congo.
La CVD tient à alerter l'opinion nationale sur la nature de ce énième engagement. En effet, subtilement présenté sous forme des déclarations signées séparément, ces engagements pris par la RDC ne sont en définitive que des accords qui se classent sous le régime des traités et accords internationaux prévu aux articles 213 à 217 (Titre VI) de la Constitution de la RD Congo.
A ce propos, l'article 215 de notre Constitution stipule : « Les traités et accords internationaux régulièrement conclus ont, dès leur publication, une autorité supérieure à celle des lois, sous réserve pour chaque traité ou accord, de son application par l'autre partie.

Mesdames et Messieurs de la Presse,


La CVD dénonce ces accords qui reprennent la quasi-totalité des revendications du M23 contenues dans l'accord du 23 mars 2009, lesquels accords sont à la base des guerres à répétition contre le Congo et de la mort de plus de plusieurs millions de Congolais.
Avec la signature de ces engagements, le Gouvernement congolais a, pour des raisons inavouées, permis au M23 et ses parrains rwandais et ougandais de revenir en force.
C'est dire que ce que le M23 et ceux qui le soutiennent recherchaient armes à la main par la guerre, ils l'ont obtenu et vont le récupérer progressivement et malicieusement par la grâce de ces, engagements pris par la RDC à Nairobi.
La CVD condamne donc la signature de ces engagements de la honte pris par le gouvernement le 13 décembre à Nairobi dans l'unique objectif de flouer la population congolaise. Elle refuse de cautionner toute démarche tendant à hypothéquer sous une forme ou une autre l'intangibilité des frontières héritées de la colonisation, la paix et la sécurité des congolais ainsi que le destin national de tout un peuple.

Aucun pays au monde n'accepterait de se soumettre comme le gouvernement congolais vient de le' faire à Nairobi, en signant des accords mal dissimulés sous l'étiquette de simples déclarations avec un gouvernement qualifié de force négative. Par cet acte, le gouvernement congolais a déshonoré et humilié le peuple congolais devant la face du monde. Par conséquent, il s'est mis en situation de ne plus ni mériter la confiance du peuple ni être pris au sérieux par personne, même pas par les instigateurs des guerres à répétition qui dévastent l& Congo depuis des décennies.
Fallait-il continuer à négocier avec une organisation criminelle en débandade ? Quel avantage le gouvernement congolais tire-t-il en allant jusqu'à signer ces accords avec le M23 vaincu militairement?
Cette attitude du gouvernement prouve à suffisance que la victoire annoncée des FARDC sur les éléments du M23 n'était qu'un leurre, de la poudre aux yeux des congolais. Elle a tout l'air d'un match joué d'avance et gagné à la complicité de l'arbitre dont les desseins sont insondables.

Mesdames et Messieurs de la Presse,


Car, à ce jour et grâce à la signature de ces engagements par le gouvernement congolais, e M23 et ses mentors Rwando-Ougandais sont les plus grands gagnants qui en sortent avec des victoires suivantes
1. L'amnistie en faveur de tous éléments du M23 prévue par ces engagements vient consacrer une fois de plus la culture de l'impunité.
Elle est prévue sans aucune évocation pour les populations congolaises victimes des affres de la guerre, d'une quelconque possibilité de porter plainte et d'obtenir réparation pour les dommages qu'elles ont subis de la part du M23,
2. Le gouvernement congolais a pris l'engagement de reconnaître le M23 en tant que «parti politique légitime ». Politiquement, ce groupe qualifié de force négative, va devenir un parti politique sans doute e la majorité présidentielle pour augmenter le nombre de ses membres en plus du RCD et du CNDP de NKUNDA BATUARE. Le peuple congolais n'est pas dupe !
Tous ces malheurs proviennent de l'AFDL qualifié en son temps par Mzee Laurent Kabila d'un conglomérat des aventuriers.
3. Les membres du M23 auront donc à occuper des postes ministériels au sein du gouvernement dit de cohésion nationale, dans les entreprises publiques et les services de sécurité. C'est la prime à la guerre que le gouvernement congolais s'est évertué à accorder à tous ceux qui prennent les armes pour massacrer notre peuple.

4. Le Rwanda et l'Ouganda, principaux soutiens du M23, ne sont pas obligés de livrer les criminels de guerres qui ont trouvé refuge dans ces deux pays. En signant ces engagements, la RDC n'a même pas la certitude que les auteurs de viols et crimes graves de guerre qui sont protégés par le Rwanda et l'Ouganda seront extradés, sachant très bien que le Rwanda et l'Ouganda qui les protègent ont déjà fait savoir qu'ils ne les extraderont jamais.
Ce faisant, le gouvernement congolais a manqué d'exiger au titre de préalable à toute discussion, comme l'arrestation, l'inculpation et l'extradition des auteurs de crimes de guerre et primes contre l'humanité.
5. Le transfèrement sans sélection de 1500 éléments du M23 cantonnés en Ouganda dont la prise en charge est assurée tous ces jours par le gouvernement congolais,'
6. Le gouvernement congolais s'est engagé à payer toute la facture des biens détruits et spoliés par les éléments du M23 pendant et dans les zones d'hostilité.
Grâce à ces engagements, Le M23 sera impliqué dans l'organisation du retour des réfugiés en lieu et place du HCR, de la MONUSCO, du Ministre de l'intérieur et du Gouvernorat.

Les populations congolaises qui ont subi les atrocités de la guerre sont obligées par cet accord d'accepter l'arrivée massive et l'entrée par la grande porte de leurs agresseurs, Ils sont obligés de cohabiter avec les mêmes personnes qui les ont martyrisées.
Le danger d'infiltration des étrangers rwandais est imminent avec en sous la carte de la balkanisation tel que joue l'Envoyé Spécial des Nations Unies pour la Région des Grands Lacs, Monsieur Russel Feingold.
La CVD tient à informer la population congolaise que cette panoplie d'avantages obtenus par le M23 grâce aux accords de Nairobi présente.de nombreuses conséquences négative pour la RDC.
En effet, l'implication du M23 dans l'opération du retour des réfugiés au Congo entraine l'infiltration des sujets rwandais et ougandais avec comme conséquence faire la surpopulation dans les zones convoitées par le Rwanda, l'Ouganda.
Il en résultera sûrement des étincelles et des problèmes de cohabitation avec les populations congolaises autochtones qui vont générer des conflits qui amèneront les forces obscures à réclamer l'auto-détermination de ces territoires et, en définitive, la balkanisation de la RDC.

Mesdames et Messieurs de la presse,

Fort de ces informations et de notre analyse, la CVD considère que la victoire militaire des FARDC sur le M23 devient à cause des signatures de Nairobi un cadeau empoisonné, Par cette démarche, le gouvernement congolais a trompé et humilié notre peuple pour faire la part belle au M23 et à ses soutiens, rwandais et ougandais. Le pays est en péril, C'est un acte de la haute trahison !
Profondément attachée à l'intégrité territoriale de la RDC qui n'est pas négociable, à la paix, à la sécurité et aux valeurs démocratiques, La CVD dénonce la faiblesse du gouvernement et l'absence criante d'un leadership clairvoyant, capable de présider aux destinées du Congo et du peuple congolais.
De ce qui précède, la CVD estime que, pour relever le défi de l sauvegarde de l'intégrité territoriale du pays de la sécurité des populations, de la paix et du développement en RDC et gérer avec efficience les questions des groupes armés, du processus électoral, du retour des réfugiés, de la réforme de l'armée, de la réforme de la police, de la justice, de la lutte contre la corruption et du respect des droits humains.
Etant donné qu'au point 08 de l'Accord, les parties ont pris l'engagement pour la réconciliation nationale, cela prouve à suffisance qu'ils ont rejoint la CVD qui ne cesse de réclamer un Vrai dialogue national, gage d'une véritable cohésion nationale.
Il ya donc impérieuse nécessité d'un vrai dialogue, autour d'une table, l'accompagne ment de la communauté internationale conformément à l'Accord d'Addis-Abeba et à la Résolution 2098 du Conseil de Sécurité des Nations Unies.

Pour ce faire, la CVD lance un appel aux Chefs d'Etat de la Région pour qu'ils travaillent, dans le respect de l'intangibilité de nos frontières respectives, pour le développement économique en vue du bien- être de nos populations.
La CVD saisit cette occasion pour annoncer aux populations du Nord et du SUD-KIVU ainsi que pelles de la Province Orientale, que la caravane de la paix prévue par son Autorité morale, l'honorable Vital KAMHERE aura bien lieu dans les tout prochains jours.
Le Président Vital KAMERHE qui conduira cette caravane dans toutes ces provinces et sera accompagné des leaders de la CVD ainsi que ceux de la plate-forme «Sauvons la RDC ».

Fait à Kinshasa, le 17 décembre 2013

POUR LA CVD
LE COORDONNATEUR


http://congosynthese.com/actu.aspx?Id=3101#IKT7QTeAxd7IQjPB.99

_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : trois textes signés entre la République Démocratique du Congo et le M23, au Kenya

Message  kunta le Jeu 19 Déc - 17:33

C est une autre façon de nous distraire en faisant des bêtises que nous allons nous mettre a commenter.
La meilleure façon de combattre et de faire les oreilles et de bien faire travailler le cerveau et trouver la solution pour faire partir l´imposteur et sa bande.

kunta
Modérateurs

Messages : 338
Date d'inscription : 18/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : trois textes signés entre la République Démocratique du Congo et le M23, au Kenya

Message  Mongo Elombe le Ven 20 Déc - 11:03

http://www.vraipatriote.com/vraipatriote/m23-reaction-du-dr-fweley-diangitukwa-aux-trois-documents-signes-a-nairobi

Indignons nous.

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : trois textes signés entre la République Démocratique du Congo et le M23, au Kenya

Message  Mongo Elombe le Sam 21 Déc - 17:31

KAGAME" n'en veut pas basuki wapi? Mawa.

http://talentscachestv.com/rapatriement-des-rwandais.html#.UrXAnGS9Kc2

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: RDC : trois textes signés entre la République Démocratique du Congo et le M23, au Kenya

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 8:41


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum