LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Page 6 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Mar 19 Nov - 20:04

Bazalaka wapi? Ils défilent maintenant et se vantent de tout et n'importe quoi jusqu'à nzambe alakisa ki bango que aza mokonzi l'avion a failli les tuer tout ses opportunistes...

http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=8458

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Sankara le Mer 20 Nov - 15:58

Il ne faut pas se réjouir des malheurs des autres ?

Sankara
Modérateurs

Messages : 321
Date d'inscription : 31/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  mapata le Mer 20 Nov - 16:09

Le malheur de ceux qui contribuent au débâcle du Congo ne peut que réjouir ceux qui souffrent de ce système égoïste.

mapata
Modérateurs

Messages : 660
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Jeu 13 Fév - 16:44

Nos déshonorables quand il s'agit de leurs intérêts savent comment se faire entendre mais pour le peuple, ils n'ent ont rien à foutre.

http://radiookapi.net/economie/2014/02/13/kasai-occidental-les-deputes-provinciaux-refusent-de-payer-limpot-sur-la-remuneration/

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  mapata le Ven 14 Fév - 17:42

Que des aventuriers, des opportunistes des gens qui font la politique pour les intérêts de leurs propres ventres et qui vont jusqu´a refusé de payer les taxes alors qu´ils sont la branche de la société qui gagnent le plus et que feront ceux qui gagnent moins de 50 dollars par mois.

mapata
Modérateurs

Messages : 660
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Dim 16 Fév - 19:41

MENDE est fatiguant content de l'envoi de milles militaires en RCA pendant que ça continue de tuer chez nous.

Il raconte tout et n'importe quoi usant.

Tout le monde ment complote contre la RDC sauf lui qui dit la vérité.
http://www.digitalcongo.net/article/98075

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Jules andré le Dim 16 Fév - 21:06

La vérité va lui rattrapé d ici peu il est dans sa boule, il s y sent très bien le contredire vaut rien parce que c est un menteur professionnel il trouvera toujours un mensonge pour s en sortir le pouvoir aidant.
Comme la vérité vient par les escaliers et que le mensonge prend l ascenseur il a encore un peu de temps pour faire son cinéma.

Jules andré
Modérateurs

Messages : 401
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Mar 18 Fév - 8:51

On est toujours dernier en tout un ambassadeur qui fuit et laisse le peuple qu'il est censé représenter eza mawa et ça comme PALUKU au Kivu quand ça barde il se sauve et revient fanfaronner après des lâches.

http://afrique.kongotimes.info/afrique/afrique_centrale/centrafrique/7274-centrafrique-ambassade-rdc-fermee-porte-congolais-fuyant-combats-republique-centrafricaine-onze-tues-pendant-tragiques-evenements-hier-vers-heures-4eme-arrondissement-bangui.html

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Mar 18 Fév - 9:39

Ils sont intouchables et se permettent tout avec les enfants des autres avec leurs dollars.

La justice n'est pas la même que pour DIOMI.


http://afrique.kongotimes.info/femmes/7269-viols-mineur-specialite-mp-joseph-kabila-rdc-depute-willy-bakonga-accuse-viol-mineur.html

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Muana Milano le Mar 18 Fév - 13:03

Mongo Elombe a écrit:On est toujours dernier en tout un ambassadeur qui fuit et laisse le peuple qu'il est censé représenter eza mawa et ça comme PALUKU au Kivu quand ça barde il se sauve et revient fanfaronner après des lâches.

http://afrique.kongotimes.info/afrique/afrique_centrale/centrafrique/7274-centrafrique-ambassade-rdc-fermee-porte-congolais-fuyant-combats-republique-centrafricaine-onze-tues-pendant-tragiques-evenements-hier-vers-heures-4eme-arrondissement-bangui.html

Ce que je ne comprends pas,alors que beaucoup des Centrafricains ont traversé la frontière à Zongo,pour se réfugier en RDC,pourquoi alors nos compatriotes n'avaient pas fait pareil Exclamation 

Muana Milano
Modérateurs

Messages : 1321
Date d'inscription : 19/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Mer 19 Fév - 15:24

Vraiment.....Mathy yango wana ndeko na yo akoma tchaku national, il défends même l'indéfendable avec zèle... Mawa.

Gouvernement : Quand Mende "tarife" ses conférences et points de presse



Lambert Mende Omalanga, ministre congolais des Médias et porte-parole du gouvernement
Quarante-cinq mille dollars américains, c’est le montant que perçoit le ministre congolais des Médias et porte-parole du gouvernement, Lambert Mende Omalanga. Cette somme lui est remise par le Premier ministre Augustin Matata Ponyo à la veille de chaque conférence ou point de presse. Et pourtant, les réunions du conseil des ministres sont rarissimes au Congo démocratique.

Sur instruction, semble-t-il, de "la haute hiérarchie" (entendez : "Joseph Kabila), le Premier ministre Augustin Matata Ponyo est tenu de remettre au ministre des Médias et porte-parole du gouvernement, Lambert Mende Omalanga, un montant de 45.000$ US à l’occasion de chaque conférence ou point de presse. "Relevant du fond secret, commente un haut fonctionnaire, cet argent est géré de manière discrétionnaire par le porte-parole du gouvernement".

En plus donc de son traitement perçu en tant que membre du gouvernement, le ministre Mende, telle une star du showbiz, exige un "cachet" à chacune de ses prestations devant la presse congolaise. Que fait-il avec cette cagnotte? Selon des confrères kinois, une infime partie de cette somme sert à "défrayer" les journalistes présents. C’est le fameux "coupage". Le tarif serait respectivement de 200 et 500 $US selon qu’on représente un "petit" ou un "grand" organe de presse. Les bénéficiaires de cette "obole" prennent l’engagement non écrit de rapporter les déclarations de ce ministre sans y ajouter le moindre commentaire. Les Kinois appellent ça une "neutralité positive". C’est tout simplement inimaginable que le ministre de l’Information se mette à soudoyer les journalistes.

Porte-parole d’un gouvernement qui ne se réunit que très rarement, le ministre Mende ne se croit guère tenu d’attendre les délibérations du conseil des ministres pour exercer le ministère de la parole. Il intervient sur tout et sur rien. Le drame? Il a tendance à emmêler les pinceaux en disant une chose et son contraire. Aussi, a-t-il perdu toute crédibilité aux yeux de l’opinion congolaise. Cette dernière lui a accolé le surnom peu avantageux de "Vuvuzéla", cette petite trompette rendue célèbre par les Sud Africains lors de la Coupe du monde de 2010.

Depuis le 1er janvier 2014 à ce jour, l’exécutif national congolais a tenu une seule réunion du conseil des ministres sous la présidence du Premier ministre. Mende, lui, a animé plusieurs conférences et points de presse sur quelques sujets brûlants : les attaques du 30 décembre 2013 à Kinshasa, Lubumbashi et Kindu imputés aux adeptes du "prophète" Joseph Mukungubila; l’assassinat du colonel Mamadou Ndala à Beni et les tracasseries politico-policières subies par Vital Kamerhe et la réaction de la délégation de l’Union européenne à Kinshasa. Le vendredi 14 février, Mende donnait, au cours d’une conférence de presse, le "bilan" des combats qui opposent, dans la partie orientale du pays, l’armée congolaise aux rebelles ougandais de l’ADF-Nalu.

Il faut refuser de voir pour ne pas constater que la loquacité de l’actuel porte-parole du gouvernement est motivée par les espèces sonnantes et trébuchantes perçues à la Primature. Il y a un réel problème de cohérence dans le chef de ce politicien qui a par ailleurs été un ancien opposant "pur et dur" au régime de Mobutu. Après avoir fustigé la dictature de la IIème République, "Lambert" sert aujourd’hui "avec la même conviction" la dictature kabiliste. Et pourtant, il avait combattu celle-ci en militant dans les rangs du mouvement pro-rwandais du RCD-Goma dans lequel il avait en charge le département de l’Information et presse avant de rejoindre Antipas Mbusa Nyamwisi dans le RCD-ML.

A travers le parcours de Lambert Mende Omalanga, une question mérite d’être posée : Qu’est ce qui fait courir l’homme politique congolais? Un confrère kinois de répondre : "Il n’y a que deux choses : l’argent et les postes. Il n’y a aucune place pour des convictions en des valeurs ou un projet pour changer la société congolaise...".

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Lun 24 Fév - 20:57

Au moins un qui applique la tolérance zéro malgré que lui même ne soit pas clean.


Actualités
24.02.14 L'Avenir - Tolérance zéro. Julien Paluku suspend 6 chefs de division pour détournement des fonds

L’épée de Damoclès vient de tomber sur six chefs de division en province du Nord-Kivu. Dans un rapport des services techniques adressé au Gouverneur de province, la mission d’enquête a constaté avec regret une megestion des frais alloués au fonctionnement des divisions, le détournement, l’incompétence, l’absentéisme au cours de l’exercice de leur fonction.

Dans un arrêté signé le vendredi 21 février 2014, le Gouverneur de province vient de suspendre par mesure d’ordre 6 cadres de l’Administration publique en province. Considérant le souci animant l’autorité provinciale de restaurer l’autorité de l’Etat par la réhabilitation de la sanction en province du Nord-Kivu, Julien Paluku concrétise son engagement qu’il s’est assigné au cours de cette année 2014 : « Tout le monde doit se remettre au travail, la réhabilitation de la sanction doit suivre, plus question des prétextes de la guerre », martèle- t- il.
Les six chefs de division bénéficiaires de la mesure disciplinaire sont reconnus aux noms qui suivent :
Janvier Mungera Mayenga, Directeur provincial de la CNPR, celui -ci s’est rendu coupable de la gestion calamiteuse des ressources de l’Etat et de la mise en circulation des documents non estampillés et portant des sceaux parallèles à son profit, voire d’une gestion sentimentale et tribale du personnel.
Plus pire, au cours de l’exercice 2010, le prénommé avait occasionné dans les mêmes circonstances un manque à gagner à l’Etat estimé à 217.257,48$. Le cadre précité est mis à la disposition de la justice pour que les faits infractionnels retenus à sa charge soient punis et que l’Etat soit rétabli dans ses droits.
Au cours de sa suspension, l’intérim sera assumé par Monsieur Kilosho Mwenemwenyi Aimé, chef de service à la division provinciale des Transports et voies de communication.
A la division provinciale de Petites et Moyens Entreprises et Artisanat, Monsieur Jean-Marie Witangila Kibasomba, chef de division est suspendu pour avoir mis en circulation désordonnée des certificats d’identification des organismes d’encadrement des PME et de permis d’ouverture d’activité économique préjudiciable à l’Etat et que ces collaborateurs Hangi Kitsaranga et Baseme Bitatindwa, respectivement chef de Bureau de l’inspection des contrôle et chef de Bureau d’Artisanat et du secteur PME se sont rendus coupables de détournement et des actes de vandalisme. Au cours de sa suspension, l’intérim sera assumé par Kimeme Manopi, chef de Bureau Entreprenariat et Formation.
A la division Provinciale du développement, Mateso Vughuma Pierre, chef de division favorise l’absentéisme ainsi qu’une léthargie au sein de son service et qu’il s’est rendu coupable d’une mauvaise gestion des frais de fonctionnement alloués aux bureaux au point de déstabiliser certains services dont le SENAHUP et le PEMERU.
Ainsi, pour la continuité du service de l’Etat, l’intérim sera assuré par Mubuto Musasa Alfred Chef de Bureau. Pour le chef de division provinciale de l’environnement qui vient d’être suspendu, celui-ci s’est rendu coupable d’une gestion calamiteuse des fonds de fonctionnement du personnel et des frais de rétrocession. L’intérim sera assumé par Monsieur Justin Chipopo, chef de bureau des services généraux.
Enfin, à la division de communication et medias, Eric Kalobera Kitsa s’est investi dans l’usage abusif et inconscient des biens de l’Etat ainsi que d’une gestion opaque des fonds mis à la disposition du service. Son intérim sera assumé pendant sa suspension par Madame Budari Kamanzi Odette.
Gare à ceux qui seront une fois pris dans le filet, le marteau du Gouverneur du Nord-Kivu reste suspendu sur la tête des agents et cadres qui tremperont et brilleront par les antivaleurs. L’appel est lancé en vue de reconstruire la province dans la dignité et l’amour du travail bien fait pour l’honneur de la nation Congolaise.
L’Avenir

< Retour

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Mar 25 Fév - 15:10

Nsoni esila bango comme si le CONGO n'avait pas les moyens mawa.


Justice : La Monusco offre le bâtiment du tribunal de jeunesse à Kalemie



Wivine Mumba Matipa, ministre congolais de la Justice
Grâce à un financement de l’Unicef (Agence de l’Onu pour l’enfance), Alessandra Triabattoni, chef de bureau de la Mission onusienne au Congo a remis, samedi 22 février, aux autorités judiciaires du district du Tanganyika, le bâtiment construit par la Monusco pour abriter le tribunal de la Jeunesse à Kalemie. Coût : 24.000 $ US (vingt-quatre mille dollars américains).

Comme à l’accoutumée en pareille occasion, le fonctionnaire onusien et le représentant des pouvoirs publics en l’occurrence le commissaire de district assistant du Tanganika chargé des questions économiques et financières, Adèle Kafwama, ont procédé à la coupure du ruban symbolique.

Selon une dépêche de l’ACP, dans leurs mots de circonstances, Adèle Kafwama et Alessandra Trabattoni ont recommandé la préservation de ce bâtiment et l’usage rationnel des équipements pour bureaux et matériels informatiques. Pour la petite histoire, ce bâtiment a été construit par des Casques bleus du contingent béninois. Durée : trois mois. On peut gager que les "frères du Bénin" n’ont pas manqué de s’étonner que le "Grand Congo" accepte des "aides" aussi dérisoires voire humiliantes pendant que les gouvernants en place roulent carrosse. En réalité, ce cas n’est pas le premier du genre. Des exemples pullulent.

En 2005, le Congo-Kinshasa est sous l’empire du régime de transition "1+4". Le ministre des Transports et communications d’alors, Heva Mwakasa, vient à Bruxelles. Objectif : signer un "accord de coopération" avec le ministre belge des Affaires étrangères Karel De Gucht en vue d’obtenir un financement destiné aux travaux de réhabilitation du Port de Kinshasa et de Matadi. Montant : un million d’euros. Dans la même circonstance de temps, les autorités de Kinshasa demandaient au ministère belge de la Coopération au développement de prendre en charge l’impression de billets de francs congolais à valeur faciale élevée pour une somme de... 1,4 million d’euros.

En décembre 2007, l’organisme public belge "Siamu" (Service d’incendie et d’aide médicale d’urgence), a offert trois ambulances, du matériel sanitaire et de radiocommunication aux villes de Kinshasa et de Goma. Il s’agissait d’un
«don». Combien ont pu coûter ces engins? Cent mille euros ? Deux cents mille? A l’époque, le traitement mensuel de "Joseph Kabila" était estimé à 500.000 $ US.

Depuis l’accession du Congo-Kinshasa à l’indépendance, les dirigeants politiques affichent le plus grand mépris à l’égard des secteurs ayant un impact direct sur le bien-être collectif : santé, éducation, agriculture, infrastructures etc. L’essentiel du budget de l’Etat est affecté aux dépenses à caractère politique et sécuritaire. Le social est "laissé" aux bons soins des organisations non gouvernementales subsidiées par des "partenaires extérieures". Les mauvaises habitudes ont la vie dure.

Comble d’incohérence, au lendemain du terrible tremblement de terre qui dévasta Haïti en janvier 2010, "Joseph Kabila", décida d’envoyer au peuple haïtien une aide d’urgence d’un import de 2,5 millions $US.

Revenons à Kalemie. Fallait-il franchement laisser l’Unicef débourser la modique somme de 24.000$ US pour permettre à la justice congolaise de disposer d’un "abri" pour juger la jeunesse ou les enfants? Où est passé la dignité de toute une nation? Ancien commissaire européen au développement, l’Italienne Emma Bonino aimait qualifier les dirigeants africains de "mendiants arrogants". A tort?

B.A.W
© Congoindépendant 2003-2014


Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Esther Ko le Mar 25 Fév - 17:20

Ça reflète la médiocrité des imposteurs dirigeants du Congo incapable de construire un bâtiment de justice a Kalemie et la Monusco se voit obliger de s´en occuper alors que nous sommes dans l´une de province le plus riche du Congo.

Esther Ko
Modérateurs

Messages : 283
Date d'inscription : 16/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  mapata le Mar 25 Fév - 17:42

La monusco ne fait que remettre une partie de l´argent qu´ils gagnent et volent par leurs trafics en RDC aux Congolais.

mapata
Modérateurs

Messages : 660
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Mar 25 Fév - 23:45

Congolais lamuka bakosilisa bino.

Kinshasa : L’ex-M23 Moïse Chokwe kidnappé...



Moïse Chokwe Chembo, ancien cadre politique du M23
Rentré au Congo "démocratique" au lendemain de la promulgation, le 11 février dernier, de la loi d’amnistie, l’ancien député national Moïse Chokwe Chembo - qui avait rejoint le M23 - a été kidnappé lundi 24 février dans la capitale congolaise par des sbires du pouvoir kabiliste. L’homme n’a plus donné signe de vie alors qu’il revenait d’un «rendez-vous manqué» avec le procureur général de la République, le très kabiliste Flory Kabange Numbi. Celui-ci dit n’avoir aucune souvenance dudit rendez-vous. C’est un avis de tempête pour tous les «bénéficiaires» de la loi dite d’amnistie. Qui a attiré Chokwe dans ce qui ressemble bien à un traquenard ? Assiste-t-on à un règlement de comptes entre «katangais» ? Dans une interview téléphonique accordée à Congo Indépendant en février 2013, «Moïse» avait fustigé la «mégestion» qui caractérise le «système Kabila». Pour lui, "Joseph" devait "dégager". Un discours atypique pour un natif de l’ex-Shaba.

C’est une ambiance de sauve-qui-peut général qui règne, depuis lundi 24 février, dans les milieux des anciens cadres du M23 ayant regagné le pays au lendemain de la promulgation de la loi d’amnistie par « Joseph Kabila ». C’était le 11 février dernier. Cette législation était censée mettre fin aux poursuites. Et ce y compris les peines prononcées pour les infractions qu’elle vise. C’était mal connaître le «raïs.

Ancien cadre politique de l’ex-Mouvement du 23 mars, Moïse Chokwe Chembo est porté disparu. Les faits ont eu lieu le lundi 24 février. Selon son épouse, Mireille Chokwe, "Moïse" avait rendez-vous avec le procureur général de la République (PGR) à l’office de celui-ci sis immeuble INSS, sur le boulevard du 30 juin. Le "rebelle repenti" voulait obtenir des plus amples détails sur la fameuse loi. Le PGR prétend n’avoir jamais donné rendez-vous à Chokwe. Qui ment? Qui dit vrai? «Moïse» était manifestement «écouté et filé» par les «services». La famille Chokwe suspecte l’Agence nationale de renseignements d’avoir mené ce kidnapping.

Selon un scénario propre aux polices politiques, il semble que la voiture à bord de laquelle se trouvait Chokwe et son assistant a été percutée par un véhicule non-autrement identifié. Se confiant à radio Okapi, Mireille Chokwe raconte : «De ce véhicule ont surgi des individus qui ont pris de force brutalement mon mari pour l’emmener vers une destination inconnue. Mais fort heureusement l’assistant de mon mari qui avait reconnu ces individus m’a rapporté que c’était des éléments de l’ANR».

Un discours «politiquement incorrect»

Natif de la province du Katanga, Moïse Chokwe Chembo n’est pas n’importe qui. Juriste de formation, il a été élu député national, pour la circonscription de Sakania, lors des législatives de 2006. Il a ainsi siégé à l’Assemblée nationale durant toute la législature 2006-2011 avant de figurer parmi les «candidats malheureux» aux élections très chahutées du 28 novembre 2011. Président du conseil d’administration (Pca) de l’Onatra (entreprise publique de transport fluvial), Chokwe finit par rejoindre les rebelles du M23 au lendemain de la prise de la ville de Goma en novembre 2012. Il était le seul «katangais» du Mouvement. Un vrai "sacrilège". Circonstances aggravantes, il fera partie de la délégation du M23 aux pourparlers de Kampala, en Ouganda.

Dans une interview accordée à l’auteur de ces lignes le 8 février 2013, l’homme assure avoir «abandonné» son confortable poste de Pca par «dégoût» du "système incarné par Joseph Kabila". «C’est un mauvais système pour le pays, déclarait-il en liminaire. Le Congo doit être géré autrement!». Ci-après, quelques extraits de l’entretien.

Que dit-il à ceux qui pourraient le suspecter d’avoir rejoint le M23 par «opportunisme» ? «Nullement ! Je suis venu à Kampala non seulement pour soutenir les revendications du M23 mais surtout pour témoigner de la mauvaise gouvernance du pouvoir kabiliste». Aurait-il claqué la porte du «système kabiliste», s’il avait été élu député national lors du scrutin du 28 novembre 2011? «Absolument. Ceux qui me connaissent ne peuvent en aucun cas mettre en doute mes propos. D’ailleurs, j’ai rejoint le M23 en décembre dernier alors que j’assumais les fonctions de Pca de l’Onatra. Mes émoluments mensuels oscillaient entre 10.000 et 15.000 $ US. J’ai abandonné tous ces privilèges en estimant que mon confort personnel ne suffit pas. Notre pays mérite mieux que le régime actuel. Le Congo doit être géré autrement ».

Pour cet ancien parlementaire, le M23 a été "bien inspiré" de prendre les armes. Au motif que c’est «le seul langage que le système Kabila comprend». «Kabila n’a accepté de s’asseoir autour d’une table de négociation à Kampala que lorsqu’il a eu en face de lui une force militaire du M23». Au cours de l’entretien, l’ancien président de la Commission électorale nationale indépendante, Daniel Mulunda Ngoy, avait pris pour son grade. Pour Chokwe, ce dernier «a une grande part de responsabilité» pour avoir été, selon lui, «l’organisateur des fraudes et les irrégularités déplorées».

Règlement de comptes entre « katangais »

A en croire Chokwe, Mulunda Ngoy aurait, à une date non précisée, envoyé en catastrophe un «courriel» à «Joseph Kabila» lui demandant de faire arrêter la machine de recomptage de voix au niveau de la Cour suprême de Justice (CSJ). A défaut, la CSJ allait découvrir les pots aux roses. A savoir que «le président Kabila avait perdu les élections». Chokwe de lancer : «Je rends ce témoignage sous le contrôle de la conscience des notabilités katangaises et du président Kabila lui-même qui a eu, en son temps, à réprimander le pasteur Mulunda au sujet de ce courriel le mettant en garde contre la Cour suprême de justice». Quelle est la motivation profonde qui l’a incité à quitter le «système kabiliste» ? «En tant que Katangais proche des tenants du système kabiliste, j’ai été un témoin autant qu’un observateur privilégié des actes de mauvaise gestion du régime en place durant la dernière législature 2006-2011». Un exemple? «Les agents de Sodimico (Ndlr : Société de développement industriel et minière du Congo) accusaient à l’époque 123 mois de salaires impayés. Le ministre des Finances d’alors, Augustin Matata Ponyo, avait perçu pour le compte de cette entreprise publique la somme de 30.000.000 $ US de la société Fortunes au titre de pas-de-porte».

Selon le locuteur, le personnel de la Sodimico n’a pas vu la couleur de cet argent. Les 30.000.000 $ US auraient disparu. Contacté à ce sujet, Matata aurait prétendu que cette somme était logée dans un compte à la Banque centrale du Congo. «Faux !». Aussi, décida-t-il d’interroger le ministre Matata dans le cadre formel d’une «question orale» lors d’une séance plénière de l’Assemblée nationale. Au grand dam de la mouvance présidentielle. Chokwe de préciser : «C’est à partir de ce moment là que j’ai reçu des menaces provenant de la Présidence de la République en ces termes : ta question orale ne passera pas, le boss (entendez : Kabila) a utilisé cet argent. Qui es-tu pour prétendre aimer la population de Sakania plus que le boss ? D’ailleurs, on fera tout pour que tu ne passes pas aux prochaines consultations politiques comme député de Sakania». Moïse Chokwe croit dur comme fer que «ces menaces ont été bien exécutées aux élections du 28 novembre 2011».

Décidé à secouer le "cocotier", Moïse Chokwe de poursuivre : «Même si j’avais été élu député lors des législatives du 28 novembre 2011, j’aurai pu rejoindre le M23. Le motif est simple : en tant qu’élu du peuple, j’éprouvais du dégoût à l’égard du régime en place. D’ailleurs la société «Fortunes» appartient à un ami du Chef. Ceux qui se sentaient menacés par mon initiative en tant que membre de la représentation nationale se sont organisés pour m’empêcher de retrouver mon siège de député national». Pour lui, au regard de son vécu, il ne fait l’ombre d’un doute que «le Congo est malade de la gouvernance kabiliste». Il cite au passage «des immeubles et des quartiers tout entier» qui poussent comme des champignons à travers le pays et à l’étranger «grâce à l’argent du vol». Sans oublier, «des fermes luxueuses qui poussent comme des champignons servant plus des lieux de loisir que de production». Et de conclure : «Joseph Kabila n’a rien fait pour les Katangais. Le moment est venu pour lui «de dégager».

Qui sont les ravisseurs de l’ex-M23 Moïse Chokwe Chembo ? Qui a commandité cette opération ? "Joseph Kabila" peut-il franchement ignorer ce qui s’est passé? Une chose paraît sûre : l’ancien député national et ex-cadre du M23 n’a pu étre enlevé que par des forces de sécurité dirigées par d’autres «katangais». Son épouse n’est pas allée par quatre chemins en accusant des agents de l’ANR dirigée par l’ex-Shabien Kalev Mutond. Il faut dire que tous les postes névralgiques du pays sont placés sous l’autorité de ce qu’on pourrait appeler «le clan des katangais»: ministère de Intérieur, ministère de la Justice, Parquet général de la République, garde présidentielle dite
«garde républicaine» et les services de renseignements civils et militaires et ceux de la police nationale. Sans omettre la Banque centrale du Congo. La liste n’est pas exhaustive.

L’opinion congolaise a encore frais en mémoire un passage succulent de cette correspondance datée 8 février 2013 adressée à l’ancien président de la Céni par le président d’alors de l’Association culturelle des Baluba du Katanga dite Buluba-i-Bukata, Nday Ngoy Matembo : «Le président Kabila est pour notre communauté une mine d’or très précieuse que nous devons tous protéger quelles que soient ses erreurs»...

Baudouin Amba Wetshi
© Congoindépendant 2003-2014


Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Plameverdi le Mer 26 Fév - 20:44

Qu´ils s entretuent nous ne voulons pas en tout cas moi et de Kanambe et de ses copains du M23 qu´ils dégagent ensemble.

Plameverdi
Modérateurs

Messages : 294
Date d'inscription : 27/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Sam 15 Mar - 17:17

Qui mettra KENGO hors de nuire?

http://radiookapi.net/actualite/2014/03/15/rdc-leon-kengo-appelle-la-mise-en-place-dune-nouvelle-administration-electorale/

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Mar 18 Mar - 17:59

Vraiment que ne ferait t'ils pas pour un poste? Kabila aza kosakana na bango mawa.



C’est le grand rappel des troupes au sanctuaire de Kingakati. L’Autorité morale reçoit toutes les têtes couronnées de sa famille politique. Sauf imprévu de dernière minute, le grand face-à-face aura lieu demain.
Ça presse

Plusieurs questions vitales pendent et attendent des réponses pressantes. C’est notamment et principalement la question du Gouvernement de cohésion nationale. Cette question, il faut en convenir, maintient toute la nation en haleine voici plusieurs mois. Au point que le poste de Premier ministre est devenu un des plus grands mystères de la nation et objet indiscutable de fascination pour une opinion nationale désabusée.

Tous les indicateurs signalent que l’heure H c’est pour très bientôt. En effet, d’une des bouches les plus autorisées au pays, nous apprenons que les consultations au niveau de la MP, de l’Opposition et de la Société civile se poursuivent. Le Chef de l’Etat tâte ainsi le pouls de la nation avant d’annoncer les grandes décisions.

Venus de la bouche de Lambert Mende, les propos sont plus qu’une indication. Membres du Bureau politique de la Majorité, porte-parole du gouvernement, le sémillant Mende n’est pas n’importe qui. Et jamais cette personnalité n’a parlé en l’air. Chacun de ses propos est soupesé et balancé avec beaucoup de conséquences.

Le verdict

Ainsi, au cours d’une émission sur une chaîne à Kinshasa sémillant Mende a confirmé que le Chef de l’Etat consulte en prévision de la formation du nouveau Gouvernement. Et revendiquant  son statut de membre du Bureau politique de la M.P, le saint des saints dixit le ministre, ce dernier a affirmé que le Gouvernement de cohésion nationale n’est plus pour longtemps (textuel !).
Mende sait de quoi il parle. Lui qui à chaque fois qu’on l’interrogeait sur l’échéance du nouveau Gouvernement, invoquant le pouvoir discrétionnaire du Chef, ne peut pas se prononcer pour le délai par hasard.
Oui, très bientôt, le Raïs va rendre le verdict de ses consultations. Peut-être que la rencontre de demain à Kingakati va permettre de vider définitivement la question.

Demain soir

Mais, il y a aussi la question de 2016 qu’il faudra évacuer une fois pour toutes. Lambert Mende, lui-même, a récemment fixé l’opinion nationale et internationale sur la question. Kabila promet une remise et reprise régulière en 2016.

Déjà au sein de la MP, certains téméraires tentent de soulever la question du dauphin. Les cogitations informelles font leur bonhomme de chemin. Mais en parlera-t-on pour une fois et officiellement à Kingakati ? Nous allons le savoir au soir de ce mercredi.


Le potentiel de ce mardi 18/3/2014.
LP

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Sankara le Mar 18 Mar - 18:47

Voila une occasion pour que ceux qui s appellent opposants montrent leur patriotisme et se préparent en vue d´une alternance au lieu de concocter des messes noires qui ne feront que faire reculer la patrie, l alternance dans la politique se fait et doit se faire démocratiquement eux qui clament toujours l´insuffisance et l´incompétence des gouvernants actuels devraient montrer l´exemple s´unir et préparer les élections prochains au lieu de se camper sur leurs positions irréalisables voici l´occasion qu´ils doivent absolument saisir pour démontrer qu´ils peuvent mieux faire et leurs comportements fera voir aux congolais leurs capacités d être des états comme ils l´ont toujours supposer
L´occasion fait le larron la balle est dans le camps des opposants.

Sankara
Modérateurs

Messages : 321
Date d'inscription : 31/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Sam 22 Mar - 8:07

Info où intox... Kabila ne partira que si le peuple le renvoi d'où il n'aurait pas dù sortir. Il sait comment fonctionne le congolais vedire certains oopportuniste, cupide, envieux, traître et j'en passe batanga mais bolole aucun amour patriotique, leurs intérêts d'abord.

[Exclusif] Présidentielle en RDC : à Kingakati, Kabila évoque l'option d'un suffrage indirect dès 2015
Joseph Kabila(631) - MP(28) - présidentielle RDC(3) - constitution de la RDC(2)


21/03/2014 à 19:52 Par Jeune Afrique
Joseph Kabila, président de la RDC. © AFP
Dans sa ferme de Kingakati, Joseph Kabila a réuni jeudi les cadres de sa famille politique pour faire le point sur la situation politique dans le pays. Selon nos informations, le président congolais a soutenu l'option d'une modification constitutionnelle pour changer le mode de scrutin de la prochaine présidentielle, qui serait prévue en 2015 au lieu de 2016.
Que s'est-il réellement dit, le 20 mars, à la grande messe de Kingakati ? Retranchés à 80 km de la ville de Kinshasa à partir de la mi-journée, dans la ferme privée du président congolais Joseph Kabila, quelque 500 cadres – membres du gouvernement, gouverneurs de province, chefs des partis de la Majorité présidentielle (MP), ambassadeurs congolais séjournant en RDC – ont répondu présents à l'invitation de leur chef.
Téléphones, caméscopes et autres enregistreurs étaient interdits dans la salle de réunion. Une façon de garder secret la teneur des propos tenus.
"Un discours de combat"
Selon nos sources, Joseph Kabila a prononcé devant ses partisans un" discours de combat". Le chef de l'État congolais s'est exprimé en faveur d'une révision constitutionnelle et d'un bouleversement du calendrier politique. Son voeu ? Que la prochaine présidentielle se tienne au suffrage indirect… en 2015, au lieu de 2016 comme prévu par la loi fondamentale.
Une prise position saluée par des applaudissements de quelques zélés de la majorité au pouvoir : "Nous sommes prêts à mourir pour toi, Joseph", auraient-ils lancé à leur chef. Mais dans la salle, d'autres cadres, plus réservés, sont restés dubitatifs.
>> Lire aussi RDC : la proposition de changer la Constitution "fait désordre" dans le camp Kabila
Et Joseph Kabila de marteler, toujours selon nos informations, qu'il n'avait peur de personne et qu'il ne pouvait plus continuer à cogérer le pays avec la Monusco, la mission onusienne en RDC.

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Mer 2 Avr - 9:15

Pleinière à huit clos??? Pour conforter MALU MALU dans ses œuvres...


http://www.mediacongo.net/show.asp?doc=55838

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Ven 4 Avr - 8:31

Le procureur a beaucoup de droit... Kabila a porté plainte où bien? Aza koluka nini? Et le gouverneur? Ne désespérons pas bampangi ça change en RDC. Trop de banto ya lokoso na mboka mpo na mbongo et les titres.


.http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20140403150414/joseph-kabila-rdc-bas-congo-matadi-parlement-de-rdc-rdc-accuses-d-offenses-envers-kabila-trois-deputes-echappent-a-la-levee-de-leur-immunite.html

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Laurabelle le Ven 4 Avr - 19:25

Pas étonnant Mongo Elombe, la politique est le seul boulot en RDC,le secteur qu´on peut s enrichir sans faire de trop d effort ni rendre des comptes donc voila pourquoi ce secteur qui originellement un service ou on s´investit pour servir et non pour gagner de l argent.

Laurabelle
Modérateurs

Messages : 224
Date d'inscription : 07/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Dim 6 Avr - 18:17

http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=8818

L'ambassadeur le prix est fixé en fonction de quoi? Moyibi kaka... Ils ne sont là que pour nous escroquer au lieu de nous protéger.

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 8:37


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum