LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Page 4 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Ven 26 Avr - 10:54

http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=7956

Aubin kingani dictateur bakamwisaka nga le pays coule mais tout est positif pour eux.

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mathilde le Sam 27 Avr - 15:19

Ba bomana ata ko bomana ya biso ninioo? Leur division ne peut être qu'à notre avantage...



_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Mar 30 Avr - 10:33


Le gouverneur son rôle c'est aussi protéger sa population, le bilan de ce clown qui se réjouit au lieu de se cacher c'est quoi??

Ils ne feront rien comme d'habitude naza kotalela bango, s'ils avaient voulue faire quelque chose ça aurait été fait depuis longtemps et puis kabila et sa bande cette situation les arrangent.

http://radiookapi.net/actualite/2013/04/30/julien-paluku-la-presence-du-commandant-de-la-brigade-dintervention-suffit-pour-le-reste-arrive/


Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  kunta le Mar 30 Avr - 13:09

"Julien Paluku : «La présence du commandant de la Brigade d’intervention suffit pour que le reste arrive»"
Ce gouverneur est si naïf de croire que c´est cette Brigade qui apportera la paix,il oublie que l´on doit armer cette brigade donc un chiffre d´affaire pour les vendeurs d´armes qui vont vendre les armes et a la fois a cette brigade ainsi qu´aux rebelles donc le business continue et la population qui ne demande que la paix a encore des jours trouble devant lui.

kunta
Modérateurs

Messages : 338
Date d'inscription : 18/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Jeu 2 Mai - 14:26







Bamba-di-Lelo



Chère élite,

C’est quoi donc une élite? "Ensemble des personnes les plus remarquables d’un groupe ou d’une communauté". "Petit groupe considéré comme ce qu’il y a de meilleur, de plus distingué". Ce sont là les deux définitions les plus usuelles du vocable "élite". On se rappelle de la phrase devenue célèbre prononcée par le du président français Jacques Chirac, parlant d’Alain Juppé : "C’est le meilleur d’entre nous!" Le Congo-Kinshasa possède-t-il une élite?

Je ne peux que constater non sans regret que les membres de l’élite congolaise dont certains ont eu le privilège de fréquenter, avec moi, les auditoires de grandes écoles occidentales, ont été enrôlés de gré ou de force, offrant aujourd’hui leurs services à Joseph Kabila, cet homme qui prétend diriger la République Démocratique du Congo... par défi. Mais, la question essentielle que je me pose est de savoir : seraient-ils aveugles au point de ne pas voir ce que "Monsieur tout le monde" voit à savoir que leur collaboration avec Monsieur Kabila se fait au détriment non seulement de l’intérêt général mais surtout de la sécurité nationale de l’Etat congolais? Ces membres de l’élite ne se rendent-ils pas compte que la nation congolaise est détruite, non seulement au niveau de la superstructure mais également au niveau des valeurs universelles, par un dictateur qui a personnifié l’Etat et qui s’est arrogé le droit de disposer de la vie des citoyens?

Aussi, c’est peut-être cynique d’y penser et de le dire, en début de cette année 2013, Joseph Kabila qui n’a cessé de réprimer ses opposants politiques - le cas notamment d’Eugène Diomi Ndongala - a osé avancer d’un pas, en initiant des "concertations nationales". Un forum aux contours ambigus dont le lieu, la date, le nombre et la qualité de participants demeurent un mystère !

Les membres de l’élite congolaise qui portent à bout de bras ce président dilettante, observent et n’osent hausser le ton, de peur de perdre leurs privilèges. Les deux chambres du Parlement, censées arrêter le pouvoir exorbitant détenu par Joseph Kabila, sont devenues des "chambres d’enregistrement" des gestes et mimiques du dictateur.

A quoi servira votre collaboration avec et auprès de Joseph Kabila, si celle-ci n’existe que pour faciliter les crimes, museler les espaces d’expression démocratique, broyer des vies humaines. Sans oublier d’affamer la population, priver le Congo-Kinshasa d’un développement harmonieux et livrer le sol et le sous-sol du pays aux flibustiers de la terre entière.

A quoi servira demain ce gâchis, dans le chef de vos familles et de vos proches? En sus, l’argent que vous gagnez auprès de Joseph Kabila est le fruit du sang de vos frères et sœurs congolais et n’aura donc aucune chance d’être fructifié. C’est ainsi que, si autrefois, on pouvait se faire solidaire des frères et sœurs congolais, ensemble, on mourrait peut-être de faim pour chasser l’imposteur ! Mais les membres de l’élite congolaise, au service de Kabila, ne voient que rouge, quand on leur tient un tel langage, car ils refusent de voir plus loin que le bout de leur nez.

Les membres de l’élite congolaise proches de la "majorité présidentielle" ont sans doute appris, à leur chef Joseph Kabila, à suivre scrupuleusement le principe de Montesquieu qui dit : il est, de toute expérience éternelle, que tout homme qui exerce un pouvoir est porté à en abuser jusqu’à ce qu’il rencontre des limites ou de la résistance. Le même Montesquieu a soutenu l’idée selon laquelle il fallait créer des mécanismes pour permettre au pouvoir d’arrêter le pouvoir. Et ce de peur que celui-ci ne sombre dans l’excès et l’arbitraire. Il faut donc faire triompher des institutions fortes en lieu et place d’hommes forts.

La République Démocratique du Congo compte 70 millions d’âmes dont 1 million vit à l’étranger. Un million de citoyens aux compétences multidisciplinaires éprouvées. Ces concitoyens ne demandent qu’à mettre l’expertise acquise au service du développement socio-économique du pays. Seulement voilà, ces filles et fils du pays ne peuvent regagner leur mère-patrie. Ceux qui ont tenté l’expérience, ont vite déchanté parce que la logique locale les a vite contraints au militantisme abject.

Je ne conclue pas, mais je m’étonne ! Pourquoi, malgré ces fortes oppositions politiques, les membres de l’élite congolaise semblent prendre le plus grand plaisir à vivre dans un îlot d’opulence dans un océan de disette; à rouler dans des limousines climatisées pendant que des centaines de milliers de Congolais parcourent, au quotidien, des dizaines de kilomètres à pieds. Pour survivre. "Il est immoral d’être heureux tout seul", disait un éminent philosophe. Les membres de l’élite congolaise doivent se ressaisir et faire preuve de compassion et surtout de solidarité à l’égard de la grande masse qui tire le diable par la queue. La misère n’a jamais été une fatalité. Face à un peuple congolais uni, décidé à rompre avec toute compromission, l’usurpateur et ses complices ne résisteront guère. C’est maintenant ou jamais!

Bamba-di-Lelo

Docteur en Sciences Politiques de l’UCL

Analyste des questions politiques du Congo.


© Congoindépendant 2003-2013

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Bonne analyse bampangi.


L'élite si elle existe est sourde et aveugle ce qui compte leurs ventres et leurs comptes en banque, ceux qui ne sont pas content des aigris. Mawa plein vue qu'ils ont plusieurs nationalités mokolo ekoyinda, ils tourneront leurs vestes où mettront les voiles pour l'occident attendre des jours meilleurs aprés avoir fracassés des vies et participés au naufrage du pays.

Natioliiii pourtant batanga mais bolole makasi.

.



Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Ven 3 Mai - 20:24

Lue sur le site congomikili :
=========================================================


01


Le Premier ministre MATATA PONYO fait la fête pendant qu’on meurt à Rutshuru

Il s’est tenu, le samedi 27 avril 2013, une soirée de gala en hommage à Luambo Franco, décédé il y a 24 ans. Presque tous les artistes-musiciens que compte le Congo étaient présents et ont, chacun à leur tour, interprété une chanson de Franco. La soirée a commencé vers 21h et s’est poursuivie au delà d’une heure du matin. Elle était retransmise en direct sur la télévision nationale, la RTNC, qui est désormais captée en Europe. C’est à une heure du matin que la retransmission de ce gala a été interrompue pour laisser place au journal télévisé.

A cette soirée dansante grandiose, assistaient, installés à la table d’honneur, le Premier-ministre MATATA PONYO (l’organisateur !) et le Vice- Premier ministre MUKOKO SAMBA avec leurs épouses. Et pas loin, des Ministres, dont le Très Visible Lambert Mende, complétaient la représentation gouvernementale.

De Bruxelles où je me trouve, j’ai suivi cette soirée de gala avec un mélange d’ahurissement, d’indignation, de rage et d’abattement.

En effet, j’aimerais qu’on m’explique si on a déjà vu, quelque part sur cette planète, un chef de gouvernement d’UN PAYS EN GUERRE, que dis-je, d’UN PAYS OCCUPÉ, assister à une soirée dansante pendant plus de quatre heures, retransmise en direct par la télévision nationale !

Ahurissement, quand j’ai vu Matata Ponyo et son vice-Premier ministre sabler le champagne et commenter continuellement, avec de grands éclats de rire, la prestation des chanteurs qui défilaient sur le podium. Alors que, au même moment, dans le Rutshuru, les rebelles du M23 se déploient sur d’autres localités.

Indignation, devant ces Ministres, comme Lambert Mende, qui se trémoussaient sur leur chaise en exécutant sur place quelques mouvements de danse avec leurs bras. Que doivent penser de nous les soldats de la MONUC qui se battent à notre place pendant que MATATA PONYO, le chef du gouvernement, et ses ministres font bombance en direct à télé ?

Rage, quand finalement, n’en pouvant plus, le Premier-ministre MATATA PONYO, imité par son Vice-Premier ministre et par d’autres ministres (enfin libérés !), s’est résolu à descendre sur la piste de danse pour y rester très longtemps. La piste de danse fut tout de suite envahie par d’autres dignitaires, femmes et hommes. L’ambiance était à son paroxysme et on dansait sans retenue, à l’instar du Vice-Premier ministre et de son épouse. RTNC étant diffusée dans tout le Congo, que doivent penser nos militaires au front ? Eux si mal équipés et qui se battent avec des moyens de fortune ? Et qui perdent leur vie pour le Pays ?

Abattement quand je me suis douloureusement aperçu que ni le Premier Ministre, ni aucun ministre, ni aucun musicien, ni même PAPA WEMBA, personne n’a eu le moindre mot pour réconforter nos frères de l’Est. Que doivent penser nos compatriotes violentés de Rutshuru et des autres localités occupées ? C’est vrai que de Kinshasa, le Nord-Kivu, c’est si loin…

Je ne suis pas opposé à ce qu’on rende un hommage à Franco. Mais était-ce le moment ? était-ce la bonne manière ?

Cinquante ans après l’indépendance, nous avons pu produire une élite réelle. Mais tous ces ministres, sortis de meilleures universités, ignoraient-ils que faire la fête en direct à la télé pendant plus de 4 heures était à la fois indécent et cynique en ce temps de guerre ?

Une élite sans conscience et sans culture politique n’est que ruine de l’Etat. Signe objectif de cette ruine : pour la 2ème année consécutive, le Congo occupe le dernier rang des pays sous développés, selon le PNUD (186è sur 186 !)

Devant le spectacle donné par les ministres et leur chef, qui ont probablement fait la fête jusqu’à l’aube, Kagamé doit se dire qu’il a encore de beaux jours à passer au Congo. Devant tant d’inconscience et tant d’irresponsabilité de la part de notre Premier-ministre et de son équipe.

Le Premier ministre qui fait la fête, qui danse, qui mange et qui boit du champagne pendant 4 heures en direct à la télé, alors que le pays est en guerre? Voilà qui justifie le sobriquet infamant dont nous ont affublés les Rwandais : Peuple BMW (beer, music, women) !

En regardant le Premier ministre et ses ministre se trémousser en direct à la télévision, j’ai commencé petit à petit à douter de moi : peut-être le Congo n’est pas en guerre ; peut-être que l’Est du Congo n’est pas sous occupation rebelle ; peut-être que ce sont des illusions et des idées, que nous de la diaspora, on se fait ici en Europe, à 8000 km.

Mais vous savez quoi ?

Lorsque, vers une heure du matin, la retransmission de ce somptueux gala a été interrompue pour laisser place au journal télévisé, la présentatrice, Mme KABWEBWE, a ouvert son journal par ces mots : « Bonsoir, mesdames et messieurs, je rappelle qu’aujourd’hui cela fait 388 jours depuis que la RD Congo est agressée ».

Juste après le spectacle du Premier Ministre MATATA PONYO et du vice-Premier ministre MUKOKO SAMBA, dansant, mangeant et buvant champagne…

André NGIMBA










Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Laurabelle le Ven 3 Mai - 22:27

La solidarité n´est pas un mot courant dans le vocable Congolais nous sommes souvent des optimistes, cet anniversaire que personne peut être contre qu´on la célèbre pouvait se faire dans un cadre strictement privé et cela n aurait pas dérangé un mouche.
Et pour finir ce événement nécessitait pour moi seul la présence du ministre a la culture point barre.

Laurabelle
Modérateurs

Messages : 224
Date d'inscription : 07/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mathilde le Mer 8 Mai - 9:16


_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Mer 8 Mai - 19:32

Nazalaka toujours na mba sentiments partagés sur KATUMBI d'abord vue ce qu'il fait pour l'équipe de football et son dynamisme akoyiba comme toute autorité dans le monde mais comparer à la plupart des gouverneurs et maires en tout cas moi je trouve qu'il fait ce qu'il peut dans le bordel Congo.

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Jeu 16 Mai - 15:28

Le MINAKON est aux ordres et ça se voit sur la rtnc quand il préside à l'assemblée.


Minaku, speaker ou simple homme de main


Jeudi, 16 Mai 2013 12:49

2 Commentaires

Envoyer






Charles De Gaulles, un nom évocateur. Français de gauche ou de droite, presque tous lui reconnaissent d’avoir accompli quelque chose de très grand pour la France. Des Africains diront autant de Patrice Emery Lumumba, du Sud-Africain Nelson Mandela ou encore de l’Ivoirien Félix Houphouët Boigny. Et Aubin Minaku? Congolais de l’opposition ou de la majorité ne flatte en lui qu’une seule qualité, une sorte d’autosatisfaction dans le rôle d’homme de main au point d’oublier sa propre personnalité, d’oublier de se demander ce que l’histoire dira de soi un jour. Lui exécute, qu’importe la nature de l’injonction. S’il faut aller à l’encontre de la Constitution, il le fait sans remords. Pire qu’un larbin dressé à ne jamais s’embarrasser des scrupules. Il s’en vante même. Comme cette fois-là devant un député kabiliste à qui il confiait que jamais la majorité ne laissera les opposants se choisir leur porte-parole. De la bouche d’un speaker de l’Assemblée nationale, c’est révélateur de la philosophie d’un régime d’essence monarcho-patrimoniale, inconscient comme le prédécesseur Maréchal Mobutu que la roue de l’Histoire finit toujours -irréversiblement monsieur Aubin Minaku- par tourner. Comprenez dans ces propos qu’il y a une instruction qui est venue d’en haut et l’autre s’y soumet presqu’avec assujetissement et s’en délecte.
C’est ça la République de Joseph Kabila et Aubin Minaku. Elle n’a de République qu’une application sélective de la Constitution et des lois. Lorsque les évidences donnent Vital Kamerhe vainqueur dans le cas de l’élection du porte-parole de l’opposition, la disposition constitutionnelle en la matière devient du simple chiffon. Il en est de même de la loi sur la mise en place de la Cour constitutionnelle sur laquelle Joseph Kabila s’est assis depuis son adoption au Parlement. N’attendez pas à ce que le législateur élève la voix tant que ce juriste là trônera au bureau de l’Assemblée nationale. Henri Thomas Lokondo, lui-même député de la majorité, l’a si bien compris qu’il se joue désormais de lui dans un exercice de prise à temoin de l’opinion publique sur les limites et les dérives du président du bureau de l’Assemblée nationale. La dernière fois, il lui a fait une colle pour lui rappeler que... En fait, Minaku a été presque renvoyé à ses études. Limite ici et là-bas trahie lorsque Minaku donne la parole à Samy Badibanga sur la rebaptisation du groupe parlementaire UDPS-FAC là où la question est vérouillée aux termes du règlement intérieur de l’Assemblée nationale. Voilà qui est caractétistique de Minaku qui s’adonne plus à la politique politicienne au bureau qu’à l’exercice parlementaire.
La première activité est si facile que même le premier venu y excellerait. La seconde n’est pas donnée à tout le monde et ceux qui n’en ont pas la compétence y répugnent lorsqu’ils ne s’y prennent pas avec maledresse puisque arrivé là par effraction. A partir de ce moment là, dire d’Aubin Minaku maladroit n’a rien de désobligeant puisqu’il ne comprend pas que la CENI pour laquelle il se bat pour la mise en place n’a de sens que dans une démocratie où majorité et opposition reçoivent un traitement équitable selon ce qu’en dit la Constitution. Celle de la RD-Congo fait du camp adverse une opposition constitutionnelle avec des prérogatives reconnues. Pour que Minaku n’en ignore, le règlement intérieur de l’opposition lui a été déposée, il y a plus de trois mois et le président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo lui a écrit, depuis, pour la convocation de la plénière de l’opposition. Que voulez-vous? Lorsqu’il n’y a pas de raison, il n’y a plus rien pour raisonner un homme. Vraisemblablement, il en faut plus pour toucher la conscience de Minaku. Rappelez-vous que c’est le même Minaku qui avait déjà convoqué les députés de la majorité, au début de la législature, pour les préparer à la caporalisation comme quoi ils allaient être amenés certaines fois à prendre des décisions contre leur conscience. Ce jour-là, il ne manquait, dans la salle, que le marteau et la foscille sur fond rouge pour compléter le tableau du soviéto-maoïsme façon Aubin Minaku. Pour cerner la personnalité de Minaku, il n’y a qu’à se référer à l’exhibition à laquelle il a fait soumettre des “éditeurs” des journaux, appréhendés à son bureau, au Palais du peuple et traités comme des objets de curiosité avec caméra à l’appui.


H.M.M. NKOSO

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Jeu 16 Mai - 15:35

http://7sur7.cd/index.php?option=com_content&view=article&id=46165:-makila-en-a-assez-des-methodes-daubin-minaku&catid=6:congonews

Kiee MAKILA balongoli ye akomi opposant RDC mawaaaaaaa. Ce qu'il dit du minable MINAKU est vrai.

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Ramboché le Jeu 16 Mai - 16:02

Je crois que tu comprend maintenant pourquoi ces vautours s´acharnent sur le Président Kabila a cause de leurs intérêts privés des qu´on leur en prive voila ce qu´il devient et il leur reste qu´a déstabilisé le Congo comme le font tous les faux opposants.
Si je vous dit les noms de ceux qui sonnent actuellement a la porte vous allez vous étonner.
Mais ne vous faites pas de soucis il y a que deux qui sont têtus le vieux et son petit qui est en prison.

Ramboché
Modérateurs

Messages : 476
Date d'inscription : 17/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Jeu 16 Mai - 18:10

Rambo, l'homme devant l'argent certains sont faibles mais ton kabila qui distribue et corrompt à tout va avec l'argent de la RDC est ce normal?? Quand on est sûr de soi on achète pas les louanges où on ne ferme pas la gueule des traîtres avec de l'argent on s'assumme et ce n'est pas son cas.

En RDC nous avons l'habitude de ses opportunistes djalelistes qui quand on les déchoit deviennent des opposants.

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Sam 25 Mai - 19:46

http://www.congomikili.com/kinshasa-les-deputes-de-lopposition-en-colere-ban-ki-moon-n-est-venu-pour-l-interet-des-congolais/

Heureusement que le ridicule ne tue pas BAN KI MOON solution....Vraiment ça se dit député honorable et opposant mawaaaa.

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Dim 26 Mai - 17:39

http://www.digitalcongo.net/article/92161

100 commentaires..................

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Rose lilas le Dim 26 Mai - 19:12

Décidément elle est vraiment déterminée a s´engage en politique le rôle de députée ne suffit plus on commence a lui ajouter des rôles et si c´était la future .......................................

Rose lilas
Modérateurs

Messages : 327
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Dim 2 Juin - 17:54

http://7sur7.cd/index.php?option=com_content&view=article&id=46743:un-3eme-mandat-en-preparation-a-liege-comme-lun-des-ardents-partisans-dun-passage-en-force-en-2016-&catid=6:congonews

Combattant le BOBSHAB bobikisa ye te jeune et complice de la souffrance des congolais batanga mais bolole likolo ya mpifo na mbongo mawaaaaaaaaaa.

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mathilde le Lun 3 Juin - 15:55

Bolobaki boboyi politique de la chaise vide,bomoni ango kitoko


Aubin Minaku chasse le député Serge Mayemba, en faisant appel au service de sécurité.



Selon certaines indiscrétions, Serge Mayamba s’invite et prend place dans la salle. Aubin Minaku proteste et l’invite à vider les lieux. Mais, il objecte, prétendant représenter le groupe UDPS/FAC. Piqué au vif, Léon Kengo entre en scène pendant que Minaku fait appeler le service de sécurité. C’est ainsi que Mayamba aurait été jeté dehors, comme un intrus. Enfin, le samedi 1er juin 2013, à la suite de la PAJ-Commission Politique, Administrative et Juridique- l’Assemblée traite, enfin, la question. L’on assiste alors à une volée des bois verts. En un mot comme en mille, le groupe Mayamba, réduit à seulement 5 personnes, explique représenter, avec leurs 5 membres, le véritable groupe parlementaire Udps/FAC, au motif que, selon le Règlement d’ordre intérieur, le Groupe parlementaire est formé pour l’ensemble de la législature.

Selon certaines indiscrétions, le vendredi 31 mai 2013, l’aile FAC que dirige Martin Fayulu se serait réunie à Faden House, l’hôtel du président de l’ECIDE. A l’ordre du jour, la plénière du lendemain consacrée au traitement de la question UDPS et Alliés et, l’élection du porte-parole de l’opposition. Sur le premier point, Fayulu aurait essayé d’entraîner son monde sur la décision de soutenir le groupe minoritaire que dirigeait Serge Mayamba et qui prétend représenter le seul groupe UDPS/FAC. Quant au deuxième point, pour Fayulu, il ne sera pas question de participer à l’élection du porte-parole de l’opposition, au motif que ce serait trahir Etienne Tshisekedi. D’autres participants, sur place, auraient relevé l’incongruité de cette réflexion, étant donné que s’il faut obéir à Tshisekedi, il faut cesser de siéger à l’Assemblée. Mais, Fayulu ne l’aurait pas entendu de cette oreille. Il soutiendra le combat contre ceux que l’on appelle « insurgés » à l’UDPS et Alliés. Pourtant, un tel combat, avec ce qui s’est passé à l’Assemblée Nationale, devient une peine perdue.
Le 22 mai 2013, révèlent nos sources, en séjour à Kinshasa, le Secrétaire général de l’ONU et le Président de la Banque mondiale, sont invités à l’Assemblée nationale. Pour l’occasion, ils seront reçus par le bureau de la chambre basse et les présidents de tous les groupes politiques. En cette journée ensoleillée, tous les invités prennent place. Au dehors, Serge Mayamba s’amènent avec Kovo Ingila pour, selon eux, représenter le groupe UDPS/FAC. Ils auraient été recalés par la sécurité qui ne pouvait supporter pareil spectacle devant de si illustres personnages. Le vendredi 31 mars dernier, se tient une importante réunion entre les présidents de deux chambres Léon Kengo du Sénat et Aubin Minaku de l’Assemblée nationale, les présidents de quatre groupes parlementaires de l’opposition, Samy Badibanga de l’UDPS et Alliés, Jean-Lucien Bussa du MLC et Alliés, et Justin Bitakwira de l’UNC et Alliés ainsi que le Sénateur Bongongo, président d’un important groupe politique du Sénat. Soudain, Serge Mayamba s’invite et prend place dans la salle. Aubin Minaku proteste et l’invite à vider les lieux. Mais, il objecte, prétendant représenter le groupe UDPS/FAC.
Piqué au vif, Léon Kengo entre en scène pendant que Minaku fait appeler le service de sécurité. C’est ainsi que Mayamba aurait été jeté dehors, comme un intrus.

http://www.banamputu.com/2013/06/03/aubin-minaku-chasse-le-depute-serge-mayemba-en-faisant-appel-au-service-de-securite/

_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Lun 3 Juin - 15:59

?????HI HO HA Batiaki tembe mba chasser ye oh my god awelelaki 6000 dollars et puis aza ko profiter na kombo ya udps??? Je me pince pour ne pas pouffer de rire MAWAAAAA.

Vieux kutu aza gentil il fallait aloba na bango balongola kombo ya udps.

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Lun 3 Juin - 17:00



Crise à l'Est de la Rdc : le temps des solutions congolaises est venu, dixit Joseph Bangakya

Kinshasa, 03/06/2013 / Politique

Déclarant que le cœur de la République démocratique du Congo battait à l’Est du Congo, Joseph Bangakya a invité le gouvernement RDCongolais et la communauté internationale à aller plus loin que le milliard promis, et ce dans toutes les zones en proie à l’insécurité due aux groupes armés.


En périple à l'Est de la RDC, où il a été reçu à Goma par le Gouverneur du Nord Kivu, Julien Paluku Kahongya, le jeudi 30 Mai 2013, puis à Bukavu par le Gouverneur du Sud Kivu, Marcellin Cishambo, le vendredi 31 mai 2013, Joseph Bangakya qui a en outre rencontré notables, intellectuels, journalistes et hommes d'affaires, est plus que convaincu qu'il faille agir avec énergie et responsabilité, en privilégiant une approche congolaise responsable, avec la Communauté Internationale en appui, pour que la paix règne à l'est de la Rdc.

Tel est la quintessence du message que ce membre du Bureau Politique de la Majorité Présidentielle, Président National de l'ADH et ancien Vice Gouverneur de la Province Orientale, compte présenter à un groupe de Congressmen noirs américains, à Washington, et à un collectif d'associations à Pretoria, en Afrique du Sud.

Après des affrontements armés dus à la tentative du M23 de prendre la ville de Goma - pour empêcher le SG de l'Onu, Ban Kin Moon d'y atterrir- et l'ébullition qu'à connu la ville de Bukavu où une simple rixe entre deux hommes a failli tourner en conflit entre communautés, l'Est de la RDC reste un espace où la paix est précaire et la situation toujours volatile.

Ici, le moindre mot déplacé peut causer mort d'homme. Les intérêts sont tellement divergents, les armes en circulation presque libre, les soupçons tellement permanents et les blessures encore si fraiches, que la situation semble complexe et inextricable.

Mais, il faut du courage, de la lucidité, de la volonté, des hommes de bonne volonté. Et de l'espoir. Et des moyens. Pour un avenir meilleur, qui est possible et que nous devons léguer à notre postérité, et pourquoi pas en jouir nous-mêmes.

Tout en félicitant les dernières initiatives du Président de la République, Joseph Kabila, notamment les actions diplomatiques, la Force internationale neutre et la convocation prochaine des concertations nationales, Joseph Bangakya a rendu un vibrant hommage à Julien Paluku et à Marcellin Chisambo, respectivement gouverneurs du Nord-Kivu et du Sud-Kivu, pour leur courage.

Le président de l’Adh a en outre loué leur approche, le dialogue, car dit-il : « plus que de victimes militaires, nous avons besoins de nous comprendre ».

Déclarant que le cœur de la République démocratique du Congo battait à l’Est du Congo, Joseph Bangakya a invité le gouvernement RDCongolais et la communauté internationale à aller plus loin que le milliard promis, et ce dans toutes les zones en proie à l’insécurité due aux groupes armés, allant des Uélés, en Province Orientale, en passant par l’Ituri, le Nord-Kivu, le Sud-Kivu et le Haut-Katanga.

Ci-après les solutions de Joseph Bangakya :

1. Rétablissement de la sécurité et de l'autorité de l'Etat

2. La fin des discours populistes et souvent irresponsables, à tous les niveaux

3. Une éducation des consciences en vue d'une cohabitation plus harmonieuse des communautés

4. Se pencher sérieusement sur l'intégration économique

5. Une vraie action humanitaire gérée par ou avec des Congolais

6. La fermeté et la cohérence du Gouvernement RDCongolais, qui doit savoir défendre et expliquer ses positions, au peuple et aux partenaires.

7. Les solutions aux problèmes congolais doivent être congolais, la Communauté Internationale n'intervenant qu'en appui

8. Les grandes puissances ainsi que la Communauté Internationale doivent reconnaitre et respecter ce droit à la RDC

9. Une action permanente et d'envergure envers Washington, Londres et New York est indispensable. La RDC doit absolument convaincre les USA, la Grande Bretagne et les Nations Unies, ainsi que les grandes institutions (financières) internationales de sa capacité à se réformer, en vue d'être un espace de bonne gouvernance et attractif en affaires, sans jamais brader les intérêts de la RDC. C'est possible à faire.

Bien sur que les alliés traditionnels comme la Belgique, la France, l'Union Européenne, ainsi que les nouveaux, Chine, Japon, Inde... doivent le demeurer.

Pour Joseph Bangakya, plus que jamais, la cohésion nationale est une priorité.

C.L./MMC

--------------------------------------------------------------------------------

(CL/Yes)

Last edited: 03/06/2013.




Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Mer 12 Juin - 16:05

La comédie continue que nos deshonorables de la soi disant opposition siègent et qu'ils se taisent..............MAWA PLEIN.

Sista boni?? Nazelaki obenga HEIN????


Conséquence inattendue de la pétition contre Minaku : déballage au sein de l’Opposition parlementaire


Le monnayage présumé des motions éclabousse certains députés. Après avoir claqué la porte lundi dernier, les opposants présents à la plénière de ce mercredi
Les députés de l'Opposition ont déposé, hier mardi 11 juin, une pétition contre le président de l'Assemblée nationale. C'est en fait la suite logique de leur boycott de la séance plénière du lundi dernier. Et pour cause, ces élus de quatre groupes parlementaires reprochent au speaker de la Chambre un certain nombre de faits dont le plus saillant reste le gel de leurs initiatives prises dans le cadre du contrôle parlementaire.

Cette pétition qui a réuni quelque 56 signatures, a expliqué le député José Makila qui a présidé la rencontre de tous les élus de l'Opposition, sera examinée dans les 48 heures qui suivent. "Notre démarche vise à restaurer la dignité du député. Nous avons convenu que le président de l'Assemblée nationale ne va pas présider la séance de demain. Et c'est le 1er vice-président qui la présidera. Nous reprochons au président de geler toutes les initiatives émanant des députés de l'Opposition. Il ne nous facilite pas la tâche de travailler normalement. Voilà pourquoi nous signons une pétition contre le président du bureau de notre Chambre", a déclaré le même député qui se dit indigné du comportement du président de l'Assemblée nationale.

L'OPPOSITION DEBALLEE

Le président de l'Assemblée nationale qui a rencontré les députés de l'Opposition n'a pas manqué de rafraîchir la mémoire de ces élus sur ce dont on l'accuse. Il a éclairé la lanterne des uns et des autres sur le fait que son bureau a enregistré 87 questions orales avec débat, 26 questions d'actualité, 13 motions d'interpellation, 12 demandes des commissions d'enquête parlementaire et deux motions de défiance. Toutes ces initiatives émanent des députés de l'Opposition et de la Majorité. " A l'occasion d'une conférence des présidents, il était entendu que chaque président du groupe parlementaire puisse conscientiser les députés afin que nous ne puissions pas banaliser le contrôle parlementaire. Il était aussi entendu que le bureau devrait de temps à temps arbitrer pour savoir quelle motion et quand faut-il la programmer. Ceci pour la bonne gestion du temps nous imparti. Aussi au sujet de la motion de défiance contre le ministre des Mines, je dois vous édifier sur les péripéties de cette motion dont l'auteur m'avait écrit pour demander qu'on ne puisse pas la programmer parce qu'il allait l'enrichir. Est-ce qu'un député a le droit de surseoir à une motion sans consulter les autres députés ? Alors comment dois-je me permettre de geler les actions émanant essentiellement de l'Opposition ? Ce sont des questions que nous devons nous poser et que nous devons mettre sur table pour travailler en toute transparence", a souligné le président de l'Assemblée nationale aux députés de l'Opposition.

Après cet entretien, le speaker de la Chambre qui a pris acte de la pétition prise contre lui, a rassuré ses interlocuteurs sur le fait que c'est le 1er vice-président qui présiderait la séance de ce mercredi. Aussi, a-t-il rassuré que les deux motions de défiance contre les ministres des Mines et du Portefeuille seront traitées avant la clôture de la session.

Le président de l'Assemblée nationale sorti, place au déballage au sein de l'Opposition. Cette information donnée par Aubin Minaku a jeté un véritable pavée dans la marre. Pareil aux Apôtres qui se regardaient lorsque Jésus leur avait annoncé que quelqu'un d'entre vous allait le livrer. Il se fait que la motion de défiance contre le ministre des Mines a été initiée par le député du groupe parlementaire MLC et Alliés, Germain Kambinga. C'est donc lui qui avait écrit au bureau de l'Assemblée nationale pour surseoir à la motion sans toutefois informer ses collègues.

A l'issue de la réunion, certains députés se sont sentis frustrés voire diminués à partir de cette information qui apparemment dévalorise la pétition initiée contre le président de la Chambre. « En réalité, Aubin Minaku ne gèle pas les motions. Ce sont les initiateurs eux-mêmes qui sont à la base du blocage de la machine. Avec de telles actions prises en solo sans informer les autres, comment peut-on taxer le président de la Chambre de quelqu'un qui ne veut pas du contrôle parlementaire ? Voilà des questions qui méritent d'être posées », confie un fin connaisseur des arcanes parlementaires.

L'OPPOSITION AUJOURD'HUI DANS L'HEMICYCLE

La pétition contre le président du bureau de l'Assemblée nationale déposée, les députés de l'Opposition vont reprendre leurs places dans l'Hémicycle du Palais du peuple. Surtout que les motions contre les ministres des Mines et du Portefeuille sont programmées au courant de cette semaine. La pétition déposée sera ainsi examinée demain en plénière. Une pétition qui est déjà visée de toute sa substance. Parce que ce dont on accuse Aubin Minaku démontre clairement que la faute revient aux députés initiateurs des motions qui demandent au bureau de ne pas les programmer sans toutefois informer leurs collègues. Voilà qui dirait que l'Opposition est rattrapée par sa propre ruse.


Dorian Kisimba
Kinshasa, 12/06/2013 (Forum des As, via mediacongo.net)


Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Dim 16 Juin - 17:50

Un deshonorable à l'oeuvre moyibi, lokoso, malhonnête et pense être au dessus de tout.

http://afrique.kongotimes.info/rdc/parlement/5941-extorsions-fonds-congo-depute-mayaya-sbires-utilisent-force-parvenir-leurs-fins-vole-bien-autrui-sans-impunite.html

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  mapata le Dim 16 Juin - 19:53

Rien d´étonnant Mongo Elombe voila la raison pour la quelle ils sont beaucoup a devenir députés simplement pour être élus honorable et déshonorés la population.

mapata
Modérateurs

Messages : 660
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Ven 21 Juin - 20:33

Nos deshonorables qui votent des lois et font croire que tout va bien bavandi Kisasa baza kobanga kozonga na Katanga ooo insécurité??? Ah bon??? honte à eux et ça représente le peuple mawaaaaaaaa.
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°



Pour insécurité généralisée
Katanga : Les députés dans l’incapacité d’aller en vacances parlementaires ! Kinshasa, le 21/06/2013


C’est depuis le 15 juin dernier que la session de mars 2013 a pris fin. Et sur ce, les députés nationaux devraient déjà regagner leur circonscription électorale en vue de rendre compte à la base. Pour les élus de la Province du Katanga, cela pose un grave problème, car leur province est dans une insécurité généralisée.

Il y a entre autre le problème de Bakata Katanga, les Maï Maï Gédéon, etc. A en croire les dires de l’Honorable Pico Mwepu, il est impossible de traverser le chemin pour arriver dans sa circonscription électorale, qui est Malemba Nkulu. Le seul moyen serait de louer un avion pour atteindre son village. Face à cette situation inquiétante, ce Député national en appelle à l’intervention du Gouvernement.

Dans son discours de clôture de la session de mars, le Président de l’Assemblée nationale, l’Honorable Aubin Minaku, a donné le go pour les vacances parlementaires, en souhaitant un bon séjour aux élus dans leurs circonscriptions. Mais, un sérieux problème se pose surtout pour les élus de la province du Katanga.ils sont dans l’incapacité de regagner leur circonscription à cause de l’insécurité.

Se livrant à la Prospérité, Pico Mwepu Kanyanta Bilonda, élu de Malemba Nkulu a déclaré : « Nous sommes venus ici à Kinshasa pour la session ordinaire de Mars. Nous venons de passer totalement 3 mois et nous avons droit à trois autres mois pour les vacances parlementaires. C’est donc une obligation constitutionnelle.

Nous sommes obligés de rejoindre la base pour récolter quelques données. Il sera question pour nous de voir comment la population vit ; les préoccupations de notre population, c\'est-à-dire comprendre les réalités de terrain, ce qui marche et ce qui ne marche pas ». Et d’ajouter que les données que nous allons accueillir nous permettront d’élaborer le rapport des vacances parlementaires qu’on va soumettre à qui de droit.
Respect à la constitution…

A en croire les propos du Député National, personne ne peut passer outre la constitution. Et les vacances parlementaires sont obligatoires pour tout élu. « C’est un travail de complémentarité et de synergie entre le gouvernement et les Députés », a-t-il indiqué.

A la question de savoir la raison qui empêche les élus du Katanga de rejoindre leurs électeurs, l’Honorable Pico Mwepu n’a pas tergiversé pour éclairer l’opinion tant nationale qu’internationale. « Même si le Gouvernement ne veut pas le dire, mais dans la Province du Katanga, il y a une insécurisée généralisée. Avant, celle-ci se focalisait sur le triangle de la mort, c\'est-à-dire Mituaba- Pueto-Manono et Malemba Nkulu. Aujourd’hui, c’est proche même de Lubumbashi.

 L’insécurité est donc là. Si le Gouvernement avait des moyens, il allait déployer les élus sur terrain pour voir dans quel mesure on peut sensibiliser la population face à cette situation de guerre ».


Expliquant ainsi les raisons de cette insécurité, le Député national pense que cela est dû aux potentialités de la province. « Le comble, c’est que les gens ont tendance à croire que les richesses du Katanga sont pour les Katangais seulement. Pour prétendre avoir ces richesses là, il faut d’abord être investisseur. Ce sont des potentialités qui ne sont pas encore en richesse », a-t-il expliqué.

 Très souvent, les congolais n’investissent pas, ce sont les occidentaux qui mettent le paquet. Sur ce point, l’élu de la majorité présidentielle s’est voulu plutôt explicite : « Ceux qui viennent avec des capitaux pour investir sont de l’extérieur. Des capitaux pour des marchés mondiaux. Des sociétés comme Tenke Fugurumé sont des capitaux purement américains. Ils viennent investir avec 2 milliards.

 Ils travaillent la terre, ils obtiennent des minerais, ils transforment des minerais, et vont vendre. Le problème, c’est que l’on n’a pas des marchés de cobalt, ni des cuivres. Parce que la vente, c’est ailleurs, les capitaux ne nous reviennent pas. Avec la technologie, une usine qui pouvait engager 15 mille employés, n’a que 2 mille, c’est parce que la technologie est avancée », a-t-il fait savoir. Et de poursuivre, que l’exploitation est faite par les autres, c\'est-à-dire les blancs.

 Et, ce sont eux qui tirent des richesses. C’est le blanc qui vienne réveiller ces richesses et selon le code minier, il retire leurs capitaux. C’est là que se déroule la vente des minerais. Les miettes qui reviennent au pays, c’est pour payer les personnels, avoir des capitaux parce que ces richesses sont des potentialités et donc il faut investir pour comprendre que c’est effectivement les richesses. Pour lui, tous les capitaux tirés des minerais se trouvent à l’extérieur. « La population pense que l’argent lui appartient, alors qu’elle n’a pas investi.

C’est une erreur de croire que nous sommes riches. Les richesses dorment, et il faut les expérimenter. Même la bible nous dit que l’homme mangera à la sueur de son front. Les gens ne veulent pas travailler mais ils exigent des richesses. Voilà les problèmes qui créent la guerre dans la Province du Katanga. C’est la convoitise », a t il renchéri.
 
Des tonnes de médicaments traînent à Kinshasa
Conscient des multiples maladies qui peuvent nuire à la santé de la population de sa circonscription, l’élu Pico Mwepu a prévu plus de 5 tonnes de médicaments pour arrêter les différentes maladies qui attaquent la population en générale, et les enfants en particulier.

 Parmi ces maladies, il y a lieu de citer l’anémie. Avec ce problème d’insécurité, il est difficile pour le Député National d’apporter ce colis dans sa circonscription. Le gouvernement est donc appelé à faire diligence pour trouver des solutions à ce problème de guerre.

ITK






[url=http://www.laprosperiteonline.net/show.php?id=14473&rubrique=La Une]
DGDA : la tête de Rugwiza dans l’œil du cyclone ! Kinshasa, le 21/06/2013 [/url]

[url=http://www.laprosperiteonline.net/show.php?id=14462&rubrique=La Une]Pour insécurité généralisée
Katanga : Les députés[/url]

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Mongo Elombe le Ven 21 Juin - 21:27

BABABASWE alobi tozonga misala ezali, j'ai déjà suivie l'histoire de ce jeune et ça continue, la loi du plus fort INDIGNONS NOUS............

Abus de pouvoir :
Kinshasa : Le climat des affaires malade des «hommes du président»


Néhémie Mwilanya Wilondja, conseiller principal chargé des questions juridiques à la Présidence de la République. Photo GLM
A moins de 72 heures du lancement - par l’ambassade du Congo-Kinshasa à Bruxelles - de la 3ème édition du Forum économique congolais dans l’Union européenne, sous le thème «Réformes économiques, opportunités d’affaires et participation de la diaspora à la reconstruction en RDC», un jeune bruxellois, nommé Patrick Amisi, lance, depuis Kinshasa, de véritables «appels au secours». En cause, il se dit «spolié». Propriétaire de l’établissement «Pro fitness», Amisi a été déguerpie au motif que l’immeuble qui abrite sa société a été racheté par un certain Elie Lungumbu, un personnage sulfureux qui est présenté comme un proche de Zoé Kabila. Selon des sources judiciaires contactées par des correspondants de Congo Indépendant, Lungumbu serait «protégé» par un certain Néhémie Mwilanya Wilondja qui ne serait autre que le chef du «collège de conseillers juridiques» au cabinet de «Joseph Kabila». Où est l’exemplarité ?
De quoi s’agit-il ?

Ancien de Bruxelles, Patrick Amisi décide, en 2009, de rentrer au Congo où il a décidé de lancer une petite entreprise dans le secteur de la «remise en forme», autrement dit «fitness». Il prend en location une salle située dans l’immeuble «Galeries présidentielles», dans la commune de la Gombe. Le bail est conclu pour cinq ans. Le 10 janvier 2010, il inaugure son établissement dans lequel il fait installer les équipements les plus modernes. Coût de l’investissement : 50.600 $ US.

En rentrant dans son pays, «Patrick» avait conscience qu’il prenait des risques. Le Congo, hier le Zaïre, traîne derrière lui une longue et très fâcheuse réputation de «pays à très haut risque» pour les investissements. Et ce, du fait d’une part de l’absence d’une justice indépendante et impartiale et de l’autre, de l’imprévisibilité des dirigeants. «Que vouliez-vous que je fasse? C’est le pays qui m’a vu naître…». C’est la réponse que Patrick continue à donner aux parents et amis qui lui conseillaient «d’attendre un peu». Ce qui devait arriver arriva.

Neuf mois après l’inauguration, soit au mois d’octobre 2010, le jeune patron reçoit la visite d’un homme trapu à la mine patibulaire. Sur un ton qui n’admet pas de réplique, le visiteur lance : «Je viens d’acheter cet espace. Je souhaiterai que vous puissiez quitter les lieux dans les meilleurs délais… ». Amisi de répliquer : «Je suis locataire du lieu avec un bail en bonne et due forme d’une durée de cinq ans». Il s’en suit un dialogue de sourds. Avant de quitter le lieu, le visiteur décline son identité : Elie Lungumbu. «Je travaille pour la Présidence de la République», ajoute-t-il avant de disparaître.

Que faire? Patrick Amisi saisit le Tribunal de Grande Instance de la Gombe (TGI). A sa grande surprise, Lungumbu revient au "Pro fitness". Cette fois, il est accompagné de plusieurs policiers. C’était le 8 juin 2012. Bien que n’étant munis d’aucun titre, ceux-ci se sont mis à jeter les équipements dans la rue avant de placer des scellés. Informé, le bourgmestre de la commune de la Gombe fait enlever les scellés avant d’ordonner l’arrestation de Lungumbu. Patrick prendra conscience qu’il a à faire à des «hommes puissants» quand il apprendra la remise en liberté de Lungumbu par… le colonel Kanyama Tshishiku Bilolo, mieux connu sous le pseudonyme d’«Esprit de mort».

En fait, Lungumbu est un «intouchable». A preuve, il nargue les magistrats en rechignant de répondre aux convocations. Il est absent à toutes les audiences. Pire, il intimide certains magistrats et agents du ministère public près le TGI. La justice est impuissante. Certains magistrats avouent secrètement être "désarmés" face à cet homme. Quelle est donc la botte secrète du sieur Lungumbu ?

Selon nos correspondants à Kinshasa, "Elie" serait «très proche» du conseiller principal à la Présidence de la République chargé des questions juridiques. Son nom : Néhémie Mwilanya Wilondja. Il semble bien que le prénommé «Néhémie » sèmerait la terreur dans les milieux judiciaires. Une source judiciaire jointe vendredi 21 juin au téléphone à Kinshasa de murmurer:« Néhémie Mwilanya Wilondja est très influent dans les milieux judiciaires. Il fait et défait les carrières des magistrats tant au niveau du siège que du parquet…». «Je suis victime d’une injustice, s’enrage Patrick Amisi. Je n’ai pas volé l’argent. J’ai construit cet espace avec toutes mes économies ramenée de la Belgique. J’ai perdu non seulement ma clientèle mais aussi mes matériels».

Question : Où est l’exemplarité de la part des hommes qui se targuent d’être les proches collaborateurs du chef de l’Etat ? Patrick Amisi n’est pas la première victime de l’insécurité judiciaire et juridique au Congo-Kinshasa. Le patronat congolais dénonce sans cesse l’inefficacité de la justice congolaise. Des diplomates en poste à Kinshasa répètent la même chose. Les autorités congolaises ne devraient-ils pas commencer par "sécuriser" le climat des affaires avant d’inviter les investisseurs? En tous cas, cette affaire est un mauvais signal pour les Congolais de la diaspora désireux d’aller investir dans leur pays...
Baudouin Amba Wetshi
© Congoindépendant 2003-2013
Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2013 mkz@congoindependant.com Tél : +32 475 22 90 65.╒



Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 20:44


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum