Reveillons nous n attendons pas que on nous le demande car nous sonmes les premiers concernésé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Reveillons nous n attendons pas que on nous le demande car nous sonmes les premiers concernésé

Message  Laurabelle le Dim 23 Mar - 12:49

Quelqu´un a dit que quand on a gouté au miel, il est difficile de cesser d´en consommer, voila la situation dans laquelle se retrouve Kabila et ses suiveurs, engraissés par la richesses du Congo, les imposteurs ne veulent plus quitter le poste qu´il prétend avoir obtenu par élection, au fait ce dernier temps nous enregistrons de tentative d´usurpation de pouvoir.
Ils ont été a la base de la constitution actuelle et nous l´on fait voter, alors nous disons 2 mandat et dégage ne nous laissons pas distraire par les astuces politiciennes qui n´ont qu´un seul intérêt continue a diriger par défit.
Pour ce faire cher compatriote nous devons rester vigilant et cette fois accepter que les chars de cet imposteur marche sur nos corps avant de changer la constitution.
Ingeta

Laurabelle
Modérateurs

Messages : 224
Date d'inscription : 07/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reveillons nous n attendons pas que on nous le demande car nous sonmes les premiers concernésé

Message  zikombe le Dim 23 Mar - 13:02

Nous avons tout fait marches, manifestations etc... pour faire comprendre a ses voleurs que le Congo appartenait a tous les Congolais et que l´on ne pouvait pas le gérer comme sa poche, ils n´ont rien compris et ayant prit le plaisir de manger le miel gratuitement,ils veulent rester au pouvoir sans rien faire sauf que régner par défit.
Congolais voila qu´ils nous offrent l´occasion tant rêver de les foutre dehors, prenons notre courage a deux mains et faisons le travail certes il y aura des pertes mais notre sachez que notre respect ne vaut pas des prix.
S´il faut mourir pour laisser un Congo bien géré a nos successeurs alors nous mourrons.

zikombe
Modérateurs

Messages : 391
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reveillons nous n attendons pas que on nous le demande car nous sonmes les premiers concernésé

Message  Ousmane le Dim 23 Mar - 13:32

Je suis d´accord avec tout ce qui est dit dans les interventions précédentes, mais pour faire face a cette situation d´une façon positive il faut que la population Congolaise se manifeste pour contrer cette fraude.
C est seulement le peuple qui peut le faire car nos politiciens toute tendances confondus considèrent la politique comme un gagne pain au lieu d´un ministère pour servir le peuple donc la balle est dans notre camps notre devons nous lever comme un seul homme et montrer aux politiciens que nous sommes les souverains premiers et que tout doit être fait pour servir le peuple.

Ousmane
Modérateurs

Messages : 449
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reveillons nous n attendons pas que on nous le demande car nous sonmes les premiers concernésé

Message  Mongo Elombe le Dim 23 Mar - 19:44

Kabila et les 40 voleurs n'ont pas encore compris qu'on est 2014...le congolais certains ont compris...

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reveillons nous n attendons pas que on nous le demande car nous sonmes les premiers concernésé

Message  Mongo Elombe le Ven 11 Avr - 15:32

On dort sommeil de bébé comme dit l'autre...

Nabetaki mboda le pays est pacifié.....MENDE en dit quoi?

http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=8827

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reveillons nous n attendons pas que on nous le demande car nous sonmes les premiers concernésé

Message  Ramboché le Ven 11 Avr - 15:47

Si Tshisekedi était leader dans un autre pays, il serait déjà président de la RDC mais avec un peuple comme les Congolais c est impossible car il est mal compris est trahit a tout bout de champs surtout par les Congolais de la diaspora.

Ramboché
Modérateurs

Messages : 476
Date d'inscription : 17/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reveillons nous n attendons pas que on nous le demande car nous sonmes les premiers concernésé

Message  Mathilde le Ven 11 Avr - 15:56

Ramboché a écrit:Si Tshisekedi était leader dans  un autre pays, il serait déjà président de la RDC mais avec un peuple comme les Congolais c est impossible car il est mal compris est trahit a tout bout de champs surtout par les Congolais de la diaspora.

Pour une fois, je suis tout a fait d'accord avec toi....... Sad Sad 

_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reveillons nous n attendons pas que on nous le demande car nous sonmes les premiers concernésé

Message  mapata le Ven 11 Avr - 16:51

Malgré que Rambo a écrit ce commentaire un autre esprit mais je crois aussi que c est vrai le vrai opposant
Congolais est mal compris par les Congolais rien qu´a lire certains commentaires ci haut on comprend qu avec les Congolais une révolution est difficile a faire mais le président élu a déjà compris et il s y prend autrement.

mapata
Modérateurs

Messages : 660
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reveillons nous n attendons pas que on nous le demande car nous sonmes les premiers concernésé

Message  Ramboché le Ven 11 Avr - 17:11

Mapata je suis un Congolais et j aime mon pays comme toi aussi mais et je le répète sans arrière pensée si nous étions dans un autre pays le peuple a partir de tout ce que Tshisekedi a fait et dit serait descendu dans la rue pour aller chercher le pouvoir mais le comble chez les Congolais on veut que Tshisekedi le fait a leur place et en plus les Congolais ne savent pas encore décortiquer son langage je n irai pas loin.

Ramboché
Modérateurs

Messages : 476
Date d'inscription : 17/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reveillons nous n attendons pas que on nous le demande car nous sonmes les premiers concernésé

Message  Ousmane le Sam 12 Avr - 18:54

Rambo on t a chassé de la Kabilie ou comment ?
Comment deviens tu aimable sur la personne de Tshisekedi ?

Ousmane
Modérateurs

Messages : 449
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reveillons nous n attendons pas que on nous le demande car nous sonmes les premiers concernésé

Message  Mongo Elombe le Sam 12 Avr - 21:14

Rambo oza kobela où bien omeli trop? Tu plaisantesoù bien?

Pourtant je comprends ce que tu écris mais eza kokota na mutu te pourtant c'est du français...

Nakamwe ooo au secours bolamuki sa nga un mauvais cauchemar bolamukisa nga.

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reveillons nous n attendons pas que on nous le demande car nous sonmes les premiers concernésé

Message  Mongo Elombe le Sam 12 Avr - 21:38

http://www.mediacongo.net/home.asp

Le pays est pacifié....continuons de dormir pongi ya bébés.

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reveillons nous n attendons pas que on nous le demande car nous sonmes les premiers concernésé

Message  Mongo Elombe le Ven 2 Mai - 19:31

Ça se réveille mais certains aiment trop l'argent..... Eyinda...




Accueil Charte Qui sommes-nous? Rédaction Aidez votre journal
02 Mai 2014



Alternance démocratique :

«Joseph Kabila» et les signes du temps



Le "raïs" "Joseph Kabila"
Les activistes de la société civile du Katanga ont initié une pétition "pour faire échec" à la révision constitutionnelle permettant à "Joseph Kabila" de briguer un troisième mandat à la tête de l’Etat. C’est un coup tonnerre dans le ciel de la "Kabilie".

A Lubumbashi, les pétitionnaires, par la bouche de Dieudonné Bin Masudi, assurent avoir déjà récolté plus de 100.000 signatures. Ils appellent "toutes les organisations" à mobiliser la population "pour que nous puissions ensemble préparer cette alternance démocratique dans notre pays".

Coïncidence ou pas, cette nouvelle tombe "plutôt mal" à quelques heures de l’arrivée à Kinshasa d’un certain John F. Kerry. Dans une interview accordée à la "Voice of America", le secrétaire d’Etat américain a déclaré qu’il entendait, lors de son passage à Kinshasa, déconseiller au potentat congolais de modifier la Constitution pour ses propres intérêts.

Intervenant sur le même média, l’ancien sous-secrétaire d’Etat aux Affaires africaines, Herman Cohen, est allé plus loin : "Joseph Kabila n’a pas bien travaillé, il doit partir". Pour lui, Paul Kagamé n’est pas un démocrate mais a permis à son pays de progresser au plan économique et social.

On peut gager que les "nationalistes de gauche" autoproclamés et autres opportunistes qui gravitent autour du "raïs" vont crier leur indignation suite à la "souveraineté nationale outragée" par les deux "Yankee". Ne dit-on pas que l’ingérence se nourrit de la dépendance?

La symbolique

Le successeur de Mzee Laurent-Désiré Kabila et ses partisans seraient mal inspirés de se poser la légendaire question chère à ceux qui ne croient qu’aux rapports de force : "La Société civile du Katanga, combien de divisions?". Pourquoi?

D’abord, la force de la symbolique. La province du Katanga est considérée, à tort ou à raison, comme étant le fief du pouvoir kabiliste. Natif d’Ankoro au Nord Katanga, en pays Luba, LD Kabila était un Muluba du Katanga ou Lubakat. "Joseph" lui a été proclamé "Mulubakat à 100%" sur un oukase du Grand Chef balubakat Kasongo Nyembo. C’était à quelques mois du premier tour de l’élection présidentielle de 2006. Il semble que l’homme du 26 janvier 2001 ne ferait plus rêver les ex-Shabiens. En cause, des promesses non-tenues. Le même reproche est entonné dans les autres régions.

Ensuite, en dépit de cet "adoubement", "Joseph Kabila" s’est révélé incapable de tisser des liens avec la population tant au Katanga que dans les autres provinces. Lorsqu’il se rend dans l’ex-Shaba, l’homme évite tout contact avec les gens. Il reste cloîtré dans ses ranchs au Parc de Kundelungu ou sur la route de Kasumbalesa. Aux quatre coins du pays, les attentes de la population paraissent aux antipodes des priorités des gouvernants. C’est le cas notamment de la sécurité des personnes et des biens.

Ne touche pas à la Constitution

Contre-pouvoir social par excellence, l’église catholique au Katanga est loin d’être tendre avec le pouvoir kabiliste. Dans une lettre pastorale datée du 13 février 2014 intitulée "Pleurons avec ceux qui pleurent", l’Assemblée épiscopale de la province ecclésiastique de Lubumbashi a littéralement tancé le gouvernement central pour son "attentisme" face aux exactions infligées à la population par les miliciens maï maï Ba Kata Katanga mais aussi pour l’"insécurité socio-économique" qui "amplifie la misère au sein de notre population". Et de dénoncer, au passage, les «salaires pharaoniques» du personnel dirigeant et "la main noire qui manipule des jeunes gens transformés en tueurs impitoyables".

Le coup de gueule des évêques de la capitale du cuivre et celui de la société civile du Katanga mettent à nu une réalité : "Joseph Kabila" n’a plus de fief. Il a retrouvé son état naturel d’OVNI politique. Etre vomi par les siens n’a jamais été de bon augure pour un politicien.

Dans la capitale, les représentants des forces politiques et sociales n’ont pas cessé de clamer tout le mal qu’ils pensent à toute idée de révision de la Constitution. La Conférence des évêques du Congo (Cenco) a mis en garde contre tout projet d’amendement de l’article 220 de la loi fondamentale.

Décidé à briguer un troisième mandat à la tête de l’Etat, «Joseph Kabila» et ses acolytes semblent souffrir d’une sorte d’"autisme politique". C’est quoi l’autisme? "Développement exagéré de la vie intérieure avec perte du contact affectif avec la réalité".

Dans son discours prononcé le 23 octobre 2013, "Joseph" invitait les deux chambres du Parlement ainsi que le gouvernement à constater comme lui qu’"il y a lieu (...) d’entrevoir les modalités pratiques d’organiser les élections provinciales au suffrage universel indirect, afin de minimiser le coût des opérations électorales". Enfermé dans ses certitudes, l’homme croit être toujours et encore le maître du jeu. Il a toutes les cartes en main.

Selon certaines indiscrétions, le "raïs" aurait confié à son frère "Zoé" le "marché" relatif à l’impression de tous les documents électoraux. Il faut dire qu’il n’y a pas eu d’appel d’offres. Le frangin du président aurait pour partenaire un Sud Africain nommé Robert Gumede.

L’humeur du moment

Les spécialistes en marketing politique ou en communication conseillent généralement aux candidats à une élection de ne jamais négliger un des éléments essentiels qui contribuent à la victoire. Il s’agit de ce qu’ils appellent l’"humeur du moment". L’humeur n’est rien d’autre que les besoins ou les attentes des électeurs potentiels. Les mêmes spécialistes d’estimer que le candidat est le premier facteur qui fait gagner. A la condition que ses propositions et ses qualités correspondent de mieux aux... attentes de la population.

Questions : Quelle est l’humeur du moment des citoyens congolais ayant l’âge de voter? Les Congolais rêvent-ils de voir "Joseph Kabila" briguer un troisième mandat à la lumière d’un bilan aussi désastreux?

Dans son allocution prononcée le 23 octobre 2013, «Joseph Kabila» est resté incorrigible. Il invitait les deux chambres du Parlement et le gouvernement à constater avec lui la nécessité d’organiser les élections provinciales au "suffrage universel indirect". Motif invoqué : "minimiser le coût des opérations électorales". Un fallacieux prétexte. En réalité, ce mode de scrutin rend aisé la corruption les "grands électeurs".

A Mbandaka, le secrétaire général du parti présidentiel, Evariste Boshab, enfonçait le clou en répétant à maintes reprises leur volonté de "conserver le pouvoir". Et ce, "afin de pérenniser les actions de Joseph Kabila". Lesquelles? L’orateur est resté muet.

Le Congo-Kinshasa se trouve à un tournant de son Histoire. Les Congolais sont plus que jamais demandeurs d’une alternance démocratique conformément aux préoccupations exprimées par le pouvoir constituant originaire lors du référendum de 2005. "J’y suis, j’y reste!" semble être le message subliminal que le "raïs" et ses oligarques envoient au pays tout entier. Gare à toute tentative de passage en force. Les conséquences pourraient être désastreuses. Pour tout le monde.

Baudouin Amba Wetshi
© Congoindépendant 2003-2014






╕ Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2014 mkz@congoindependant.com Tél : +32 475 22 90 65. ╒

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reveillons nous n attendons pas que on nous le demande car nous sonmes les premiers concernésé

Message  Jules andré le Ven 2 Mai - 20:42

"Inntervenant sur le même média, l’ancien sous-secrétaire d’Etat aux Affaires africaines, Herman Cohen, est allé plus loin : "Joseph Kabila n’a pas bien travaillé, il doit partir". Pour lui, Paul Kagamé n’est pas un démocrate mais a permis à son pays de progresser au plan économique et social."
Herman Cohen a raison mais en ce qui nous concerne nous devons faire attention a ce genre de rhétorique car ce sont eux qui ont placé Kanambe au pouvoir en faisant se genre de commentaire, ils nous faire croire qu íls veillent au grain mais en escomptant que nous baissions la vigilance pour donner la main a Kanambe.

Jules andré
Modérateurs

Messages : 401
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reveillons nous n attendons pas que on nous le demande car nous sonmes les premiers concernésé

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 8:38


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum