Des migrants expulsés de Brazzaville vers Kinshasa

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Des migrants expulsés de Brazzaville vers Kinshasa

Message  Mongo Elombe le Lun 19 Mai - 0:05

Voilà où mène certaines actions irréfléchies attendons la réaction de SASSOU....point de vue en face eza kopesa motema pasi biso mpe quoi que je n'aime pas la violence et la mort des innocents.
........../////.....

Pendant qu'au Congo-Brazzaville, l'opération « MBata Ya Bakolo » ne fait pas de victimes, à Kinshasa une autre réalité vient d'être enregistrée :

C'est la conséquence des résultats de la désinformation des médias de la RD Congo et du relais hasardeux de certains députés soi-disant de l'opposition, comme Mr Vuela, en quête d'une certaine célébrité et pleins d'autres encore.. En effet, relativement au dossier des refoulements des sans-papiers du Congo Brazzaville, un jeune étudiant congolais de Brazzaville battu à mort à Kinshasa.



https://www.youtube.com/watch?v=9G-kuPuuHQM

http://www.dailymotion.com/video/x1vhzzy_un-etudiant-congolais-de-brazzaville-battu-a-kinshasa_news



Relayer cette information au général Jean François NDenguet, que l'opération « MBata Ya Bakolo » doit continuer en toute quiétude, de ne plus renouveler les papiers de ces sauvages qui méritent une éducation.

Que la république demande officiellement, à l'état zaïrois, l'arrestation de tous les directeurs de publications de leurs pays qui ont incité à la haine, qu'ils soient jugés et sévèrement condamnés.

Nous demandons qu'une enquête soit conduite, les visages des bourreaux sont bien visibles sur la vidéo, le quartier est facile à repérer et les habitants de ce quartier pourront facilement aiguiller les policiers zaïrois.

Combien de congolais sont délinquants au Zaïre ?
Combien d'immigrés congolais sont au Zaïre ?

Relayez s'il vous plaît cette information aux autorités du pays.

Très patriotiquement !
No comment.

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des migrants expulsés de Brazzaville vers Kinshasa

Message  Mongo Elombe le Lun 19 Mai - 0:08










UN ZAÏROIS EST-IL UN FAUSSAIRE ? MÊME DES MÉDIAS NATIONAUX SONT DANS LE FAUX ! PITIÉ POUR CE PEUPLE QUI MÉRITE MIEUX.

Après avoir participé à une manifestation anti-Sassou / Kabila à paris, suite à l'opération « Mbata Ya Bakolo », qui consiste à chasser les « Kuluna » et à expulser les zaïrois sans papiers de Brazzaville vers Kinshasa ,et, après avoir dénoncé les expulsions et le concept de cette opération, l'observation dans le temps, me permet, aujourd’hui de voir les choses autrement :




Carte de la RDC.



Comment voulez-vous prendre au sérieux les zaïrois. Je suis même convaincu que l'histoire de l'est du Zaïre est tellement truffée du mensonge : J'avais débattu au début de cette histoire de l'est avec ceux d'« Apareco » et d'autres organisations zaïroises, ils étaient tellement passionnés, qu'ils m'ont demandé de les désactiver de la liste mail du forum de discussion « Nerrati-Press », puis, certains m'ont informé par mail de ne plus me lire.

Pendant l'opération « Mbata Ya Bakolo », Je défie quiconque dans la communauté congolaise,

- Qui est le premier a décelé le mensonge kinois ? C'est moi ANK.

- Qui sur « Facebook » et sur le net en général, essaye de dire un zaïrois reste un zaïrois ? C'est encore moi !

- Qui sur « Facebook » et sur le net en général, invite les congolais de se méfier des zaïrois ? C'est encore moi !

- Qui sur le net, et au sein de la communauté congolaise, a envoyé dos-à-dos, le phénomène « Kuluna » et le phénomène « Combattant » ? C'est encore moi !

- Qui ici est triste de voir la manière que les congolais [ que je lis ici tous les jours (Rires !!!) ] analysent l'opération « Mbata Ya Bakolo », et j'ai même souligné qu'à cette allure, je me demande si Sassou a un remplaçant ? C'est encore moi !

J'assume tout ce que j'ai dit et tout ce que j'ai publié sur les zaïrois avant l'opération « Mbata Ya Bakolo » et pendant l'opération « MBata Ya Bakolo ».

Et je me répète, nous ne sommes pas pareils avec les zaïrois, il y a une différence comportementale entre eux et nous, par conséquent, nous ne pouvons pas vivre ensemble. Pensez-vous, nous congolais de Brazza pourront chasser les indiens et fermer leurs commerces, sous prétexte que 20 étudiants zaïrois ont été accusés par des policiers indiens ?

N'êtes-vous pas étonnés d'entendre toute une communauté zaïroise s'appuyer sur l'unique hospitalité qu'ils ont réservée aux réfugiés de guerre pendant la crise Lissouba / Sassou ? Alors que le Congo-Brazzaville en a reçu à plusieurs fois des réfugiés de RDC en nombre important. Sont-ils dignes de nous parler de leur hospitalité ? Mais sont des malades ingrats.

Prenons le cas des réfugiés congolais : Après la crise, les réfugiés congolais sont rentrés volontairement de Kinshasa (il y a eu 353 disparus de Beach à déplorer), mais combien de réfugiés de guerre de RDC rentrent volontairement dans leur pays du Congo-Brazaville Pour qu'il nous rabattent à chaque fois comme morale, l'unique hospitalité qu'ils avaient réservés aux réfugiés de guerre de Brazzaville ? Ils oublient que leur invasion au Congo-Brazzaville contribue, également, à notre hospitalité car, nous les avons accepté.

Je signale, par ailleurs, qu' il y a eu 900 refoulés sans papiers de la police et 80.000 départs volontaires des sans papiers, ce chiffre global représente 5 à 8% de leurs ressortissants encore installés au pays (faîtes-vous-même le calcul pour un pays de moins de 4 millions). Et le travail est immense car le pays n'a pas encore atteint 10% des refoulés.

En comparaison avec les 600 étudiants congolais rentrés volontairement de kinshasa, suite aux menaces, personne n'étant sans papiers, alors que la presse mille collines a bondit pour mentir que, les étudiants congolais vivaient sans papiers dans une RDC hospitalière. Le coût d'un étudiant congolais en RDC revenait à plus de 2 millions de FCFA à leurs parents, selon le témoignage d'un étudiant congolais.

« Ingratitude quand tu nous tiens, tu mens que tu es maltraité en publiant des vidéos mensongères et tu caches, que plus de 90% des tiens, vivent encore au Congo ». Quelques vidéos publiées par des zaïrois qui n'ont pas de srupules pour mentir !



Brazzaville :Traitements infligés à nos soeurs congolaises ?

Ou cliquez ci-contre : >> https://www.youtube.com/watch?v=Y7wEN-tJHyg

(...) Qui peut prouver que cette image vient du Congo-Brazza ? Je suis congolais. Sans généraliser, nombreux sont des kinois qui sont menteurs, manipulateurs. Beaucoup des victimes congolaises du mensonge des kinois. Une scène en pleine rue, dans une ville quadrillée par quelques policiers, difficile à accepter cette pilule, pourquoi ? Dans cette image, la langue utilisée n'est pas parlé au Congo-Brazzaville. Dans les villes congolaises, deux langues sont utilisées : Le Lingala ou le Kikongo (...)

Vidéos choquantes des filles Congolaises violées à Brazzaville.Congomikili.com

Ou cliquez ci-contre : >> https://www.youtube.com/watch?v=JT8r5YMuqw8

(...) Dans cette image, on entend que du bruit, on entend même pas des personnes qui parlent, en ce moment, on aurait su par les voix, l'accent, la langue qu'il s'agit bien des congolais de Brazza. L'image et le son sont brouillés pour faire passer la pillule, qu'il s'agit des kinoises qui sont maltraitées. Alors que personne ne peut prendre ce risque dans le domaine public, puisque la ville est quadrillée par la police. (...)


NoooN ! Ces faussaires osent encore publier de la diffamation pour créer la haine entre les peuples. Et ça va loin ! Le président Honoré Ngbanda me fait pitié. Comment un politicien de son acabit qui a occupé des postes ministériels importants pendant la présidence de Mobutu, aujourd'hui en exil contre le régime de Kabila, se fait influencé par les médias nationalistes zaïrois de Mille collines.

Pour le président de l'« Apareco », le Congo, l'Angola, la Tanzanie, la Zambie etc ... sont chacun une tentacule de la pieuvre rwandaise. Vous voyez les zaïrois sont atteints d'une maladie, où ils voient la complicité de tout le monde contre leur pays. Ne sont-ils pas malades, leur problème de l'est-RDC concernent maintenant tous les voisins. Franchement ! La rhétorique du président « Apareco » n'est qu'une analyse fondée sur la passion.

Même la vidéo de la compatriote congolaise qui a défendu l'intérêt de la vérité, a été falsifiée par les zaïrois, regardons :

Voilà comment la fille du Président Sassou Nguesso, insulte les Congolais de Kinshasa

Ou cliquez ci-contre : >> https://www.youtube.com/watch?v=DqJLvLCuVWA

(...) Encore une manipulation zaïroise, cette fille qui parle n'est même pas la fille du président Sassou, mais plutôt une compatriote qui habite à Brazzaville, elle s'appelle Grâce et serait supporter de Sassou. Une vraie compatriote du Congo-Brazzaville qui a su poser des questions, même si nous déplorons ses insultes (...)

Réponse à la folle congolaise fachée !!!

Ou cliquez ci-contre : >> https://www.youtube.com/watch?v=GoSsszhL_Uk

(...) Cette fille qui répond à Grâce ment qu'elle est congolaise de Brazzaville (voir au tout début de la vidéo, lorsqu'elle se présente). On chasse le naturel, mais le naturel revient au galop : Quel est son but de cacher sa nationalité zaïroise pour répondre à la congolaise. S'agit-il de jouer avec notre psychologie ? Encore un mensnge zaïrois sur Youtube. De plus, elle est hors sujet, par rapport à ce qu'a soulevé Grâce de principal, car elle parle de la désinformation et tout le bruit sur le Congo et son opération « MBata Ya Bakolo » par des médias zaïrois. Cette zaïroise s'illstre, également, dans les insultes. (...)



Dans le souci de ne pas saturer cette page, je n'ai même pas publié les vidéos où les jeunes kinois refoulés montraient des vielles cicatrices séchées pour dire qu'ils venaient d'être maltraités par la police congolaise, pendant l'expulsion. Il y a eu également, une grande cicatrice sur la poitrine d'un autre témoin, une cicatrice récente sans pansement, sans sang, mais bien sèche. Y 'en a marre avec les zaïrois.

Je veux que l'opération « MBata Ya Bakolo » continue, même les zaïrois qui ont des papiers, à la fin de validité de leurs papiers, qu'on les expulse chez eux. Y'en a marre de leur comportement de diffamation et de haine entre les peuples. Toutes les vidéos publiées par les zaïrois pour mentir que leurs ressortissants sont maltraités au Congo-Brazzaville est une tare que l'on ne peut que retrouver à Kin.

Nous sommes mieux avec les ouest-africains, eux au moins, ils nous pourrissent pas la vie.

Quant à l'instrumentalisation du royaume Kongo, c'est une escroquerie qui ne dt pas son nom, car en effet, le royaume Kongo comprenait le sud-ouest de RDC, le sud du Congo-Brazzaville et le nord-ouest de l'Angola. En aucun cas, le royaume du Kongo était l'intégralité de ces 3 pays. Le royaume Kongo s'il est souhaitable, devrait regrouper les vrais et non les états.

Appolinaire noël KOULAMA (ANK).

Cordialement,
La Direction du « RÉSEAU NERRATI-PRESS ».


--

---
Vous recevez ce message, car vous êtes abonné au groupe Google Groupes "Africdossier".
Pour vous désabonner de ce groupe et ne plus recevoir d'e-mails le concernant, envoyez un e-mail à l'adresse africdossier+unsubscribe@googlegroups.com.
Pour obtenir davantage d'options, consultez la page https://groups.google.com/d/optout.

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des migrants expulsés de Brazzaville vers Kinshasa

Message  Mongo Elombe le Mer 21 Mai - 13:47

Le monde le sait et l’avoue même, notamment des institutions «internationales» et la plupart d’organismes non- gouvernementaux, qu’un génocide de grande ampleur commis sur des peuples de la « RD-Congo » se perpétue en ce moment même, et ce impunément, sur le sol de la «RD Congo». Des noms et la liste des criminels sont diffusés, voire des pays entier cités. Des rapports de l’«Organisation des Nations Unies» accusent nominalement le Rwanda, l’Ouganda et les sieurs Paul Kagamé et Yoweri Museveni, deux grands « nègres de service » qui non seulement font commettre ces crimes mais également les endossent au nom de leur compromission et dépendance psychique vis-à-vis de ceux qui les emploient à la besogne pendant qu’ils les font passés pour des monstres de Frankenstein.

Des chiffres sont également publiés. Entre 5 000 000 et 8 000 000 des morts depuis le 17 mai 1997, date d’entrée des loups dans la bergerie congolaise. Et ce cataclysme congolais arrache au Tchèque André Vitchek le cri suivant : « J’ai travaillé au Congo à plusieurs reprises, réalisant un film documentaire Rwanda Gambit (la Tactique du Rwanda, ndlr) qui montre comment l’Occident pille cette nation [...] La RDC a été détruite par deux nations africaines : le Rwanda et l’Ouganda – mais cela a été fait clairement et strictement pour le compte des intérêts géopolitiques et économiques occidentaux. Entre 6 et 10 millions de personnes sont mortes. Bien sûr le public européen et nord-américain ne sait rien, et il semble qu’il ne veuille rien savoir », (Interview accordée à Algeriepatriotique : «Les dogmes chrétiens ont causé de terribles dommages », www.algeriepatriotique.com).

De cette tragédie humaine, ni « Joseph Kabila », ni sa chambre de sonorité autrement appelée « Parlement Congolais », n’a osé menacer ni le Rwanda, ni l’Ouganda. Et aucune institution congolaise n’a demandé à l’unanimité, voire à sa majorité la plus simple la fermeture des frontières avec ces deux pays, à savoir le Rwanda et l’Ouganda, comme ils se complaisent et s’affichent en Ponce Pilate dans leur décision « votée ». il paraît à l’unanimité, contre Sassou et les peuples frères du Congo voisin. Bien sûr que se passe ou s’est passé à Brazzaville, je ne suis pas là pour discuter les décisions d’un État souverain, inquiète et cherche compréhension mais je constate tout simplement que Brazzaville et Sassou ne sont jamais rentrés en territoire congolais, armes et bombes à la main, pour y tuer des « Zaïrois ». Je dénoncer certains traitements que des citoyens « zaïrois » ont endurés, et ce selon ce qui se raconte, bien que des ex-militaires congolais avec lesquels nous restons en contacts et qui vivent à Brazzaville en refugiés dûment reconnus et enregistrés ne souffrent pas de menaces directs. Qui veut manipuler qui et pour quel intérêt ?

J’interroge le silence de la classe politique congolaise, particulièrement de son parlement vis-à-vis du Rwanda et de l’Ouganda. Pourquoi tous ces messieurs qui tout d’un coup se montrent viriles et votent contre Sassou et Brazzaville ne sont jamais parvenus à le faire vis-à-vis de Paul Kagamé et du Rwanda. Les Frontières avec le Rwanda demeurent ouvertes malgré le génocide et le viol de nos filles et femmes. Et l’Occident insiste même pour qu’elles restent poreuses. Mais comment justifier cette soudaine robustesse qui apparaît juste quand il s’agit de nos frères de Brazzaville dont l’élite ne dirige ni la RD-Congo, ni ne se pavane dans les rues de Kinshasa en territoire conquis comme se comportent des frères et sœurs de Paul Kagamé et de Museveni sur notre sol. Qui peut expliquer aux Congolais tout ce cinéma ?

L’unanimité de la classe politique congolaise de la RD-Congo autour de « Joseph Kabila sonne comme un coup de maître de la part de la Kabilie qui à quelques mois de la fin d’une période de gestion du pays qu’elle s’est octroyée se félicite en arrachant une adhésion à son leadership. Soutenir « Joseph Kabila » dans une forme d’union sacrée derrière l’homme alors que son régime se noie prouve à suffisance soit l’ignorance soit la complicité de la classe politique congolaise de vouloir maintenir bon gré, mal gré le règne de la Kabilie et ce contre la colère populaire qui gronde.

À quel jeu joue-t-on ? À quoi participe-t-on et c’est quoi qui se passe à Kinshasa. Qui a corrompu qui ? Qui fait quoi et ce contre qui ? Brazzaville serait-il un piège stratégique dans lequel tout le monde s’est engouffré et même ceux qui prétendent être les plus illuminés? Comment traiter cette question qui comparativement aux crimes du Rwanda au Congo existe à peine sans que cela n’apparaisse comme un soutien apporté au régime de Kabila ni un silence tacite vis-à-vis du dérapage de la police du Congo voisin?

Mais tout ce que je sais, et ce avec certitude, est que quand un peuple commence à se poser des questions, ce qu’il est en passe de prendre des armes si certains d’entre de ses enfants ne l’ont déjà pas encore fait.

Mufoncol Tshiyoyo
Président National du Rassemblement pour l’Alternative Politique en RDC. R.A.P-en sigle
Mouvement Politico-militaire,
mufoncol_tshiyoyo@yahoo.com,
004745007236, Facebook : Mufoncol Tshiyoyo

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des migrants expulsés de Brazzaville vers Kinshasa

Message  Mathilde le Ven 23 Mai - 16:53

KIN-BRAZZA: BRAZZA FRAPPE FORT,KINSHASA CONTINUE D'ARBORER UN SOURIRE JAUNE


_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des migrants expulsés de Brazzaville vers Kinshasa

Message  Mathilde le Mar 27 Mai - 21:38

REFOULÉS DE BRAZZA: ENFIN LE NATIONS-UNIES RÉAGIT ET DEMANDE UNE ENQUÊTE AU CONGO BRAZZAVILLE



_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des migrants expulsés de Brazzaville vers Kinshasa

Message  Mongo Elombe le Mar 27 Mai - 22:48

Les angolais aussi quoi que ce n'est pas la 1ère fois.

Jose EDUARDO DOS SANTOS

Après le feuilleton de Brazzaville, qui est loin d'avoir dit son dernier mot, les expulsions se poursuivant encore, l'attention des Congolais, à leur tête leurs dirigeants, doit désormais se tourner vers l'Angola qui a déjà prévenu, pardon, qui a déjà commencé à refouler les Congolais de son territoire. Plus de 200 d'entre eux sont arrivés à Dilolo, à 600 km de Lubumbashi, dans la province du Katanga. Voilà qui doit nous pousser à nous préparer à les accueillir, comme nous le faisons déjà avec les refoulés du Congo Brazzaville.

Les signes indiens continuent de poursuivre le Congo Kinshasa. En effet, alors que les expulsions des compatriotes congolais du territoire de la République du Congo se poursuivent sans désemparer, Luanda a déjà commencé à refouler tous les Congolais vivant en territoire angolais. Les provinces frontalières à l'Angola ont, par conséquent, commencé à accueillir certains d'entre eux depuis quelques jours.

C'est le cas de la cité de Muanda au Bas-Congo et de Dilolo au Katanga. Dans cette dernière localité, plus de 200 ressortissants congolais y sont arrivés et se plaignent de mener des conditions de vie précaires. Ils y sont accueillis, certains par des familles locales, d'autres, plus malchanceux, passent la nuit à la belle étoile.

Les premiers refoulés se plaignent d'avoir tout laissé
Les conditions de leur refoulement ne sont pas très différentes de celles subies par les compatriotes refoulés du Congo Brazzaville. Certains se plaignent d'avoir perdu leurs habits, leurs biens, leurs meubles, leurs maisons. Bref, ils ont tout laissé en Angola.

Ces premiers refoulés d'Angola constituent un échantillon de ce qui nous attend sous peu, alors que nous avons déjà des migraines avec la gestion des expulsés du Congo Brazzaville. Les autorités angolaises avaient déjà prévenu leurs homologues congolaises qu'elles étaient en pleine opération de recensement de la population et des habitations qui avait commencé depuis vendredi 16 mai et qu'il allait se poursuivre jusqu'au 31 mai.

A l'instar du général Ndenguet de Brazzaville, en Angola, c'est le commandant provincial en second de la police nationale angolaise, Joaquim Manuel Pereira qui se charge de l'opération de refoulement des Congolais sous couvert du recensement de la population et des habitations et de la mission de protéger les recenseurs et des receveurs de cette opération.

Combien de Congolais vivent en Angola ?
Si la communauté congolaise à Brazzaville est estimée à quelque 400 000 âmes et que plus de 120 000 compatriotes ont été déjà expulsés de l'ensemble du territoire national congolais, l'opinion nationale se demande de combien de personnes est constitué l'ensemble de la communauté congolaise en Angola.

Quatre mille cinq cent quatre-vingt-six Congolais expulsés d'Angola étaient enregistrés au poste frontalier de Yema, en territoire de Moanda (Bas-Congo) depuis le début de l'année 2014, selon des sources sécuritaires dans cette province citées par Radio Okapi dans son site web. D'après un rapport des services de sécurité du Bas-Congo, ils étaient 1 110 au mois d'avril, 783 en mars, 1 106 en février et 1 587 en janvier. La source ajoute que le nombre d'expulsions record avait été atteint en mai 2013 lorsque 52 231 Congolais avaient été expulsés en trois semaines de l'Angola, via le poste frontalier de Kamonia, dans le Kasaï Occidental.

Crainte d'augmentation de la population
Si les autorités de Luanda vont appliquer la même rigueur, les mêmes méthodes que leurs homologues de Brazzaville, il y a à craindre que les villages, les centres, les cités et les villes de la RDC vont connaître une augmentation sensible de leurs populations. Par conséquent, nous devons nous préparer à faire face à ces problèmes supplémentaires.

Dans tous les cas, de quelle que manière que puissent se dérouler les expulsions en Angola- les Angolais nous ayant déjà montré, par le passé, de quel bois ils se chauffent en cette matière-nous devons avoir à l'esprit que nos soucis actuels iront croissant.

C'est pourquoi, mettons-nous à nous préparer à accueillir nos compatriotes. Qu'ils trouvent comme refuge la capitale ou les villages, centres et villes du Bas-Congo, du Katanga, du Bandundu, du Kasaï oriental et du Kasaï Occidental, attendons-nous à une situation humanitaire avec toutes ses corollaires de famine, des maladies, de criminalité, de vols et autres problèmes qui accompagnent ce genre de déplacement.

Hospitalité oui, mais…
Préparons-nous donc à y apporter des solutions appropriées. Nous plaindre comme quoi nous sommes victimes des signes indiens qui ne veulent plus nous relâcher ne servirait à rien, sinon à préparer le lit à des situations plus dramatiques. Ce qui n'est pas du tout intéressant ni profitable pour un pays qui vient de sortir d'une longue guerre contre la rébellion pro rwandaise dans sa partie orientale, qui fait encore face à plusieurs groupes armés dont un grand nombre restent réfractaires à la reddition.

Que tous ces cas de refoulement de nos compatriotes par nos voisins nous servent de leçon pour que notre territoire, comme c'est le cas pour l'instant, ne serve pas de refuge à des étrangers qui ne s'inquiètent pas, même sans titres de séjour. L'hospitalité, oui, mais conditionnée à l'obtention de tout papier donnant droit à y vivre légalement.

[Kléber Kungu]


Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des migrants expulsés de Brazzaville vers Kinshasa

Message  Mongo Elombe le Jeu 29 Mai - 16:11

Mba congolais bazo finga biso.






Le Mercredi 28 mai 2014 1h46, NERRATI PRESS <nerrati.press@gmail.com> a écrit :


l






LES ZAÏROIS MANIPULENT LA MONUSCO QUI EXIGE QUE BRAZZAVILLE CESSE D'EXPULSER DES RESSORTISSANTS DE RDC.
Après avoir écouter les allégations apportées par des organisation des droits de l'homme de RDC, les Nations unies, par la voix de la « Monusco (Mission des Nations Unies pour le Congo) » exigent un arrêt immédiat des expulsions des ressortissants de la RDC et demandent aux autorités de la République du Congo (Brazzaville) d’enquêter sur les allégations de violations des droits de l’homme.



Des migrants kinois expulsés de Brazzaville vers Kinshasa.

« Les Nations unies ont reçu des informations faisant état d’abus physiques, de mauvais traitements et de violences sexuelles infligés aux citoyens de la RDC lors de leur expulsion », notent Martin Kobler et Zainab Hawa Bangura. Est-ce vraie qu'il y a eu d'abus ? En rappel, la « Monusco » qui lance cet appel est basée à Kinshasa.

ZAÏROIS MANIPULATEURS !!!
Maintenant tout congolais a la preuve que les zaïrois refoulés sont des menteurs. Le Congo héberge des menteurs et des xénophobes qui salissent l'honneur de la république du Congo. Ces mêmes qui ont vécu au Congo, ne se sont même pas gêné à injurier le peuple congolais dans son ensemble, le pays dans son ensemble, son président et se sont pris aux symboles de la république. Quelques témoignages des refoules :
- Laissez-moi rire un peu ! Il y a des kinois qui se sont réveillés de la morgue après 24 heures, d'autres après 48 heures. Or dans une vidéo Youtube postée depuis l'Afrique du Sud, un congolais qui a travaillé à la morgue de Brazzaville souligne : « Un vivant dans un tiroir de la morgue meurt dans les 10 minutes, en effet par manque d'oxygène qui va se faire vite sentir ».
- D'autres refoulés racontent : « Les congolais jettent les corps dans le fleuve ». Vu qu'aucun corps n'est trouvé à ce jour dans le fleuve, les kinois qui ont les plus gros cerveaux au monde, ont trouvé une parade : « Si l'on ne voit pas des corps, parce qu'ils mettent de l'Acide dans le fleuve ». Et là les gros cerveau kinois se rétrécissent, car en effet, malgré l'acide mis dans l'eau effacer les corps dans l'eau, aucun poisson n'est trouvé mort dans les deux rives du fleuve.
- Les témoignages des badauds et délinquants qui ont traverser les premiers vers Kinshasa, et, qui soit-disant venaient d'être battus par la police congolaise, ont montrer sur eux, des cicatrices sans sang, sans pansements et bien sèches. Cet état de fait devrait laisser perplexe tout journaliste ayant un bon sens professionnel, mais les journalistes de la RDC ont préféré appuyer sciemment le mensonge pour diffamer l'opération et entretenir la haine entre les peuples. L'on se souviendra les conséquences de la propagande de la radio mille Colline où les tutsy ont été massacrés par les houtous.
Les chefs des quartiers et les chefs des blocs qui ont été associé dans l'opération, afin que cette opération se passe sans bavure, ont démissionné pour certains, parce qu'ils ont été menacé par les zaïrois de représailles, en disant qu'ils reviendront dans les deux jours, après le rapatriement. Et de nombreux témoignages dans les quartiers sur les soit-disant viols, vols, expropriation des biens sont démentis surplace à Brazzaville par la population qui crie au mensonge et à la manipulation.
Cependant, pour la police, ce n'est pas dans notre intérêt de maltraiter celui qui rentre dans son pays, et notre objectif affiché, que cette opération se passe dans le respect des droits humains. Jusqu'alors, la population ne s'est pas mêlée de cette opération qui concerne uniquement que la police.

IMMIGRATION ET INTÉGRATION
Le Congo-Brazzaville est un des pays qui a été officiellement reconnu par l'Union Africaine, faisant partie des pays qui intègrent les étrangers en son sein, alors que le Gabon voisin n'en fait pas partie.
Par ailleurs, il nous faut comparer ce qui est comparable. Certains posent la question suivante : Lorsque les congolais commettent des crimes à l'étranger, est ce tous les congolais vivant dans ce pays sont expulsés ? Pour faire une comparaison idiote avec « MBata Ya Bakolo ».
Or, le Congo-Brazzaville n'est pas dans une situation ou individuellement, un zaïrois commet un crime. Dans le cas du pays, nous sommes dans une situation de crime organisée, qui est proportionnelle à l'immigration clandestine, dont nombreux de ces clandestins hébergent les criminels.
Aujourd'hui, si les autorités arrêtent l'opération serait irresponsables et contre productif relativement aux objectifs souhaités, les populations qui ont repris à sortir la nuit, s'effrayeront, en effet, la population se demande que les « Kuluna » se cachent et attendent la fin de l'opération pour semer encore la terreur.
Ainsi, l'opération « MBata Ya Bakolo » pour être efficace doit démanteler les réseaux clandestins, lutter contre la criminalité et l'immigration clandestine. Quand à ceux qui pensent qu'il faut laisser les clandestins ? Laisser fleurir l'immigration clandestine, c'est de l'incompétence, le gouvernement de Sassou ne doit ni être incompétent, ni être laxiste envers l'immigration clandestine.
Quand à la dignité des expulsés, il est opportun de savoir que, cette opération est supervisée, également, par les officiels de Kinshasa à Brazzaville. Tout se passe dans le respect du droit. Le Congo a expulser près de 1000 zaïrois avec des vagues de 100 personnes en moyenne. L'ambassade de RDC à Brazzaville est bien placée pour témoigner, car elle donnait son accord et apposait sa signature. Et tous les autres (on parle de 130.000 refoulés actuellement) sont des candidats volontaires de retour au bercail.
Les expulsions massives, que certains déplorent. Prenons l'exemple, ici en France, n'avez-vous jamais entendu parler des charters ? Ce sont des expulsions massives qui se font au moyen des avions. La France a déjà expulser de façon regroupée plus de 300 maliens au même moment en utilisant deux avions qui se sont suivis et nous sommes finalement au dessus du chiffre 100 refoulés en moyenne. Dans le cadre de l'Union européenne, il existe des accords inter-états européens, où il est prévu des expulsions massives regroupées concernant les pays européens qui ont des immigrés clandestins à expulser.
Selon les estimations, il reste encore plus de 600 zaïrois qui vivent et travaillent au Congo-Brazzaville, sans être inquiétés. Aucun viol n'a été déploré à Brazzaville, et les zaïrois restés à Brazzaville ont témoigné de leur étonnements de « voir l'ingratitude de ceux qui sont partis d'eux-même, parce qu'ils n'avaient pas de papiers et mentir qu'ils ont été battus par la police. S'ils reviennent, ils rendront compte de leur mensonge au quartier, au chef du quartier et au chef du bloc », selon eux.

NOTE :
Le Congo ne fait rien, que de lutter contre la criminalité et l'immigration clandestine. L'intérêt du gouvernent congolais, c'est d'accepter de diligenter les enquêtes sur les faits qui lui sont reprochés sur la maltraitance des refoulés par les zaïrois, le peuple congolais, et les officiels de la RDC installés à Brazzaville, sont les premier témoins incontournables, puisque les faits s'ils existent, sont passés à Brazzaville.
Les allégations des zaïrois, qui ont allumé le feu, qui ont été propagées par des médias nationaux, se trouvent, également, dans les vidéo Youtube, que les enquêteurs devront saisir et jugé la fiabilité des témoins. Ces vidéos devront prouver rapidement la supercherie honteuse des zaïrois, en vue d'abuser le Congo-Brazzaville, en demandant des réparations qui n'ont aucun sens avec l'opération « MBata Ya Bakolo ».
Les congolais sont plusieurs fois victimes des zaïrois depuis l'époque du feu maréchal Mobutu jusqu'à nos jours. Tous les soubresauts des phénomènes sociaux du Zaïre ont été encaissés de façon régulière et soutenue, aujourd'hui le laxisme prend fin, on assiste désormais à un retournement de la victimisation.
Comme ce qui se passe dans les grandes démocraties occidentale, l'opération « MBata Ya Bakolo » doit être permanente, la police et la gendarmerie doivent faire des contrôles d'identité et de protéger les frontières par une surveillance régulière.
Appolinaire Noël KOULAMA (ANK).

Cordialement,
La Direction du « RÉSEAU NERRATI-PRESS ».


--

---


Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des migrants expulsés de Brazzaville vers Kinshasa

Message  Mathilde le Mer 4 Juin - 10:02



Les compatriotes de l’Equateur traqués et enlevés à Maluku
Il ne serait pas exclu qu’un deal soit conclu entre Brazza et Kin avant le déclenchement de l’expulsion des ex-zaïrois. A Maluku, plusieurs hommessont enlevés depuis plus de deux semaines. Ces enlèvements interviennent aprèsun contrôle corporel. Il serait possible qu’un ‘’génocide dans le génocidecongolais’’ soit en train d’être commis à l’endroit de nos compatriotes del’Equateur. Soyons de plus en plus vigilants.

Il y a au Congo un passé qui ne passe pas.Petit à petit, le refoulement des compatriotes Congolais (RDC) duCongo-Brazzaville dévoile ses secrets. Il n’est plus exclu que ce refoulementsoit lié à la peur des gouvernants fantoches de Kinshasa de voir naître àpartir de ce pays voisin une résistance citoyenne qui leur serait défavorable.Malheureusement, ces gouvernants ne s’en prennent un peu plus qu’auxcompatriotes d’une seule province. Des sources sûres, nous apprenons qu’àpartir du site de Maluku, les hommes de l’Equateur sont régulièrement enlevés pardes soldats non autrement identifiés. Ces enlèvements ont lieu quand ils vontprendre leur douche. Depuis plus de deux semaines, les compatriotes enlevésn’ont plus été vus par leurs femmes et leurs enfants. Cela crée une situationtraumatique indescriptible.
Quelques rappels. Après la mascarade électoralede 2006, la garde de Jean-Pierre Bemba, majoritairement composée par lescompatriotes de l’Equateur a été dans le collimateur de la kabilie. Celle-ci luiavait clairement dit : ‘’on va voustuer’’. Un peu plus tard, les Enyele, compatriotes de la même province ont ététraqués par la même police politique de la kabilie.
Et nous apprenons qu’avant d’enlever les hommesde l’Equateur à Maluku, ils sont soumis à un contrôle corporel pour savoirs’ils ne portent pas la marque des Enyele.
Sassou aurait-il coopéré avec la kabilie pourl’aider à exterminer les compatriotes d’une province dont Mobutu, Bemba etcertains membres de l’APARECO sont originaires ? ‘’Un génocide dans legénocide’’ est-il en train d’être perpétré à l’insu de tous pendant que plusieurs compatriotessont préoccupés par la mascarade électorale de 2016 ?
Il est sage que nous puissions rester vigilants pour éviter les surprisesdésagréables en RDC au moment où le dossier Chebeya vient de rebondir auSénégal. Dans ce dossier, Pierre Milambwe affirme que Chebeya, ‘’la voix des sans voix’’, avaitinscrit la question des compatriotes de l’Equateur trucidé par ‘’le conglomératd’aventurier de Kinshasa’’ en dehors de celui de Bundu dia Kongo.
Tuer, tuer, tuer et exterminer le peupleCongolais, voilà ce à quoi s’adonne la police politique de la kabilie. Quisauvera le peuple Congolais de ce ‘’génocide silencieux’’ ? Personne endehors du peuple Congolais lui-même… D’un peuple Congolais conscient du dangerqui le guette quand il tombe dans le syndrome du larbin ; c’est-à-diredans le culte idolâtrique de ses bourreaux. Sans une rupture profonde avec ceculte, ses ennemis et adversaires vont l’exterminer.

Mbelu Babanya Kabudi

_________________



Mathilde
Modérateurs

Messages : 4959
Date d'inscription : 15/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des migrants expulsés de Brazzaville vers Kinshasa

Message  Mongo Elombe le Dim 15 Juin - 19:23

OPÉRATION « MBATA YA BAKOLO » :  À BRAZZAVILLE, L'OBJECTIF EST ATTEINT SELON LA POLICE.

La police congolaise présentera au moment opportun le rapport d’étape de l’opération lancée le 04 avril 2014 à Brazzaville. Mais le constat général à mi-parcours, fait au niveau des commissariats et des populations, signale que les objectifs sont atteints.





La police congolaise.


Lancée officiellement le 04 avril 2014, l’opération « Mbata ya bakolo » visait à lutter contre la criminalité et l’immigration clandestine. Elle se poursuit à Brazzaville, avec les départs des étrangers sans papiers, notamment les sujets de la RDC, même si leur nombre a baissé contrairement aux premiers jours de l'opération car, pour la police, l’un des motifs clé était de lutter contre le phénomène « Kuluna ». « Nous pouvons affirmer que depuis que l’opération a commencé, on assiste plus aux délinquants qui détroussent les paisibles populations avec les machettes. Le phénomène est éradiqué », déclare le colonel Jules Moukala-Tsoumou, directeur de la Sécurité publique, porte-parole de la police.

Au-delà du phénomène « Kuluna » qui a traumatisé les populations de Brazzaville, et dont les principaux assaillants étaient des ressortissants de l’autre Congo, des témoignages positifs sur le rétablissement de la sécurité dans certains quartiers de la ville légitiment davantage le bilan sécuritaire de l’opération. Interrogés, les responsables de la plupart des commissariats de police et de gendarmerie reconnaissent, en effet, avoir enregistré une baisse considérable des plaintes sur des faits de criminalité. Les palabres liés aux viols et vols ont considérablement baissé, précise-t-on. Cependant, les statistiques pour illustrer ce tableau ne sont pas encore disponibles. De leur côté, les populations affirment jouir désormais d’une liberté de circuler, surtout dans les quartiers périphériques où hier il n'était plus possible de sortir à certaines heures du soir de peur d’être agressé.


DES ARTÈRES LIBERÉES

Les avenues sont libres d’accès. L’époque où les arrêts de bus et les voies publiques souffraient d’encombrement dû à la présence des « Sans domicile fixe » est presque révolue. Même si aucune enquête pour l’heure ne donne des résultats officiels sur la rareté de certains produits alimentaires dans les marchés, ou sur leurs prix, les informations recueillies auprès de certaines populations, à Bacongo par exemple, soulignent une légère amélioration des prix des denrées, bien que certains produits, comme les légumes et les poissons d’eau douce, deviennent rares. L’opération « Mbata ya bakolo » a réussi, par ailleurs, à briser les meutes de jeunes vendeurs à la sauvette qui proposaient des marchandises à la criée dans les principales artères de la ville avec les conséquences que cela entraînait.


DES FERMETURES SPONTANÉES DE PLUSIEURS ÉGLISES DE RÉVEIL

Selon le porte-parole de la police, la plupart de ces temples servaient de « refuge aux délinquants ». Leur fermeture, souligne-t-il, a aussi permis de « baisser les nuisances sonores dans la ville ». Dans ce registre, il faut également noter la satisfaction de plusieurs associations et ONG de lutte contre le Sida devant la fermeture de plusieurs « maisons closes de prostitution » et la pénurie des prostituées sur les trottoirs. Le fameux « Nganda ya ba soso », dans le marché Moungali, et le « Nganda Mabouaka » à Bacongo, où s’exposaient de jeunes femmes kinoises, presque nues, et où se troquaient quelques pincées de drogue, ne sont plus qu’un souvenir …


« LONGWA NA NZELA », L'AUTRE FACE DE « MBATA YA BAKOLO »

Derrière ces motifs de satisfaction, l’opération n’est pas finie. « À Brazzaville nous allons continuer à assainir parce qu’on a constaté qu’il y a beaucoup de sujets étrangers, en situation irrégulière, qui se sont cachés soit dans les quartiers de Brazzaville, soit dans les villages environnants », souligne le colonel Jules Moukala-Tsoumou. « Il y a aussi le fait que ces sujets en situation irrégulière sont en train d’exercer le métier de chauffeur de taxi alors qu’il y a des dispositions réglementaires qui le leur interdisent. C’est pour cela que la décision qui a été prise est de poursuivre l’opération à Brazzaville et de l’étendre dans les départements parce que jusque-là l’opération était concentrée à Brazzaville », poursuit-il.

Cette deuxième phase s’appellera « Longwa na nzela » (ce qui signifie « Dégage ou libère la route »). C’est, en effet, une partie de l’opération « Mbata ya Bakolo » qui vise à assainir les voies publiques. « Il y a des chauffeurs de taxi qui ont des comportements indécents. Il y a des voitures qui sont dans un état très défectueux et qui sont, comme on dit, des cercueils roulants », commente Jules Moukala-Tsoumou.


POINTE-NOIRE EN ATTENTE DE « MBATA YA BAKOLO » ???

Dans quelques jours, précise-t-il, le directeur général de la Police va faire l’annonce de l’organisation de la deuxième phase de l’opération « Mbata ya Bakolo » appelée « Longwa na nzela », à Brazzaville, à Pointe-Noire, Dolisie et Nkayi précisément. mais l’intérieur du pays n'est pas exclu.

Sur le terrain, des étrangers sans papiers s’empressent déjà à rentrer chez eux de leur propre gré, à en croire les témoignages provenant de plusieurs villes. À Pointe-Noire, plusieurs ressortissants de la RDC ont entrepris volontairement des démarches de retour au pays. La plupart sont dépourvus de carte d’identité ou de passeport prouvant leur nationalité et capables de les aider à obtenir un titre de séjour en toute légalité. « Tous ceux qui sont partis à Kinshasa ne l’ont pas été seulement que par le fait de l’interpellation de la Police. Il y a bien des sujets en situation irrégulière qui rentrent d’eux-mêmes », témoigne le porte-parole de la Police.



VIDÉO :  >>  LE MINISTRE DE LA JEUNESSE, ANATOLE MAKOSSO, DÉFEND LE GOUVERNEMENT À PROPOS DE L'OPÉRATION « MBATA YA BAKOLO ».

Ou cliquez ci-contre :  >>  http://www.youtube.com/watch?v=fcoy6jSiy78



Cordialement,
La Direction du « RÉSEAU NERRATI-PRESS.

Mongo Elombe
Modérateurs

Messages : 2640
Date d'inscription : 15/10/2012
Age : 98
Localisation : eqouatele mambenga pili pili bibende

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des migrants expulsés de Brazzaville vers Kinshasa

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 10:36


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum